Entretien avec John Scheid

John Scheid, professeur au Collège de France (chaire « Religion, institutions et société de la Rome antique ») souligne en début d’entretien que dès sa leçon inaugurale (2002), il avait abordé la question de l’enseignement du latin. C’était en ces termes :

JohnScheid

« Il ne s’agit pas seulement de défendre les filières dites « classiques » dans l’enseignement secondaire et d’insister sur la qualité de cette formation. Le latin et le grec aident, il est vrai, à apprendre le français, à comprendre la grammaire et à raisonner. Mais soyons honnêtes. Correctement enseigné, le français lui-même pourrait rendre le même service. L’importance de la formation classique réside ailleurs. Parce qu’elle oblige à regarder au-delà des frontières nationales, elle constitue un accès privilégié au patrimoine culturel commun de l’Europe et au-delà, du monde méditerranéen, pour peu que l’on veuille se souvenir que jadis l’Empire romain a relié Gibraltar à la mer Noire, et la Grande-Bretagne au Sahara. » (§4)

« Il y a vingt-sept ans, Paul Veyne pouvait dire que son époque n’apprenait plus beaucoup de latin. Que dire aujourd’hui ? Qui prétendra que les langues classiques se portent bien en France et en Europe ? Malgré le soutien dont il bénéficie, l’enseignement de cette discipline traverse depuis plus de vingt ans une période difficile. On ne peut que s’interroger sur la rage démagogique qui consiste à supprimer l’étude de langues qui restent pourtant indispensables à tous ceux qui portent quelque intérêt à notre patrimoine historique. Et il ne sert à rien de maintenir ces enseignements de manière superficielle. Comme pour les langues vivantes, un enseignement digne de ce nom n’existe que si l’élève apprend effectivement les langues. » (§12)

***

Patrimoine culturel commun

– John Scheid : il n’est pas possible de parler de notre identité si l’on n’est pas capable de lire les sources qui définissent cette identité. Or depuis César jusqu’à la Renaissance et même plus loin dans certains cas, tous nos documents sont en latin et c’est seulement à partir de François Ier, qu’on commence à moderniser (et la création du Collège de France fait partie de cette modernisation). C’est l’époque à laquelle certains érudits ont commencé à dire qu’il fallait diffuser des traductions tout en allant aux sources. C’est cela l’Humanisme : les humanistes lisaient le latin, le grec, l’hébreu, mais en même temps, ils faisaient des traductions, ce qui était dangereux à l’époque. Car la faculté de théologie n’aimait pas beaucoup qu’on lise la bible dans le texte, ou en traduction, parce que cela enlève des filtres qu’elle jugeait nécessaires. Et à cette époque, on commence aussi à écrire certains documents publics en français, mais pour l’essentiel, notre documentation dans toute l’Europe, jusqu’à la fin du XVIIIe s., c’est le latin.

Si on forme une jeunesse qui ignore les faits (et là ce n’est pas seulement l’histoire ancienne qui est en cause), on se prépare des lendemains jolis, parce que n’importe quel parti extrémiste peut raconter n’importe quoi, et personne ne leur opposera les faits historiques : on revient au Moyen Age. Et pour l’Antiquité, même si nos idéologues ne l’aiment pas beaucoup (c’est dépassé, cela n’a aucun intérêt), elle est puissamment utilisée dans toutes les constructions idéologiques. Il y 70 ans, on tenait des discours historiques assez étonnants en Italie, en Allemagne, au Japon qui pourraient nous faire réfléchir. Ils étaient fondés sur une falsification de l’histoire mais il restait toute une série de gens, même en Allemagne ou en Italie, qui disaient non, que ce n’était pas comme cela. Qu’est ce qui se passerait de nos temps ? C’est pour cela qu’il faut apprendre un peu l’histoire ancienne.

– Philippe Cibois : pour vous il faut se centrer sur le présent ? Nous spécifiquement, notre histoire, notre langue et ne pas chercher à dominer intellectuellement l’ensemble du monde ?

– Absolument. Ce n’est pas qu’il faille ignorer les autres : bien sûr qu’il faut de l’histoire mondiale, mais n’apprendre que l’histoire mondiale comme si la France n’existait pas, risque à mon avis de susciter un problème grave. Parce qu’il faut savoir pourquoi on apprend, et la première chose à apprendre, c’est de se connaître soi-même, et notamment sa langue.

Je me souviens de quand j’ai découvert au lycée, pendant les dernières années, les textes politiques romains qui étaient passionnants, et qui nous faisaient découvrir beaucoup de problèmes, antiques et contemporains. Nos professeurs parlaient de ce qui s’était passé dans les années 30 et 40 en commentant ces textes. Par exemple la Guerre contre Jugurtha : qu’est-ce que les Romains allaient faire en Afrique du nord ? Cela permettait de faire des discours « en partant de » avec des arguments dont certains étaient les mêmes que ceux que Salluste ou Cicéron développaient.

Pas de formation superficielle

Ce qui me parait important, néanmoins, c’est que quand on parle une langue romane et qu’on enseigne une langue romane, que l’on connaisse les fondements de cette langue. On ne va pas inventer une linguistique qui est complètement en dehors de l’histoire, et pour comprendre une langue, au moins le professeur, et donc les étudiants, et d’une certaine manière les bacheliers, doivent au moins en posséder les rudiments pour arriver à cette connaissance.

Ce qui est dramatique, c’est le saupoudrage actuel. On fait semblant à Bruxelles dans les commissions, ou à l’Unesco, de croire qu’en France on apprend encore le latin et le grec. Vous savez mieux que moi ce qu’il en est : les professeurs de latin voient leur programme réduit à la portion congrue.

Il y a déjà vingt ans, j’ai découvert que les étudiants en lettres classiques faisaient leur maîtrise sur des traductions, et c’est alarmant. Parce que ce n’est plus la peine d’enseigner le latin au lycée, si c’est pour arriver au résultat qu’au bac ils ne sont même pas fichus de comprendre César, ou un petit texte sans dictionnaire. Alors à quoi bon ?

J’ai fait toutes mes études sans dictionnaire : on avait certes des dictionnaires, parce qu’on devait traduire des textes grecs ou latins difficiles qu’on n’avait jamais vus, et là on avait bien sûr le droit d’utiliser le dictionnaire. Mais tous les examens, jusqu’au bac et pendant le bac même, se faisaient sans dictionnaire.

– PhC : C’était au Luxembourg ?

– Qui n’est pourtant pas un pays extraordinaire de ce point de vue, mais il avait conservé la vieille tradition de l’apprentissage des textes et des langues. La méthode pratiquée était une sorte de mélange des méthodes françaises et allemandes, d’après lequel il était impensable qu’on utilise un dictionnaire. Le Gaffiot a tué le latin en France. Si l’on ne dispose pas du dictionnaire aux exercices et examens, on se constitue un petit vocabulaire de 1000 à 2000 mots, très suffisant pour comprendre l’essentiel, ce qui permet de se débrouiller pour le reste. Mais j’en viens au principal : j’avais 5 heures de grec par semaine, et 7 heures de latin. Pendant 7 ans, 7 heures de latin, pendant 5 ans 5 heures de grec ! C’est toute la différence.

Ce que je n’ai jamais compris, c’est le saucissonnage du Morisset et Thévenot : c’est une horreur : nous, on avait au programme deux chants de l’Iliade, trois chants de l’Eneide. On avait la Guerre de Jugurtha, point : du début à la fin. Comment voulez-vous avec deux, trois heures, je ne sais plus combien, que vous dépassiez le stade de la déclinaison ? Vous vous planterez ensuite dans les verbes irréguliers, parce qu’il n’y a plus le temps d’aller plus loin. Je n’appelle pas cela faire du latin. À ce moment-là, autant faire autre chose. La civilisation romaine ? Mélanger l’enseignement de la langue avec l’étude de la civilisation, c’est très bien, mais il faut savoir. Qu’est-ce qui revient au latin ? C’est plutôt le professeur d’histoire qui devrait enseigner cela. Or en même temps, l’histoire antique disparaît des programmes de lycée et de collèges, je ne comprends pas pourquoi.

– PhC : on peut peut-être commencer par les expressions latines du français comme curriculum vitae ?

– Il y a du latin pur jus et du latin macaronique comme curriculum vitae, mais il y aussi tout le fonctionnement de la langue, le vocabulaire. J’ai été tout de suite fasciné quand j’ai vu que tel mot vient d’un mot plus ancien, de façon savante ou de façon directe, et la façon directe, les formations « populaires » des mots, est encore plus intéressante.

– PhC : mais est-ce que ce n’est pas l’objet du cours de français ?

– Le latin fournirait le vocabulaire et le professeur de français l’utiliserait systématiquement dans ses explications. Mais si on n’apprend pas le vocabulaire latin, si on ne voit pas comment cela fonctionne, c’est inutile. Il faut sensibiliser les élèves à cela, montrer que notre langue n’est pas tombée du ciel, que c’est une langue qui était parlée autrefois, comme langue de communication, dans toute la Méditerranée et même dans les pays grecs : il y avait des zones latinophones, jusqu’à Philippes en Macédoine ou Beyrouth au Liban. Les Romains de toute façon connaissaient aussi le grec et tout le monde se comprenait d’un bout à l’autre de la Méditerranée. Cet état de choses a laissé des traces : de ce point de vue « nous sommes tous des citoyens romains »[1].

Dans notre langue, le gaulois est infiniment plus faible que le latin : il doit même y avoir moins de mots gaulois que de mots germains, à cause des Francs. Je trouve que cela devrait intéresser les jeunes même sous forme de jeu. Maintenant on cherche des activités extra-scolaires, mais les professeurs de latin et de français pourraient faire ensemble des ateliers où l’on joue avec les mots pour en trouver l’étymologie. Que les jeunes sachent ce qu’est une étymologie, comment cela fonctionne, même s’ils ne sont pas linguistes ! Qu’ils connaissent un certain nombre de choses : que les langues se transforment, mais lentement : c’est cela qu’il faudrait leur apprendre.

Et puis, il faudrait que l’histoire participe à cet enseignement : je trouve que c’est criminel, on en parle régulièrement dans les journaux, d’avoir des programmes d’histoire au collège-lycée aussi indigents où on parle de tout et de n’importe quoi, mais pas de ce qui nous concerne, et même jusqu’à l’époque contemporaine : De Gaulle n’existe pas, la dernière guerre pratiquement pas, c’est scandaleux.

– PhC : en français, les textes proposés vont depuis la Bible et l’Énéide en 6e jusqu’à la littérature contemporaine en terminale.

– et ils les lisent et les étudient?

– PhC : en tout cas c’est au programme,

– oui mais je sais qu’il y a quarante-cinq ans (je parle de la préhistoire), dans mon petit pays, on avait aussi un programme, et il y avait 10 ou 20 œuvres qui étaient imposées dans le programme de l’année. Et les maîtres nous disaient « vous lisez les 10 ou 20 œuvres » et l’on était interrogé sur ces œuvres, en classe on n’étudiait forcément qu’un certain nombre de ces livres, mais on était prié de tout lire. Pas question de ce saucissonnage.

– PhC : donc il faut apprendre et arriver à un résultat.

Prenons le cas de l’apprentissage de l’anglais : tout ce débat sur l’anglais, vous trouvez normal que quelqu’un ou quelqu’une qui, pendant 7 ans, fait de l’anglais, ne soit pas fichu de comprendre un film sans sous-titre, de lire un livre anglais, ou de subir une conférence avec images en anglais ?

Finalités

Paul Veyne a dit un jour qu’on n’a pas besoin de latinistes mais qu’on n’avait besoin que d’un petit groupe. J’avais trouvé qu’il exagérait un peu, mais je crois que ce qu’il voulait dire, c’est que si vous et moi, et un certain nombre de collègues, nous faisons du latin, cela suffit ; on n’a pas besoin de faire des érudits de tous les Français, on n’est plus à l’époque où l’on écrivait en latin et où l’on dialoguait avec les étrangers en latin.

Mais il faut au moins que les experts puissent se reproduire, et à présent nous ne sommes plus en état de reproduire ce savoir. Il y a certes des gens qui, comme les chartistes, ne peuvent pas faire leur travail, sans le latin,

– PhC : qui n’ont pas droit au dictionnaire lors de leurs examens,

– et puis il y a quelques fous qui aiment le latin, le grec, les inscriptions, mais dans l’ensemble ces savoirs ont du mal à se reproduire. Je l’ai constaté un jour vu dans les commissions de recrutement de l’école Française de Rome : la philologie, c’était traditionnellement la spécialité de rue d’Ulm, on avait toujours le latiniste de service, qui travaillait sur des auteurs : tout d’un coup c’était l’ENS de Saint-Cloud (maintenant Lyon), qui présentait les philologues, alors que traditionnellement cette école préparait plutôt les historiens. Tout avait basculé dans le cœur du système. Cela ne m’étonne pas que les chartistes soient maintenant les vrais latinistes. À l’École pratique, à la 4e section (philologie), il y avait toujours un enseignement de philologie, mais la meilleure école de philologie c’était celle de François Dolbeau c’est-à-dire de quelqu’un qui travaillait sur le haut Moyen Age : on lui envoyait tous les jeunes qui étaient passionnés pour cette méthode, pour qu’ils apprennent les rudiments de la philologie pratique qu’il avait apprise à Rome au couvent St-Jérôme où l’on produisait sous Paul VI la nouvelle Vulgate.

On n’a donc pas besoin d’avoir des gens capables d’écrire des lettres en latin, on n’a pas besoin d’érudits en latin, mais je trouve que tout lycéen devrait, s’il fait des Lettres et même le reste, avoir au moins la capacité de traduire des textes faciles sans dictionnaire.

Que faire ?

Je n’ai jamais compris pourquoi on n’a pas créé des classes littéraires fortes. Dans les années 80, certains collègues ont milité pour créer une section littéraire forte, du même type que les S. Cela a toujours été refusé, ni par les élèves ni par les professeurs, mais par le ministère où manifestement certaines personnes détestaient cette culture dite d’élite qu’est censé être le latin.

– PhC : Vous avez discuté avec Bourdieu de la question ?

– Bourdieu, je l’ai malheureusement très peu connu : il est mort pratiquement au moment où j’entrais ici.

– PhC : C’était un gros utilisateur de latin.

– Bourdieu a été dans un internat comme moi, et il y a appris le latin à la source : lui, l’élite, il savait de quoi il parlait.

Je trouve incompréhensible cette haine contre le latin. À mon avis, ce qu’il faudrait en France, c’est de généraliser ce qui fonctionne, c’est-à-dire les khagnes, non pas tant pour préparer aux grandes Ecoles, mais pour tous les étudiants, parce qu’elles sont de bonnes casernes de dressage pour apprendre le français et pour boucher toutes les lacunes des littéraires. Devant l’indigence des programmes au Lycée, ce dressage est nécessaire au début des études supérieures.

Les deux premières années devraient être assurées par les professeurs de khagne dans les universités. Bien sûr il faudrait aussi sélectionner à l’entrée dans les universités, – je sais que c’est un sujet totalement tabou, mais il faut mettre un terme à cette utopie que 80% des jeunes peuvent faire des études de lettres au sens le plus large. Ce n’est pas possible, surtout avec l’enseignement secondaire qu’on leur donne.

– PhC : en 1967 il y avait deux filières bien différenciées philo et math. Aujourd’hui les anciens latinistes qui sont en science ont de meilleures notes que les littéraires.

– Parce que dans les classes scientifiques, il y a encore un esprit de travail et de toute façon, il y a une sélection sur le tas. On ne s’engage pas dans ces études si on n’est pas capable de suivre, et un élève qui a une bonne tête sera également bon en français.

– PhC : les L ne représentent plus que 10% des effectifs du baccalauréat général.

– on les a complètement laissé tomber par un nivellement vers le bas pour y fourrer tous ceux qui n’avaient peut-être pas leur place au lycée, et à qui l’on devrait dispenser des enseignements appropriés.

Idéologie grecque et langue latine

Pourquoi les Chinois sont-ils intéressés par le latin ? On peut se poser cette question. Parce que pour eux la culture occidentale sans le latin n’existe pas. En France, il y a ce mythe que la culture sans le latin, c’est tout à fait possible, puisque le grec suffirait : alors comme personne ne connaît et n’apprend vraiment le grec, on peut effectivement défendre un tel point d evue, mais je n’ai jamais compris cette idiotie.

– PhC : peut-être, comme le suggèrent les enquêtes, c’est parce que le grec est de gauche et le latin de droite ?

– Je suis élève de Vernant et de Vidal-Naquet, et Vidal-Naquet, dans notre Centre, quand il me taquinait, me disait « ah tu sais, les Romains, c’est des fachistes »

– PhC : Est-ce que « démocratie antique et démocratie moderne » sont si différentes ?

– Je répondais à Vidal-Naquet que le seul moment où les Grecs étaient un peu démocratiques, ils étaient dirigés par des aristocrates, dans un système plutôt rigide, et, entre parenthèses, ils étaient d’horribles impérialistes

– PhC : et les Romains ?

– c’était une bande de pillards et de voyous, mais au moins les choses sont claires. Tout cela est donc très relatif, mais on a toujours maintenu ce mythe.

Ce qui fait aussi beaucoup de mal, ce sont les philosophes, les philosophes de lycée, avec leur mythe de Platon, de la Grèce, Heidegger : cela crée des fausses images.

Mais le latin lui-même, c’est autre chose. La langue elle-même n’a pas d’odeur, elle n’est pas politique, elle est rationnelle. Je trouve que pour analyser une langue, il n’y a rien de tel qu’une langue qui est un peu plus compliquée que la nôtre, comme le latin. Le grec avec les verbes, est quand même beaucoup plus complexe ; la morphologie n’est pas simple pour un débutant surtout quand il n’a que quelques heures d’enseignement par semaine. Mais le latin, au moins au niveau de collège et de lycée, c’est maniable, et surtout on voit comment cela fonctionne, on voit des différences entre les langues qui mettent le verbe au début celles qui le mettent à la fin, etc. Ce sont des outils conceptuels que l’on acquiert pour aller vers d’autres langues et c’est pour cela que le latin est utile. Indépendamment de cela, on n’a pas à lire des délires romains sur la conquête du monde. Il y a assez de textes pour faire autre chose.

Expériences étrangères

Dans d’autres pays, de la Russie à l’Allemagne on continue à faire le Latinum à l’université. Une doctorante de l’université de Strasbourg est en cotutelle avec Berlin. Quand elle est allée à la Humboldt, ils ont vu qu’elle était assez médiocre en latin, elle a donc fait son Latinum, et son Graecum, conditions nécessaires pour avoir son diplôme d’université. À l’époque soviétique, et je pense que cela continue, dans une université russe, vous ne pouviez pas avoir votre diplôme si vous ne faisiez pas de latin. On comprend bien pourquoi : comment voulez-vous faire l’histoire de la Hongrie par exemple, si vous ne connaissez pas le latin ?

Après notre génération, quand on voudra dire quelque chose sur notre passé, il faudra s’adresser aux Américains, aux Chinois, aux Japonais ou aux Russes. On en est là : et aux États-Unis, cités comme exemple de modernité, la plupart des bons étudiants font du latin au lycée. Pourquoi ? Parce que les hommes d’affaires américains ne veulent pas faire d’erreur quand ils citent un auteur latin. Les Américains veulent être sérieux, même dans leurs citations latines.

Dans une université américaine, quand vous faites le college, et ensuite vous allez à l’université pour le doctorat, le PhD, très souvent, pour les scientifiques notamment, on les prie de faire une année de Lettres. C’est ce qui fait que le siège de l’organe de l’association philologique américaine, les Transactions of the American Philological Association, est à Johns Hopkins, à Baltimore, qui est avant tout une université de biologie, de médecine, d’ingénierie.

– PhC : mais dans les colleges il y a une dominante ?

– oui, les littéraires sont littéraires, les scientifiques sont scientifiques mais on leur demande à un moment donné de faire quelques mois de culture générale ; ils font alors de l’histoire de l’art, des lettres, des langues, de l’histoire, de l’archéologie, tout ce qu’on veut.

En guise de conclusion

Je ne sais pas si cela vous a éclairé : moi, je ne suis pas latiniste, je suis dans « le latin appliqué », je fais de l’histoire romaine et j’utilise le peu de latin qui me reste. Comme je ne suis pas engagé dans l’enseignement même, que je ne suis pas juge et partie, je peux me permettre de dire que ce n’est pas comme actuellement, par un saupoudrage, qu’on apprendra le latin aux jeunes.

Moi j’adore Rome, je ne souhaite qu’une chose, c’est que les jeunes aillent visiter Rome, mais ce n’est pas comme cela qu’ils apprendront le latin. Le latin, cela se fait sur une table avec une grammaire, des textes, et des exercices – et sans dictionnaire : on peut parfaitement apprendre les déclinaisons avec les inscriptions romaines, mais il faut travailler sur la langue pour commencer, après le reste vient tout seul.

  1. Derniers mots de Le métier de citoyen dans la Rome républicaine de Claude Nicolet, 1976 []

Situation du latin : statistiques 2013

DSCN2939b

La parution récente des Repères et références statistiques du Ministère pour l’année 2013 (situation à la rentrée 2012)  [1] permet de faire le point sur la situation du latin dans l’enseignement secondaire. Plusieurs points de vue seront distingués : la situation initiale, les évolutions en cours de scolarité, les enseignements concurrents. La situation actuelle sera comparée avec les années précédentes.

La première année de latin : évolution de 1972 à 2012

Larin5e1972-2012b

Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 suivie d’une stabilisation de 2000 à 2008. La baisse des quatre dernières années est-elle significative ? Distinguons le public et le privé pour la période de 2008 et 2012 :

année

public

privé

dif. pr – pu

ensemble

baisse ens.

2008

21,3%

27,4%

6,1%

22,6%

2009

20,6%

27,5%

6,9%

22,1%

0,5%

2010

20,2%

27,7%

7,5%

21,8%

0,3%

2011

20,0%

26,6%

6,6%

21,4%

0,4%

2012

19,4%

25,5%

6,1%

20,7%

0,7%

Le privé recrute toujours de 6 à 7 points de pourcentage de plus que le public, mais cette différence n’a pratiquement pas évolué et donc l’ensemble a subi une baisse sur la période de 1,9% (22,6 – 20,7). La colonne « baisse ens. » note l’évolution d’une année sur l’autre (2009 : 22,6 – 22,1 = 0,5),  il s’agit d’une érosion dont la dernière est la plus forte (baisse de 0,7% de 2011 à 2012) mais dont on ne peut rien dire encore de sûr.

De la seconde à la terminale

LatinSecondCyle1984-2012

On ne note pas d’évolutions notables ces dernières années.

De la « survie » dans l’enseignement du latin.

Des deux graphiques précédents, on voit que l’on passe (pour l’ensemble public + privé) de 20,7% de latinistes en 5e actuellement à 4,1% en terminale : pour voir où se font les déperditions il faut distinguer le public et le privé qui ont sur ce point une divergence notable.

Pour ce faire examinons ce que devient une cohorte de latiniste qui entre en 5e en 2007 et ils sont 172730 : l’année suivante en 4e ils ne sont que 146938 soit 85% des partants, ce que l’on peut dire autrement en disant que sur 100 latinistes de 5e, il n’en reste plus que 85 en 4e [2].

