Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui

En bon adepte des Lumières, Edward Gibbon (1737-1794) ne manque pas dans son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain [1] de conclure son tome premier sur Rome (le second étant consacré à Byzance) par ces mots :

« Comme le principal objet de la religion est le bonheur d’une vie future, on peut remarquer sans surprise et sans scandale que l’introduction, ou au moins l’abus, du christianisme eut quelque influence sur le déclin et sur la chute de l’empire des Romains. Le clergé prêchait avec succès la doctrine de la patience et de la pusillanimité. Les vertus actives qui soutiennent la société étaient découragées, et les derniers débris de l’esprit militaire s’ensevelissaient dans les cloitres. On consacrait sans scrupule aux usages de la charité ou de la dévotion une grande partie des richesses du public et des particuliers ; et la paye des soldats était prodiguée à une multitude oisive des deux sexes, qui n’avait d’autres vertus que celles de l’abstinence et de la chasteté. » (p.1157)

Cette charge antireligieuse n’est pas la pointe du raisonnement de Gibbon qui reprend l’explication de Montesquieu : la fin de l’expansionnisme ne peut que conduire au déclin. Cependant pour Gibbon, plus moraliste et moins « sociologue » que Montesquieu, les causes de l’abandon de l’énergie de puissance romaine sont à chercher dans les « légions victorieuses qui contractèrent dans des guerres éloignées les vices des étrangers et des mercenaires » et dans le fait que « les empereurs, occupés de leur sureté personnelle et de la tranquillité publique, eurent recours malgré eux au funeste expédient de corrompre la discipline, qui rendait les armées aussi redoutables à leur souverain qu’aux ennemis ; le gouvernement militaire perdit de sa vigueur, les institution partiales de Constantin l’anéantirent et le monde romain devint la proie d’une multitude de Barbares » (p.1156)

Continuer la lecture de Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui

  1. Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Robert Laffont, 1983, coll. Bouquins, 2 tomes []

Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec

L’enseignement des langues et cultures de l’antiquité dans le second degré est le titre du rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) présenté au ministre en aout 2011 par Catherine Klein et Patrice Soler. Ce rapport vient d’être rendu public par le nouveau ministre Vincent Peillon ainsi d’ailleurs que beaucoup d’autres. Le but du présent billet sera de présenter les points forts de ce rapport d’une centaine de pages afin d’inciter à le lire et à en tirer les conséquences.
Ce rapport se divise en deux grands ensembles : description de la crise actuelle des Langues et cultures de l’Antiquité (LCA) ; propositions pour lui trouver une issue favorable.

La crise de l’enseignement des langues anciennes

Après avoir rappelé l’historique de la décroissance de 1902 aux années soixante et la stabilité des arguments pour ou contre l’enseignement du latin, le rapport affirme que l’enseignement des langues anciennes arrive à un moment de grande crise, « crise » devant être « pris dans son acception étymologique et médicale de « moment décisif dans l’évolution d’une maladie ». La situation d’ensemble des langues anciennes au collège et au lycée apparaît très dégradée. » (p. 19). Les symptômes en sont nombreux :

– Du point de vue de l’administration de l’Éducation nationale, les circulaires qui régissent l’enseignement des LCA sont rares et peu connues, le Socle commun des connaissances les ignore, cet enseignement sert de « variables d’ajustements » dans de nombreux cas (on ne le propose que si on a des heures disponibles).

– Les élèves qui font du latin sont soumis à des horaires dissuasifs. Au collège la concurrence s’installe entre le latin et les classes bilangues ou les sections européennes. Au lycée, la section L est devenue exsangue et il n’est plus possible d’y suivre un parcours d’excellence (monopolisé par la section S). La continuité entre le collège et le lycée n’est plus assurée partout.

– Du point de vue de l’opinion, l’enseignement au collège est jugé ennuyeux par les élèves, qui refusent d’investir un fort travail personnel dans une option. Au lycée le « plaisir du texte » semble inaccessible, les exigences pédagogiques se relâchent, le déchiffrage du texte devient une épreuve insurmontable.

