Du latin de Linné à celui du Code de Melbourne (2011)

GeneraPlantarumLa Bastille vient d’être prise : dans les premiers jours d’Aout 1789, Antoine Laurent de Jussieu fait paraitre en latin son livre fondamental Genera Plantarum ou, plus précisément :

Genera Plantarum secundum ordines naturales disposita,
Les genres des plantes présentés selon l’ordre naturel
Juxta methodum
en suivant la méthode
_____in horto regio pariensi
_____au jardin royal de Paris
exaratam,
qui avait été tracée

anno M. DCC. LXXIV
depuis l’année 1774

Dans le précédent billet consacré à Linné, nous avions vu que son système de nomenclature ne reposait que sur le système sexuel. Bien qu’il soit très efficace pour retrouver une plante déjà étudiée, il s’agit d’un système vite qualifié d’artificiel et il fut critiqué par Buffon [1]. Dans le Genera Plantarum, un système naturel cette fois est exposé. Antoine Laurent de Jussieu reconnait les mérites de la classification de Linné qui a d’ailleurs été introduite au Jardin du Roi (le futur Muséum) en 1774. Dans ses mémoires précédents à l’Académie des sciences, Jussieu s’était exprimé en français. Pour son œuvre maitresse, il le fait en latin, langue internationale de la science, comme aujourd’hui un chercheur qui veut se faire reconnaitre au plan international publie en anglais.

Condorcet est chargé par l’Académie des sciences de faire un rapport qui sera publié (en français cette fois) en tête du livre. En voici le début et la fin :

AcadémieCondorcet2

Le rapport a été fait le 1er juillet 1789 et signé par Condorcet le 3 en compagnie de deux botanistes : Fougeroux de Bondaroy ainsi que Delamarck, que nous connaissons plutôt sous le nom sans particule de Lamarck qui, botaniste, fut ensuite le père du transformisme. Le début de ce texte signale le fait que la méthode de Jussieu lui est spécifique.

Le principe de Jussieu est de faire intervenir non pas un seul critère comme Linné avec le système sexuel, mais plusieurs : la graine d’abord (à un seul, deux ou plusieurs cotylédons), puis pour les groupes ainsi définis, d’autres critères provenant du système de reproduction (étamines). Ce système, dont la botanique actuelle utilise encore certains traits, est qualifié de naturel en ce sens qu’il respecte mieux les ressemblances observées puisqu’il tient compte de plusieurs critères à la fois. Il s’imposera rapidement mais les publications entièrement en latin vont bientôt diminuer en nombre.

Les langues de publication en science botanique

Pour se faire une idée de l’évolution des langues de publication, j’ai pris comme base de données, les publications en ligne (mais non les nombreuses correspondances entre auteurs) de la Botanicus Digital Library du Missouri Botanical Garden qui sont classées par date de publication de 1480 à 1950. Il y a là 1600 publications environ dont les titres sont en latin, en anglais, en allemand, en français ou dans d’autres langues. Voici en pourcentages l’évolution observée :

BotanicusLa substitution de l’anglais au latin commence dès le 17e siècle malgré un rebond du français au début du 19e siècle, probablement dû à l’impact des botanistes français et de l’allemand à la fin de ce même siècle du fait de la montée en puissance du pays. Ces deux langues verront leur développement comme langues scientifiques cassées par la guerre de 1914-1918, l’Allemagne étant vaincue, la France exsangue et l’Anglais étant utilisé comme langue des institutions internationales comme j’ai pu le montrer dans un billet précédent consacré aux débats sur la création d’une langue internationale. La prépondérance de l’anglais peut difficilement être attribuée à un éventuel biais d’une collection américaine car il concerne tous les domaines de la science.

Il faut cependant noter que les publications en anglais proposent cependant des descriptions d’espèces en latin comme par exemple pour cet ouvrage de 1858 : Enumeratio plantarum Zeylaniae = An enumeration of Ceylon plants, with descriptions of the new and little known genera and species, observations on their habitats, uses, native names, etc, où on trouve bien la description en latin et le commentaire en anglais.

CeylanP2BCette pratique va s’uniformiser quand la discipline va s’organiser par des congrès internationaux.

Le rôle du latin défini par les congrès internationaux

Candolle2En 1867, le botaniste Adolphe de Candolle, lors d’un congrès organisé par la Société botanique de France, réussit à faire adopter des normes pour mettre de l’ordre dans l’usage des dénominations des plantes. Le système « binominal » de désignation des espèces  de Linné  (on emploie aujourd’hui plutôt le terme de système « binomial »), s’il est unanimement utilisé avec la mention du premier qui a décrit l’espèce, rencontre un certain nombre de difficultés. Il estime que celles-ci doivent être débattues et tranchées non par un recours à l’autorité (de Linné en particulier) mais par la communauté rassemblée des botanistes.
Les difficultés sont nombreuses : les botanistes reprochent aux horticulteurs de créer des variétés cultivées en leur donnant des noms latins d’espèces ; beaucoup d’espèces ou de genres pensés comme nouveaux ne sont en fait que les synonymes de noms déjà découverts ; on utilise pour faire des noms latins des noms de personnes étrangères à la botanique ou des noms locaux totalement inconnus.

La nomenclature propose en 67 articles de mettre de l’ordre dans tout cela ainsi que dans l’usage des terminaisons latines. Le latin doit être utilisé pour les noms de la nomenclature (espèces, genres, mais aussi les catégories supérieures de la classification comme familles ou ordres, classes, etc.) mais aussi dans la description elle-même de l’espèce. La priorité du premier descripteur doit être reconnue mais il faut mettre de l’ordre dans les noms des auteurs. Si une seule lettre comme L. sert à désigner Linné, c’est insuffisant pour les auteurs postérieurs et l’on donne des règles pour abréger les noms pour qu’on puisse s’y retrouver.

On trouve à la fin des commentaires un reproche fait à un auteur anglais qui n’utilise que des termes anglais et non latins : il semble qu’il y ait là une tendance qui, spécialement aux États-Unis, va à l’encontre de l’usage du latin, en particulier pour la description des plantes. Il y aura d’ailleurs au début du 20e siècle un schisme des botanistes américains sur ce sujet qui ne sera résolu qu’en 1930.

L’actuel Code de Melbourne

Le dernier Congrès international de botanique s’est tenu à Melbourne en 2011 : il nous permet de voir quelle est la pratique actuelle des botanistes vis-à-vis du latin.

Il est d’abord rappelé dans les principes que les noms scientifiques des groupes utilisés dans les classifications (espèces, genres, familles, etc.) sont réputés latins, quelle que soit leur origine. Ces groupes de classifications sont d’ailleurs désignés en latin dans l’ordre descendant suivant : regnum, divisio (ou phylum), classis, ordo, familia, genus et species.

– Cela entraine des règles strictes pour leur désignation : pour les noms de familles (toujours au pluriel), on ajoute au radical du nom d’un genre de la famille le suffixe -aceae (article 19). Par exemple la famille des roses est désignée par le terme des Rosaceae. Même si le nom n’est pas d’origine classique on applique la même règle et on a la famille des Ginkgoaceae à partir du mot Ginkgo.

– Pour le genre, il est bien précisé (article 20) qu’il doit être au nominatif singulier (ou considéré comme tel s’il n’est pas d’origine latine). Il doit commencer par une lettre en capitale, ce qui ne sera pas le cas pour l’espèce. De préférence on donnera au nom de genre une terminaison latine et on souhaite qu’il soit facile à prononcer en latin.

– Le nom d’espèce (article 23) doit être binomial, c’est à dire composé du nom du genre suivi d’un adjectif épithète (ex.  Valeriana montana) ou d’un nom au génitif  (Embelia sarasiniorum) ou d’un mot en apposition (Impatiens noli-tangere), mais pas d’adjectifs à l’ablatif. On voit là l’importance de la connaissance des déclinaisons latines pour les botanistes puisque par ce biais ils fabriquent un nom latin convenablement décliné avec des mots de toute origine.

– L’orthographe doit être latinisée mais avec les extensions modernes : les lettres w (inconnues du latin) et k (rares) sont acceptées et les distinctions entre i et j d’une part et u et v sont faites. On élimine tous les diacritiques des langues modernes qui doivent être transcrits : ä, ö, ü deviennent respectivement, ae, oe, ueé, è, ê deviennent e ; les ligatures comme -æ- sont remplacées par des lettres séparées -ae-, etc. Les mots grecs seront transcrits de manière classique et l’esprit rude et noté par un h.

