Tolle, lege : compréhension et traduction

Dans la vallée de Chevreuse, près de St Lambert des Bois (Yvelines), une mauvaise route quitte la D91 pour s’enfoncer dans la forêt. Il faut continuer à pied et on débouche sur cela qui semble bien vide : il s’agit de ce qui reste de l’Église du monastère de Port Royal.

Dans ses Mémoires, Saint-Simon nous dit qu’après la dispersion des religieuses (1709), le monastère devenant lieu de pèlerinage,

on procéda à raser la maison, l’église et tous les batiments, comme on fait les maisons des assassins des rois : en sorte qu’enfin il n’y resta pierre sur pierre. Tous les matériaux furent vendus, et on laboura et sema la place. [1]

Il ne reste donc que ces fondations mais si elles sont toujours l’objet d’une attention particulière, c’est que le Jansénisme qui s’y développa fut en France une grande aventure intellectuelle et politique où Pascal eut un rôle actif. À quelques centaines de mètres, les Granges de Port Royal sont encore l’écho vivant du lieu où Racine fut formé.

Continuer la lecture de Tolle, lege : compréhension et traduction

Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Nous avions conclu dans le précédent billet que l’enseignement de la langue latine restait un objectif permanent, du 18e siècle à aujourd’hui. Le propos doit être nuancé car la comparaison des programmes de 1996 avec ceux de 2009 nous conduit à noter une évolution entre les perspectives des deux programmes et c’est ce que nous allons étudier ici.

De Rollin à aujourd’hui

Même quand la Révolution a rendu obsolète l’objectif de formation morale lié à la lecture des anciens, l’acquisition du latin est restée un objectif pédagogique du 19e siècle du fait de la nécessaire stabilité éducative de tout enseignement. Enseigner le latin était la fonction du système scolaire avant la Révolution, cet enseignement reste important après, les sciences faisant leur apparition. Ce qui change ce sont les motivations avec l’apparition des aspects utilitaires : étymologie et gymnastique de l’esprit.

Au début du 20e siècle, avec l’apparition de l’enseignement moderne un équilibre est trouvé : l’enseignement du latin est lié à un désir de haute culture qui semble nécessaire à un milieu social lui-même élevé. Cependant, l’unification du système scolaire dans les années 60 conduit à repousser l’apprentissage du latin en 4e.

Continuer la lecture de Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Repartons dans Rome avec l’inscription sur le fronton du Panthéon qui est une restauration du 19e siècle reproduisant l’inscription originale due à Hadrien.

M(arcus) AGRIPPA L(uci) F(ilius) CO(n)S(ul) TERTIVM FECIT

Aggripa, général d’Octave pendant le second triumvirat, fit construire durant son troisième consulat un premier temple en l’honneur de tous les dieux, bâtiment qui fut reconstruit dans sa forme actuelle par Hadrien.

(Cliquer sur les photos pour des vues agrandies)

Sautons quelques années : Octave est devenu Auguste et a instauré le principat. La paix augustéenne est célébrée par la construction d’un autel de la paix l’Ara Pacis qui a été restauré et installé dans un bâtiment dû à l’architecte Richard Meier.

Continuer la lecture de Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste