Archives de catégorie : Textes techniques latins et grecs

Prouver la rotondité de la terre selon les Anciens

Un blogueur scientifique racontait il y a peu comment, interrogé par sa fille sur la rotondité de la terre, il lui avait alors « servi l’histoire habituelle, selon laquelle les Anciens avaient déjà remarqué que les voiles des bateaux étaient visibles avant leur coque, ce qui confirmait que la Terre était ronde ». Des variantes de cette « histoire habituelle », qui semblent apparaitre pour la première fois chez Strabon dans sa Géographie, ont été reprises également par Pline dans son Histoire naturelle [1]. Citons enfin un stoïcien tardif, Cléomène chez qui nous trouvons exactement « l’histoire habituelle » [2].

Le blogueur a cependant des remords et, en bon scientifique, se lance dans des calculs pour savoir si cette histoire de bateaux à apparition progressive est plausible. Il conclut que cela lui semble raisonnable s’il y a de bonnes conditions atmosphériques. Son calcul théorique semble certes imparable mais que nous dit l’expérience ? C’est ce que nous allons étudier après avoir vu les textes des Anciens. Continuer la lecture de Prouver la rotondité de la terre selon les Anciens

  1. James Evans, Histoire et pratique de l’astronomie ancienne, Les Belles lettres, 2016, p. 54 []
  2. On trouve encore des textes analogues chez d’autres auteurs tardifs comme Calcidius (Commentaire du Timée, 62) qui reprend un texte de  Théon de Smyrne []

Être à l’heure à Rome

Se soucier de l’heure faisait-il partie des préoccupations des Romains ? C’est une question à laquelle le présent livre de Jérôme Bonnin permet depuis peu de répondre [1].

MesureDuTemps1Chez les Romains il y a d’abord un système d’appellation pour désigner les moments de la journée qui est antérieur aux heures numérotées qui n’apparaissent qu’au 3e siècle av. JC. :__________ Continuer la lecture de Être à l’heure à Rome

  1. Jérôme Bonnin, La mesure du temps dans l’Antiquité, Les Belles Lettres, 2015 []

Galilée : Sidereus nuncius, Le messager des étoiles

L’astronomie est à l’honneur : la conjonction du soleil et de la lune attendue vendredi 20 mars 2015 dans la matinée provoquera une éclipse totale de soleil, visible partiellement en France ainsi qu’un très fort coefficient de marée. Pour accompagner l’évènement, tournons-nous vers celui qui le premier fit des observations astronomiques avec une lunette : Galilée. Examinons et traduisons divers extraits de son rapport d’observation, le célèbre Sidereus nuncius connu en français sous le titre « Le messager des étoiles » dont voici la page de titre [1] :

SidereusNunciusP1C

Sidereus nuncius
Le messager céleste

_____Magna, longeque admirabilia spectacula
_____des spectacles extraordinaires et très admirables
pandens,
déployant

suspiciendaque proponens unicuique
et proposant des choses à contempler à chacun,
praesertim vero philosphis, atque astronomis
mais surtout aux philosophes et aux astronomes
quae
qui
_____a Galileo Galileo patritio florentino
_____par Galileo Galilei noble florentin
_____patavini gymnasii publico mathematico
_____mathématicien public du collège de Padoue
__________perspicillli nuper a se reperti
__________d’une lunette récemment découverte par lui
_____beneficio
_____par le biais
sunt observata
ont été observés

Perspicillium, i, lunette, est un néologisme composé à partir de perspicio, examiner, pris au sens étymologique de voir au loin.

in lunae facie, fixis innumeris,
sur la face de la lune, les innombrables [étoiles] fixes,
lacteo circulo, stellis nebulosis
la Voie lactée, les étoiles nébuleuses

apprime vero in quatuor planetis
Mais avant tout sur quatre planètes
_____circa Jovis stellam
_____autour de Jupiter
_____disparibus intervallis, atque Periodis,
_____avec des intervalles et des périodes différents
_____celeritate mirabili
_____à une vitesse remarquable
circumvolutis
qui tournent

quos , nemini in hanc usque diem cognitos,
lesquelles, connues de personne jusqu’à ce jour
novissime author depraehendit primus,
l’auteur les découvrit le premier récemment
atque
et
_____Medicea Sidera
_____astres médicéens
nuncupandos decrevit.
décréta de les nommer

Venetiis, apud Thomam Baglionum, M D C X
A Venise, chez Thomas Baglioni, 1610
Superiorum permissu, et privilegio
Avec permission des supérieurs et privilège

Galilée explique qu’il y a quelques mois, il entendit parler d’une lunette qui permettait de voir les objets éloignés comme s’ils étaient proches. Il décide de fabriquer lui-même une telle lunette, puis, la perfectionnant, il la tourne vers la lune, les étoiles et les planètes.
Il découvre le relief de la lune, montre que les hauteurs de ce relief sont éclairées d’abord par le soleil, montre que la voie lactée n’est qu’un amas d’étoile et enfin tourne sa lunette vers Jupiter. Nous allons assister au récit d’une découverte :

7 janvier 1610

cum celestia sidera per perspicillum spectarem
comme j’examinai les étoiles du ciel avec la lunette
Iupiter se se obviam fecit,
Jupiter se rendit visible
(…)
_____tres illi adstare steliulas,
_____se tenant près de lui trois petites étoiles
_____exiguas quidem,
_____il est vrai minuscules
_____veruntamen clarissimas,
_____mais très brillantes
cognovi
j’aperçu
(…)
_____eratque
_____était
__________illarum inter se et ad Iovem
__________entre elles et par rapport à Jupiter
talis
telle
_____constitutio
_____la disposition [encadré du texte]

SidereusNunciusP17b

Le 8 il trouve une disposition très différente

SidereusNunciusPos8

le 9 l’observation est impossible car il y a des nuages et le 10, l’observation est la suivante

SidereusNunciusPos10

Après trois autres dispositions observées, la conclusion est qu’il s’agit de satellites de Jupiter

_____qui circa illum suas conficiant conversiones
_____qu’autour de lui [jupiter] elles exécutent leurs révolutions
(…)
nemini dubiu esse potest
il n’y a aucun doute possible

Ces quatre nouvelles planètes, sont dédiées à son protecteur, Cosmes II de Médicis.

La réception du Sidereus nuncius

Pour bien comprendre la portée de cette découverte, il faut voir quelles oppositions elle rencontra : Martin Horky, un élève de Kepler, lui envoie le compte-rendu d’une démonstration faite par Galilée [2] :

Ego 24 et 25 Aprilis die et nocte nunquam dormivi sed
Je n’ai pas dormis un instant, ni le jour ni la nuit les 24 et 25 avril, mais
_____instrumentum hoc Galilei millies mille modis
_____cet instrument de Galillée de milliers de milliers de façons
_____tam in his inferioribus, quam in superioribus.
_____tant sur ces choses ici-bas que sur celles d’en haut
probavi,
j’ai essayé

In inferioribus facit mirabilia ;
ici-bas il fait des merveilles
in caelo, fallit,
dans le ciel, il trompe
quia aliae stellae fixae diuplicatae videntur
car quelques étoiles fixes sont vues dédoublées

Il faut se souvenir qu’à cette époque, le monde est divisé selon Aristote en deux parties : le monde parfait et incorruptible des astres et le monde sublunaire, sous la lune donc, imparfait et soumis à la corruption. Pour les objets de la terre, la lunette de Galilée est parfaite puisqu’on reconnait des objets communs mais pour le monde des astres elle trompe puisqu’une étoile est vue dédoublée (ce qui devait s’expliquer par un défaut des lentilles). Montrer que la lune n’est pas un astre parfaitement sphérique dont les taches sont comparables à une pierre bien polie qui possède des marbrures, c’est remettre en cause cette conception. Cependant, les progrès de l’optique aidant, de nombreux astronomes arrivèrent aux mêmes conclusions que Galilée, y compris les jésuites de l’observatoire pontifical, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un monde où les mêmes lois opèrent.

Refaire les expériences de Galilée

Les progrès de l’optique et la baisse de ses couts permettent aujourd’hui de refaire soi-même les expérimentations de Galilée de 1610. Pour voir le relief de la lune, il suffit d’une bonne paire de jumelles. Pour voir les satellites de Jupiter, il y faut une lunette fixée sur un pied. On en trouve pour quelques centaines d’euros munies d’un mouvement équatorial pour suivre plus facilement la rotation du ciel.

Voici les résultats d’une observation personnelle faite le 11 mars dernier : la situation était très favorable puisque le soleil se couche encore assez tôt ce qui permet de faire des observations sur plusieurs heures sans trop de peine. Jupiter se trouve presque au zénith et est donc facilement observable. Ce 11 mars, le ciel était bien dégagé (et il ne faisait pas froid). Voici le résultat de trois observations faite avec une lunette de 91 cm de focale et un objectif de 9 cm d’ouverture.

Obs11mars

On constate une évolution rapide d’heure en heure des satellites intérieurs qui sont d’abord confondus puis se séparent.


On trouvera en page actualité des indications sur l’éclipse de soleil du 20 mars 2015
  1. source http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll11/id/793 et Alain Brémond, Sur les traces de Galilée, Brignais ; Éd. des Traboules, 2009 []
  2. texte original : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94909c/f346.image, signalé par Paul Feyerabend, Contre la méthode, Seuil, 1979, p. 132 []

La recherche sur les plantes de Théophraste à Pline l’Ancien

Théophraste, Dioscoride et Pline l’Ancien ont été jusqu’à la Renaissance les références en matière d’étude des plantes. Ils sont très divers : Théophraste, successeur d’Aristote comme responsable du Lycée a comme son maitre un souci encyclopédiste ; Dioscoride a un but utilitaire et s’intéresse aux plantes médicinales ; Pline l’Ancien a la visée « monumentale » d’un ouvrage à la gloire de Rome.

Théophraste

Le lycée est fondé en 335 avant notre ère et Aristote, qui meurt en 322, en laisse la succession à Théophraste. De même qu’Aristote avait écrit une Περὶ τὰ ζῷα ἱστορίαι, titre que l’on traduit traditionnellement par une Histoire des animaux, Théophraste, d’une manière complémentaire écrit une Περὶ φυτῶν ἱστορίας, Histoire des plantes. Notons bien que ces appellations traditionnelles d’histoire, sont incompatibles avec le sens moderne du mot et doivent être entendue au sens de « recherche » : c’est d’ailleurs ce terme qu’a utilisé l’éditrice récente du texte en l’intitulant Recherches sur les plantes [1].

Ce qui nous est parvenu de ces Recherches, comme souvent pour les textes d’Aristote, est un cours avec des traces de remaniements, cours qui faisait du Lycée une véritable université puisque, selon Diogène Laërce, plus de 2000 auditeurs en suivaient les cours, ce qui posait d’ailleurs à Théophraste des problèmes de salles [2]. Par ailleurs, la production de Téophraste (ce n’est pas son nom de naissance mais un surnom  : « au parler digne des dieux ») touche, comme pour Aristote, toute l’étendue du savoir : logique, rhétorique, politique. On lui doit même des « Caractères » dont La Bruyère s’est inspiré.