On notera que ces considérations orthographiques ont le grand avantage aujourd’hui de  rendre les termes du code botanique très simples à coder d’un point de vue informatique puisqu’un code ASCII a 8 bits (le plus ancien) suffit.

La latin vient cependant de connaitre un recul : la description d’une nouvelle espèce qui jusqu’à présent devait être faite en latin, peut  être faite soit en latin soit en anglais à partir du 1er janvier 2012 (article 39.2).

Que reste-t-il de Linné aujourd’hui ?

Linné a connu une immense gloire de son vivant et dès la fin du 18e siècle des « sociétés linnéennes » se créent en Europe destinées à continuer son œuvre. Son système de classification binomial s’est imposé et le latin de Linné est devenu le latin de la science botanique (et zoologique comme nous l’avions vu précédemment).

Pour conclure notons que Fabre d’Églantine qui a donné les noms des mois du calendrier révolutionnaire était un fervent linnéen et qu’il s’est inspiré d’un travail fait sous la direction de Linné en 1756 et intitulé Calendarium florae.

En voici la page récapitulative des différents mois :

Menses
Germinationis a donné Germinal ; Messis Messidor et Brumalis Brumaire. La citation finale est d’Ovide (Métamorphoses X, 320) :

_____labitur occulte
_____s’enfuit en secret
_____fallitque
_____et passe insensiblement.
volatilis aetas,
Le temps fugitif

  1. Sur l’ensemble du dossier cf. Pascal Duris, numéro spécial consacré à Linné dans la collection « Les génies de la science »  Pour la science 26, février-mai 2006 []

Le latin de Linné (1707-1778)

LinnéBenzécri

 

S’il y a des dates qui fondent notre conscience historique comme 1789, 1870 ou plus récemment 1968, on pense généralement qu’en science il n’en est pas de même et qu’hormis la révérence due aux anciens, le chercheur actuel n’a plus à se soucier des publications des siècles passés. Si la science d’aujourd’hui est bien l’actualisation des résultats antérieurs, pour les botanistes l’année 1753, date de la parution par Charles Linné de Species plantarum, sert de référence pour tout publication d’un nom de plante. Nous allons voir comment (sur deux billets) mais examinons d’abord comment on décrit une plante antérieurement à Linné.

Prenons l’exemple de la Valériane des montagnes, plante assez commune mesurant de 15 à 50 cm et que l’on trouve dans tous les massifs montagneux entre 500 et 2500 m [1].

ValérianeDesMontagnesGaspar Bauhin (1560-1624), naturaliste suisse décrit cette plante dans son Prodromos theatri botanici de 1620 (p. 87) de la façon suivante :

Valeriana_Alpina_Bauhin2

Elle est nommé Valeriana alpina scrophulariae folio, c’est à dire Valériane alpine à feuille de scrophulaire, c’est à dire par la ressemblance à cette dernière plante [2].

Tentons de traduire la description :

radice est nigricante,
en ce qui concerne la racine, elle est de couleur noirâtre
aliquantum torosa nodosaue :
quelque peu charnue et noueuse

caule cubitali et sesquicubitali,
à la tige de une à une coudée et demi
cavo, striato, viridi
creuse, striée, verte
_____(aliquando pluribus) foliis senis, septenis,
_____six ou sept fleurs, quelque fois davantage
longis pediculis donatis insident,
à chaque pédoncule long correspondent

quorum quaedam subrotunda, quaedam oblonga,
dont certaines sont à peu près ovales, d’autres allongées
quaedam leviter sinuata :
d’autres légèrement fléchies

at quae caulem cingunt, pauca sunt,
elles entourent la tige, elles sont peu nombreuses
scrophulariae foliis emula,
elles ressemblent aux feuille de la scrophulaire
unciastres longa, sesquiunciam, vel unciam lata,
elles ont trois pouces de longueur, un pouce et demi à un pouce de large
acuminata, leviter crenata, bina semper iuncta :
elles sont pointues, légèrement crénelées, toujours par deux.