Public et privé diffèrent à peine au collège : 85% des latinistes de 5e passent en 4e et pratiquement le même pourcentage passe en 3e (public 82%, privé 85%). C’est pour le passage de 3e en seconde que se fait la différence entre le public (taux de passage 18%) et le privé (taux de passage 32%). Cette différence est à l’origine des évolutions ultérieures car entre seconde et première (79%) et première et terminale (91%,) les pourcentages de maintien sont les mêmes dans le public et le privé. Par ailleurs ces taux de passage sont stables depuis 2001.

On peut faire l’hypothèse que le passage entre le collège et le lycée est plus intégré dans le privé que dans le public mais une enquête spécifique nous permettrait seule d’arriver à expliquer cette différence très nette de comportement (voir cependant le Post-scriptum de ce billet).

Examinons le résultat en appliquant les proportions de maintien d’année en année pour des cohortes de 100 élèves en 5e :

Cohortes

5e

4e

3e

2nde

1ère

Terminale

Public

100

85

70

13

10

9

Privé

100

85

72

23

18

17

Ensemble

100

85

71

15

12

11

Le meilleur maintien du latin entre le collège et le lycée associé au meilleur recrutement en 5e fait que la part des latinistes de l’enseignement privé représente 28% du total des latinistes alors que le privé ne représente que 22% de la population du second degré.

Les enseignements concurrents

– classes bilangues

J’avais déjà étudié dans un précédent billet, le cas des classes bilangues avec allemand première langue. Voici le graphique comparé de l’évolution du latin et de l’allemand première langue avec les projections recalculées pour tenir compte des données actuelles :

LatinAllemand2013

Attention, la baisse du latin en 5e montrée ici depuis 2001 est le reflet des évolutions démographiques plus que de l’évolution du pourcentage de débutants du latin en 5e dont on a vu qu’il était stable de 2000 à 2008.  L’allemand première langue, grâce aux classes bilangues a permis à de nombreux collèges de banlieue de proposer une filière « noble » aux parents de 6e et continue à remporter un certain succès (actuellement en 6e, 15% des élèves sont en classes bilangues).

 – sections européennes ou internationales

 Elles concernent plutôt les élèves de 4e et de 3e où elles représentent 10% des élèves : la langue spécifique de la section est l’anglais (68%), l’espagnol (14%), l’allemand (13%), l’italien (4%) et d’autres langues (1%).

 – chinois

ChinoisRusse

L’enseignement du chinois (première, deuxième ou troisième langue dans le second degré) a plus que doublé en 6 ans passant de 12000 à 27000 élèves avec une croissance annuelle moyenne de 14%, alors que le russe, à une époque choix stratégique de certaines familles, décroit. Le chinois fait certainement concurrence au latin au moins dans l’esprit de certains parents.

 ***

Le grec reste stable : en 3e il représente 2,4% des effectifs de cette classe (2,5% en 2006 ; public + privé). Dans le second cycle, il représente 1,1% des effectifs  tant en 2006 qu’en 2012.

***

Concluons en soulignant qu’il n’y a pas en ce moment d’évolutions statistiques vraiment notables : il faudra voir si la baisse des latinistes en 5e se poursuit ou non mais seule une enquête auprès de parents pourrait déterminer si l’enseignement du latin cède à la concurrence d’autres options linguistiques où s’il s’agit d’un abandon culturel de la part de parents qui eux-mêmes ont privilégié les mathématiques quand ils étaient dans le secondaire.

La seule nouveauté de ce billet est la mise en avant de la différence de comportement entre le public et le privé à propos du maintien des latinistes entre le collège et le lycée.

Post-scriptum du 20/09/13 : il m’a été suggéré que la différence entre le taux de maintien du public et celui du privé lors du passage de collège à lycée était certes bien dû pour une part à la continuité (voir même à la contigüité) qui existe dans le privé entre collège et lycée, mais qu’il y avait aussi souvent une volonté explicite de la part des responsables de lycée privé de pousser les élèves ayant fait du latin au collège à continuer au lycée.


L’article signalé en rubrique actualité : Esprit, juillet 2013, Philippe Cibois, Ressusciter les « langues mortes », est disponible ici


  1. disponible également en ligne []
  2. ce n’est pas une cohorte au sens strict, dispositif qui demande un suivi individuel, mais cette pseudo-cohorte est une estimation raisonnable de la vraie cohorte []

De brancha in brancham degringolat, et faciens pouf : le latin macaronique

Au 15e siècle existe un latin de cuisine, ou latinus grossus langue d’échange mêlant le latin de l’élite et la langue vulgaire (italien, provençal, français) qui permet les interactions entre des personnes plus ou moins instruites et d’autres de niveau culturel inférieur. Cette situation se rencontre dans la bureaucratie citadine, dans l’espace juridique, dans le travail universitaire. [1]

En 1534 Rabelais (Gargantua, chap. 19) nous propose un exemple de ce latin de cuisine sous la forme d’une argumentation destinée à récupérer les cloches de Paris volées par Gargantua :

De parte Dei, date nobis clochas nostras (…)
De part Dieu, donnez-nous nos cloches
Ergo sic argumentor :
Voilà ma thèse
Omnis clocha clochabilis, in clocherio clochando,
Toute cloche apte à clocher, clochant dans une clocher
clochans clochativo clochare facit
en clochant, fait clocher par sa vertu clochative
clochabiliter clochantes.
celles qui clochent clochablement
Parisius habet clochas.
A Paris, il y a des cloches
Ergo gluc.
Par conséquent, CQFD [2]

Si le latin macaronique est né dans le milieu humaniste confronté à l’usage de ce latin de cuisine, il a une toute autre portée : il s’agit pour des humanistes de jouer sur la transgression et l’humour en incorporant à une forme poétique latine régulière tant des expressions issues du langage vulgaire que des situations bouffonnes ou même triviales.

Le premier ouvrage reconnu de ce style s’appelle précisément Macaronea, (Tifi Odasi, Padoue, 1450-1492)

Est unus in Padua notus speciale cusinus
Il y a Padoue un épicier cuisinier renommé
in macaronea princeps bonus atque magister :
prince excellent et maitre en macaronis (45-46) [3]

Le macaroni est trivial, c’est la nourriture fruste des paysans : traiter quelqu’un de macarone est l’équivalent en français de le traiter de nouille mais cette Macaronea est en forme d’hexamètre. Le nom est resté pour désigner le genre.

En langue française, dans le courant du 16e siècle, un ami de Ronsard, Rémi Belleau, utilise le genre macaronique pour dénoncer les ravages des reitres huguenots de l’armée de Condé en 1562. L’utilisation du mélange des langues lui permet de décrire l’horreur, par la distance d’une langue artificielle sans âme qui met l’émotion à distance.

Numquam visa fuit canailla brigandior illa,
On ne vit jamais une canaille plus pillarde que celle-là :
Egorgant homines, spoliant, forçantque puellas
Ils égorgent les hommes, pillent, violent les jeunes filles.
Nil nisi forestas (domicilia tuta brigantum)
Que les forêts (domiciles sûrs pour les brigands)
Cherchant luce, tenant grandes sed nocte caminos.
Ils ne recherchent le jour, mais la nuit ils tiennent les grands chemins
Blasphemare deum primis didicere parollis,
Ils ont appris à blasphémer Dieu dès leurs premières paroles
Arrestant homines, massacrant, inque rivieras
Ils ligotent les hommes, les massacrent et dans les rivières
Nudos dejicient mortos, pascuntque grenouillas
Jettent leurs cadavres nus, les donnant en pâture aux grenouilles.

Vers 47-53 du Dictamen metrificum de Bello Huguenotico de Remy Belleau[4].

Au siècle de Louis XIV

Pour mettre fin aux Guerres de Religion, une autorité royale absolutiste dont Hobbes fut le théoricien, s’impose en France en en Angleterre. Le style macaronique perdure mais il n’a plus qu’une fonction satirique : témoin en est le 3e intermède qui finit le Malade imaginaire de Molière (1673).

Sçavantissimi doctores,
Très savants docteurs
Medicinae professores,
Professeurs de médecine
Qui hic assemblati estis;
Qui êtes assemblés ici,
Et vos, altri messiores,
Et vous autres Messieurs,
Sententiarum Facultatis
Des sentences de la Faculté
Fideles executores,
Fidèles exécuteurs
Chirurgiani et apothicari,
Chirugiens et apothicaires
Atque tota compania aussi,
Et aussi toute la compagnie
Salus, honor et argentum,
Salut, honneur et argent,
Atque bonum appetitum.
Et bon appétit.

Non possum, docti confreri,
Je ne peux, doctes confrères
En moi satis admirari
En moi assez admirer
Qualis bona inventio
Quelle bonne invention
Est medici professio;
Est la profession de médecin
Quam bella chosa est et bene trovata,
Quelle belle chose et bien trouvée
Medicina illa benedicta,
Est cette médecine bénie
Quae, suo nomine solo,
Qui par son seul nom
Surprenanti miraculo,
Par un surprenant miracle
Depuis si longo tempore,
Depuis si longtemps
Facit à gogo vivere
Fait vivre à gogo
Tant de gens omni genere.
Tant de gens de tout genre.

Comme dans le Bourgeois gentilhomme, joué trois ans plus tôt et où la lingua franca servait à se moquer de la cour Ottomane [5], Molière utilise aussi une langue artificielle pour se moquer de la médecine et des médecins justes bons à invoquer la vertu dormitive de l’opium et, à appliquer à toute maladie, les mêmes remèdes :

Clysterium donare,
Donner un clystère,
Postea seignare,
Puis saigner
Ensuita purgare.
Ensuite purger

 Maladus dût-il crevare

L’intronisation du médecin se termine ainsi :

Vivat, vivat, vivat, vivat, cent fois vivat,
Novus doctor, qui tam bene parlat!
Mille, mille annis, et manget et bibat,
Et seignet et tuat!

Le latin n’est plus utilisé que pour les terminaisons des mots français ainsi que pour l’ordre au subjonctif : qu’il saigne (qu’il pratique la saignée) et qu’il tue.

De brancha in brancham degringolat, et faciens pouf 

Nous arrivons quelques années plus tard, mais à une date inconnue et d’un auteur inconnu, à un texte d’où vient cette phrase macaronique encore assez répandue sous diverses formes : De brancha in brancham degringolat, et faciens pouf  ou encore degringolavit et fecit poum où d’autres versions encore qui servent à se moquer d’une chute. Ces mots sont extraits d’un texte sous forme de poème d’une soixantaine de vers  intitulé Funestissimus Micheli Morini trepassus dont on ne trouve de version imprimée que tardivement [6].

Le récit existait auparavant car on en trouve des versions françaises amplifiées de 1500 vers comme celle-ci : La Vengeance du trépas funeste du fameux Michel Morin conspirée par les amis du défunt contre la mort. Pièce nouvelle en vers, Troyes : Vve de J. Oudot et J. Oudot fils, 1728. Il existe aussi des gravures comme celle-ci où la chute est mise en relief [7]

MichelMaurin

Il y a peu de littérature sur cette question mais un article bien informé de Wikipedia [8] nous apprend d’abord qu’un « Michel Morin » est un synonyme dans certaines régions d’homme à tout faire, de factotum et dans le texte du poème d’Omnis homo.

La distribution actuelle du nom Morin nous oriente entre Picardie et Bretagne et une des versions du texte évoque un bedeau de Picardie [9].CarteMorin2

__________

__________

Nous sommes dans une communauté villageoise d’Ancien régime où l’on s’assemble sous un orme pour discuter des affaires de la communauté. Une pie est à l’origine de l’affaire :

 

Micheli Morini funestissimus trepassus.
Le trépas très funeste de Michel Morin

Est juxta nostram grandissimus ormus eglisam,
Il y a un très grand orme près de notre  église
Plebs paysana suos ubi plaidatura processus
Où les paysans ont l’habitude de régler leurs différends
Convenit, ut cunctas demelet mairus afairas.
Où toutes les affaires municipales sont démêlées
Illìc, aestivis terram brulante diebus
Là, sur une terre brulée par le soleil des jours d’été
Sole, ramassati juvenes queis primula mento
Un ramassis de jeunes, sur le jeune menton desquels
Barba frisat mollis, relevata veste, reponunt
Une aimable barbe frise, la veste retroussée, reposaient
Herbibus in viridis fessas, largaque sub ormo
Les fesses sur l’herbe verte, à l’aise sous l’orme.
In vastum tournant rondum; charmantia vina
C’était l’espace où les rondes tournaient ; le vin qui réjouit
Incertis ludunt cartis ; gagnataque laeti
Était joué aux cartes hasardeuses ; et gagnés par la joie
Ebibunt à tarlarigo petulantis Iacchi
Ils absorbaient à tire-larigot, de Bachus la pétulance.
Munera : violono hilares sonante gavottas,
Les joyeux violons faisaient raisonner des gavottes,
Gaillardi trepignant omnes, sabotantque frequenti
Des gaillardes faisaient tout trembler, et fréquemment les sabots
SaItu tremblantem lourdo sub pondere terram.
Par leurs sauts lourds faisaient trembler la terre de leur poids.

Ormi in extremo nidum pia garrula bouto
À l’extrême bout de l’orme, une pie bavarde
Percharat. Dominum sæpe hæc diablessa prechantem
Perchait. Le dimanche, souvent cette diablesse par ses prêches
Troublabat parochuma, vilenisque erat osa jugeantis
Troublait la paroisse, elle était détestable et osait se poser
Ora mairi, et totos etronis operire clientes:
Sur le bord de la mairie et recouvrir de crottes tous les clients :
Sæpe avidos etiam trompavit, foeda, bibrones,
Souvent même, avide, elle dérobait alliances et biberons,
Dum chiat, et calidis remplissat pocula merdis.
Comme elle chiait, elle remplissait les blanches coupes de merde.

Tandem derniero numerosa cohua dimancho
Enfin, ce dernier dimanche, une cohue nombreuse
Se assemblat, perchisque tachat si forte per auras
Se rassembla, et tâcha avec des perches de peut-être faire
Avolare piam faciat, nidumque denichet.
Envoler la pie et de dénicher le nid.
Arduum opus! Soli Michelo fata Morino
Travail difficile ! Au seul Michel dit Morin
Triste reservabant decus. Hurlamenta criantum
Était réservée cette triste gloire. Il entendit les hurlements et
Audiit, et totis, ut cervus, currit iambis:
Les cris, et, tel le cerf, accouru à toutes jambes.
Pan, pata pan, resonat sabotoso sub pede tellus.
Pan, ratapan, la terre résonna sous ses pieds sabotés.
« Ah! criat, Ô socii! Quæ vos furiosa prenavit
«  Ah ! cria-t-il, Ô compagnons ! Jusqu’où votre stupidité
« Stultitia, ut nostrum fracassetis perchibus ormum !
Furieuse vous conduira, que vous fracassiez à coup de perches notre orme ?
« OMNIS HOMO cherchandus erat, cui grandia tanta
« Il fallait chercher un homme à tout faire, à qui il conviendrait
« Antreprenare licet, maisonnas abattare volucrum.
« D’entreprendre cette grande œuvre : abattre la maison de l’oiseau.
« Ecquis, cum terriblo Burgundica vina Morino,
«  Y a-t-il quelqu’un, qui avec l’aide du terrible vin bourguignon de Morin
« Vestrum andet pariare , quod hanc montatus in arbram,
«  Arrivera à vous égaler en montant dans cet arbre
« Babiliardarum ruinabit tecta piarum? »
«  Et mettra en ruines le toit des pies babillardes ? »

Dixerat; atque statim chopinam charmantis Iacchi
Il dit ; et aussitôt avec les chopines réjouissantes de Bachus
Grandilion pariat. Tunc.vaillantissimus heros,
Il égala Grandilion. Alors, le très vaillant héros,
Sub pileum retroussans crines, sabotosque dechaussans,
Retroussant sa chevelure sous son bonnet, déchaussant ses sabots,
Vestem deshabillat, grandi signat cruce frontem,
Il retira sa veste, fit de grands signes de croix sur son front,
In manibus crachat, elato pede, grimpat in ormum.
Cracha dans ses mains, et, élevant le pied, grimpa sur l’orme.

Interea huc parochus magna cum voce cucurrit :
Cependant, le curé d’ici, accourut et dit d’une voix forte :
« Omnis homo! Quo jam tua te vaillantia portat ?
«  Homme à tout faire ! Jusqu’où ta vaillance te conduit-elle ?
« Quid statuis? Certam cur quaeris in arbore mortem ?
«  Qu’imagines-tu ? Je me demande pourquoi tu cherches la mort dans l’arbre
« Ergo voce tua non plus resonabit eglisae
« Donc, ta voix ne résonnera plus sur les voutes de l’église
« Vouta; nec ad nostrum cantabis sol, fa, pupitrum!
« Et à notre pupitre tu ne chanteras plus sol, fa !
« Quis post haec agreabilibus dis, dis, li, di, den, don,
« Qui ensuite par cet agréable ding, deling, dong,
« Clocharum sonibus, nostras charmabit oreillas ?
« Du son des cloches, charmera nos oreilles ?
« Siste, rogo, atque meis te redde, Morine, prieris! »
« S’il te plait, je t’en prie, rends-toi, Morin, à mes prières ! »

