Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Continuer la lecture de Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !