La critique du latin au XVIIIe siècle

D’Alembert

« Avant que de traiter un sujet si important, je dois prévenir les lecteurs désintéressés, que cet article pourra choquer quelques personnes, quoique ce ne soit pas mon intention » : cet avertissement de d’Alembert à l’article « Collège » de l’Encyclopédie[1], montre bien que le sujet est déjà objet de controverse. Le sujet est déjà brulant car au XVIIIe comme aujourd’hui, la polémique sur le latin n’est pas anodine. Les opposants ont bien conscience que leur engagement, qui touche à l’essentiel de la culture et des valeurs qui doivent commander notre civilisation, concerne donc le politique au sens large puisqu’il faut savoir ce qu’il est juste de penser et de faire, mais aussi au sens étroit puisqu’il faut décider sur ce qu’il faut enseigner.

D’Alembert a bien le sentiment qu’il va choquer, car il va noircir le tableau afin d’aider à une réforme :

« La matière dont je vais parler intéresse le gouvernement et la religion, et mérite bien qu’on en parle avec liberté, sans que cela puisse offenser personne : après cette précaution, j’entre en matière.
« Humanités. On appelle ainsi le temps qu’on emploie dans les collèges à s’instruire des préceptes de la langue latine. Ce temps est d’environ six ans : on y joint vers la fin quelque connaissance très superficielle du Grec ; on y explique, tant bien que mal, les auteurs de l’Antiquité les plus faciles à entendre ; on y apprend aussi, tant bien que mal, à composer en Latin ; je ne sache pas qu’on y enseigne autre chose. Continuer la lecture de La critique du latin au XVIIIe siècle