Mathématiques et latin

L’apprentissage des mathématiques et celui du latin ont des points communs : c’est par exemple ce qui ressort du témoignage du mathématicien Laurent Schwartz dans des souvenirs rédigés sans intention prosélyte explicite en faveur du latin[1]. Il y explique longuement comment il était tellement bon en langues anciennes qu’il a bien failli devenir linguiste ;

« Après cette période riche en questions, je fus pris de passion pour le latin et le grec. Assez tôt enrichies de notions de linguistique et de philologie, ces deux langues eurent mes faveurs de la sixième à la première. À partir de la cinquième et de la quatrième, je travaillais véritablement pour moi, pour mon plaisir. J’aimais tant le latin et le grec que j’en faisais aussi souvent que je le pouvais, indépendamment des exigences scolaires. Si nous avions une explication de texte d’une vingtaine de vers de Virgile, j’en préparais pour mon propre compte soixante ou quatre-vingts. De même, je lisais pour mon plaisir L’Iliade ou L’Odyssée, ainsi qu’Hérodote, et bien sûr Tite-Live, très facile. J’avais naturellement besoin d’un dictionnaire pour m’aider, mais je me débrouillais. Ce que j’appelle « lire » ne consistait pas à parcourir le texte, mais à me l’approprier complètement. Rien ne me restait étranger : genres, cas, déclinaisons, syntaxe. Il ne s’agissait pas pour moi de dominer la classe ou de surpasser le professeur, mais plutôt de dominer le latin et le grec. J’adorais les études. Ce qui comptait n’était pas tant mon succès que le fait que mes études, au sens le plus personnel du terme, me comblaient. J’étais immensément heureux de tout ce que nous apprenions. Je me souviens de mon bonheur à cette époque, des sujets de réflexion que m’inspiraient les différentes disciplines. En classe de première, j’allai jusqu’à écrire un commencement de grammaire grecque ! » Au Concours général, il est premier en thème latin et premier accessit en version latine et sans les conseils de ses proches (scientifiques), « je serais sans doute devenu linguiste ou helléniste et je m’en serais sans doute fort bien accommodé ».

Le témoignage de Laurent Schwartz montre bien la cohérence des apprentissages de toutes disciplines où des règles complexes doivent être appliquées à des cas particuliers. Qu’il s’agisse de règles de grammaire utilisées dans une traduction ou d’application de théorèmes dans des exercices de mathématiques, le même acharnement à ne rien laisser de côté est nécessaire et apporte des satisfactions analogues de dominer une matière. Mais aussi de dominer le monde : Schwartz insiste dans la suite de ses souvenirs, sur la nécessité de la compétition et de l’émulation. Ayant été bon en langues anciennes, il ne pouvait déchoir en mathématiques quand il entre en classe de mathématiques élémentaires.

Continuer la lecture de Mathématiques et latin

La question du latin

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 et, pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle[1].

Elle se pose cependant : un enseignement de latin est toujours donné et on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui puisque près d’un quart de la classe d’âge fait du latin la première année où cette option est proposée.

figure1-oct094Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 et la stabilisation actuelle (Source Ministère de l’Éducation nationale : ensemble public et privé).

Continuer la lecture de La question du latin

Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus

joviserepto21

Apprendre le latin, c’est se rendre capable de comprendre le latin que l’on a sous les yeux, dans les expressions passées en français, mais aussi dans les expressions que l’on rencontre dans la rue, sur les monuments, sur les édifices publics.

Voici donc, à titre d’exemple, une expression latine dont le contexte d’utilisation viendra ensuite. Traduisons-la comme les latins faisaient, c’est-à-dire en comprenant au fur et à mesure[1] .

Jovis, génitif de Jupiter, donc détermine ce qui vient après. Ce ne peut être erepto, qui joue un rôle d’adjectif comme participe de eripio (arracher) au datif ou à l’ablatif. Le nom neutre fulmine, ablatif de fulmen manifeste que erepto est aussi à l’ablatif et que les deux mots indiquent un moyen : par la foudre (ou le tonnerre) arraché à quelqu’un se traduit par le génitif, donc « par la foudre arrachée à Jupiter ».

Continuer la lecture de Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus

Le livre de Raoul Frary de 1885

Le livre de Raoul Frary, La question du latin, paru en 1885[1] a été l’occasion de discussion nombreuses : si Maupassant lui donne le titre d’une de ses nouvelles, ce même titre se retrouve dans de nombreuses autres contributions. Clément Falcucci, dans sa thèse de 1939 en donne de nombreux exemples[2] : sous le même titre il cite des articles de F.Brunetière dans la Revue des Deux Mondes, de F. Dreyfus-Brisac dans la Revue Internationale et il cite, concernant le débat, 13 articles ou livres espacés de 1886 à 1904.

Dans une nouvelle de 1886 ayant pour titre La question du latin, Guy de Maupassant raconte une histoire de sa jeunesse où il est question d’un répétiteur de latin qui est poussé par plaisanterie à épouser une ouvrière : ils achètent une épicerie plus rentable finalement que les cours de latin. Le titre est lié à l’actualité car la nouvelle commence ainsi : « Cette question du latin, dont on nous abrutit depuis quelques temps, me rappelle une histoire, une histoire de ma jeunesse ».[3].

Ce qui frappe dans le livre de Frary, et les contemporains y ont été sensibles, c’est sa radicalité : pour la première fois, un auteur prend en compte systématiquement tous les arguments en faveur du latin et montre leur inanité. Il s’attaque en effet aux quatre arguments qui étaient avancés pour le maintien du latin (et qui le sont toujours, ce qui montre bien qu’ils avaient acquis leur forme canonique dès cette époque). Ces quatre arguments sont résumés par lui de la façon suivante :
« Que l’étude d’une langue ancienne est une excellente gymnastique pour l’esprit des enfants ;
« Que la connaissance du latin est indispensable à qui veut bien savoir le français ;
« Que la fréquentation des grands hommes et des grands écrivains de l’Antiquité forme l’esprit et le cœur ;
« Que la civilisation moderne étant fille de la civilisation gréco-romaine, la meilleure culture qu’on puisse donner aux générations nouvelles est celle que nous empruntons à nos maitres. » (Frary, p. 112)

Continuer la lecture de Le livre de Raoul Frary de 1885