Il s’agit pour lui de faire un inventaire des plantes et il lui faut donc un plan, un classement, texte qui retiendra notre attention car il n’a rien à voir avec la division moderne en genres et espèces pourtant d’origine aristotélicienne. Nous étudierons donc avec soin le passage où Théophraste présente sa catégorisation (I,3,1), ce qui nous permettra d’en préciser le vocabulaire.

Ἐπεὶ δὲ συμβαίνει σαφεστέραν εἶναι
Comme il arrive que soit plus clair
τὴν μάθησιν διαιρουμένων κατὰ εἴδη,
le fait de s’instruire en séparant par catégories
καλῶς ἔχει τοῦτο ποιεῖν ἐφ’ ὧν ἐνδέχεται.
il est bon de faire ainsi pour les cas où c’est possible.

« Comme il arrive que l’étude d’objets classés par catégories s’en trouve clarifiée, il est bon de procéder ainsi pour ceux qui s’y prêtent » [3]

Quel mot faut-il employer pour  « selon l’εἴδος » en sachant qu’Aristote avait mis en cause la conception platonicienne des formes (ou idées) qui préexisteraient à l’expérience humaine. Beaucoup plus proche des réalités empiriques [4], Aristote demande à l’enquête, ἱστορία, de lui montrer le vaste tableau de la nature dont il abstrait une catégorie typique, l’εἴδος. Théophraste, montre ainsi les principales catégories qui vont servir de base à sa description :

Πρῶτα δέ ἐστι καὶ μέgιστα καὶ
Voici les premières et les plus importantes et
_____σχεdὸν ὑφ’ ὧν πάντ’ ἢ πλεῖστα :
_____peut-être tous [les végétaux] ou la plupart
περιέχεται τάδε,
y sont comprises

δένδροv θάμνος φρύgανον πόα.
l’arbre, l’arbrisseau, les broussailles, l’herbe

« Voici les catégories fondamentales et essentielles qui comprennent, semble-t-il, la totalité ou la plupart des végétaux : les arbres, les arbrisseaux, les sous-arbrisseaux, les plantes herbacées » [5].

Comme on peut le constater, la division ne se fait pas par genres et espèces, manière de faire qui n’apparaitra qu’à l’époque moderne et qui utilisera d’une manière nouvelle ces outils intellectuels d’Aristote. Elle se fait d’une manière qui nous semble rudimentaire, en passant de l’arbre à la plante herbacée avec des intermédiaires de taille : arbrisseau, broussailles  et herbe (ou sous-arbrisseau et plantes herbacées en suivant la dernière traduction).

Comme le fait remarquer l’éditrice de Théophraste, Suzanne Amigues, cette classification s’impose encore aujourd’hui par son efficacité. Une flore de référence comme la Flore Forestière française publiée sous l’égide du Ministère de l’Agriculture [6] note que plusieurs classements peuvent être faits (par milieu de vie, par durée d’existence, par feuilles persistantes ou non) mais ce qui est mis en relief dans l’ouvrage, c’est le classement par la hauteur, c’est à dire d’après la hauteur des bourgeons :

flore

On y retrouve  bien les quatre niveaux de Théophraste : arbres, arbrisseau, broussailles et plantes herbacées.

ThéophrasteRechercheLa pertinence de l’enquête de Théophraste apparait bien dans l’ouvrage que Suzanne Amigues a réalisé en plus de l’édition bilingue dont elle utilise le texte français et qui présente des photographies des différentes espèces décrites [7].

Le lecteur d’aujourd’hui par le biais de l’identification qui a été faite de toutes les plantes décrites avec les noms d’aujourd’hui ainsi que le nom latin, peut comparer la description et la plante. L’intérêt est à la fois botanique mais aussi historique car quand Alexandre est allé jusqu’aux confins du monde connu de son époque, il était accompagné d’une équipe d’experts qui ont permis à Théophraste de décrire les espèces rencontrées dans ces pays lointains.

Illustrons d’une manière tout à fait analogue à ce que fait Suzanne Amigues, mais avec des images autres, ce que peut apporter l’illustration d’un tel ouvrage. Nous reprenons le texte de la traductrice à la suite de l’extrait cité plus haut.

_

FicusCarica« Un arbre est ce qui a un seul tronc partant de la racine, de nombreux rameaux, des nœuds, et qu’il n’est pas facile d’arracher ; par exemple, l’olivier, le figuier [8], la vigne »

PaliurusSpina-christi« Un arbrisseau est ce qui possède plusieurs troncs partant de la racine et de nombreux rameaux, par exemple la ronce, le paliure [9] »,

RutaChalepensis« un sous-arbrisseau, ce qui a de nombreux rameaux partant de la racine, par exemple chou (raphanos, ou encore krambè) et la rue [10] »,

Blé« une plante herbacée, que qui s’élève de la racine avec des feuilles et sans tronc et dont la tige porte le fruit, par exemple le blé [11] et les légumes ».

Théophraste poursuit cependant sa classification en disant qu’il faut considérer ces définitions « comme des formules schématiques », ce qui montre bien son esprit de précision et de rigueur.

Après avoir dans ce premier livre  étudié la morphologie végétale, il étudie ensuite les procédés de reproduction, les espèces d’arbres et d’arbrisseaux ainsi que l’effet de leur environnement, les différents types de bois. Il traite enfin des sous-arbrisseaux et des plantes herbacées.

