Un texte latin du 6e siècle : la règle de saint Benoit

StBenoitSurLoireLe texte qui régit une organisation sociale, comme l’abbaye bénédictine de Fleury à Saint-Benoit-sur-Loire ci-contre, mérite attention puisque cette communauté monastique fut créée au 7e siècle : elle existe toujours et fonctionne sous la règle de saint Benoit. La durée dans le temps de cette règle s’explique par la sagesse de son auteur qui sut trouver un équilibre entre la quête spirituelle, objet du monachisme, et l’équilibre humain de la communauté où elle s’insère.

Le texte fut écrit au 6e siècle et incorpore des règles antérieures. Benoit, originaire de Nursie (en Ombrie dans le centre de l’Italie) quitte Rome où il fait ses études de jeune aristocrate : après une expérience d’ermite il fonde une communauté. De cette expérience est née la règle [1].

Comment accueillir des novices

Noviter veniens quis ad conversationem,
A celui qui est nouveau venu pour la conversion [religieuse]
non ei facilis tribuatur ingressus,
on n’accordera pas facilement l’entrée
sed sicut ait apostolus :
mais comme le dit l’Apôtre
Probate spiritus si ex Deo sunt
éprouvez les esprits [pour voir] s’ils sont de Dieu
Ergo si veniens perseveraverit pulsans
Donc si celui qui arrive persévère à frapper
et illatas sibi iniurias
malgré les rebuffades reçues
et difficultatem ingressus
et les difficultés d’entrées
post quattuor aut quinque dies visus fuerit
et qu’après quatre ou cinq jours il soit constaté
patienter portare et persistere petitioni suæ,
[les] supporter patiemment et persister dans sa demande
annuatur ei ingressus
qu’il soit acquiescé à son entrée
et sit in cella hospitum paucis diebus
et qu’il soit admis quelques jours dans le séjour des hôtes (chap. 58).

Traduire Illatas sibi injurias  par « rebuffades » comme dans le texte en ligne ou l’édition de Solesmes [2], est un euphémisme poli pour des injures. Alors que toute la règle nous manifeste la qualité d’accueil de la communauté, pour le postulant on commence par éprouver son désir de s’agréger à la communauté en le repoussant sans scrupules. Mais cela devait se savoir et le postulant devait en tenir compte.

JournalApprentiMoineZen

On retrouve la même attitude à l’entrée d’un monastère bouddhique dans le livre de Satô Giei (1920-1967), illustré par l’auteur d’une manière humoristique, Journal d’un apprenti moine zen, texte qui rend compte de l’expérience de l’auteur à son entrée dans un temple bouddhique en 1939 [3]. Voici le début du livre :

Yôkan est un garçon sympathique qui en a fini avec ses études universitaires et va quitter le temple Busshin-ji. Ce printemps, il s’est mis en tête de passer à autre chose : il veut se soumettre aux exercices monastiques. Et moi qui vous raconte son histoire, j’ai pris de mon côté une décision : le suivre pas à pas, afin que l’on puisse se faire une idée de ce qu’est vraiment la vie quotidienne d’un monastère. (…)

Mais il ne suffit pas de souhaiter entrer ; on s’assurera d’abord que celui qui veut passer la porte en a la clef –entendez une détermination sans faille de se mettre en quête de la Voie, et le sésame– qu’il soit animé du « grand complexe de doutes », d’une « inébranlable volonté » et d’une « indéfectible foi ». Prévenu de longue date, Yôkan n’est pas pris par surprise, mais n’empêche, c’est debout devant cette porte béante qu’il découvre à quel point sa situation a valeur probatoire. Oui, il se destine à vivre en dehors de ce monde flottant selon une méthode connue, que des siècles ont éprouvée, et il doit se soumettre à cet examen. Fort de cette certitude, il enjambe le seuil des deux pieds et scelle sa décision. (…) Ce n’est plus le moment d’hésiter, il faut affronter la première barrière ! A la porte principale encore mal éclairée, en vêtements de voyage, Yôkan se pelotonne sur la marche de l’entrée, salue en baissant la tête tant qu’il peut et hurle à tue-tête :
– Je vous en conjure !
Surgie d’on ne sait où dans le silence du lieu, choit la réponse imposante :
– Qu’est-ce que c’est ?
Sans tarder, arrive un moine à qui Yôkan décline ses nom, prénom et adresse. Il lui tend une enveloppe contenant sa demande d’entrée, le descriptif de sa vie jusque-là, l’engagement par écrit de suivre la règle ; pour finir, il s’enquiert d’un endroit où suspendre tout son saint-frusquin. Le préposé à l’accueil s’éclipse un instant à l’intérieur.
– Notre monastère, laisse-t-il tomber quand il se montre de nouveau, est au complet pour le moment. Pas le moindre pouce carré pour vous recevoir. Veuillez-vous retirer !
Le couperet ! L’homme s’enfonce à l’intérieur pour ne plus réapparaître. Il y a de quoi se faire quelque souci…Notre jeune homme n’est pas surpris outre mesure. On l’avait prévenu sur tous les tons : « On te ferme la porte au nez ? Ne quitte pas la place et cramponne-toi ! Pas un mot, pas un geste, à part pour satisfaire un besoin pressant… Et ne songe pas à aller ailleurs, ce sera pareil dans chaque monastère où tu iras ».

Yokan n’en a pas fini des « rebuffades » il reste devant le seuil du temple. À trois heures de l’après-midi, il est admis à diner et à passer la nuit à l’abri, mais il est mis dehors au matin. Le troisième jour cependant, il est admis à la salle de méditation :

On le mène à la place qui est la sienne, à en juger par son balluchon qui l’y attend, et il s’apprête à l’occuper quand s’élève, impérieuse, la voix de l’acolyte
– Un nouveau pour la méditation assise zazen !
Emplis de révérence, les anciens, assis en posture zazen, tendus et absents, à ce signal accomplissent ensemble une profonde inclination. Yôkan vient d’être introduit dans la communauté des moines. Pas un mot de présentation n’est dit le concernant. Pour être simple et concise, la cérémonie n’en est pas moins solennelle ! Il n’est que de comparer avec d’autres rites d’admission : où donc, dans quelle communauté, école ou entreprise, se sent-on ainsi grandi et renforcé ?

L’ordre de préséance

Une autre similitude, qui semble fonctionnelle, est l’ordre de préséance : elle est définie de la manière suivante par saint Benoit  (chap. 63) :

_____Ordines suos in monasterio
_____le rang de chacun dans le monastère
ita
Que
_____conservent ut conversationis tempus
_____soit fixé par l’époque de la conversion [monastique]
_____ut vitæ meritum discernit
_____ou soit jugé selon les mérites de vie
_____utque abbas constituerit
_____et selon ce que l’Abbé décidera.

L’abbé du monastère joue un grand rôle qui est ici rappelé puisqu’il peut apporter des exceptions au rang des moines (qui servira par exemple pour l’entrée dans le chœur et dans toutes les cérémonies). Mais il est dit immédiatement après :

Qui abbas non conturbet gregem sibi commissum
Celui qui est Abbé ne doit pas troubler le troupeau à lui confié
nec,
ni
_____quasi libera utens potestate,
_____comme s’il disposait d’un libre pouvoir
iniuste disponat aliquid,
ne doit décider quoi que ce soit d’injuste

Suit cette admonestation :

sed cogitet semper quia de omnibus iudiciis et operibus suis
mais qu’il réfléchisse toujours que de tous ses jugements et actions
redditurus est Deo rationem
il devra rendre raison à Dieu

Et il est rappelé peu après :

et in omnibus omnino locis ætas
et qu’absolument en toute occasion l’âge
non discernat ordines nec praejudicet
ne soit un critère du rang ni objet de discrimination

On retrouve la même logique de la priorité de l’entrée dans le monastère par rapport aux autres critères d’âge ou de mérite dans le monastère bouddhique déjà cité : la règle du monastère affichée au-dessus de la porte de derrière du pavillon de méditation précise que  « l’ordre de préséance dépend uniquement du jour d’entrée dans le monastère : l’âge, le parcours intellectuel, l’origine n’y jouent aucun rôle ».

Le rôle de l’Abbé

L’Abbé est dit ne pas agir libera potestate car si c’est à lui que revient de traiter les cas individuels, il ne doit pas décider seul des affaires communes (chap. 3) :

Quotiens aliqua præcipua
Toutes les fois que des choses importantes
agenda sunt in monasterio,
sont à l’ordre du jour du monastère
convocet abbas omnem congregationem,
que l’Abbé convoque toute la congrégation
et dicat ipse unde agitur
et dise lui-même de quoi il s’agit

Et audiens consilium fratrum,
Et ayant entendu les avis des frères
tractet apud se
qu’il médite en lui-même
Et quod utilius iudicaverit faciat.
et qu’il fasse ce qui lui semble le meilleur.

Saint Benoit est conscient qu’il faut  permettre à tous de s’exprimer, même aux plus jeunes :

___________Ideo
___________pour cette raison
autem
Cependant
_____omnes ad consilium vocari
_____que tous doivent être appelés au conseil
diximus,
nous disons
__________quia sæpe iuniori
__________que souvent aux plus jeunes
__________Dominus revelat quod melius est
__________le Seigneur révèle ce qui est préférable

Suivent les règles d’une bonne délibération :

Sic autem dent fratres consilium,
Qu’ainsi les frères donnent leur avis
cum omni humilitatis subiectione,
en toute humilité et soumission
et non præsumant procaciter defendere
et ne prétendent pas défendre insolemment
quod eis visum fuerit,
ce que serait leur point de vue
et magis in abbatis pendat arbitrio,
mais que plutôt cela dépende du jugement de l’Abbé
ut quod salubrius esse iudicaverit,
selon ce qu’il aura décidé être le plus salutaire
ei cuncti obœdiant.
et que tous lui obéissent.

Arbitrio doit-il être traduit par « jugement » ou par « arbitrage » ? L’expérience des réunions où tous sont égaux, et où l’arbitrage s’impose, et des conseils où c’est au président de décider, font que le terme de jugement semble s’imposer. D’autant plus que la règle enchaine par cet avis destiné à régler la conduite de l’Abbé :

Sed sicut discipulos convenit obœdire magistro,
Mais de même qu’il convient aux disciples d’obéir au maitre
ita et ipsum
de même lui
_____provide et iuste
_____avec prévoyance et équité
condecet cuncta disponere.
doit tout organiser.

Ce qui protège l’Abbé de l’erreur dans sa décision finale, ce ne sont pas seulement les avis des moines, mais c’est son sens « politique » et la conviction qu’il aura à rendre compte de tous ses actes devant Dieu.

Mais il doit être observateur et tenir compte de toutes les remarques, même de celles que l’on ignore généralement : au chapitre 61 qui s’occupe de la réception de moines en déplacement (monachus peregrinus), il est dit que :

Si qua sane rationabiliter
Et si de quelque manière suffisamment raisonnable
et cum humilitate caritatis
et avec une humble charité
repraehendit aut ostendit,
il [le moine en voyage] fait une critique ou une remarque,
tractet abbas prudenter
que l’Abbé se comporte prudemment
ne forte
de peur que par hasard
_____pro hoc ipsud  [4]
_____pour cela-même
eum Dominus direxerit.
le Seigneur ne l’ait pas envoyé.

Dans toute institution, il est rare que les remarques d’un visiteur étranger soient écoutées mais saint Benoit sait qu’un regard extérieur est souvent un bon observateur d’une communauté. Bien que cela soit difficile à entendre, la règle rappelle qu’ici la vox populi, même réduite à une seule personne (un moine cependant, donc quelqu’un qui sait de quoi il retourne) peut être vox dei.

