Archives par mot-clé : droit naturel

Pour une lecture au premier degré de Cicéron à propos du fondement du droit

A la fin de son film Entre les murs [1], François Bégaudeau présente ce que peut être le mode de lecture idéal d’une collégienne de 4e, Esméralda. Celle-ci présente sa lecture de la République de Platon comme un texte qu’elle prend au premier degré et où l’attitude de Socrate « lui plait beaucoup ». L’enseignant exulte intérieurement même si le réalisateur sait bien qu’il s’agit là d’une lecture idéale mais peu réaliste : il s’explique d’ailleurs sur les différences entre le film et le livre (p. 106) dans un entretien.

Cette lecture au premier degré, je vous engage à l’avoir à propos du premier livre du De lege, Des lois, de Cicéron : si je la souhaite naïve d’une certaine façon, c’est que non seulement elle doit s’affranchir d’une lecture utilitaire (on traduit du Cicéron pour se perfectionner) mais aussi d’une lecture érudite (recherche des sources du texte) ou surplombante (c’est l’idéologie d’une aristocratie). Il s’agit de lire Cicéron pour entendre ce qu’il nous dit et peut-être en tirer profit aujourd’hui, ce qui demandera cependant des justifications. Déblayons donc d’abord le terrain en examinant ces deux postures classiques de la recherche des sources et de la critique idéologique car pour accepter (naïvement) un texte, il faut au préalable éliminer les interrogations et les soupçons qui pèsent sur lui.

Continuer la lecture de Pour une lecture au premier degré de Cicéron à propos du fondement du droit

  1. film de Laurent Cantet, 2008, tiré du livre de François Bégaudeau, Entre les murs, Gallimard, 2006 []

Hobbes : Homo homini lupus

L’homme est un loup pour l’homme : l’expression se trouve déjà chez Plaute [1] mais sa célébrité est due à Hobbes qui l’utilise dans un ouvrage en latin, De cive, Du citoyen. Cette première édition a eu une diffusion assez confidentielle : elle a été faite à Paris où Hobbes s’était réfugié. Il y avait été accueilli par l’entourage de Descartes et c’est dans ce milieu restreint qu’il fait circuler l’édition de 1642 : on voit, en bas du frontispice de l’exemplaire de Gallica que nous utilisons,  qu’il a eu comme premier propriétaire Monsieur Clerselier, un correspondant de Descartes.  C’est à partir de l’édition de 1647 que le De cive connaitra une large diffusion.

Examinons le frontispice de cette édition, qui sera d’ailleurs repris dans les éditions ultérieures : ces illustrations complexes, faites avec soin, qui permettaient de fixer la pensée, s’inscrivent dans ce que Quentin Skinner appelle la « tradition humaniste bien établie d’éloquence visuelle » [2] et lui-même commente avec précision ce frontispice dont nous nous servirons pour baliser cet exposé.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir Continuer la lecture de Hobbes : Homo homini lupus

L’apport de Rome (3/3). L’impérialisme, le droit naturel et la concorde.

L’impérialisme occidental est hérité de Rome car tout n’est pas innocent dans l’héritage de Rome. Cependant de la réflexion cicéronienne sur l’impérialisme, sont issues deux réalités tout à fait positives : la découverte du droit naturel au plan du droit, et la prise de conscience de la nécessité de la pratique de la concorde pour tout groupe qui veut durer.

Les critiques antiques de l’impérialisme romain

L’impérialisme romain a été mis en cause par ses adversaires et une des meilleures critiques qui nous en soit resté est paradoxalement proposée par Cicéron, qui la réfute. Comme il veut que sa réfutation soit sérieuse, l’exposition de la critique a une grande cohérence : il s’agit d’un texte issu de La République où Cicéron met en scène une ambassade célèbre qui eut lieu en 155 av. JC. Athènes qui venait d’être condamnée à une forte amende pour une agression injustifiée va en appel à Rome en envoyant, pour plaider sa cause, trois philosophes responsables de la direction des plus prestigieuses écoles philosophiques. Certains pensent que, voulant attaquer les romains, Carnéade, un des envoyés, fit dans une première conférence un éloge classique de la justice et son discours fut fort apprécié. Le lendemain, il referme son piège en disant que si les romains voulaient la justice, ils renonceraient à leurs conquêtes pour être justes, ce qui lui aurait valu l’expulsion immédiate. Cette manière de raconter l’ambassade, séduisante, est en opposition avec les données dont on dispose et en particulier avec le texte de Cicéron [1], où alternent deux justifications de l’impérialisme, l’une qui n’est pas acceptable, l’autre qui l’est.

Continuer la lecture de L’apport de Rome (3/3). L’impérialisme, le droit naturel et la concorde.