Dioscoride

Dans les premiers mots de la préface de son ouvrage περί ὕλης ἰατρικῆς, De materia medica, « Des matériaux médicaux », Dioscoride (premier siècle de notre ère), expose son but :

Πολλῶν οὐ μόνον ἀρχαίων ἀλλὰ καί νέων
Beaucoup, non seulement des anciens mais aussi des modernes
συνταξαμένων περὶ τῆς
ayant rassemblé la
_____τῶν φαρμάκων
_____des remèdes
σκευασίας τε καί δυνάμεως καί δοκιμασίας
préparation, la force et l’expérimentation

φίλτατε Ἄρειε
Cher Areios
πειράσομαί σοι παραστῆσαι
je vais essayer de te montrer
μή κνῆν μηδε ὔλογον ορμήν με
que n’est ni vain ni non plus un effort insensé pour moi
προς τῇδε
que d’
_____ τήν πραγματείαν
_____ce travail
ἐσχηκέναι
entreprendre [12]

Il fait ensuite l’examen des auteurs qui l’on précédé où il dit avoir trouvé des choses intéressantes mais aussi des erreurs et surtout des lacunes. Il explique qu’ayant été militaire et ayant toujours été intéressé par les choses de la médecine, il a parcouru beaucoup d’endroits, ce qui lui a permis de rédiger son ouvrage.

Il demande l’indulgence pour son style mais assure ses lecteurs du soin avec lequel il a fait ses observations personnelles. Il donne ensuite des conseils pour le recueil et l’utilisation des plantes. Il présente ensuite à la suite plus de mille descriptions de remèdes naturels issus principalement des végétaux mais aussi partiellement d’animaux ou de minéraux : le classement se fait par propriétés thérapeutiques. Chaque description suit toujours à peu près le même plan : nom de la plante avec synonymes éventuels, dessin de la plante, habitat, description, usages médicinaux, effets secondaires indésirables, dosage, récolte, préparation, stockage, altération, usages vétérinaires, autres usages (magie), considérations géographiques.

John M. Riddle dans son ouvrage sur Dioscoride [13], fait remarquer que les médecins de l’antiquité n’était pas réduits à utiliser le seul effet placebo, ce que nous aurions tendance à croire depuis Molière, mais qu’ils disposaient de remèdes qui pouvaient être des antiseptiques, des anti-inflammatoires, des stimulants.

Le De Materia medica  a été par la qualité de ses descriptions, un livre qui a été traduit en latin et en arabe et qui n’a jamais cessé de circuler du Moyen Age à la Renaissance avant que des médecins herboristes aillent voir sur le terrain ce qu’il en était vraiment (et ils y découvrirent bien davantage d’espèces). La perspective changea alors et la « botanique » fut créée : la première chair qui lui fut consacrée le fut à Bâle en 1589. Il ne s’agit plus simplement de chercher les plantes médicinales, c’est-à-dire de classer en fonction de l’utilité pour l’homme, mais de procéder à un inventaire et à une classification en fonction des plantes elles-mêmes.

Pline l’Ancien

Avant de montrer la contribution de Pline l’Ancien à l’étude des plantes, il faut bien comprendre son projet de Naturalis historia, classiquement traduit « Histoire naturelle » mais où historia doit être pris dans son sens grec vu plus haut de « Recherche ». Dans sa préface il indique que son projet se situe dans l’esprit grec d’une encyclopédie : avec ses 37 livres touchant sur tous les sujets, il a bien le sentiment non pas d’écrire un ouvrage suivi, mais de mettre à disposition de tous un savoir sur la nature des choses. Il propose d’ailleurs dans son livre I un plan détaillé de son œuvre pour que tout lecteur puisse facilement trouver ce qui l’intéresse. C’est d’ailleurs à titre d’encyclopédie du savoir de son époque que son Histoire naturelle a été soigneusement conservée, comme l’atteste le nombre des manuscrits, et longtemps considérée comme une référence.

Considéré à l’époque contemporaine comme une compilation certes gigantesque mais superficielle, la nature de son projet fait l’objet d’une révision récente de Valérie Naas [14]. Pline, haut fonctionnaire, proche des sommets de l’État (il dédie son ouvrage à Titus, successeur désigné de Vespasien) a conscience, en récapitulant l’ensemble du savoir, de faire œuvre morale et politique. Il s’agit de montrer le parallèle entre un pouvoir bienveillant pour les hommes et une nature également bienveillante, providentielle, utile aux hommes.

Cette récapitulation est ordonnée pour être une mise en ordre du monde, dans sa totalité, comme un censeur romain pourrait en faire l’inventaire des richesses, y compris dans ses aspects merveilleux qui en montrent la puissance. On se retrouve comme dans un triomphe où le vainqueur exhibe toutes les richesses prises. Ici, c’est à Rome que toutes les richesses du monde sont destinées et dont l’inventaire est dressé.

Pour se rendre compte de son projet, on peut par exemple examiner le déroulement du début du texte (après l’introduction et la « table des matières »). Il s’ouvre par le point de vue le plus vaste qui soit, la description du globe céleste, des planètes et de leurs mouvements et des quatre éléments. Le chapitre V qui s’ouvre alors traite de la divinité.

 Quapropter
C’est pourquoi
_____effigiem dei formamque quaerere
_____que rechercher une image et une forme pour Dieu
_____inbecillitatis humanae
_____[relève] de la faiblesse humaine
reor.
je pense

Immédiatement après, il réfléchit sur l’idée de Dieu, dont il se demande s’il ne doit pas être confondu avec le monde lui-même (ce qu’explicitera Spinoza plus tard en parlant de Deus, sive natura : Dieu, c’est-à-dire la nature).