Proh Deus! Ah! quo non mortalia pectora poussat
Par Dieu ! Ah! Jusqu’où ne pousse les cœurs mortels
Vini sacra sitis! Parochi parolæque precesque
La soif du sacré vin ! Ni les paroles ni les prières du curé
Arrêtare ipsum nequeunt ; verum ocius, ormi
N’arrivèrent à l’arrêter ; à dire vrai plus rapide, sur l’orme
De brancha in brancham pergit grimpare, cacumen
De branche en branche il continue à grimper, son sommet
Attrapat, et toti victor supereminet arbrae.
Il atteint, et tout victorieux domine les arbres.
Tunc solita entieras subvertere dextra foretas,
Alors de sa seule droite détruisant les entières feuillées,
Arripiens nidum, dechirat, prolesque piarum
Arrachant le nid, il le met en pièces, la progéniture des pies
Envoyat ad diablum. Statuunt sed fata quod illas
Il l’envoie au diable. Mais les sorts décidèrent ce qui
Suivabit. Michelus ramo tunc forte sedebat
Suivra. Michel alors par hasard se tenait sur un rameau
Artisonis rongeato intus, sub cortice pulchro ;
L’intérieur rongé par la vermine sous une belle écorce
Cumque perangusto gloriantes pondere branchæ
Et comme les glorieuses branches, celles sur lesquelles était assis Morin,
Portassent hero[n]em, super has sederetque Morinus,
Ne supporteraient qu’un héron d’un très léger poids,
De brancha in brancham degringolat, et faciens pouf,
Il dégringola de branche en branche et faisant pouf,
Ex ormo cadit, et clunes obvertit Olympo.
Il tomba de l’orme et ses fesses se tournèrent vers l’Olympe.
Hurlat ho! ho! paysana cohors, junctisque priantes
La cohorte des paysans hurla ho ! ho !, joignant leurs mains
In coelum recriant manibus; frustraque! Morinus
En priant ils s’en réfèrent aux cieux ; c’est une erreur ! Morin
Non est in vivis numerandus! Tombat, et hujus
N’est plus du nombre des vivants ! Il tomba,
Tota rabotoso fracassantur membra paveto.
Et tous ses membres furent fracassés sur le pavé rugueux.

Le sous-titrage permet de regarder de près ce texte. Il pose cependant quelques problèmes inhérents à tout texte macaronique où l’on se demande toujours s’il faut prendre au sérieux le mot et la forme : il faut par exemple supposer que ce que la pie dérobe ce sont des foeda,  des « alliances » au sens matériel du terme, et des bibrones des « biberons » au sens ancien, c’est-à-dire des petits récipients pour boire. D’autres passages sont peut-être à améliorer. Enfin j’ai dû restituer un n dans hero[n]em pour éviter l’incohérence d’un « héros » qui serait porté par la branche qui va précisément craquer.

Cumque perangusto gloriantes pondere branchæ
Portassent hero[n]em, super has sederetque Morinus,
Et comme les glorieuses branches [ne] supporteraient qu’un héron d’un très léger poids…

Le texte a eu beaucoup de succès dans le milieu scolaire et il en reste encore une phrase, aujourd’hui privée de son contexte qui, me semble-t-il, vaut le détour.

Autobi passebant completi

Récemment (1947), Raymond Queneau dans ses Exercices de style retrouve le genre macaronique. Il ne s’agit pas d’une traduction mais d’une adaptation du texte de base suivant :

Dans l’S, à une heure d’affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré dessus. Les gens descendent. Le type en question s’irrite contre un voisin. Il lui reproche de le bousculer chaque fois qu’il passe quelqu’un. Ton pleurnichard qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, se précipite dessus. Deux heures plus tard, je le rencontre cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit : « Tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus. » il lui montre où (à l’échancrure) et pourquoi.

Sol erat in regionem zenithi et calor atmospheri magnissima. Senatus populusque parisiensis sudebant. Autobi passebant completi. In uno ex supradicti aut obibus qui S denominationem portebat, hominem quasi junum, cum collo multi elongato et cum chapito a galono tressato cerclaro vidi. Iste junior insultavit alterum hominem qui proximus erat pietinat, inquit, pedes meos post deliberationem animae tuae. Tunc sedem libram vidente, cucurrit la. Sol duas horas in coelo habebat descendues, Sancti Lazari stationem ferrocaminorum passente devant, junum supradictum cum altero ejusdem farinae qui arbiter elegantiarum erat et qui apropo uno ex boutonis capae junioris consilium donebat vidi.

 ***

Pour un usage pédagogique du latin macaronique

Les textes précédents supposent pour être compris un minimum de latin qui n’est certainement pas possédé par les débutants, sauf peut-être le texte de Molière mais celui-ci suppose des connaissances sur l’état de la médecine de l’époque. Cependant, créer des expressions macaroniques pourrait être une voie assez ludique pour pratiquer l’exercice le plus difficile mais le plus indispensable qui soit : créer du texte latin en appliquant les règles de la déclinaison, étrangères au français.

À la première leçon que j’ai proposée on a vu que le complément de nom se traduisait par la finale –i pour les mots masculins (ou neutres) et –ae pour le féminin. Il est immédiatement possible de produire sous forme macaronique mais correcte du point de vue de la morphologie des phrases comme : Presidentus republiquae est Franciscus Hollandus où la règle du jeu est d’ajouter à tout mot français une terminaison latine selon son genre et de la décliner correctement. L’élève qui intègre dès son premier cours que « de la » est rendu par la finale –ae a compris l’essentiel, et il n’est pas besoin de vocabulaire spécifique ni de grandes connaissances grammaticales pour accéder à ce savoir.

 

  1. Giorgio Bernardi Perini. 2001. Macaronica verba. Il divenire di una trasgressione linguistica nel seno dell’Umanesimo, In Integrazione, mescolanza, rifiuto. Incontri di popoli, lingue e culture in Europa dall’Antichita’ all’Umanesimo, ed. Gianpaolo Urso,  Roma, L’Erma di Bretschneider, p. 327–336 []
  2. Traduction adaptée de la translation proposée dans Rabelais, Œuvres complètes, sous la direction de Guy Demerson, Seuil, 1973 []
  3. Ivano Paccagnella, Le Macaronee padovane, Padoue, Antenatore, 1979 []
  4. œuvres poétiques III, édition de Guy Demerson, Honoré Champion, 1998 []
  5. Cf. le précédent billet sur la Lingua Franca []
  6. Par exemple dans des Amusements philologiques datés de 1824 : Gallica []
  7. Source de l’image []
  8. Michel Morin – homme à tout faire []
  9. Source de la répartition []