Pour une lecture au premier degré de Cicéron à propos du fondement du droit

A la fin de son film Entre les murs [1], François Bégaudeau présente ce que peut être le mode de lecture idéal d’une collégienne de 4e, Esméralda. Celle-ci présente sa lecture de la République de Platon comme un texte qu’elle prend au premier degré et où l’attitude de Socrate « lui plait beaucoup ». L’enseignant exulte intérieurement même si le réalisateur sait bien qu’il s’agit là d’une lecture idéale mais peu réaliste : il s’explique d’ailleurs sur les différences entre le film et le livre (p. 106) dans un entretien.

Cette lecture au premier degré, je vous engage à l’avoir à propos du premier livre du De lege, Des lois, de Cicéron : si je la souhaite naïve d’une certaine façon, c’est que non seulement elle doit s’affranchir d’une lecture utilitaire (on traduit du Cicéron pour se perfectionner) mais aussi d’une lecture érudite (recherche des sources du texte) ou surplombante (c’est l’idéologie d’une aristocratie). Il s’agit de lire Cicéron pour entendre ce qu’il nous dit et peut-être en tirer profit aujourd’hui, ce qui demandera cependant des justifications. Déblayons donc d’abord le terrain en examinant ces deux postures classiques de la recherche des sources et de la critique idéologique car pour accepter (naïvement) un texte, il faut au préalable éliminer les interrogations et les soupçons qui pèsent sur lui.

Continuer la lecture de Pour une lecture au premier degré de Cicéron à propos du fondement du droit

  1. film de Laurent Cantet, 2008, tiré du livre de François Bégaudeau, Entre les murs, Gallimard, 2006 []

La sténographie en latin : les notes tironiennes

Notarius en latin a les deux sens de secrétaire et de sténographe : ce dernier est celui qui prend des « notes », c’est-à-dire qui enregistre des signes qui permettent de noter intégralement les paroles dites par exemple lors d’un discours au sénat ou d’une plaidoirie dans un procès.

Cicéron utilisait ce système : dans une lettre à Atticus (13, 32), il pense que son correspondant a mal compris ce qu’il lui demandait, quia δια σημείϖν scripseram, « parce j’avais écrit « en signes » », c’est-à-dire qu’il avait utilisé des signes sténographiques non pour aller plus vite, mais à des fins de confidentialité. Comme son secrétaire, l’affranchi Tiron était un collaborateur fidèle et efficace, au 4e siècle on lui a attribué l’invention de ces signes ou notae [1].

On n’a pas de traces de notes tironiennes datant de l’antiquité mais elles furent utilisés jusqu’au 10e siècle : en voici un exemple tiré d’un article de Denis Muzerelle qui a été ma source principale pour le présent billet [2] :

Il s’agit du début des versets 3 et 4 du psaume 59 : en nous aidant d’un écrit d’Emile Chatelain de 1900 qui donne les principes du déchiffrement des notes tironiennes [3], essayons d’en comprendre le principe.

Continuer la lecture de La sténographie en latin : les notes tironiennes

  1. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1669-1708 []
  2. Denis Muzerelle , « Aperçu sommaire (et perspectives nouvelles) sur les notes tironiennes », dans Écritures abrégées (notes, notules, messages, codes…) : l’abréviation entre pratiques spontanées, codifications, modernité et histoire, N. ANDRIEUXREY,S. BRANCA-ROSOFF, C. PUECH, dir., Paris – Gap, Ophrys, 2004 (Bibliothèque de ‘Faits de langues’), p. 191-210. Version abrégée disponible en ligne []
  3. Émile Chatelain, Introduction à la lecture des notes tironiennes, Paris, 1900 []

Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano

Le latin cesse d’être la langue de la science d’une manière progressive : Newton publie encore les Principia en latin (Philosophiae Naturalis Principia Mathematica) en 1687 mais au 18e siècle, c’est le français qui est la langue de la diplomatie et du savoir comme en témoigne le concours de la Classe des Belles lettres de l’Académie de Berlin pour son prix de 1784 « Qu’est-ce qui a rendu la langue française la Langue universelle de l’Europe ? À quelle cause doit-elle cette préférence ? » Ce concours est remporté l’année suivante par Rivarol avec son Discours sur l’universalité de la langue française.

Au 19e siècle, la science se développe, le nombre des « savants » va croissant et chaque pays publie dans sa langue, ce qui rend la situation inextricable.[1] Quelle solution envisager ? C’est l’époque où l’on invente des langues artificielles comme le volapük ou l’espéranto et les discussions sont nombreuses pour choisir un système.

 Voici comment la situation est décrite en 1903 par Louis Couturat (1868-1914), universitaire reconnu pour ses travaux sur Leibniz et la logique mathématique, auteur précisément d’une Histoire de la langue universelle :

« La nécessité d’une langue internationale auxiliaire n’est plus contestée par personne : elle s’impose avec une évidence et une urgence croissantes, à mesure que se développent les relations de toute sorte entre les nations civilisée. C’est un lieu commun que de constater les progrès inouïs des moyens de communications : on pourra bientôt faire le tour du monde en quarante jours ; on télégraphie (même sans fil) d’un côté à l’autre de l’Atlantique ; on téléphone de Paris à Londres, à Berlin, à Turin. »

Continuer la lecture de Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano

  1. Josiane Hay, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, disponible en ligne []