Quisquis est deus, si modo est alius,
Qui que soit Dieu, si toutefois il est distinct [du monde]

En effet, pour la philosophie stoïcienne dominante dans les hautes sphères à cette époque (mise en valeur par exemple par Sénèque), Dieu fait partie de la nature : Pline récuse longuement l’anthropomorphisme des dieux antiques. Il termine de la façon suivante :

deus est mortali iuvare mortalem,
Dieu c’est, pour un mortel, d’aider un mortel
et haec ad aeternam gloriam via.
et c’est la voie vers la gloire éternelle
hac proceres iere Romani,
par celle-ci sont allés les plus grands des Romains
hac nunc caelesti passu cum liberis suis
par [cette voie] céleste maintenant, avec ses enfants
vadit maximus omnis aevi rector Vespasianus Augustus
va le plus grand souverain de tous les temps, l’empereur Vespasien
fessi rebus subveniens.
soutenant [un monde] épuisé par les évènements.

On est peut-être étonné par ce texte dont le début est obscur et dont la finale semble une pure flatterie adressée au prince. Il faut observer cependant que faire chaque jour quelque chose « pour un mortel » est une pratique des stoïciens et c’est par là s’unir à la divinité ; Titus devenu empereur en 79 n’y manquait pas comme nous le rapporte Suétone (Vie de Titus, chap. 8) :

Un soir au diner, Titus prit conscience qu’il n’avait rien fait pour personne de toute la journée et il déclara, ce qui est devenu proverbial, «amici diem perdidi, mes amis, j’ai perdu ma journée » [15].

Par ailleurs, Pline, ancien camarade d’armée de Titus, haut-fonctionnaire proche de l’empereur, manifeste son désir d’élever un monument à un prince bienveillant pour les humains et dont le règne pacificateur va restaurer toute chose. Cependant comme à la manière du pouvoir impérial la nature est bienveillante, cette perspective permet de comprendre la façon dont Pline traire des plantes du livre XII au livre XXVII : c’est par rapport à l’homme que les plantes doivent être vues. S’il utilise les données de Théophraste, son propos est tout différent.

Voici le contenu des différents livres :
Livre XII : des arbres
Livre XII : des arbres exotiques et des parfums
Livre XIV : des arbres fruitiers
Livre XV : des arbres fruitiers
Livre XVI : des arbres sauvages
Livre XVII : de la culture des arbres
Livre XVIII : des céréales
Livre XIX : du lin et de l’horticulture
Livre XX : des remèdes issus des plantes du jardin
Livre XXI : des fleurs et des guirlandes
Livre XXII : des herbes et des grains
Livre XXIII : des remèdes issus des arbres cultivés
Livre XXIV : des remèdes issus des arbres sauvages
Livre XXV : des herbes sauvages et de leur importance
Livre XXVI : autres remèdes fournis par les plantes, classés par maladies
Livre XXVII : autres espèces de plantes et de remèdes

Comme on peut le voir, la perspective est l’utilité que les végétaux peuvent présenter à l’humanité et par exemple dans le Livre XII, quand il commence à parler des arbres, il parle d’abord des arbres consacrés aux divinités, il rappelle les bienfaits des arbres fruitiers, du bois de construction. Il parle ensuite d’un arbre importé, le platane, dont l’utilité principale est l’ombrage qu’il apporte. Il cite ensuite des platanes gigantesques (et mythiques à nos yeux) qui peuvent servir d’abri. Il passe, semble-t-il par association d’idées à d’autres arbres exotiques comme le cerisier ou le pêcher puis le citronnier dont les vertus nombreuses sont signalées.

L’histoire naturelle ne trouve son sens que comme architecture globale d’un monument élevé à la gloire de l’Empire qui domine le monde par les armes, et la nature par son ingéniosité et sa persévérance.

***

Vésuve79On affirme souvent que Pline l’Ancien est décédé des suites de sa curiosité scientifique qui l’a poussé à regarder de trop près l’éruption du Vésuve : ce n’est qu’à moitié exact. Si on lit la lettre de Pline le Jeune à Tacite [16] où il raconte la mort de son oncle, on constate que d’abord, de Misène où il était, sa curiosité l’avait poussé à envisager un bateau léger pour se rapprocher de l’éruption probablement dans le golfe de Naples comme le suggère la carte  [17]. Cependant, il en prend finalement un plus important car il a reçu un appel au secours d’amis qui se trouvaient à Stabies. Il s’y rend : ayant dû évacuer la maison où il se trouvait, il regagne la côte pour s’embarquer mais fut le seul à périr étouffé par des vapeurs de souffre. Il doit donc la mort autant à sa curiosité scientifique qu’à son souci stoïcien de iuvare mortalem, d’aider son « prochain ».

À voir l’attitude de ce milieu stoïcien, on comprend mieux l’attitude de Pline le Jeune face aux chrétiens que l’on trouve dans sa lettre à Trajan  (Livre 10, lettre 97)) où il constate que :

Nihil aliud inveni quam superstitionem pravam et immodicam
il ne s’agit de rien d’autre qu’une superstition perverse et excessive

Pour le milieu de Pline, aider son prochain était certes une solidarité de classe mais aussi la mise en œuvre du bienfait stoïcien à opérer régulièrement : la réponse de son oncle à l’appel au secours avait été faite en ce sens. Cependant, il y un monde (et pas uniquement de différences sociales) entre la bonne action quotidienne du stoïcien et l’amour des ennemis proposé par la secte chrétienne pravam et immodicam car ceux-ci, au nom de leur foi, refusaient tout contact avec le paganisme, se coupaient de leurs voisins, refusaient le culte civique et donc pratiquement toute vie sociale, ce qui les obligeaient à vivre à part. La liberté d’association ayant été suspendue par Pline dans sa province, les chrétiens devenaient suspects de subversion [18].


Actualités :

– à qui s’intéresserait au père de tous les réformateurs pédagogiques, Comenius, je conseille la lecture du billet d’Aurélie Blanc qui lui est consacré et où l’on pourra voir en particulier de nombreuses reproductions très lisibles d’originaux d’éditions d’époque qui se trouvent à la Bibliothèque Diderot de Lyon

– on trouvera en page actualité une présentation du numéro 211 du Monde de la Bible avec un dossier sur Noël qui éclaire beaucoup d’aspects historiques de cette fête qui ne fut commencée à être célébrée qu’au IIIe siècle.

  1. Théophraste, Recherches sur les plantes, texte établi et trad. par Suzanne Amigues, les Belles lettres, 1988 []
  2. Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, 5, 36 []
  3. Traduction de Suzanne Amigues []
  4. comme la tradition l’indique dans la célèbre fresque de l’École d’Athènes []
  5. Traduction de Suzanne Amigues []
  6. J.C. Rameau et al., Flore Forestière française, Institut pour le développement forestier, Tome 1 Plaines et collines, 1989, p. 18 []
  7. Théophraste, Recherches sur les plantes, texte établi et trad. par Suzanne Amigues, Belin, 2010 []
  8. Source []
  9. Source []
  10. Source []
  11. Source []
  12. texte grec issu d’une édition ancienne : De Materia medica libri quinque, Lipsiae, 1829-1830 ; il existe une traduction en anglais : De Materia medica, translated by Lili Y. Beck, Hildesheim : Olms, 2005 []
  13. John M. Riddle, Dioscorides on pharmacy and medicine, Austin : University of Texas press, 1985 []
  14. Valérie Naas, Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien, Rome, École française de Rome, 2002 ; voir aussi : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, texte traduit, présenté et annoté par Stéphane Schmitt, Gallimard, 2013, coll. La Pléiade []
  15. Baden Powel, inspiré par les vertus anciennes du stoïcisme plus que par la charité chrétienne, reprit cette pratique et l’appela la Bonne Action quotidienne []
  16. Livre VI, Lettre 16 []
  17. Source de la carte []
  18. J.-M. Mayeur et al., Histoire du christianisme, Tome 1, Desclée, 2000 []

Du pied romain au pied de l’aéronautique

MètreUSA3Les avions volent à des altitudes notées en pieds : par exemple, entre deux appareils qui se trouvent dans le même secteur, il doit y avoir une différence d’altitude de 500 pieds. Peut-on penser que le pied romain ou pes monetalis de 29,57 cm a eu pour dérivé le pied aéronautique de 30,48 cm ? Essayons de suivre l’évolution de cette mesure sur la longue durée : comme l’aéronautique est dominée par les États-Unis dont les mesures sont issues du système britannique, c’est par l’Angleterre qu’a pu se faire un éventuel lien. Examinons-en les étapes.

La paix romaine, qui a régné en Bretagne du premier au quatrième siècle, a permis une acclimatation au système romain des poids et mesures (et il en reste des traces archéologiques) mais elle cesse quand les armées romaines sont rapatriées à Rome après le sac de Rome par Alaric en 410. Les bretons (dont certains émigrent vers la Bretagne actuelle) subissent les invasions venant du nord de l’Écosse (Picts) ou d’Irlande (Scots) puis des peuples germaniques Jutes, Angles et Saxons. Les Anglo-Saxons qui auraient été appelés par les bretons pour les défendre des Picts et des Scots selon Bède le Vénérable [1] forment des royautés qui, comme les francs, se convertirent au catholicisme [2].

Si l’on examine les traces de monuments de l’époque qui avaient été décrits avec des unités de longueur, une des hypothèses est que l’unité employée, la perche de 503 cm (rod), est un multiple du pes drusianus de 33,27 cm (33,27 x 15 = 499,05 soit une erreur de moins de 1%). Cet usage du pied drusien s’expliquerait par le fait que les envahisseurs venaient de Germanie où Drusus avait déjà repéré (et accepté) cet usage. On doit noter que la perche fait actuellement encore partie du système britannique avec une longueur définie par rapport au pied dans un rapport de 16 pieds et demi (avec le pied actuel de 30,48 cm) et donc une longueur de 16,5 x 30,48 = 502, 92 cm ≈ 503 cm. La survie de la perche expliquerait donc ce rapport bizarre entre une ancienne unité germanique et une nouvelle, le pied, qu’il faut maintenant suivre [3].

Plus exactement, il faut suivre le yard qui a été associé à la perche de 503 cm, étant entendu que le pied est le tiers du yard. La légende veut qu’il soit la longueur du bras de Henri Ier : nous sommes maintenant au 11e siècle, après la conquête de Guillaume le conquérant dont Henri Ier est le plus jeune de ses fils.

