Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Si la bataille d’Hastings est à l’origine du royaume d’Angleterre, elle fit aussi du duc de Normandie un prince puissant en France et c’est là l’origine lointaine de la Guerre de Cent Ans. La Tapisserie consacre à la bataille sa deuxième partie et va assurer « le châtiment du parjure ».

Le roi Édouard, dit le Confesseur parce qu’il était très pieux, n’avait pas d’enfant (où n’avait peut-être pas voulu en avoir par souci de chasteté) et la couronne d’Angleterre devait donc revenir à un membre de sa famille. Ce pouvait être Guillaume, ce qu’Édouard avait prévu à l’origine, mais aussi Harold. Guillaume, pour prévenir cette dernière éventualité,  en avait fait son homme lige après l’avoir libéré en payant sa rançon : un serment solennel permit à Guillaume de libérer Harold.

Édouard est inhumé à Westminster à la scène 26 et tout semble terminé mais, coup de théâtre, la scène 27 fait un retour en arrière qui va relancer l’action. Continuer la lecture de Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2)

La Tapisserie de la Reine Mathilde à Bayeux comporte un texte latin assez simple pour être mis sous les yeux de débutants, mais avant d’examiner l’ensemble de la Tapisserie, il faut faire étudier le texte lui-même car sa lecture serrée n’est possible que si l’attention n’est pas captée par l’image (à cette fin j’ai fait un montage qui ignore drastiquement les représentations graphiques). Cette étude permettra de voir quelques aspects du latin médiéval, reflet du latin tardif qui a conduit aux langues romanes. N’étudier que le texte latin, c’est en outre mettre l’accent sur la construction du récit, la mise en place de l’intrigue, les rebondissements, c’est ce livrer à l’analyse littéraire de ce qui se présente comme l’équivalent contemporain d’une production cinématographique ou d’une série télévisée.

Première saison donc, « une rançon remboursée avec un serment ». Continuer la lecture de Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2)

Plèbe et tribuns du peuple. Aux origines du populisme

Plèbe, tribuns, populares. En matière de populisme, le vocabulaire des romains est toujours présent : la plèbe s’oppose au peuple et dans l’expression française « tribun populaire », l’adjectif populaire est bien souvent une marque d’infamie aux yeux de la classe supérieure. Remonter aux origines de ce vocabulaire, c’est retourner aux origines de Rome : ceci peut être utile pour la compréhension du populisme actuel à condition de ne pas s’en tenir aux aspects légendaires mais de prendre en compte l’état actuel de la recherche sur la société romaine primitive. Continuer la lecture de Plèbe et tribuns du peuple. Aux origines du populisme

Nouvelles méthodes d’apprentissage de la traduction

Une rencontre récente à la Sorbonne [1] a été suivie par une cinquantaine d’enseignants de LCA. Je voudrais non pas en faire un compte-rendu (qui viendra plus tard) mais en donner ce qui me semble en être les lignes de force : une rupture tant en ce qui concerne les finalités que les méthodes. Dans ce billet, je ne parlerai que des méthodes dont deux contributions manifestent des changements profonds dans les processus d’apprentissage de la traduction. Ces méthodes assument le fait que le latin et le français n’ont pas la même structure dans l’ordre des mots et, dans une étape intermédiaire, ramènent l’ordre des mots latins à celui du français. Continuer la lecture de Nouvelles méthodes d’apprentissage de la traduction

  1. Rencontre LCA 2017 « A quoi et comment formons-nous les élèves ? » 17-18 février 2017, Paris IV – Sorbonne []

L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire

On a vu dans le précédent billet comment, selon Aldo Schiavone [1], le droit a d’abord été inscrit dans des formules qu’il fallait respecter, formules à la fois religieuses et à effet sociaux, par exemple comment prendre correctement possession d’une terre ou d’un bien. On peut certes penser que notre vie sociale actuelle est débarrassée de ces formules rituelles qu’il faut respecter à la lettre pour qu’un effet juridique et social s’en suive, mais qu’on se souvienne cependant le la prestation de serment recommencée par précaution lors de l’investiture de Barack Obama en 2009. Par ailleurs la lettre d’un contrat oblige toujours. Continuer la lecture de L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire

  1. Aldo Schiavone, IUS L’invention du droit en Occident, Belin, 2008 []