caulis, in summo, in longas tenues alas brachiatur :
la tige à son extrémité, se divise en longs pédicules ténus.

quibus
d’où
_____flores pallide rubentes, Valerianae sylvestri similes
_____des fleurs d’un rouge pâle, semblables aux valérianes des forêts
insident :
sortent

eodem loco ubi et prior provenit :
de ce même endroit elle est venue auparavant

utraque
chacune des deux
_____sub Valeriana montana prima
_____ la première comme Valériane des montagnes
_____ et altera in Phytopinace
_____et l’autre dans [mon] Phytopinax [ouvrage de 1596 également de Gaspar Bauhin]
proposita fuit.
fut citée

Videtur Clusius utramque una descriptione et figura expressisse,
Il semble que Clusius [botaniste flamand 1526-1609] ait présenté les deux dans une seule description et une seule représentation
Valerianae sylvest. alpinae primae latifoliae nomine.
sous le nom de Valeriana sylvestri  alpina prima à feuilles larges.

Comparons avec la présentation de Linné dans Species plantarum (p.32) [3]  :

SpeciesPlantarum32

On retrouve (encadré) le nom donné par Bauhin et sa description avec la référence abrégée à la page 87 vue plus haut. Il y a d’autres références et la fiche se finit par la description géographique (Alpes et Pyrénées). La description est brève mais ce sont les premiers mots qui doivent être regardés attentivement : la Valeriana (en majuscules) est qualifiée dans la colonne de gauche de montana (en italiques) : c’est depuis Linné le nom qu’elle a conservé et elle est citée désormais comme « Valeriana montana L. » Le L majuscule suffisant désormais à citer Linné.

La description commence par les mots floribus triandris, aux fleurs « tri-andris » du néologisme grec τρίανδροϛ latinisé : « à trois maris », ce qui signifie que la Valériane a trois étamines (on reviendra plus loin sur ce vocabulaire marital). On peut le vérifier sur un dessin de Valériane issu d’une flore de référence [4] en comparant avec un détail de la Valériane montrée plus haut :

ValérianeDétailCliquer sur la photo pour l’agrandir

Le reste de la description se trouve dans ces seuls mots  :

foliis ovato-oblongis subdentatis, caule simplici
aux feuilles ovales-oblongues  presques dentelées, à tige simple.

La description est brève car elle ne fait que résumer les descriptions données ensuite en référence : le savoir devient ainsi cumulatif. Suivent donc les différents noms donnés par différents auteurs :

Valeriana foliis omnibus integris ex ovato-acuminatis leviter dentatis. Hall. helv. 664. it. 8
Valériane à feuilles toujours complètes dont l’extrémité ovale est légèrement dentelée. (Haller, Enumeratio methodica stirpium Helveticae indigenarum, 1742)

Valeriana montana, subrotundo folio. Bauh. pin. 165
Valériane des montagnes à feuille quasi-ovales. (Bauhin, Pinax theatri botanici, Bâle, 1623.)

Valeriana alpina, scrophulariae folio. Bauh. pin. 165
Valériane des alpes à feuille scrophulaire. (c’est le cas étudié plus haut par Bauhin))

Valeriana alpina, nardo celticae similis, inodora. Pluk. alm. 380. t. 232. f. 2.
Valériane des alpes ressemblant au nard celtique et inodore [nard = valériane]. (Plukenet, Almagestum botanicum, Londres, 1696)

Nardo celticae similis inodora. Bauh. pin. 165.
Semblable au nard celtique mais inodore. (Bauhin, Pinax theatri botanici)

Comme le remarque Rousseau, quand on vous demandait (avant Linné) le nom d’une plante, rien n’était plus désagréable «  que la nécessité de cracher en réponse une longue enfilade de mots latins qui ressemblaient à des évocations magiques » [5]

Linné classificateur

Avec Linné tout change : de même que pour désigner une personne on utilise son nom de famille que l’on spécifie par son prénom ; pour les organismes vivants, il suffit de donner le nom de son genre (Valeriana) que l’on précise, spécifie au sens strict, par le nom de l’espèce (montana). Mais comment arriver à ce résultat face à la variété des désignations, des descriptions, des points de vue des auteurs ? Il fallait avoir une clé pour ouvrir le système de la nature : ce sera la Clavis Systematis Sexualis. exposée d’abord en 1735 dans le Systema naturae.

SystemaNaturaeCouverture

Linné, né en 1707 en Suède, n’a pas trente ans quand il publie ce texte (qui n’a que 11 pages) [6]. Après des études de médecine dans son pays, il entreprend une mission d’exploration de cinq mois en Laponie pour étudier sa flore. Il complète ses études en Hollande à Leyde où il publie son Systema naturae qui rencontre un vaste succès tout du moins pour sa partie concernant les végétaux.

De nombreux auteurs avaient déjà repéré que le système de reproduction des végétaux avait des analogies avec celui des animaux : on parle de fleurs mâles et de fleurs femelles. La Clavis systematis sexualis va utiliser les organes sexuels des végétaux pour en faire la base d’une classification. Ce qui est surprenant, c’est que Linné va utiliser un vocabulaire anthropomorphique dans son exposition, ce qui entrainera d’ailleurs des critiques.

Voici la page exposant le système sexuel :

SystemaNaturaeClavisSystSexP5Cliquer sur le document pour l’agrandir

On voit qu’il s’agit de traiter un ensemble que l’on subdivise ensuite en parties jusqu’à former 24classes à droite (nous avons déjà rencontré la 3e à laquelle appartient la Valériane des montagnes).

Niveau 0 (le plus à gauche)

NUPTIAE PLANTARUM
Les noces des plantes

Actus generationis incolarum Regni vegetabilis
L’acte d’engendrement des habitants du règne végétal

Florescentia
La floraison

Il y a trois niveaux de vocabulaire : en majuscule le critère générique ; en caractères ordinaires l’analogie humaine ; en italique le vocabulaire des fleurs.

Niveau 1

PUBLICAE
Publiques

Nuptiae, coram totum mundum visibilem aperte celebrantur.
Les noces sont célébrées ouvertement devant tout le monde qui peut les voir

Flores unicuique visibiles sunt
Toutes les fleurs sont visibles

CLANDESTINAE
Clandestines

Nuptiae clam instituuntur
Les noces sont entreprises en cachette

Flores, oculis nostris nudis vix conspiciuntur
Les fleurs sont difficilement visibles à l’œil nu

Niveau 2

MONOCLINIA
Un seul lit

Mariti et uxores uno eodem thalamo gaudent
Mari et femmes jouissent d’un même lit nuptial

Flores omnes hermaphroditi sunt, et stamina cum pistillis in eodem flore
Toutes les fleurs sont hermaphrodites et l’étamine avec le pistil sont dans une même fleur

DICLINIA (a δίς bis & κλίνη lectus, thalamus)
A deux lits (du grec δίς deux & κλίνη lit, lit nuptial )

Mariti seu feminae distinctis thalamis gaudent
Maris et femmes jouissent de lits nuptiaux séparés

Flores masculini vel feminini in eadem specie
Les fleurs sont masculines et féminines dans une même espèce

 Sautons les distinctions ultérieures pour arriver au 24 classes de droite et reprenons celle de la Valériane :

TRIANDRIA
A trois maris

Mariti tres in eodem conjugio
Il y a trois maris dans le même mariage

Stamina tria in flore hermaphrodite
Il y a trois étamines dans la fleur hermaphrodite

Ce vocabulaire conjugal utilisé sans pudeur en a évidemment choqué certains mais n’en a pas gêné d’autres comme Rousseau. Comme l’écrit Takuya Kobayashi[7] :

« Au siècle des Lumières, où les gens estimaient beaucoup la sensibilité, cette idée des plantes amoureuses aurait eu une influence considérable. Rousseau n’en était pas exclu. Il écrit dans la « Cinquième Promenade » ce qui suit : […] Tous les matins après le déjeuner, que nous faisions tous ensemble, j’allais une loupe à la main et mon Systema naturae sous le bras visiter un canton de l’Île […]. Rien n’est plus singulier que les ravissements, les extases que j’éprouvais à chaque observation que je faisais sur la structure et l’organisation végétale, et sur le jeu des parties sexuelles dans la fructification, dont le système était alors tout à fait nouveau pour moi. […]. La fourchure des deux longues étamines de la brunelle, le ressort de celles de l’ortie et de la pariétaire, l’explosion du fruit de la balsamine et de la capsule du buis, mille petits jeux de la fructification que j’observais pour la première fois me comblaient de joie […] (Œuvres complètes I, p. 1043) »

Rousseau n’est pas le seul à herboriser sa loupe à la main et son Systema naturae sous le bras car l’ouvrage de Linné permet, à l’œil nu, sans microscope, d’identifier les plantes et de s’y retrouver tant dans la nature que dans le foisonnement des ouvrages des prédécesseurs. Rapidement toute l’Europe se convertit à son système de nomenclature basé sur les organes reproducteurs. Toute l’Europe sauf Paris : Buffon est très critique car il reproche à Linné l’artificialité de son système sexuel de classification : en particulier de mettre « souvent sous le même genre des plantes absolument différentes : comme le chêne avec la pimprenelle, l’orme avec la carotte, le mûrier avec l’ortie »[8].

A ce système artificiel s’opposera plus tard (et nous le verrons dans un prochain billet), le système naturel qui au lieu de prendre un seul caractère comme base de classification (comme le système sexuel pour Linné) se servira d’un ensemble aussi vaste possible de caractères en maximisant les ressemblances pour faire des regroupements.

Le style de Linné

Le latin de Linné est écrit souvent sous formes d’aphorismes numérotés qui se renvoient l’un à l’autre comme dans une démonstration. En voici un exemple qui correspond à la première page du Systema naturae  qui porte sur les Observations sur les trois règnes de la nature :

SystemaNaturaeRegnaNaturaeP1DebCliquer sur le document pour l’agrandir

Comme on le voit, Linné est créationniste mais concernant son style, Pascal Duris note que avec « son latin, débarrassé des complexités grammaticales du latin classique (…) Linné dote la botanique et la zoologie d’une langue nouvelle, concise, nerveuse où chaque mot compte (…). Le latin de Linné, critiqué par Buffon, salué par Rousseau, et dont Vicq d’Azyr, Condorcet, puis plus tard Cuvier, déploreront l’« extrême laconisme », est le premier exemple d’une langue scientifique rationnelle, systématique et universelle chère aux Encyclopédistes puis à l’époque révolutionnaire » [9]

  1. J.C. Rameau, D. Mansion, G. Dumé, Flore forestière de France, Tome 2 : montagnes, Institut pour le développement forestier, 1993, p. 2151. []
  2. Aline Raynal-Roques & Albert Roguenant, « Nommer et classer les plantes : un parcours de trois siècles », in Daniel Prat, Aline Raynal-Roques, Albert Roguenant, Peut-on classer le vivant ? Linné et la systématique aujourd’hui, Belin, 2008, p.109 []
  3. Les œuvres originales de Linné sont facilement accessible avec Gallica mais aussi avec la base de donnée Botanicus []
  4. J.C. Rameau, D. Mansion, G. Dumé, Flore forestière de France, Tome 2 : montagnes, Institut pour le développement forestier, 1993, p. 2150. []
  5. Jean-Jacques Rousseau, Fragments pour un dictionnaire des termes d’usage en botanique, Introduction, 1777 []
  6. Source de la reproduction []
  7. Éditeur des Écrits sur la botanique de Rousseau, Œuvres complètes, tome 11, Genève Slatkine, 2012. Citation extraite de sa Thèse Univ. Neuchâtel, 2012 en ligne, p.84 []
  8. cité par Giulio Barsanti, « Linné et Buffon : deux visions différentes de la nature et de l’histoire naturelle » in Thierry Hoquet (dir.) Les fondements de la botanique. Linné et la classification des plantes, Vuibert, 2005, p.122 []
  9. Pascal Duris, « Traduire Linné en français à la fin du XVIIIe siècle », Early Science and Medicine 12 (2007) 166-186 , p. 171. De Pascal Duris également, on lira avec profit le numéro spécial consacré à Linné dans la collection « Les génies de la science » de la revue Pour la science 26, février-mai 2006, et qui est facilement accessible []