Mercatorum falsam ulnam castigavit,
Il corrigea la fausse aune des marchands
brachii sui mensura adhibita,
en utilisant la mesure de son bras
omnibusque per Angliam proposita.
établie pour tous en Angleterre. [4]

Connord (p.83) cite un texte français d’un certain Britton, écrit vers 1290, qui évoque en parlant du yard :

le aune de deus coutes et deus pouz

La coudée étant équivalente à 18 pouces, deux coudées feraient donc 36 pouces et le yard 36 + 2 = 38 pouces (au lieu des 36 pouces du système anglais actuel). Ce pouce ferait donc 91,44 / 38 = 2,41 cm ce qui le rapproche du pouce romain de 2,46 (que nous avons vu dans un précédent billet).

On peut donc faire l’hypothèse (mais elle est invérifiable avec les sources actuelles) que le système britannique aurait deux origines : une liée à un système germanique (repéré par Drusius) qui conduit à la perche, et une autre associée au système romain qui conduit au yard, ce qui expliquerait le raccordement fractionnaire difficile entre les deux systèmes que l’on peut résumer comme suit :

Origine romaine :
12 inches    = 1 foot
3 feet           = 1 yard

raccordement entre les deux systèmes
5½ yards     = 1 rod, pole, or perch

Origine germanique
40 rods        = 1 furlong
8 furlong     = 1 mile

Connord fait l’hypothèse que si c’est le système du yard qui s’est raccordé à la perche et non l’inverse, c’est que la perche était l’unité utilisée pour mesurer les terres et donc les redevances dues à la noblesse, alors que le yard était simplement utilisé pour le commerce (du drap en particulier, comme l’aune en France) : il est plus facile d’ignorer les protestations des marchands que de tenter de modifier les habitudes de la noblesse. Ceci expliquerait la différence de 3% qui s’est produite entre le pied romain et le pied britannique

Ce raisonnement n’est possible que si la valeur du yard n’a pas évolué depuis le début du second millénaire : cela semble être le cas. Bien que d’autres soient attestés auparavant, le premier étalon physique conservé est celui du yard de d’Henri VIII (1496) : il  a une longueur qui correspond pratiquement à la valeur actuelle mais la conservation des étalons de longueur va faire proposer d’autres solutions.

Le pendule battant la seconde

Dès la fin du 17e siècle, l’astronome Jean Piccard (1620-1682) qui mesura le premier le rayon terrestre par triangulation, évoque dans son livre Mesure de la terre de 1671 la possibilité de dématérialiser les étalons des mesures physiques :

Picard1À cette fin, Picard propose d’utiliser la longueur d’un pendule battant la seconde (d’une longueur analogue à celui du balancier d’une horloge comtoise qui marque une seconde à chaque oscillation). Picard prend cette longueur et en fait la base d’un système métrologique complet :

Picard2

Picard note cependant que des expériences semblent manifester que ce Rayon Astronomique dépend du lieu d’observation, ce qui sera confirmé ensuite et dissuadera de prendre cette mesure comme étalon lié à la nature. Cependant Talleyrand propose encore cette solution en 1790. On sait que en 1791, l’Académie des sciences, rejetant le pendule pour sa variabilité en fonction du lieu, proposera de prendre la terre comme unité de base en mesurant une partie du méridien terrestre [5].

Aux USA le système décimal a existé pour la monnaie dès 1785, c’est-à-dire avant la Révolution française et Jefferson en 1790 propose un système basé sur le pendule battant la seconde, dont la longueur serait divisée en quatre pieds et il suggère de décimaliser les mesures de longueurs  : 1/10 foot = 1 inch ; 1/10 inch = 1 line … 10 feet = 1 decad ; 10 decads = 1 rood, etc. [6]

En 1791, quand il apprit la décision française d’abandonner la longueur du pendule pour celle du méridien terrestre, Jefferson regretta que cette mesure ne soit pas vérifiable partout comme pouvait l’être celle de la longueur du pendule. En 1795, le plan de Jefferson fut rejeté tant pour des raisons pratiques que pour des raisons politiques, les USA voulant rester neutres dans le conflit entre la France et l’Angleterre.

La période contemporaine aux USA et au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, pour des raisons politiques, refuse de s’engager dans une réforme initiée par la France révolutionnaire mais éprouve dès le début du 19e siècle le désir de rendre plus rigoureuses ses unités de poids et mesures. Dès 1814 il est proposé de faire dépendre les unités les unes des autres comme dans le système métrique où les unités de poids et de volume dépendent de l’unité de longueur. Pour fixer l’unité de longueur, la solution du pendule battant la seconde (à Londres) est adoptée. Certaines unités traditionnelles sont supprimées (le gallon de vin par exemple). Ces mesures formeront le système « Impérial » des poids et mesures. En 1824 le système impérial est complètement défini et il devient obligatoire l’année suivante : des étalons physiques sont construits mais détruits lors d’un incendie en 1834. Comme on eut des doutes sur la précision obtenue avec un pendule battant la seconde, on préféra utiliser la comparaison avec des copies existantes pour reconstituer les étalons de référence.

Aux USA, un rapport de 1821 de John Quincy Adams (6e président des USA de 1825 à 1829) recommande qu’on établisse des copies des étalons de mesure anglais mais qu’on détermine aussi leur valeur par rapport au système métrique. Cependant le refus pratique du système métrique par les français eux-mêmes a été tel (Napoléon en 1812 autorise l’usage des anciens noms aune, toise, etc.), qu’il n’envisage pas de pousser à son adoption.

Il fallait que le bénéfice de système apparaisse progressivement aux yeux des autres nations pour que les USA puissent envisager de faire de même. C’est ce qui se passe : le système métrique a été diffusé en Europe sous l’effet des conquêtes napoléoniennes, il est redevenu la norme en France en 1840, il aida la Prusse à unifier l’Allemagne quand il fut adopté pour l’union douanière (Zollverein) en 1872. En 1862 au Royaume-Uni, une commission propose que le système métrique devienne légal mais non obligatoire, mais elle n’est pas suivie.

En 1866 le président américain signe une loi qui déclare que le système métrique est « présenté » au peuple américain et qu’il devient un instrument approuvé pour le commerce. Il n’est pas obligatoire mais devra être enseigné à l’école. Le législateur espère que la génération montante l’adoptera parce qu’il fait partie des éléments les plus avancés de la civilisation et du fait de cette acceptation progressive à venir, de nouvelles mesures législatives générales ne sont pas envisagées.

En 1875 la Convention du mètre signée à Paris, envisage un étalon international du mètre, ce qui permet de faire tomber le reproche d’un étalon spécifiquement français. Cette convention est également signée par les Etats-Unis. Un American Metric Bureau est créé à Boston en 1876 dont le secrétaire fut un certain Melvil Dewey connu pour avoir créé le système décimal de classification des bibliothèques. Cependant, dès 1879 des opposants au système métrique créent une institution opposée et diffusent leur information par des campagnes de presses et des ouvrages. En 1893 les unités traditionnelles sont définies par rapport aux unités du système métrique. En 1901 un National Bureau of Standards est créé par le Congrès.

La controverse va se poursuivre entre pro- et anti-système métrique. En 1975 Le Metric Conversion Act (renforcé en 1988) est signé par le président Gérald Ford : il stipule que le système métrique est préféré aux États-Unis pour les affaires et le commerce mais il autorise l’usage des unités traditionnelles pour les activités non commerciales.

Le Royaume-Uni signe la Convention du mètre (de 1875) en 1884 : en 1897 il devient légal mais non obligatoire d’utiliser le système métrique pour le commerce mais les unités du système impérial continuent à être utilisées. En 1963, sous la pression des associations scientifiques et des Chambres de commerce (qui avaient fait déjà plusieurs rapports en faveur du système métrique), plusieurs décisions sont prises dont par exemple le fait que les unités du système impérial soient définies maintenant non plus par leurs unités physiques mais par référence au seul système métrique (un yard est strictement égal à 0,9144 m). Un plan de 10 ans en vue du passage au système métrique est mis en place en 1968 et dès 1970 les ¾ des exportations étaient faites en l’utilisant.

En 2014 une enquête d’une association en faveur du système métrique note cependant dans un rapport que puisque la population actuelle est plutôt opposée au système métrique (50% selon le sondage associé à ce rapport), il est illusoire d’attendre que le passage au système métrique s’effectue progressivement sans obligation légale. Le système métrique est obligatoire pour le commerce (et enseigné à l’école) mais c’est le système impérial qui est utilisé dans la vie courante : 80% des interrogés du sondage utilisent l’ancien système pour noter leur propre poids. Testés sur leur connaissances, 11% pensent qu’il y a 100 m dans 1 km et seuls  57% seulement connaissent la bonne réponse (qui devait être donnée en moins de 10 s). Toutefois ce résultat est meilleur que pour donner le nombre de yards dans un mile où 24% seulement donnent la bonne réponse (il est vrai un peu difficile de 1760 yards).

***

Le 23 septembre 1999, la sonde Mars Climate Orbiter s’écrase sur la planète Mars : l’enquête révèle que la société responsable de la fabrication de la sonde en a transmis les spécifications dans le système traditionnel d’unités tandis que la NASA au sol utilisait un système de navigation métrique. Cette juxtaposition de fait des deux systèmes emplit la vie américaine comme on peut le voir sur le mètre à ruban mit en tête de ce billet.

MètreUSA4

Comme le signale un adversaire du système métrique dans un article du New Worker d’octobre 2002 [7], le système traditionnel fonctionne parfaitement bien car il est adapté aux tâches à accomplir. Pour couper une planche, un millimètre est trop petit par rapport à une lame de scie. Par contraste, les mesures traditionnelles qui se divisent par deux : demi, quart, seizième et trente-deuxième de pied « sont harmonieusement adaptées au but envisagé ».

Il est vrai que la progression par double ou moitié qui était requise à l’origine pour les monnaies par la Convention subsiste toujours avec la série approchée des pièces et billets de 1, 2, 5, 10, 20, 50 etc., unités de compte et que pour acheter du beurre on utilise un emballage de 250 g (d’ailleurs ancienne demi-livre) ou de sa moitié (125 g), ce qui manifeste que le système métrique peut parler plusieurs langages. Peut-être un jour parlera-t-il le langage de l’aéronautique ? Le pied romain aura alors terminé son parcours historique, mais ce n’est peut-être pas souhaitable pour des raisons de sécurité aérienne afin de ne pas répéter sur terre ce qui est arrivé sur Mars.

  1. Histoire ecclésiastique du peuple anglais, I, 15 []
  2. Bède, I, 25 []
  3. R.D. Connor, The Weights and Measures of England, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1987 []
  4. Chronique de Guillaume de Malmesbury citée par Connor p.83 []
  5. Ken Adler, Mesurer le monde, Flammarion, 2005 ; Denis Guedj, Le mètre du monde, Seuil,2000 []
  6. Charles F. Treat, A History of the Metric System Controversy in the United States, National Bureau of Standards, 1971 []
  7. David Owen, « Measure for Measure. How the metric system conquered the world – almost », The New Worker, October 14 & 21, 2002, p. 212-216 : il s’agit du compte rendu du livre de Ken Adler, The Measure of All Things, traduit en français sous le titre Mesurer le monde, Flammarion, 2005 []