– La politique de textes authentiques a des effets pervers : ils sont inaccessibles aux débutants alors que des expériences étrangères montrent que des textes fabriqués peuvent être efficaces. Cependant on montrera dans la deuxième partie que la notion de textes authentiques peut être étendue à des textes simples et formateurs.

– En termes d’effectifs, « sur 100 élèves qui choisissent de s’initier au latin en classe de cinquième, on n’en retrouve plus que 87 en quatrième, et 72 en troisième : en trois ans, un quart des effectifs s’est évaporé. En seconde, la petite cohorte se voit réduite à 17. Parvenue en première, elle ne compte plus que 13 élèves. Onze seulement poursuivent le latin en terminale, dont un à peine passe les épreuves écrites dites « spécifiques ». »(p. 32)

Le passage entre le collège et le lycée est très mal assuré pour des raisons liées à l’organisation des études au lycée : flou entre option ou enseignement d’exploration ; isolement des enseignants de lettres classiques par rapport aux enseignants de lettres modernes, voire opposition des uns vis-à-vis des autres ; pénurie d’enseignants de lettres classiques. Le lien avec les disciplines du supérieur n’est pas assuré : « On demande en effet désormais au professeur de langues et cultures de l’Antiquité au collège et au lycée de maîtriser un éventail de ce qui est autant de disciplines séparées à l’université (archéologie, épigraphie, littérature, linguistique, histoire, numismatique, céramologie). » (p.38).

Continuer la lecture de Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec

Rome : histoire brisée ou décadence ? (1) Montesquieu

Décadence, déclin ou continuité ? Si la Chute de l’empire romain  reste un thème populaire dans le cinéma hollywoodien, les historiens récents en parlant d’antiquité tardive, mettent plutôt l’accent sur la continuité de la civilisation romaine et minimisent l’impact des grandes invasions. Avec son titre, l’Histoire brisée, Aldo Schiavone  [1] remet l’accent sur la rupture qui rend compte de la longue coupure entre Rome et les temps modernes. Je vais donc essayer sur plusieurs billets de donner la parole aux différents points de vue en commençant par Montesquieu.

Montesquieu produit en 1734 ses Considérations sur les causes de la grandeur des romains et de leur décadence [2]. Il y cherche les lois sous-jacentes à la description que l’on peut faire des phénomènes et c’est pourquoi Raymond Aron a pu voir en lui un précurseur de la sociologie [3].

Montesquieu, dans les Considérations, recherche donc des causes et il va proposer une analyse que nous pourrions qualifier aujourd’hui de systémique de la chute de Rome. Pour lui, « ce n’est pas la fortune [c’est-à-dire le hasard] qui domine le monde (…) Il y a des causes générales, soit morales, soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l’élèvent, la maintiennent ou la précipitent ; tous les accidents sont soumis à des causes ; et si le hasard d’une bataille, c’est-à-dire une cause particulière, a ruiné un état, il y avait une cause générale qui faisait que cet état devait périr par une seule bataille » (p.173).

Continuer la lecture de Rome : histoire brisée ou décadence ? (1) Montesquieu

  1. Aldo Schiavone, L’histoire brisée, Belin, 2003 []
  2. Citées dans l’Édition de la Pléiade, Tome 2 des Œuvres complètes de Montesquieu, Gallimard, 1951 []
  3. Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967 []

Lorem ipsum : nouvel état de la question

Un texte latin qui est très souvent utilisé aujourd’hui, précisément parce qu’il est incompréhensible, c’est le fameux Lorem ipsum des imprimeurs. J’avais déjà évoqué cette question dans un précédent billet mais des éléments nouveaux sont apparus qui permettent de dresser un nouvel état de la question.

Ce que l’on dit sur le Lorem ipsum

Il s’agit d’un faux texte, c’est-à-dire qu’il permet à des concepteurs de maquettes, de documents, de remplir un espace avec un texte pour se rendre compte du résultat final, étant entendu qu’il faudra que ce faux texte soit remplacé par un texte à venir.

