Archives par mot-clé : Bilan

Cinq années de La question du latin

Après cinq années de billets sur La question du latin, faire le point est nécessaire pour que les lecteurs actuels puissent voir l’interaction qui s’est établie entre ce carnet et des enseignants de latin.

En octobre 2009 la décision de faire un blog plutôt que de tenter une édition papier des recherches que j’avais faites antérieurement m’a permis de toucher le milieu des enseignants de latin et en particulier l’inspection générale des lettres qui préparait alors un rapport sur l’enseignement du latin et du grec qui devait être rendu public en 2012 [1]. Ce rapport a repris plusieurs points que j’avais proposés :
– commencer l’apprentissage du latin en utilisant « le latin du français », c’est-à-dire toutes ces expressions latines comme curriculum vitae, ex aequo ou et cetera qui sont connues des locuteurs français et qui peuvent servir à découvrir le système casuel du latin,
– élargir le corpus des textes étudiés : les textes latins produits à la Renaissance ou même postérieurs devant élargir l’éventail des possibilités d’études.

J’ai été amené à faire des interventions auprès d’enseignants de lettres classiques[2] ; d’en rencontrer lors d’une formation académique ou de travailler avec le collectif d’enseignants Arrête ton char ! qui à travers son site, apporte des instruments de travail, des informations et des réflexions [3] et fait ainsi un travail complémentaire de celui des associations professionnelles.

L’augmentation annuelle des visites sur le site a été régulière depuis sa création :

Stat20092014

Les billets qui ont été les plus suivis sont (en ordre décroissant) les suivants :
– Capes de lettres : signification d’une évolution (10 mai 2013)
– 1979-2014 : histoire d’un échec de l’apprentissage de la langue latine (2 mars 2014)
– Le salut de la filière L est-il dans les maths ? Deux réponses (9 septembre 2012)
– Refonder l’enseignement du latin et du grec (1) (5 février 2012)
– Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec (17 juin 2012).

Viennent ensuite les billets consacrés à des textes :
–  techniques (les notes tyroniennes, le comput digital, le mécanisme d’Anticythère, Vitruve et la pompe à incendie, Frontin et les aqueducs, la réforme du calendrier)
– d’évolution des langues (lingua franca, le latin macaronique, latin et anglais scientifique)
– d’histoire de l’art (L’homme de Vitruve, Rembrandt, Cranach)
– d’histoire de la pédagogie du latin (prononciation, critique du latin à différentes époques)
– de présentation de la situation dans différents pays (USA, Italie, Allemagne)

Sont moins suivis les billets consacrés à des textes néo-latins (Spinoza par exemple) ou ceux consacrés à l’enseignement laïque des religions (Textes sur Noël) [4].

Deux billets cependant ont été très lus mais représentent des cas particuliers :
– le billet sur l’origine du faux texte Lorem ipsum, qui sert à mettre en relief une mise en page en se voulant incompréhensible. Il a été le plus suivi de tout le carnet : ceci s’explique par le fait que beaucoup d’internautes sont passionnés par cette question qui a été bien documentée ici.
– le billet consacré au débat sur l’enseignement du latin lancé par la revue Okapi (destinée aux adolescents), bien que datant de décembre 2009, continue de recevoir des commentaires. En général il s’agit d’élèves qui déconseillent avec véhémence de faire du latin : ils se plaignent de devoir subir un enseignant qu’ils jugent insupportable, souvent après avoir été recrutés par un enseignant de 5e qui leur plaisait beaucoup. On y voit que la routine de l’apprentissage par cœur n’est pas morte.

Quel est le constat partagé ?

Avec les collègues que j’ai rencontrés, il y a le constat partagé que l’enseignement du latin est en crise pour diverses raisons :
– au collège, les parents « utilitaristes » qui cherchent des « bonnes classes » pour leurs enfants utilisent maintenant les classes bilangues ou les sections européennes. Cependant les parents cultivés croient toujours à l’importance d’une connaissance des langues anciennes et statistiquement la demande des familles reste constante en ce qui concerne les dernières années ;
– l’apprentissage des principes du système casuel est difficile, soit que l’apprentissage préalable de la grammaire ne soit pas acquis, soit que cet apprentissage soit très difficile avant l’adolescence comme le pensent des pédagogues et des psychologues. Il en résulte que même débuter par les expressions latines du français est difficile car les fonctions grammaticales ne sont pas connues en profondeur. Il faut donc passer par un apprentissage de la langue qui ne suppose pas ces fonctions déjà acquises : la méthode qui sert d’exemple en ce sens est la méthode Ørberg. La méthode d’apprentissage du Cambridge Latin Course est dans le même registre ;
– le corps des enseignants de lettres classiques ne se renouvelle pas comme il le faudrait : il y a déficit de candidats pour le Capes ce qui fait que tous les postes ne sont pas pourvus. De ce fait des enseignements sont assurés par des professeurs de lettres modernes qui ont des connaissances en latin.

Une conséquence positive de cet état de fait est la liberté dont jouissent les enseignants de latin par rapport aux programmes : s’ils sont dynamiques, ils arrivent à recruter un nombre suffisant d’élèves par leurs démarches de présentation du latin auprès des élèves et des parent. Ils n’hésitent pas alors à prendre des libertés par rapport aux programmes et à proposer les activités qui leurs semblent les plus adaptées à leur public.

Perspectives d’avenir pour ce carnet

J’envisage d’approfondir la réflexion sur les difficultés précédentes en travaillant deux questions :
– la question de l’apprentissage lui-même : la méthode Ørberg a le défaut de présenter une famille romaine dont les péripéties ne sont pas toujours de nature à passionner les adolescents. Il faudrait rapidement pouvoir proposer des textes à la fois très faciles pour permettre une familiarisation progressive des structures de la langue, et en même temps qui puissent susciter l’intérêt ;
– la question de l’organisation de l’enseignement et de la formation des enseignants : la crise actuelle de l’enseignement supérieur risque de limiter les formations à l’option de lettres classiques. Il faut donc prévoir le long terme et renforcer l’attrait de l’option latin de lettres modernes.

Ceci suppose, mais c’est évidemment une hypothèse à creuser, une intégration dans le long terme de l’enseignement du latin dans celui du français. Cet enseignement du latin ne viserait plus la culture antique, qui est du ressort de l’histoire, mais la langue latine dans ses rapports avec le français ainsi que la littérature  latine dans ses rapports avec la culture littéraire.

Avoir cette attitude est fondamentalement revenir à la perspective des Humanistes de la Renaissance qui redécouvraient la rhétorique de Cicéron non pas pour y découvrir des « fleurs de rhétorique » mais pour y retrouver un homme politique capable d’exposer une situation politique à ses concitoyens.  Comme le dit Pétrarque [5], il y a des gens qui discutent sur des choses sans intérêt comme de savoir

quot leo pilos in vertice
combien de crins a le lion sur sa tête
(…)
et
et
_____naturam hominum, ad quod nati sumus,
_____la nature humaine pour laquelle nous sommes nés,
_____unde et quo pergimus,
_____d’où [nous venons] et vers quoi nous allons
vel nescire vel spernere
soit ils ignorent soit ils méprisent

Comme je l’ai dit dans mon précédent billet sur les sujets du bac de français, j’ai vraiment l’impression que la finalité de l’enseignement du français s’apparente plus aux savoirs inutiles qu’à la découverte de la nature humaine.

Revenir à la formation humaniste de la Renaissance, cela veut dire très concrètement pour l’enseignement du français refuser de trancher entre littérature et société et ceci doit être envisagé dès à présent, quelle que soit la situation du latin. Que fait donc la littérature aujourd’hui si ce n’est nous conduire par le biais de la fiction littéraire à modifier la vision que nous avons de nous-même et de la société ? Pour que les élèves accèdent à cette littérature présente, il faut qu’ils aient acquis ce qui est implicite chez l’auteur actuel, c’est-à-dire tout le passé de la littérature dans sa relation avec la société où elle a été produite. Le latin a une double place dans ce processus : il a été à l’origine de la langue française ; il a forgé par sa littérature la culture française jusqu’au 18e siècle. Pour ces deux raisons il a sa place à terme dans l’enseignement donné par tous les enseignants de français.

Le prochain billet sera mis en ligne le 21 septembre

  1. « Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec », billet du 17 juin 2012. []
  2. « La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010 », billet du 30 mai 2010 ; « Refonder l’enseignement du latin : Plan National de Formation, 11 octobre 2013 », billet du 13 octobre 2013. []
  3. Ainsi que des informations statistiques dans mon cas : « Depuis quand le nombre de lauréats des concours du Capes et de l’agrégation de Lettres classiques ne compense plus le nombre de départs en retraite ? », publié le 29 décembre 2013 sur le site du collectif « Arrête ton char ! » []
  4. Je viens de créer un autre carnet de recherche consacré à une réflexion sur le christianisme dans une optique toujours « dans les limites de la raison » mais à l’intérieur de la tradition chrétienne. Il s’intitule « Catho de gauche » en référence à une situation historique qui a été la mienne à une époque : on pourra y retrouver sous une forme revue et complétée certains billets du présent carnet de recherche []
  5. Pétrarque, Mon ignorance et celle de tant d’autres, Jérôme Millon, 2000, p. 66-69 []