Leçon 10. Le vase de Soissons en VO

Après 9 leçons d’initiation au latin du français, les principales régularités de l’ensemble des expressions latines du français ont été vues et, moyennant quelques ajouts, doivent permettre d’explorer les expressions non vues (à peu près la moitié du corpus retenu). Ceci fait que cette leçon 10 et celles à venir présenteront des règles issues des textes étudiés et non plus seulement des expressions latines du français.

Nous continuons l’exploration des textes latins utiles pour la compréhension de l’histoire européenne et donc de notre condition présente : nous avons là la deuxième finalité des présentes leçons, en plus de la compréhension en profondeur des expressions latines du français. Nous prendrons comme texte à comprendre une péripétie qui aurait pu figurer dans les Lieux de Mémoire[1] : il s’agit de l’épisode du vase de Soissons. Il est extrait de l’Histoire des francs de Grégoire de Tours[2] et est un peu postérieur (vers 570.) au texte de Césaire d’Arles vu précédemment (vers 500).

Continuer la lecture de Leçon 10. Le vase de Soissons en VO

Initiation au latin du français. Leçon 9

Comme annoncé, l’exercice de compréhension de cette leçon portera sur un texte de Césaire d’Arles dont les sermons datent du début des années 500. Le style en est simple (sermo humilis) afin d’être compris par tous, (y compris des débutants en latin d’aujourd’hui).

Il s’agit de l’homélie XIV, De die judicii, Du jour du jugement, qui commente le texte de l’évangile de Matthieu (chapitre 25) où les bons seront mis à la droite de Dieu et les méchants à sa gauche. Le critère du jugement, c’est l’attitude envers les pauvres avec une identification entre la divinité et le pauvre : « ce que vous avez fait au plus petit des miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25/40).

Cette identification de la divinité et du pauvre est antérieure au christianisme. Par exemple dans l’Odyssée (Chant XIV), Ulysse revient chez lui et se présente sous la forme d’un vieillard en haillons, portant « une sordide besace, qui n’étaient que lambeaux pendus à une corde »[1]. Il s’avance et les chiens de garde se jettent sur lui. A coup de pierres et en leur criant après, Eumée, le gardien, chasse les chiens et accueille Ulysse. Comme celui-ci l’en remercie, Eumée répond : « Etranger, ma coutume est d’honorer les hôtes, quand même il m’en viendrait de plus piteux que toi ; étrangers, mendiants, tous nous viennent de Zeus ; ne dit-on pas : petite aumône, grande joie ? »[2] Non seulement l’accueil charitable est sacré, mais de plus il trouve en lui-même sa satisfaction, cela « fait chaud au cœur ».

Cette l’identité entre la divinité et l’homme en difficulté est reprise par le stoïcisme. Nous en avons un exemple dans les entretiens d’Epictète qui vécut environ de 50 à 130 : « Souviens-toi de ce que dit le poète à propos de l’étranger » suivi par la reprise du texte d’Homère[3].

Continuer la lecture de Initiation au latin du français. Leçon 9

Initiation au latin du français. Leçon 8

Pourquoi parle-t-on grec aujourd’hui à Athènes et ne parle-t-on pas latin à Paris ? En effet, le grec moderne a beaucoup évolué depuis le grec classique et si l’appellation est la même, c’est que les locuteurs ont toujours eu conscience de parler la même langue. Pourquoi ce phénomène a-t-il eu lieu en Grèce et non en France ?

On dira qu’il y a eu dans la partie latine de l’Empire romain les grandes invasions qui ont épargné sa partie orientale mais sur cette question, la conviction actuelles des chercheurs [1] est plutôt que ces grandes invasions qui seraient venus progressivement de l’extrême Orient et qui, de proche en proche, auraient poussés d’autres peuples vers l’ouest, correspondent plus à la perception romaine de l’époque, reprise par divers nationalismes qui ont mis par exemple au 19e siècle l’accent sur les Goths en Allemagne. Il semble plutôt que les identités ethniques barbares, Goth, Francs, Lombards, se soient « exprimées » du fait même de leur contact avec l’empire romain car elles permettaient d’avoir un rôle spécifique dans cet empire (fédérés, ou même soldat dans l’armée romaine).

Continuer la lecture de Initiation au latin du français. Leçon 8

Initiation au latin du français. Leçon 7

Nous allons nous confronter aujourd’hui avec la célèbre formule de Jules César, veni, vidi, vici et auparavant, voici quelques données correspondant à sa représentation.

On sait que les fouilles récentes menées à Arles dans la boucle du Rhône ont permis la découverte d’un buste attribué à César.

Or on trouve au musée de la fondation Bodmer à Genève, musée qui possède une riche collection de manuscrits anciens, un buste également attribué à César qui ressemble beaucoup, me semble-t-il, à celui découvert à Arles

Continuer la lecture de Initiation au latin du français. Leçon 7

Initiation au latin du français. Leçon 6

Nous terminons aujourd’hui la découverte de l’ensemble des formes pour les noms et les adjectifs ce qui va nous permettre de nous confronter à un vrai texte latin en vue de sa compréhension. Il sera simplifié quant aux formes verbales.

Nouvelles expressions :

rebus sic stantibus : avec cette expression nous voyons une nouvelle hors classe où deux mots sont très fréquents, res, rei féminin, la chose et dies, diei masculin ou féminin le jour ; sic adverbe, ainsi ; stans, stantis participe présent de sto, stare se tenir debout (stature), demeurer : les choses demeurant en l’état. Rebus et stantibus sont au complément de circonstances pluriel : de la hors classe spécifique pour res (voir le tableau ci-dessous) et de la deuxième classe des adjectifs pour les participes présents comme stans. Le complément de circonstances est utilisé dans des phrases isolées avec le participe présent comme verbe de la phrase pour indiquer précisément des circonstances.

Cette expression est souvent employée à propos d’un contrat ou d’un traité pour dire que les engagements pris ne seront tenus que s’il n’y a pas de modifications profondes de la situation. Par exemple un locataire s’engage à payer un certain loyer pour une habitation : s’il transforme son habitation pour en faire une entreprise commerciale, le propriétaire peut dire qu’il ne respecte pas la clause rebus sic stantibus et demander une modification du loyer.

Continuer la lecture de Initiation au latin du français. Leçon 6