Il en existe de nombreuses versions qui commencent à peu près toutes par Lorem ipsum. Les logiciels de Publication Assistée par Ordinateur proposent une option pour mettre du faux texte et même Word le fait, il suffit d’écrire « =lorem() » et de faire « entrée » et on obtient le résultat suivant :

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Maecenas porttitor congue massa. Fusce posuere, magna sed pulvinar ultricies, purus lectus malesuada libero, sit amet commodo magna eros quis urna.
Nunc viverra imperdiet enim. Fusce est. Vivamus a tellus.
Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Proin pharetra nonummy pede. Mauris et orci.

La parenthèse peut contenir des paramètres : (p,l) où p le nombre de paragraphe et l est les nombre total de lignes désirées.

Prenons par exemple un site genevois assez détaillé qui nous donne l’état de la question : il nous y est dit que le Lorem ipsum « date des années 1500, période à laquelle un imprimeur anonyme (l’histoire n’a malheureusement pas retenu son nom) a eu l’idée de prendre un pavé de texte latin et de le brouiller pour en faire un texte modèle de typographie pour les livres. L’idée était de mettre en évidence la qualité de son travail d’impression sans que le « lecteur » ait l’attention attirée par le texte. »

On a cru longtemps que ce latin ne voulait rien dire mais un latiniste du Hampden-Sydney College (Virginie), Richard McClintock, actuellement directeur des publications de cette institution, a lancé une recherche en ligne sur un mot peu fréquent du lorem ipsum « consectetur » et a ainsi découvert un environnement de texte correspondant au De finibus de Cicéron (1.10.32). Cette découverte fut signalée en 1993 par une lettre au responsable de la revue de graphisme Before & After en réponse à un article (Vol. 3, n°6) où il était dit que ce latin ne voulait rien dire. Cette réfutation est parue dans le numéro 1 du volume 4 de 1994.

Ces informations m’ont été communiquées par Richard McClintock lui-même qui ajoutait que « récemment, j’ai découvert que dans l’édition de la Loeb Classical Library [qui est l’équivalent en langue anglaise des éditions Guillaume Budé] du De Finibus, publiée en 1914, le texte est réparti sur la page de telle sorte qu’une page finit par Neque porro quisquam est qui do– et que la page suivant commence avec exactement notre texte lorem ipsum quia dolor sit..On peut se demander si c’est l’épreuve de cette page qui a été brouillée »

Si un tel faux texte est utilisé depuis longtemps par les imprimeurs, j’ai pensé qu’on devrait en trouver trace dans ce haut lieu de l’imprimerie en France qu’est l’École Estienne à Paris fondée à la fin du 19e siècle pour enseigner l’art de la typographie. J’ai donc contacté, Anouk Seng, la bibliothécaire de l’École Estienne, qui a mobilisé ses réseaux et plusieurs réponses sont arrivées rapidement :
– pour Jean Mauvais (éditeur, ancien professeur à l’École Estienne), le lorem ipsum n’est pas employé en France (à partir du 18e siècle) pour les ouvrages de présentation de polices de caractères mais c’est la langue française qui est en général utilisée. Quand c’est le latin, ce n’est pas le lorem ipsum mais il est souvent question de Catilina. Il fait l’hypothèse que c’est avec les planches de Letraset (entreprise créée en 1959 au Royaume-Uni) que le Lorem ipsum est apparu.
– selon Jacques André (retraité de l’Inria, Rennes) qui a mis au point un site spécialisé sur la typographie, l’origine du Lorem ipsum est à situer au 20e siècle car on n’en trouve pas mention dans les ouvrages de composition ou les manuels de typographie. L’idée que le Lorem Ipsum date des débuts de l’imprimerie lui semble une légende.

J’ai immédiatement mis en rapport l’information de Richard McClintock, qui évoquait l’édition classique de Cicéron du début du 20e siècle où Lorem ipsum est un haut de page, avec l’absence de ce terme auparavant et son attestation dans les planches Letraset, en faisant l’hypothèse que la création du Lorem ipsum serait une conséquence de cette édition. Il restait à le vérifier.

Continuer la lecture de Lorem ipsum : nouvel état de la question