L’Abbé est guidé par son conseil mais décide lui-même : il est aussi guidé par la sagesse de la règle et en particulier par son souci de tolérance, de compréhension, de modération dont on peut voir plusieurs cas : par exemple (chap. 43) celui qui arrive en retard la nuit à l’office devra se tenir en pénitence au dernier rang. Le moment où l’on arrive en retard se situe après la fin du premier psaume récité mais il est dit :

quem propter hoc omnino subtrahendo et morose volumus dici,
que pour cette raison nous voulons que celui-ci soit toujours récité en trainant beaucoup et lentement

La désignation de l’Abbé

Pour pouvoir avoir une autorité reconnue, l’Abbé est élu (chap. 64) :

In abbatis ordinatione illa semper consideretur ratio
Pour l’institution de l’Abbé, on aura toujours pour principe cette règle
ut hic constituatur quem
que soit désigné celui que,
sive omnis concors congregatio secundum timorem Dei,
soit  l’ensemble de l’assemblée inspiré par la crainte de Dieu,
sive etiam pars quamvis parva congregationis  saniore consilio
soit même une partie même faible de l’assemblée au jugement plus sage,
elegerit.
a élu.

Deux cas sont donc prévus : soit l’unanimité, soit la désignation par la sanior pars de l’assemblée. Que faut-il entendre par cela ? Soit on considère qu’il s’agit d’une majorité relative, même faible, dont on fait l’expression du choix divin, soit, il s’agit de la remise d’une décision difficile entre les mains d’un groupe limité de gens supposés plus dignes ou plus compétents. Les commentateurs actuels de la règle suivent plutôt l’opinion qu’une majorité même relative se révèle être la sanior pars quamvis parva de l’assemblée, ce qui résout beaucoup de problèmes [5].

Dans une conférence donnée en 1819, De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, Benjamin Constant [6] tranche le dilemme entre la démocratie directe soumise au jeu des groupes les plus organisés et la définition d’un groupe éclairé qui correspondrait à la sanior pars toujours impossible à déterminer. Il propose pour la France une démocratie représentative (que les nouveaux États-Unis viennent d’utiliser). C’est un système dans lequel les peuples : « Doivent exercer une surveillance active et constante sur leurs représentants, et se réserver à des époques, qui ne soient pas séparées par de trop longs intervalles, le droit de les écarter s’ils ont trompé leurs vœux, et de révoquer les pouvoirs dont ils auraient abusé. » (p. 616). C’est toujours le système employé par les démocraties actuelles avec tous les problèmes qu’elles posent aujourd’hui où beaucoup ont l’impression que leurs représentants forment une caste insensible aux problèmes actuels et soumise aux intérêts financiers. La sanior pars risque, aux yeux des plus démunis, de devenir une insanior pars.

***

Certains abbés bénédictins sont célèbres : Pierre le Vénérable, abbé de Cluny accueille Abélard allant à Rome pour faire appel au Pape. Il arrive à le réconcilier avec saint Bernard et à le persuader de rester à Cluny. Sa lettre au Pape, déjà publiée sur ce carnet est un bon exemple de ce que pouvait être l’humanité d’un abbé bénédictin.


En page d’Actualité, on trouvera un complément au billet d’Avril 2012 à propos des langues de communication internationales : l’hypothèse que je présentai de la baisse de l’allemand comme langue scientifique du fait de la guerre de 1914-1918 est renforcée par l’existence d’un boycott des scientifiques allemands par ceux des pays alliés.


  1. le texte latin utilisé est celui de La règle de saint Benoit, Tomes I et II, introd., trad. et notes par Adalbert de Vogüé, texte établi et présenté par Jean Neufville, collection Sources chrétiennes, 181 et 182, Éd. du Cerf, 1972. Autre version en ligne : texte latin et traduction []
  2. Dom Paul Delatte, Commentaire sur la règle de Saint Benoit, Solesmes 1985, première édition 1913 []
  3. Arles, Ph. Picquier, 2010, traduction de Roger Mennesson, ce livre existe également en poche et au format epub []
  4. alignement sur illud, istud []
  5. Dom Paul Delatte, Commentaire sur la règle de Saint Benoit, Solesmes 1985, p. 507 []
  6. Benjamin Constant, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 1997 []