Lecture de Cicéron (1) : lettres à propos d’un juriste

Lire Cicéron dans le texte original devrait être le but d’un enseignement du latin, objectif minimum jugé normal de l’apprentissage de toute langue, sauf à certaines époques, que l’on espère révolues, des langues appelées alors « mortes ».

Cet objectif avait été abandonné pour de mauvaises raisons. On jugeait par exemple que Cicéron n’est pas un auteur original mais si ce jugement péjoratif sur les romains pâles imitateurs des grecs a longtemps prévalu, ce jugement est le résultat d’une situation historique. Il s’agit de l’échec de l’humanisme, qui avait le sentiment qu’avec l’étude de Cicéron on réformerait la cité : cet échec est dû aux guerres de religions. On garda Cicéron mais on vida de son sens tout son message, adulant sa rhétorique et négligeant sa politique. Au 19e siècle, lassé de cette rhétorique creuse, on se tourna vers les grecs dont on découvrit la vigueur intellectuelle et dont on mythifia la politique.

Aujourd’hui, grâce à des auteurs comme Quentin Skinner [1] l’impact politique de l’humanisme est remis en avant et son actualité est montrée dans le courant de l’humanisme civique contemporain (Philip Pettit par exemple [2]). Ce courant est resté vivant lors de la Révolution américaine et il l’anime encore aujourd’hui comme le montre une comparaison faite entre Obama et Cicéron, tous les deux « hommes nouveaux » ayant percé par leur éloquence et dont l’idéal politique est d’unir parole forte, pensée ayant sa source dans la Concorde et action renouvelée [3].

Ayant cessé de voir l’intérêt propre des textes, on en vint à ne vouloir les apprécier que comme exercice intellectuel. C’est la traduction et non la compréhension qui devint l’objectif : il faut réagir et donner les moyens d’apprendre à comprendre plus que d’apprendre à traduire. A cette fin on trouvera ci-dessous l’étude de deux lettres de Cicéron issues du recueil ad familiares (lettres aux intimes). La première est de style très simple et sa traduction en séquence est facile. Elle s’apparente à la forme sans apprêt du courrier électronique que l’on s’échange aujourd’hui à toute heure du jour et de la nuit.

Continuer la lecture de Lecture de Cicéron (1) : lettres à propos d’un juriste

La Vie de Charlemagne d’Eginhard

Comme nous l’avons vu dans le billet consacré à l’enseignement du latin en Allemagne, deux textes médiévaux sont cités comme étant étudiés au gymnasium, dont l’un a déjà été étudié sur ce carnet, la Légende dorée de Jacques de Voragine (à propos de Saint-Christophe) et dont l’autre, la Vie de Charlemagne d’Eginhard, est maintenant examiné[1].

Eginhard, comme il le dit dès le début de son texte, fait partie des « nourris » de Charlemagne dont « un usage immémorial voulait que le souverain accueillit auprès de lui et fit «  nourrir » à ses frais, comme on disait, des jeunes gens de bonne famille ou qui s’étaient distingués dans leurs études. Ces « nourris », qui arrivaient à la cour au sortir de l’école, c’est-à-dire en général vers douze ou treize ans, se formaient sous les yeux du roi à la carrière des armes et à la vie politique, constituant une pépinière où se recrutaient ensuite les hauts fonctionnaires de l’administration » (Halphen : 3)

Il fait partie des lettrés qui entourent l’empereur comme Alcuin mais il ne jouera un rôle important qu’avec le fils de Charlemagne, Louis le Pieux avec qui il avait été élevé (« nourri »). Il devient son secrétaire particulier et joue un rôle politique jusqu’au moment où, le conflit apparaissant entre l’empereur et ses fils, il se retire et écrit cette vie de Charlemagne. C’est donc un témoin direct qui parle mais le genre littéraire qu’il adopte, les Vies des douze Césars de Suétone fait que les conventions littéraires issues de cet ouvrage sont nombreuses. Il utilise ses propres souvenirs et les Annales royales officielles mais pour Halphen, « sa Vie de Charlemagne apparait souvent plus comme la treizième « vie des Césars » que comme une œuvre originale » (Halphen : XI).

Ce style inspiré de Suétone fait que l’ouvrage appartient à la prose d’apparat, avec ses phrases longues dotées de subordonnées à plusieurs niveaux. En voici le début du prologue :

Continuer la lecture de La Vie de Charlemagne d’Eginhard

Simulations du latin comme « option obligatoire »

Nous avons vu dans le précédent billet consacré à la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, que le latin faisait partie au gymnasium des options obligatoires, ce qui signifie que le latin est à égalité avec les langues vivantes dans l’ensemble des choix possibles, dont il faut en prendre un obligatoirement.

Je voudrais dans le présent billet tester cette hypothèse dans le cas français en utilisant les sources statistiques actuellement disponibles concernant le latin et les langues vivantes afin d’envisager la possibilité d’une telle manière de faire en France.

Pourquoi mettre le latin dans les options obligatoires ?

Les défauts de la situation actuelle de l’enseignement du latin en France sont les suivants :
– si le latin est encore assez largement choisi au collège, il devient très minoritaire au lycée, même en section littéraire, (cf. sur ce site les graphiques d’évolution),
– au collège, le choix initial du latin est souvent remis en cause (et un quart des entrants en 5e arrivent à abandonner l’option avant la fin du collège) du fait qu’il s’agit d’une option facultative (cf. le débat d’Okapi pour les remises en cause, et l’étude du panel 95 pour les abandons au collège).

Ces problèmes ne se poseraient plus si le latin était une « option obligatoire de deuxième langue » : après une initiation facultative ouverte à tous pour une durée d’un an en 5e, le latin pourrait être en connaissance de cause choisi comme deuxième langue et cette option aurait alors des chances, comme toutes les options de deuxième langue, d’être poursuivie au lycée.

Rappelons d’abord la situation actuelle en matière d’options obligatoires et facultatives, puis nous ferons un tableau détaillé des options de langues vivantes et enfin nous tenterons des simulations où l’on inscrirait le latin dans les options obligatoires à divers niveaux du cursus du second degré.

Continuer la lecture de Simulations du latin comme « option obligatoire »

L’enseignement du latin en Allemagne

Pour comprendre la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, il faut avoir une idée du système éducatif dans son ensemble[1]. Si les différents lander ont la responsabilité de l’enseignement, on peut cependant donner un tableau global qui corresponde bien à la réalité.

L’enseignement obligatoire va de 6 à 16 ans : l’enseignement primaire s’il commence à 6 ans comme en France ne dure que 4 ans. Le graphique ci-dessous essaie d’une manière simplifiée de montrer les différents flux dans les écoles secondaires qui ne sont pas unifiées, sauf quelques-unes qui ne concernent que 10% des effectifs : Gesamtschule, collèges intégrés, où il y a la possibilité de faire tous les cursus.

A la fin du primaire (les niveaux de classes sont numérotés en Allemagne à partir de l’équivalent du CP, noté niveau 1), l’orientation se fait en tenant compte à la fois des désirs des familles et des résultats scolaires. Trois voies sont possibles qui correspondent à peu près à ce que fut l’enseignement secondaire français avant l’unification du collège par la réforme Haby en 1975 où quelques années auparavant existaient deux types d’enseignement que l’on va retrouver dans le système allemand.

Continuer la lecture de L’enseignement du latin en Allemagne