Les humanités pour quoi faire ? Réponses relevées à Toulouse

Des Assises des lettres rassemblées à Toulouse (27-29 mai 2010), je ne prétends pas donner un compte-rendu synthétique des propositions faites mais en relever certaines parce que particulièrement intéressantes.

Dans cette catégorie, je citerai la perspective d’Yves Citton qui met l’accent sur la dimension de rupture que doit introduire l’étude de la littérature [1]. En effet l’étude d’un texte littéraire ne se réduit ni à son analyse formelle, ni à l’étude de ses conditions de production ou de réception qui restent cependant des perspectives légitimes et exigeantes de la linguistique ou de l’histoire littéraire. Le propre de l’étude de la littérature est aujourd’hui de faire entrer en résonance des textes littéraires avec le contexte social d’aujourd’hui et d’attendre de cette confrontation une rupture de l’ordre social et politique.

Continuer la lecture de Les humanités pour quoi faire ? Réponses relevées à Toulouse