Le paradoxe social de l’enseignement du latin

« Le latin, c’est une affaire de classe sociale » : l’affirmation est fréquente mais, comme toute évidence, mérite d’être regardée attentivement. À cette fin il faut reprendre les enquêtes disponibles : comme l’éducation nationale ne fournit pas de statistique croisant au niveau national l’origine sociale et le choix de l’option latin, je vais utiliser une enquête de l’Insee de 2003 qui évoque la question [1]

N’étant pas d’origine scolaire, l’enquête a demandé à des ménages si leurs enfants (de tous âges) avaient pris l’option latin au collège. Si l’on regarde la composition sociale de cette sous-population comparée à la moyenne de la population enquêtée, on a le résultat suivant :

CSP

On repère bien l’attraction entre les catégories supérieures (Cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires) et le choix de l’option latin puisqu’ils en constituent 55% alors qu’ils ne représentent que 45% de la population de l’enquête.

Comme l’enquête de l’Insee fournit aussi des indications complémentaires sur les langues choisies au collège, sur le choix de l’option latin (motivations, personnes qui conseillent), sur le niveau scolaire au collège ou au lycée, j’utilise pour visualiser en même temps toutes ces indications une méthode de visualisation graphique sur un plan [2]. La population étudiée est ici uniquement composée des élèves qui ont choisi l’option latin au collège.

Dans ce type de visualisation, ce qui est proche du centre ne joue pas un grand rôle : par exemple c’est le cas de l’anglais pris comme première langue. Si une modalité s’écarte du centre, c’est qu’elle est discriminante : comme il y a de nombreuses façons de s’éloigner du centre, les modalités qui sont proches ont été prises en commun et sont donc en attraction.

allcmpl1Fac

Dans la partie droite du graphique  on voit en haut la modalité « intérêt » qui est la réponse à la question portant sur la raison principale du choix de l’option latin : « par intérêt ou gout pour la matière ». « Choix enfant » en dessous correspond à la personne à l’origine du choix : l’enfant principalement.

Viennent en-dessous trois catégories socioprofessionnelles qui sont en attraction avec des choix : Artisans, commerçants, chefs d’entreprise ; ouvriers qualifiés ; employés ; ouvriers non qualifiés.

Si l’on descend encore on trouve que, au collège, les élèves concernés sont considérés comme très bon (au-dessus de la moyenne) et au lycée comme bons (un peu au-dessus de la moyenne) ou dans la moyenne (ou un peu en dessous).

Tout ce côté droit du graphique fait référence à cette population qui n’est pas celle à laquelle on pense spontanément comme liée au latin mais qui y vient parce qu’il s’agit plutôt de bons élèves qui ont été motivés à cette étude.

On découvre à gauche une autre population : en commençant en bas à gauche, on voit que c’est le parent répondant (ou un autre membre de la famille) qui est à l’origine du choix. La motivation est que « c’est utile pour les études  » et c’est le choix typique des cadres et professions intellectuelles supérieures. Ce peut être un choix « parent et enfant ensemble », manière polie d’imposer un choix ? La stratégie utilitariste se confirme avec au-dessus le choix de l’allemand en première langue (et de l’anglais en deuxième langue) et le fait de vouloir être dans une « bonne classe ».

Les autres points doivent s’interpréter selon leurs proximités avec les points précédents : les agriculteurs actuels pouvant avoir des réflexes de classe instruite (les anciens latinistes marqués post-bac dont on n’a pas le niveau scolaire forment une population à part).

On voit donc le paradoxe social de l’enseignement du latin où l’on rencontre une opposition entre deux populations que l’on peut typer de la manière suivante :
– de bons élèves à qui cet enseignement est proposé mais qui appartiennent à un milieu social sans lien culturel acquis avec le latin,
– d’autre part les élèves issus de la population cultivée qui prend le latin plus que la moyenne pour des raisons utilitaires. Ceci n’exclut pas que des motivations non-utilitaires ne puissent pas se rencontrer dans cette population, mais ce sera moins que la moyenne. A titre d’exemple 17% de la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures déclare que l’option latin a été choisie par intérêt ou par gout de la matière alors qu’en moyenne ce choix a été fait par  21%.

Comme on peut le constater, les écarts ne sont pas gigantesques mais l’intérêt de la représentation graphique utilisée est qu’elle permet de voir des différences discrètes de comportement entre catégories sociales afin de déterminer un portrait-robot qui met en relief les différences. On peut ainsi voir ce paradoxe social qui consiste en ce fait que les populations les plus proches culturellement de ce qui fait la valeur de l’enseignement du latin y viennent plutôt pour des raisons utilitaristes tandis que ceux qui y viennent avec les motivations les plus authentiques sont ceux qui en sont le plus distant culturellement.

Quelles conséquences ?

Diverses enquêtes menées par des enseignants de latin : Robert Delord et Virginie Deschamps-Hnaien pour le collège et le lycée de Die ; Véronique Gibaud à Vernoux en Vivarais ; Clémence Coget à Liévin (que je remercie ici de m’avoir communiqué leurs résultats), donnent les résultats suivants en ce qui concerne l’opposition entre les catégories supérieures (cadres, prof. sup. + intermédiaires) et les autres catégories, :

Categ. sup. _ autres __ effectif recensé __ niveau____lieu
__54%_____46%____148________  collège _ __Die (4400 habitants), Drôme
__33%_____67%_____18_________lycée_____Die
__28%_____72%_____32_________collège____Vernoux en Vivarais (1873 hab.), Ardèche
__44%_____56%_____43_________lycée_____Liévin (32000 habitants), Pas-de-Calais

Le cas du collège de Die,  résultat assez fiable du fait de l’effectif supérieur à 100, manifeste bien ce que l’enquête de l’Insee nous avait permis de voir : les catégories supérieures sont légèrement majoritaires : on voit cependant qu’au lycée de cette même ville, ils ont fui l’option latin (en approfondissant peut-être leur point de vue utilitariste).

Les chiffres de Vernoux et Liévin, agglomérations l’une rurale l’autre de tradition minière, manifestent que le latin sait aussi attirer des élèves qui n’en sont pas culturellement proches mais qui ont été motivés.

Cette enquête pourrait être étendue : je transmettrai le protocole de recueil des données aux personnes qui me le demanderont. On peut avoir des résultats qui s’affranchissent des aléas locaux dès que l’on dépasse la centaine d’élèves en un lieu.

Ces statistiques locales vont dans le même sens que l’enquête précédente : le stéréotype du latin comme question de classe sociale (supérieure) masque le fait qu’une autre population existe, importante par ses effectifs et motivée. Est-ce qu’il faut toujours mettre en avant les motivations utilitaristes pour répondre aux demandes des populations de catégorie supérieure qui s’y retrouvent ? La question reste ouverte mais mon sentiment personnel est qu’on ne peut motiver profondément qu’en évoquant la découverte de ce que j’appelle l’encyclopédie de la latinité, qui comprend mais dépasse l’antiquité et qui concerne toute l’histoire de la culture : « de Plaute à Spinoza » selon le slogan qui ornera ce carnet dans sa prochaine présentation à la rentrée prochaine. C’est aussi ce que j’essaie de montrer dans les différents billets du présent carnet de recherche.


Post scriptum du 20/06/14 : Des remarques d’enseignants de terrain qui ont participé au recueil des données mettent l’accent sur le fait que l’enquête Insee date de 2003 et que de nouvelles possibilités de « bonnes classes » sont apparues depuis. En banlieue,  la création de classes utilisant les langues étrangères (classes européennes, internationales ou bilangues) permet à un collège de se différencier, mécanisme qui est fort bien repéré par les classes supérieures (et moins par les autres).

Le prochain billet sera mis en ligne le 6 juillet

  1. Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages. Partie variable : éducation et famille. Ces données m’ont été communiquées par le Réseau Quételet dans le cadre d’une recherche en cours dont ce billet donne des résultats partiels []
  2. Technique de l’analyse factorielle des correspondances. Sur cette technique cf. mon ouvrage en ligne : Les méthodes d’analyse d’enquêtes []

Du pied romain au pied de l’aéronautique

MètreUSA3Les avions volent à des altitudes notées en pieds : par exemple, entre deux appareils qui se trouvent dans le même secteur, il doit y avoir une différence d’altitude de 500 pieds. Peut-on penser que le pied romain ou pes monetalis de 29,57 cm a eu pour dérivé le pied aéronautique de 30,48 cm ? Essayons de suivre l’évolution de cette mesure sur la longue durée : comme l’aéronautique est dominée par les États-Unis dont les mesures sont issues du système britannique, c’est par l’Angleterre qu’a pu se faire un éventuel lien. Examinons-en les étapes.

La paix romaine, qui a régné en Bretagne du premier au quatrième siècle, a permis une acclimatation au système romain des poids et mesures (et il en reste des traces archéologiques) mais elle cesse quand les armées romaines sont rapatriées à Rome après le sac de Rome par Alaric en 410. Les bretons (dont certains émigrent vers la Bretagne actuelle) subissent les invasions venant du nord de l’Écosse (Picts) ou d’Irlande (Scots) puis des peuples germaniques Jutes, Angles et Saxons. Les Anglo-Saxons qui auraient été appelés par les bretons pour les défendre des Picts et des Scots selon Bède le Vénérable [1] forment des royautés qui, comme les francs, se convertirent au catholicisme [2].

Si l’on examine les traces de monuments de l’époque qui avaient été décrits avec des unités de longueur, une des hypothèses est que l’unité employée, la perche de 503 cm (rod), est un multiple du pes drusianus de 33,27 cm (33,27 x 15 = 499,05 soit une erreur de moins de 1%). Cet usage du pied drusien s’expliquerait par le fait que les envahisseurs venaient de Germanie où Drusus avait déjà repéré (et accepté) cet usage. On doit noter que la perche fait actuellement encore partie du système britannique avec une longueur définie par rapport au pied dans un rapport de 16 pieds et demi (avec le pied actuel de 30,48 cm) et donc une longueur de 16,5 x 30,48 = 502, 92 cm ≈ 503 cm. La survie de la perche expliquerait donc ce rapport bizarre entre une ancienne unité germanique et une nouvelle, le pied, qu’il faut maintenant suivre [3].

Plus exactement, il faut suivre le yard qui a été associé à la perche de 503 cm, étant entendu que le pied est le tiers du yard. La légende veut qu’il soit la longueur du bras de Henri Ier : nous sommes maintenant au 11e siècle, après la conquête de Guillaume le conquérant dont Henri Ier est le plus jeune de ses fils.

Mercatorum falsam ulnam castigavit,
Il corrigea la fausse aune des marchands
brachii sui mensura adhibita,
en utilisant la mesure de son bras
omnibusque per Angliam proposita.
établie pour tous en Angleterre. [4]

Connord (p.83) cite un texte français d’un certain Britton, écrit vers 1290, qui évoque en parlant du yard :

le aune de deus coutes et deus pouz

La coudée étant équivalente à 18 pouces, deux coudées feraient donc 36 pouces et le yard 36 + 2 = 38 pouces (au lieu des 36 pouces du système anglais actuel). Ce pouce ferait donc 91,44 / 38 = 2,41 cm ce qui le rapproche du pouce romain de 2,46 (que nous avons vu dans un précédent billet).

On peut donc faire l’hypothèse (mais elle est invérifiable avec les sources actuelles) que le système britannique aurait deux origines : une liée à un système germanique (repéré par Drusius) qui conduit à la perche, et une autre associée au système romain qui conduit au yard, ce qui expliquerait le raccordement fractionnaire difficile entre les deux systèmes que l’on peut résumer comme suit :

Origine romaine :
12 inches    = 1 foot
3 feet           = 1 yard

raccordement entre les deux systèmes
5½ yards     = 1 rod, pole, or perch

Origine germanique
40 rods        = 1 furlong
8 furlong     = 1 mile

Connord fait l’hypothèse que si c’est le système du yard qui s’est raccordé à la perche et non l’inverse, c’est que la perche était l’unité utilisée pour mesurer les terres et donc les redevances dues à la noblesse, alors que le yard était simplement utilisé pour le commerce (du drap en particulier, comme l’aune en France) : il est plus facile d’ignorer les protestations des marchands que de tenter de modifier les habitudes de la noblesse. Ceci expliquerait la différence de 3% qui s’est produite entre le pied romain et le pied britannique

Ce raisonnement n’est possible que si la valeur du yard n’a pas évolué depuis le début du second millénaire : cela semble être le cas. Bien que d’autres soient attestés auparavant, le premier étalon physique conservé est celui du yard de d’Henri VIII (1496) : il  a une longueur qui correspond pratiquement à la valeur actuelle mais la conservation des étalons de longueur va faire proposer d’autres solutions.

Le pendule battant la seconde

Dès la fin du 17e siècle, l’astronome Jean Piccard (1620-1682) qui mesura le premier le rayon terrestre par triangulation, évoque dans son livre Mesure de la terre de 1671 la possibilité de dématérialiser les étalons des mesures physiques :

Picard1À cette fin, Picard propose d’utiliser la longueur d’un pendule battant la seconde (d’une longueur analogue à celui du balancier d’une horloge comtoise qui marque une seconde à chaque oscillation). Picard prend cette longueur et en fait la base d’un système métrologique complet :

Picard2

Picard note cependant que des expériences semblent manifester que ce Rayon Astronomique dépend du lieu d’observation, ce qui sera confirmé ensuite et dissuadera de prendre cette mesure comme étalon lié à la nature. Cependant Talleyrand propose encore cette solution en 1790. On sait que en 1791, l’Académie des sciences, rejetant le pendule pour sa variabilité en fonction du lieu, proposera de prendre la terre comme unité de base en mesurant une partie du méridien terrestre [5].

Aux USA le système décimal a existé pour la monnaie dès 1785, c’est-à-dire avant la Révolution française et Jefferson en 1790 propose un système basé sur le pendule battant la seconde, dont la longueur serait divisée en quatre pieds et il suggère de décimaliser les mesures de longueurs  : 1/10 foot = 1 inch ; 1/10 inch = 1 line … 10 feet = 1 decad ; 10 decads = 1 rood, etc. [6]

En 1791, quand il apprit la décision française d’abandonner la longueur du pendule pour celle du méridien terrestre, Jefferson regretta que cette mesure ne soit pas vérifiable partout comme pouvait l’être celle de la longueur du pendule. En 1795, le plan de Jefferson fut rejeté tant pour des raisons pratiques que pour des raisons politiques, les USA voulant rester neutres dans le conflit entre la France et l’Angleterre.

La période contemporaine aux USA et au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, pour des raisons politiques, refuse de s’engager dans une réforme initiée par la France révolutionnaire mais éprouve dès le début du 19e siècle le désir de rendre plus rigoureuses ses unités de poids et mesures. Dès 1814 il est proposé de faire dépendre les unités les unes des autres comme dans le système métrique où les unités de poids et de volume dépendent de l’unité de longueur. Pour fixer l’unité de longueur, la solution du pendule battant la seconde (à Londres) est adoptée. Certaines unités traditionnelles sont supprimées (le gallon de vin par exemple). Ces mesures formeront le système « Impérial » des poids et mesures. En 1824 le système impérial est complètement défini et il devient obligatoire l’année suivante : des étalons physiques sont construits mais détruits lors d’un incendie en 1834. Comme on eut des doutes sur la précision obtenue avec un pendule battant la seconde, on préféra utiliser la comparaison avec des copies existantes pour reconstituer les étalons de référence.

Aux USA, un rapport de 1821 de John Quincy Adams (6e président des USA de 1825 à 1829) recommande qu’on établisse des copies des étalons de mesure anglais mais qu’on détermine aussi leur valeur par rapport au système métrique. Cependant le refus pratique du système métrique par les français eux-mêmes a été tel (Napoléon en 1812 autorise l’usage des anciens noms aune, toise, etc.), qu’il n’envisage pas de pousser à son adoption.

Il fallait que le bénéfice de système apparaisse progressivement aux yeux des autres nations pour que les USA puissent envisager de faire de même. C’est ce qui se passe : le système métrique a été diffusé en Europe sous l’effet des conquêtes napoléoniennes, il est redevenu la norme en France en 1840, il aida la Prusse à unifier l’Allemagne quand il fut adopté pour l’union douanière (Zollverein) en 1872. En 1862 au Royaume-Uni, une commission propose que le système métrique devienne légal mais non obligatoire, mais elle n’est pas suivie.

En 1866 le président américain signe une loi qui déclare que le système métrique est « présenté » au peuple américain et qu’il devient un instrument approuvé pour le commerce. Il n’est pas obligatoire mais devra être enseigné à l’école. Le législateur espère que la génération montante l’adoptera parce qu’il fait partie des éléments les plus avancés de la civilisation et du fait de cette acceptation progressive à venir, de nouvelles mesures législatives générales ne sont pas envisagées.

En 1875 la Convention du mètre signée à Paris, envisage un étalon international du mètre, ce qui permet de faire tomber le reproche d’un étalon spécifiquement français. Cette convention est également signée par les Etats-Unis. Un American Metric Bureau est créé à Boston en 1876 dont le secrétaire fut un certain Melvil Dewey connu pour avoir créé le système décimal de classification des bibliothèques. Cependant, dès 1879 des opposants au système métrique créent une institution opposée et diffusent leur information par des campagnes de presses et des ouvrages. En 1893 les unités traditionnelles sont définies par rapport aux unités du système métrique. En 1901 un National Bureau of Standards est créé par le Congrès.

La controverse va se poursuivre entre pro- et anti-système métrique. En 1975 Le Metric Conversion Act (renforcé en 1988) est signé par le président Gérald Ford : il stipule que le système métrique est préféré aux États-Unis pour les affaires et le commerce mais il autorise l’usage des unités traditionnelles pour les activités non commerciales.

Le Royaume-Uni signe la Convention du mètre (de 1875) en 1884 : en 1897 il devient légal mais non obligatoire d’utiliser le système métrique pour le commerce mais les unités du système impérial continuent à être utilisées. En 1963, sous la pression des associations scientifiques et des Chambres de commerce (qui avaient fait déjà plusieurs rapports en faveur du système métrique), plusieurs décisions sont prises dont par exemple le fait que les unités du système impérial soient définies maintenant non plus par leurs unités physiques mais par référence au seul système métrique (un yard est strictement égal à 0,9144 m). Un plan de 10 ans en vue du passage au système métrique est mis en place en 1968 et dès 1970 les ¾ des exportations étaient faites en l’utilisant.

En 2014 une enquête d’une association en faveur du système métrique note cependant dans un rapport que puisque la population actuelle est plutôt opposée au système métrique (50% selon le sondage associé à ce rapport), il est illusoire d’attendre que le passage au système métrique s’effectue progressivement sans obligation légale. Le système métrique est obligatoire pour le commerce (et enseigné à l’école) mais c’est le système impérial qui est utilisé dans la vie courante : 80% des interrogés du sondage utilisent l’ancien système pour noter leur propre poids. Testés sur leur connaissances, 11% pensent qu’il y a 100 m dans 1 km et seuls  57% seulement connaissent la bonne réponse (qui devait être donnée en moins de 10 s). Toutefois ce résultat est meilleur que pour donner le nombre de yards dans un mile où 24% seulement donnent la bonne réponse (il est vrai un peu difficile de 1760 yards).

***

Le 23 septembre 1999, la sonde Mars Climate Orbiter s’écrase sur la planète Mars : l’enquête révèle que la société responsable de la fabrication de la sonde en a transmis les spécifications dans le système traditionnel d’unités tandis que la NASA au sol utilisait un système de navigation métrique. Cette juxtaposition de fait des deux systèmes emplit la vie américaine comme on peut le voir sur le mètre à ruban mit en tête de ce billet.

MètreUSA4

Comme le signale un adversaire du système métrique dans un article du New Worker d’octobre 2002 [7], le système traditionnel fonctionne parfaitement bien car il est adapté aux tâches à accomplir. Pour couper une planche, un millimètre est trop petit par rapport à une lame de scie. Par contraste, les mesures traditionnelles qui se divisent par deux : demi, quart, seizième et trente-deuxième de pied « sont harmonieusement adaptées au but envisagé ».

Il est vrai que la progression par double ou moitié qui était requise à l’origine pour les monnaies par la Convention subsiste toujours avec la série approchée des pièces et billets de 1, 2, 5, 10, 20, 50 etc., unités de compte et que pour acheter du beurre on utilise un emballage de 250 g (d’ailleurs ancienne demi-livre) ou de sa moitié (125 g), ce qui manifeste que le système métrique peut parler plusieurs langages. Peut-être un jour parlera-t-il le langage de l’aéronautique ? Le pied romain aura alors terminé son parcours historique, mais ce n’est peut-être pas souhaitable pour des raisons de sécurité aérienne afin de ne pas répéter sur terre ce qui est arrivé sur Mars.

  1. Histoire ecclésiastique du peuple anglais, I, 15 []
  2. Bède, I, 25 []
  3. R.D. Connor, The Weights and Measures of England, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1987 []
  4. Chronique de Guillaume de Malmesbury citée par Connor p.83 []
  5. Ken Adler, Mesurer le monde, Flammarion, 2005 ; Denis Guedj, Le mètre du monde, Seuil,2000 []
  6. Charles F. Treat, A History of the Metric System Controversy in the United States, National Bureau of Standards, 1971 []
  7. David Owen, « Measure for Measure. How the metric system conquered the world – almost », The New Worker, October 14 & 21, 2002, p. 212-216 : il s’agit du compte rendu du livre de Ken Adler, The Measure of All Things, traduit en français sous le titre Mesurer le monde, Flammarion, 2005 []