Archives de catégorie : Textes techniques latins et grecs

Textes techniques latins (5) La centuriation

L’intrigue de la première bucolique est basée sur un problème d’expropriation car pour installer ses vétérans, Auguste chasse les anciens occupants de nombreuses régions. Il s’en explique dans ses Res gestae [1] :

_____Millia civium Romanorum sub sacramento meo fuerunt
circiter quingenta
Environ cinq cent milliers de citoyens romains me furent assermentés
Ex quibus deduxi in colonias aut remisi in municipia sua
de ceux-ci j’en ai établi dans des colonies ou renvoyés dans leurs municipes
stipendis emeritis
leur service achevé
millia aliquanto plura quam trecenta
un peu plus de trois cent mille
et iis omnibus
et à tous ceux-ci
agros adsignavi
j’ai assigné des terres
aut pecuniam pro praemis militiae dedi
ou j’ai donné de l’argent comme récompense de leur service aux armées (3,3)

Dans la région de Mantoue, les propriétaires, comme Tytire et Melibée sont expulsés pour permettre de fonder la colonie : certains cependant, en général ceux qui ont pris le parti du vainqueur peuvent obtenir de rester sur place. Tytire lui implore le prince qui par un  « pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros », faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux, lui donne le droit de rester.

Les opérations de fondations de colonies, c’est-à-dire d’octroi de terres à des vétérans par exemple, concernent des populations très importantes (300.000 personnes dans le cas d’Auguste) et supposent donc une logistique très précise. Il s’agit, dans un territoire conquis ou confisqué, de tracer des lots de terrain en nombre considérable, ensuite de les attribuer à des individus et d’en garder trace dans un cadastre enregistré pour résoudre toutes les contestations ultérieures.

Continuer la lecture de Textes techniques latins (5) La centuriation

  1. Res gestae divi Augusti, édition de John Scheid, Les belles lettres, 2007 []

Textes techniques latins (4) La réforme du calendrier

Suétone dans la Vie des douze Césars (chap. 40) décrit la réforme du calendrier faite par César en 45 av. JC. :

Conversus hinc ad ordinandum rei publicae statum fastos correxit
Se tournant ensuite vers l’organisation de l’état, il corrigea la situation du calendrier

jam pridem vitio pontificum per intercalandi licentiam adeo turbatos
depuis longtemps et à ce point perturbé par la fautes de pontifes et de leur abus des intercalations

ut neque messium feriae aestate neque vindemiarum autumno conpeterent;
que les fêtes des moissons ne tombaient pas en été ni les vendanges en automne

annumque ad cursum solis accommodavit,
il rendit conforme l’année au cours du soleil

ut trecentorum sexaginta quinque dierum esset
de façon à ce qu’elle ait trois-cent-soixante-cinq jours

et intercalario mense sublato unus dies quarto quoque anno intercalaretur.
le mois intercalaire étant supprimé,  un jour chaque quatre année devant être intercalé
Continuer la lecture de Textes techniques latins (4) La réforme du calendrier

Textes techniques latins (3) Frontin, les aqueducs de Rome

Rome a inventé la jurisprudence et l’eau courante : certains disent que c’est beaucoup moins que les grecs, mais l’état de droit et l’hygiène nous concernent encore de très près. Les aqueducs qui ont permis cette avancée ont laissé des traces à Rome comme les arches de cet aqueduc construit par Néron et que l’on peut voir depuis St-Jean de Latran.

On trouve mention de cet aqueduc dans l’ouvrage d’un homme politique du premier siècle qui eut une carrière brillante sous les règnes de Domitien et de Nerva. Il occupa à un moment de sa carrière la très importante charge de curator aquae, c’est-à-dire de curateur des aqueducs, charge aussi importante que celle de curateur de l’annone ou des routes comme le souligne Alain Malissard dans son livre (déjà cité à propos de la pompe à incendie où il montre les rapports des romains avec l’eau [1]. Frontin n’est curateur des aqueducs que peu de temps mais rédige un rapport officiel où il fait le point de la situation tant sur les aspects techniques que réglementaires, rapport intitulé De aquaeductu Urbis Romae, des aqueducs de la Ville de Rome. Selon Pierre Grimal qui a établi, traduit et commenté le texte [2], l’intention de l’auteur est de réformer l’administration des eaux et son rapport est destiné à l’empereur : il veut dans ce cas précis des « eaux », appliquer la politique générale de restitution du pouvoir réel à l’ordre sénatorial contre l’administration urbaine qui avait réussi à s’autonomiser dans un corps de fonctionnaires. Destiné au public, son rapport est une pièce de la propagande de Trajan (Grimal : XV).

Continuer la lecture de Textes techniques latins (3) Frontin, les aqueducs de Rome

Textes techniques latins (2) Compter sur ses doigts à Rome

Sur le côté droit du sarcophage du Louvre dit des Neuf muses [1], on peut voir deux personnages : à gauche peut-être une des muses, tendant un volumen à un homme à droite qui fait un geste qui nous semble énigmatique. Il lui tend la main droite, deux doigts tendus, deux doigts repliés et le pouce plié, collé sur les doigts inférieurs.

L’interprétation qu’en donne Gérard Minaud, que nous allons suivre tout au long de ce billet [2], est que ce signe de la main droite est la représentation d’un nombre, représentation qui devait être évidente dans l’ensemble du monde antique puisqu’elle n’y est jamais décrite (mais les allusions y sont nombreuses) et que ce n’est que Bède le Vénérable, qui au 8e siècle a éprouvé le besoin de mettre par écrit le système [3].

Continuer la lecture de Textes techniques latins (2) Compter sur ses doigts à Rome

Textes techniques latins (1) Vitruve et la pompe à incendie

La pompe à incendie décrite par Vitruve dans le texte que nous allons étudier à eu une longue carrière puisqu’elle a été utilisée jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Alain Malissard dans son livre sur Les Romains et l’eau[1] nous signale même qu’elle était utilisée la nuit de la libération en Juin 1944 lors de l’incendie à Sainte-Mère-l’Église.

Les fidèles d’Hergé en reconnaitront une autre trace dans la première édition de l’Ile noire qui date de 1938 et qui nous montre les pompiers apportant leur matériel, puis, ensuite,  utilisant la pompe posée à terre en maniant à deux le bras de levier.

L'île Noire, 1938, p.44 © Hergé/Moulinsart
p.45

On peut encore en voir un modèle dans un parc public à Chenevières (Meurthe et Moselle)

Continuer la lecture de Textes techniques latins (1) Vitruve et la pompe à incendie