Portraits de Machiavel

Les Anciens connaissaient parfaitement ce que, depuis Machiavel, nous appelons une conduite machiavélique : Thucydide dans la Guerre du Péloponnèse [1] raconte comment les envoyés athéniens auprès de leurs adversaires méliens font preuve de machiavélisme en leur expliquant que le but de la négociation engagée par la délégation est de leur faire comprendre que le rapport de force est en faveur d’Athènes et que tout appel à la justice est inutile.

Un tel propos semble cependant scandaleux à Rome, quelques siècles plus tard, au temps d’Auguste, où Denys d’Halicarnasse, inspiré par le stoïcisme de l’époque, juge que ce sont des propos indignes de grecs. Selon lui, le discours mis dans la bouche des athéniens n’est que le reflet de la haine que Thucydide portait envers sa patrie qui l’avait exilé. [2]

Dans un récent billet, nous avons montré comment Machiavel reprend le programme des anciens en matière politique et comment il le modifie cependant en assumant ce que les anciens considéraient précisément comme une infamie. L’appréciation de Thucydide, soit positive, soit négative, s’est répétée à propos de Machiavel et a entrainé des condamnations ou des louanges qui se poursuivent encore aujourd’hui dans les différents portraits qui sont faits de lui. Examinons-en quelques-uns.

Continuer la lecture de Portraits de Machiavel

  1. V,VII,89 []
  2. Les orateurs antiques, Thucydide, VII, 41, 8 []

Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante

Heinz Wismann, dans le résumé de son intervention faite le premier jour aux rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, s’exprime ainsi  :

« Quand Dante oppose dans son traité De vulgari eloquentia le foisonnement des langues vernaculaires, où s’épanouit le plaisir de communiquer, au caractère figé du latin savant de son époque, il pourrait sembler qu’il anticipe la distinction, aujourd’hui courante, entre langues vivantes et langues mortes. Or, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que la diversité évolutive des parlers locaux résulte de la disparition, évoquée dans plusieurs récits bibliques, du langage originel, dont le latin vise au contraire à recréer l’unicité immuable. Loin de s’apparenter à un simple idiome véhiculaire, à l’instar de l’anglais scientifique ou commercial de nos jours, cette langue de substitution incarne, par ses principes de construction, l’essence de tout langage possible. Ce n’est qu’ainsi que s’explique le projet de l’auteur de la Divine comédie de forger une nouvelle langue poétique, en combinant la vitalité du dialecte avec la rigueur grammaticale du paradigme latin. Celui-ci vit désormais dans ce que Dante nomme le vulgare illustre, qui fournira aux humanistes les critères d’appréciation du latin classique comme langue vivante. Commence alors la recherche de la meilleur traduction, capable de faire résonner la parole ancienne dans toutes les langues de culture nées sous le signe de sa grammaire exemplaire. Si bien que l’ensemble de ces traductions, enrichies d’interprétations et de commentaires critiques, finira par former un vaste corpus de thèmes et de thèses, qui recevra le nom d’Humanités. » [1]

 Puisque nous y sommes invités, allons donc examiner le traité de Dante De vulgari eloquentia. En voici le premier chapitre : je suis redevable pour la compréhension de ce texte, de la traduction et des commentaires d’Irène Rosier-Catach [2].

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante

  1. Langues anciennes mondes modernes, rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, CNDP, janvier 2012, p. 23 []
  2. Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire, Traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Fayard, 2011, coll. Ouvertures bilingues. []

Refonder l’enseignement du latin et du grec (1)

Refonder l’enseignement du latin et du grec, tel était l’objectif de la rencontre qui s’est tenue à Paris le 31 janvier et le 1er février 2012 au Lycée Louis-le-Grand et qui a regroupé environ trois cents personnes [1]. Rencontre sous l’égide du ministère et ouverte par le ministre en personne [2].

Je voudrais dans ce premier compte-rendu situer cette rencontre par rapport aux rénovations qui ont pu être faites auparavant, en particulier au début des années 80 où un certain nombre d’associations locales actives se sont fédérées dans la Cnarela en vue de rénover l’enseignement des langues anciennes. C’est à cette époque qu’avaient été mises au point les Thèses de Besançon qui en montraient l’esprit [3]. Plus récemment, c’est dans le même esprit que s’étaient tenues à Toulouse les Assises des lettres du 27 au 29 mai 2010 [4]. Je réserve à d’autres billets le compte-rendu des interventions de ceux qui ont été appelés à apporter des justifications aux orientations de la présente rencontre (Heinz Wismann et François Hartog). Dans une première partie je regrouperai les motivations de cette refondation et les indications qui en résultent proposées par les représentants du ministère (Le ministre, le directeur général de l’enseignement scolaire, les inspecteurs généraux [5]). Alors que les Assises des Lettres de 2010 avaient été organisées par des universitaires à l’origine de la rénovation de l’enseignement des langues anciennes au début des années 80 et qui tentaient de poursuivre l’effort de rénovation entrepris alors, la rencontre de 2012 est une émanation directe de l’Inspection générale des lettres à qui un rapport avait été demandé sur cette question. D’une réforme faite de l’intérieur par les enseignants au sein des associations d’enseignants, on passe à une réforme proposée d’en haut par l’Inspection générale dont le pouvoir d’incitation est fort.

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement du latin et du grec (1)

  1. masc. 23% ; fémi. 77% ; ±3% []
  2. Discours du ministre à l’occasion de l’ouverture du colloque « Langues anciennes, mondes modernes », 31 janvier 2012 []
  3. texte des Thèses de Besançon 1979 []
  4. présentation []
  5. Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ; Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire ; Philippe Le Guillou Doyen du groupe des lettres de l’inspection générale ; les inspecteurs généraux du groupe des lettres : Bernard Combeaud, Catherine Klein, Paul Raucy []