Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

La pratique scientifique utilise le latin : en biologie, non seulement les noms sont en latin mais éventuellement les descriptions peuvent ou même doivent l’être : le Code international de nomenclature botanique[1] prescrit dans son article 36 que depuis le 1er janvier 1935 le nom d’un nouvel élément de la taxinomie doit, afin d’être publié validement, être accompagné d’une description en latin. En zoologie cependant, cette exigence a disparu pour les publications postérieures à 1930 : selon l’article 13 du Code international de nomenclature zoologique[2], la description d’un nouvel élément de taxinomie peut être publiée « dans les langues largement utilisées au niveau international en zoologie » (ou dans la langue de la région dont l’élément taxinomique est originaire).

Bourdieu a étendu cet usage à la sociologie : beaucoup de ses concepts utilisent des expressions latines.

Habitus : ce terme, dont l’usage a entrainé une littérature abondante, désigne chez Bourdieu une attitude incorporée, habituelle, qui ne nécessite plus la réflexion de la même manière qu’un joueur de tennis n’a plus à réfléchir pour porter ses coups ou qu’un garçon de café « joue naturellement » son rôle.

Illusio : il a été utilisé d’abord par Bourdieu pour désigner l’illusion biographique qui fait que l’on croit que tout s’enchaine naturellement dans les biographies racontées. Ce terme est devenu ensuite synonyme de ce qui n’est pas encore « désenchanté », ce qui n’a pas encore été passé à l’analyse.

Homo academicus : la créativité néo-latine reste très productive quand, à l’imitation de homo sapiens, on crée homo ludens, homo œconomicus, homo hierarchicus, homo aequalis. Bourdieu, pour désigner les universitaires dans un des livres a créé le terme d‘Homo academicus (et même d’Homo academicus gallicus)

Pour nous faire une idée des usages d’expressions latines chez Bourdieu, examinons trois ouvrages répartis sur toute sa carrière : la reproduction publié avec Jean-Claude Passeron en 1970, Homo academicus publié en 1984 et les Méditations pascaliennes publiées en 1997.
Continuer la lecture de Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu