Contact

Philippe Cibois

Attention, les commentaires dans ce carnet sont en ordre chronologique afin de faciliter la compréhension des fils de discussion.

12 réflexions au sujet de « Contact »

  1. Professeur delettres classiques en retraite, ayant défendu pendant toute ma carrière l’enseignement des langues anciennes, ayant aussi pratiqué l’enseignement conjoint du latin et du grec, je suis en train de prendre connaissance du rapport des IG (qui me paraît fouillé et intéressant) et je vois que sur plusieurs points il reprend les textes de vos articles. Comment s’est donc située votre collaboration ?
    Cordialement
    ML Brunet

    1. J’ai été contacté par l’Inspection générale à la suite de ma participation à une émission de France Culture en octobre 2010. Une rencontre a eu lieu ensuite pendant laquelle j’ai présenté l’utilisation des expressions latines du français pour l’apprentissage. L’inspection a dit qu’elle utiliserait cette présentation et cela a été le cas sur certains points.
      PhC

  2. Cher Monsieur,
    Âgée de 45 ans, professeur de sciences, je n’ai fait de latin qu’en 5e, puis ai choisi le grec pendant 3 ans avant d’abandonner quand le poids des matières obligatoire a été trop grand. Je suis heureuse d’avoir pu bénéficier de cette formation qui m’aide à comprendre et retenir les termes scientifiques et a élargi mon horizon vers des écrivains antiques. Je me souviens de cette émotion quand j’ai compris qu’il y a plusieurs dizaines de siècles, des hommes pensaient et écrivaient, comme moi aujourd’hui, et que je pouvais même les comprendre encore….
    Je ne souhaite pas argumenter sur les bienfaits respectifs de l’apprentissage au collège du grec ou du latin, mais juste vous faire part de la remarque d’un des professeurs de l’école anglophone de ma fille (nous vivons à l’étranger). Il nous a confié que le système anglais, apparemment, étudiait le retour du latin dans l’enseignement général, car on avait remarque les bienfaits de son apprentissage pour la maitrise de l’anglais par les élèves…
    J’imagine que ces arguments sont avancés par les professeurs de lettres classiques pour maintenir leur enseignement dans les programmes, mais rencontrent-ils un écho auprès de l’Education Nationale ?
    Bien cordialement,
    JQ

    1. Merci de votre témoignage : c’est effectivement très enrichissant de pouvoir communiquer avec des auteurs d’une autre langue, d’un autre temps. Personnellement, j’éprouve beaucoup de plaisir à pouvoir être en rapport assez direct avec Cicéron, Augustin, Érasme, Hobbes ou Spinoza, mais aussi Dante, Machiavel ou Shakespeare. J’ai la même impression en écoutant Bach ou Mozart mais la musique est une langue plus universelle que les langues naturelles.

      Pour ce qui concerne les bienfaits de l’apprentissage du latin pour la maitrise du français ou de l’anglais (dans sa partie issue du latin via le français), je crois qu’il faut y regarder de près. En effet, si les conjugaisons sont restées à peu près les mêmes du latin au français, elles font tellement partie du cœur de la grammaire qu’elles sont souvent acquises au niveau du collège. Pour les déclinaisons latines qui ont été remplacées progressivement par des particules, leur connaissance n’est d’aucune utilité pour la maitrise du français. Pour l’étymologie, les choses sont plus complexes : vous noterez par exemple que homo avec un seul m a donné homme avec deux, de même poma pour pomme. Pour l’accent circonflexe, regardez ce que j’en ai déjà dit : http://enseignement-latin.hypotheses.org/224#circonflexe. Il faut aussi prendre en compte le phénomène des doublets savants et populaires : causa a donné chose et cause, ministerium a donné métier et ministère. Bien souvent, c’est le mot français connu qui permet de comprendre le latin et non l’inverse car le vocabulaire latin acquis dans le secondaire est très limité du fait de l’usage immodéré du dictionnaire.

      Un autre argument entendu est celui de la « gymnastique de l’esprit » : la pratique du latin développerait un sens de la logique utile partout ailleurs. C’est peut-être vrai mais ce n’est pas spécifique au latin car tout apprentissage complexe réussi conduit au même résultat, que ce soit des problèmes d’échecs, de plomberie ou de mathématiques. Il faut faire du latin au collège pour comprendre la latin du français (curriculum vitae, numerus clausus, etc.), il faut faire suffisamment de grec pour pouvoir lire les caractères grecs et repérer les racines des mots scientifiques. Au lycée, il faut développer une filière littéraire avec des langues anciennes qui soit une préparation aux concours de recrutement d’enseignants de français et d’histoire.

      Merci de votre participation.

  3. Cher monsieur,
    étudiante allemande de français et latin, je prépare un dossier sur l’enseignement des langues anciennes en France au XIXe siècle. Je m’intéresse surtout pour le grand poète Charles Baudelaire qui semble avoir eu un talent exceptionnel pour des vers latins. Avez-vous une suggestion où je pourrais trouver plus d’informations sur les auteurs latins qui faisaient partie du programme d’étude dans les années trente du XIXe siècle?
    Bien cordialement,
    KE

    1. La réponse à votre question se trouve dans l’ouvrage d’André Chervel, Les auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement secondaire de 1800 à nos jours, Paris, Institut national de recherche pédagogique / Publications de la Sorbonne, 1986
      Je vous cite ce qui vous intéresse, c’est à dire pour l’année 1831
      1839 :Classes élémentaires
      De viris illustribus urbis Romae

      1831
      Sixième :
      Évangiles des dimanches en latin, Cornelius Nepos

      Cinquième
      Novum testamentum (actes des Apôtres)
      Selectae è profanis
      Selectae ex Ovido Fabulae

      Quatrième
      Prosodie latine
      Gradus
      Ciceron De Senectute et De Amicitia
      Commentarii Caesaris
      Quinte-Curce
      Térence (l’Andrienne)
      Virgile

      Troisième
      Prosodie latine
      Cicéron (Discours)
      Salluste
      Virgile

      Seconde
      Le traité De Officiis et discours de Cicéron
      Extraits de Tite-Live
      Tacite, Virgile, Horace

      Rhétorique (première)
      Discours et traités oratoires de Cicéron
      Conciones
      Virgile, Horace

  4. Cher Monsieur

    Bien que non-enseignant, je suis régulièrement les idées émises par les professeurs de lettres classiques pour intéresser les jeunes aux mondes antiques, et j’en suis venu à me poser quelques questions, que je vous soumets.

    Peut-être pourrai-je ainsi apporter un petit grain de sable à notre patrimoine humaniste, mon but étant – comme celui d’une collectivité de professions diverses, heureusement assez vaste – de contribuer à maintenir en vie cet héritage irremplaçable des mondes antiques. Les optimistes diront « à le faire revivre », les pessimistes « à l’empêcher de mourir »…

    Première question : que devient la « culture enfantine » ?

    Autrefois (je ne suis pas tout jeune !) il y avait dans beaucoup de familles un oncle ou un grand-père qui racontait, au même titre que les contes de Perrault, les aventures d’Ulysse, de Jason, d’Enée, etc, qui sont pour le moins « de belles histoires ». C’est encore le cas en Grèce, et si vous y passez, regardez les titres des albums pour l’enfance, dans les vitrines des libraires…

    Et puis, en classe de 6ème, on avait souvent la chance de tomber sur un professeur d’Histoire passionnant. C’est l’âge où la qualité de l’enseignant passe bien avant l’intérêt de la matière, car à 10-11 ans, on est curieux de nature et prêt à se passionner pour tout… On était pris par un virus qui ne nous quittait plus. Ce temps est-il révolu ? Parmi les élèves qui s’inscrivent (ou pas) aux cours de lettres classiques, quelle est aujourd’hui la part de cette « passion d’enfance »?

    Seconde question : de nos jours, qui sont les « prescripteurs » et les « détracteurs » des langues anciennes ?

    Lorsque les jeunes s’inscrivent à un cours de Lettres Classiques, quelle est leur motivation ? Quelle est la part d’une pression de l’entourage, des parents, des « copains » ? D’une passion déjà naissante ? S’agit-il d’obtenir simplement quelques points de plus aux examens ? Et s’ils ne s’inscrivent pas, est-ce par méconnaissance du sujet, à cause de l’effort que cela demande ? Parce qu’on leur a dit (ô horreur) que cela n’est pas utile ? Quoi d’autre ?

    Troisième question : parmi les « passionnés » (il y en a quand même une bonne part, j’espère !!!), savez-vous quel est le premier déclic qui fait naître cette passion ? Un voyage ? La visite d’un musée ? Une lecture, un film, un jeu ? Les récits familiaux dont je parlais ? Faut-il remercier Playmobil ou Astérix ? Existe-t-il des enquêtes sur ce sujet ? Ce serait rudement intéressant de savoir où et à quel âge, il faut appuyer sur le bon bouton !

    Quatrième question : les enseignants n’ont-ils pas l’impression de devoir « remonter le courant »?

    Pour ma part, j’ai appris l’allemand par tradition familiale, l’anglais pour son utilité, le russe par curiosité, le grec par passion. Autrement dit, je suppose tout bêtement qu’on choisit d’apprendre une langue parce qu’elle représente déjà quelque chose dans un « contexte mental », AVANT de l’aborder.

    Si les enseignants semblent contraints de revenir à des jeux, des sorties, des éclairages sur l’histoire et l’art antique, des animations diverses, est-ce à fin d’illustrer le cours, ou bien parce qu’il leur semble que le contexte préalable n’existe pas, et qu’il faut le créer avant de passer à l’enseignement de la langue ?

    Cela me fait un peu frémir, car en ce cas, il y a une jolie défaillance quelque part, à laquelle il est urgent de remédier. Si, au niveau de chaque famille, il est difficile d’agir, pensez-vous – sans vouloir critiquer les collègues d’autres disciplines – que les enseignants d’Histoire, d’Arts plastiques, de Langue Française, voire de Musique, pensent à « préparer le terrain » à une culture humaniste, en rappelant les origines de toute chose ? Que les musées, qui font souvent des efforts louables, agissent au bon moment et dans le bon sens ?

    Cinquième question: l’Enseignement a longtemps considéré l’apprentissage des langues anciennes comme un préalable à l’Humanisme. Et si, finalement (en l’absence de « terrain préparé »), c’était à l’âge adulte, une fois épousées et mûries les thèses de l’humanisme, que l’enseignement du latin et du grec pouvait trouver sa place ???

    Bref et en conclusion : Qui fait (ou ne fait pas) en sorte que la passion de nos racines pénètre dans les esprits ? Ayant la chance de n’appartenir à aucune des professions impliquées (sinon les passionnés), je suis en contact avec toutes… et prêt à faire beaucoup pour améliorer, dans la modeste mesure de mes moyens, la perception de notre histoire.

    Toute suggestion est bienvenue. Si vous avez connaissances d’enquêtes sur ce sujet (j’ai vu celles de votre site, bien entendu), je suis évidemment très intéressé. Ecrivez-moi « comme vous le sentez ».

    Merci d’avance de vos réponses et de vos éclairages,

    Amicalement
    René Kauffmann

    1. Première question : que devient la “culture enfantine” ?
      Je crains que le relais n’ait pas été pris, cependant les enfants lisent beaucoup de livres, mais ce ne sont plus les mêmes.
      Seconde question : de nos jours, qui sont les “prescripteurs” et les “détracteurs” des langues anciennes ?
      Le prescripteur majeur de langues anciennes, c’est l’enseignant qui, en 6e s’adresse aux élèves qui ont un bon niveau pour leur proposer de s’inscrire en latin en 5e. Les arguments donnés quand ils s’adressent aux enfants est d’abord relatif à ce qui entoure le latin : l’antiquité vivante dans des monuments, des films ; ses traces dans des musées. Pour la langue latine elle-même, son rapport au français est mis en avant : connaitre le latin permet de mieux maitriser l’orthographe du français. Un argument scolaire est avancé qui est que l’on peut obtenir par ce biais des points supplémentaires aux examens.
      Pour les parents, les arguments sont le bénéfice de la gymnastique de l’esprit, l’apport pour le français mais aussi l’apport culturel.
      Les enfants qui s’inscrivent ont déjà la pression de l’enseignant qui est venu dans leur classe, les parents ainsi que la pression du groupe quand les copains proches y sont inscrits également. À cet âge, la décision est de l’ordre des parents, dans un sens comme dans l’autre, les enfants, qui ne voient pas trop de quoi il s’agit, font confiance à leur famille et à leurs enseignants. Pour ce qui est des « détracteurs », le discours sur la non utilité est une parole de parents, reproduite éventuellement par l’enfant.
      Sur la question du « premier déclic » (votre 3e question) je crains que la passion soit souvent absente : elle existe toujours quand il s’agit d’un voyage parce que c’est une expérience hors du commun faite ensemble. Elle ne rejaillit pas sur l’étude du latin : je vous renvoie à l’enquête d’Okapi dont j’ai rendu compte.
      Quatrième question : les enseignants n’ont-ils pas l’impression de devoir “remonter le courant”?
      Vous touchez là le cœur du problème : l’étude du contexte de l’antiquité sert à faire passer la potion amère de l’apprentissage de la langue, mais n’y réussit pas.
      La culture humaniste n’est pas en cause dans cet échec car l’enseignement y introduit largement par le biais de l’enseignement du français et de l’histoire. La langue latine a accompagné la culture européenne mais les langues nationales s’y sont substituées. La connaissance des langues anciennes n’est indispensable (hormis le latin du français) que pour les futurs enseignants de lettres (et la recherche évidemment).
      Cinquième question: l’Enseignement a longtemps considéré l’apprentissage des langues anciennes comme un préalable à l’Humanisme.
      Ce que vous décrivez correspond à la situation de l’enseignement avant la Révolution : c’est à partir du 19e siècle que l’enseignement du latin a commencé à poser des problèmes (c’est de cette époque que date la motivation de la gymnastique de l’esprit).

      J’ai regardé votre site qui est très riche et très bien informé : ce que vous dites sur l’enseignement des langues anciennes correspond tout à fait à la situation présente.
      Permettez-moi de vous dire que je crois profondément à l’importance de la culture au sens large (classique, moderne et contemporaine) mais qu’il ne faut pas la lier au latin qui n’en a été qu’un vecteur. J’ajoute que, aussi importante que la culture, une certaine posture doit être apprise à l’école, faite de respect des autres, de rejet de l’injustice et d’apprentissage de la discussion démocratique.

      Merci de votre intervention et bien à vous
      Philippe Cibois

  5. Cher Monsieur,

    Votre article m’a beaucoup intéressée, en tant qu’enseignante de lettres classiques (et aussi en tant que maman d’une fillette actuellement en 5è qui pratique, hélas ! sans véritable enthousiasme, le latin depuis quelques mois).Il m’a incitée à m’initier à la méthode Orbeg pour tâcher de raviver la flamme chez ma fille et chez mes collégiens. Cela semble donner quelques résultats, encore timides, dont je vous remercie… mais il me semble que s’est glissé dans votre prose un petit lapsus : « je n’aime pas que mes élèves bavardent » contient une subordonnée conjonctive COD et non une relative. Errare humanum est !

    1. La méthode Orberg est intéressante mais son intrigue n’est pas d’un intérêt extrême : je rêve d’un texte d’initiation écrit en latin par un auteur comme Umberto Eco (dont d’ailleurs le livre Le nom de la rose comportait des textes latins) qui captiverait ses lecteurs.
      Par ailleurs, la phrase « je n’aime pas que mes élèves bavardent » a déjà attiré des remarques qui vont dans le même sens que vous et que vous trouverez dans les commentaires du billet 1979-2014 : histoire d’un échec de l’apprentissage de la langue latine. J’en reprends ici les éléments :
      – cette phrase n’est pas de moi mais d’un chercheur que je cite : Louis Legrand. Soit je prends son texte, soit je ne le prends pas, mais je ne peux pas le corriger.
      – sur le fond : Louis Legrand cherchait à montrer que les élèves pouvaient, sans employer de termes grammaticaux, voir qu’il y avait une équivalence entre les deux phrases (“que les élèves bavardent”/”élèves bavards”). La notion de subordonnée conjonctive n’apporte strictement rien de plus sinon cette équivalence mais sous la forme abstraite d’une grammaire dont on voit mal à quoi elle sert. Je vous encourage à lire sur ce point les dernières pages de l’ouvrage d’André Chervel, Histoire de la grammaire scolaire, Payot 1977 qui rappelle que « la grammaire scolaire s’est toujours imposée de limiter au plus petit nombre possible les mots « savant » qu’elle utilise. »
      Je ne sais pas si Louis Legrand avait commis un lapsus ou une provocation, il faudrait le lui demander, mais ce qui est fondamental pour lui, c’est que la nomenclature grammaticale est pour les élèves plus un obstacle qu’une aide.

  6. le présent d' »arma uirumque cano » n’est pas un futur proche qui n’existe que dans l’imagination des grammairiens, mais un véritable présent, performatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *