Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin

Au fil des semaines qui ont suivi la présentation des propositions concernant le latin au Collège, plusieurs constatations ont pu être faites :
– les enseignants de latin vivent très mal la situation qui leur est faite : ils se sentent méprisés dans leur identité professionnelle par la ministre, mais aussi par certains de leurs collègues enseignants de français ou d’autres disciplines qui se réjouissent ou tout du moins n’ont pas de regrets que le latin semble disparaitre. Ils pensent que dans les répartitions d’heures concernant les EPI, ils seront en position de faiblesse face aux autres disciplines et que les chefs d’établissement ne vont pas les soutenir.
– toutes les personnalités appelées pour soutenir la continuation de l’enseignement du latin le font en rappelant l’importance de l’enracinement de notre civilisation dans le monde antique, ce qui est tout à fait vrai mais ne donne pas de solution à la question actuelle, si ce n’est le retour au statu quo ante. Continuer la lecture de Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin