Archives par mot-clé : étymologie

Le latin au nouveau Collège

De La Distinction à « L’excellence au service de la réussite de tous »

Dans la présentation du nouveau collège qui doit être mis en place à la rentrée 2016, il est d’abord question de l’enseignement du latin dans le programme de français où il est dit qu’afin « de contribuer à améliorer le niveau en français de tous les collégiens, des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes seront intégrés dans le programme de français. L’excellence sera ainsi mise au service de la réussite de tous »

À travers la notion « d’excellence » on retrouve un débat déjà ancien puisqu’il s’agit du caractère « distinctif » du latin qui était mis en cause par Bourdieu dans son ouvrage sur La distinction paru en 1979. Pour lui, faire du latin, c’était vouloir se distinguer par un enseignement inutile. Cette vision était à l’époque celle de la gauche enseignante et beaucoup dans l’Éducation nationale accusaient le latin d’élitisme.

On notera que les temps ont changé : c’est la ministre d’un gouvernement de gauche qui assume « l’excellence » de cet enseignement qui devrait améliorer le niveau de français. On peut donc dire que la thèse de Bourdieu est renversée : ce qui était élitiste devient facteur d’excellence. C’est là le fruit du travail des enseignants de langues anciennes qui, soumis à la critique de Bourdieu, ont renouvelé leur enseignement et ont montré son intérêt culturel.

Dès la rentrée 2016, il va donc être demandé à tous les enseignants de français de présenter des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes. Quelle va être leur réaction ? Si la thèse de la distinction a été remise en cause par les enseignants de latin qui ont montré par les faits son contraire, il n’en reste pas moins que pour ceux qui n’ont pas étudié le latin, devoir l’enseigner peut être difficile à admettre.

De plus, il y a toujours une distinction entre lettres modernes et lettres classiques, même s’il n’y a plus qu’un seul Capes avec des options. L’opposition n’est pas ici entre des disciplines différentes, plus ou moins prestigieuses, mais entre un choix d’excellence contre ce qui ne peut apparaitre que comme un renoncement, un second choix qui suffira pour le tout-venant. Il est donc probable que beaucoup d’enseignants issus des lettres modernes refuseront par principe d’envisager d’évoquer le latin ou le grec. Enseigner « l’excellence » suppose qu’on en soit convaincu d’abord, et qu’on y ait été formé, ce qui n’est pas le cas pour tous puisqu’on peut passer le Capes sans avoir jamais fait de latin.

Pour en finir avec cette querelle plus que centenaire, puisque c’est en 1902 qu’a été créée l’opposition entre sections classiques et modernes des lycées, il faut refuser cette notion d’excellence et justifier différemment la nécessité de la connaissance des langues anciennes. Ceci doit se faire de deux façons : d’un point de vue linguistique et d’un point de vue culturel, deux points de vue qui sont à la base de l’enseignement du français.

Du point de vue linguistique, on pense souvent à l’aide apportée à l’orthographe par l’étymologie mais cette aide n’est pas toujours attestée. Si l’accent circonflexe de coût vient bien de constare (par l’intermédiaire de l’ancien français coster), il n’y a pas d’accent circonflexe dans coutume issu de consuetudinem. En matière de redoublement, homme vient de homo et pomme de poma.

Par contre, le latin est présent dans le français par des centaines d’expressions : dès l’école primaire, on arrive ex aequo, on rédige ensuite son curriculum vitae, et si l’on est nihiliste, il faut savoir qu’on n’est pas partisan d’un monsieur Nihil comme les gaullistes le sont du Général, etc., « et caetera ». Un élève de collège doit être à même de comprendre ces expressions latines du français et donc être initié à ce vocabulaire et à son système.

Du point de vue culturel, le latin est la langue de l’histoire culturelle du Moyen Age, des Humanistes, de la Renaissance. Elle est restée la langue scientifique jusqu’au 18e siècle, elle reste utilisée pour désigner les espèces animales ou végétales, elle est encore utilisée aujourd’hui quand on forge des termes pour la publicité ou le spectacle. Le vocabulaire de la médecine (et de beaucoup d’autres disciplines scientifiques) est empreint de grec.

L’Antiquité par ailleurs a été le cadre intellectuel qui a permis de penser l’art, la littérature et la politique au moins jusqu’à la Querelle des Anciens et des Modernes. Sa connaissance n’est donc pas seulement du ressort de l’enseignement de l’histoire que de celui de la littérature (donc du français) et de l’art. En effet, si l’enseignement de l’histoire ne néglige pas les aspects culturels, en histoire ancienne la civilisation égyptienne est étudiée d’un point de vue centré sur la civilisation étudiée, non sur sa réception dans la culture française. A l’inverse le professeur de français parlant d’Antigone dans une des versions étudiées (celle de Jean Anouilh par exemple) se doit d’évoquer la civilisation grecque et ses rites funéraires. On ne peut parler des Fables de La Fontaine sans envisager leurs sources antiques.

Les enseignements pratiques interdisciplinaires

Il est également question du latin une seconde fois dans la nouvelle organisation du Collège à propos des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI)

« Ces projets s’inscriront dans l’un des huit nouveaux thèmes de travail correspondant aux enjeux du monde actuel : développement durable ; sciences et société ; corps, santé et sécurité ; information, communication, citoyenneté ; culture et création artistiques ; monde économique et professionnel ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères. »

« Les collèges qui proposaient l’option facultative latin pourront l’inclure dans la matière complémentaire Langues et cultures de l’Antiquité. Les élèves pourront ainsi, s’ils le souhaitent, poursuivre l’apprentissage du latin de la 5e à la 3e. »

On remarquera au passage que l’option latin retrouvera son caractère optionnel en fin de chaque niveau qu’elle n’aurait jamais dû quitter, l’interprétation rigoriste du BO N° 3 du 20 janvier 2000 qui en déduit que l’option latin doit impérativement être poursuivie de la 5e à la 3 e étant abusive. En effet le texte indique :

« On appellera l’attention des élèves et de leur famille sur le point suivant : l’option latin est un enseignement destiné à être suivi sur l’ensemble de la scolarité en collège puis en lycée, tout particulièrement pour les élèves choisissant un parcours littéraire ; il est en effet anormal de constater une déperdition de près du quart des élèves inscrits en option latin entre la classe de 5ème et la classe de 3ème, et de près des trois-quarts des élèves entre le collège et la classe terminale du lycée. »

Faire de ce texte une contrainte juridique était un abus de pouvoir puisqu’il envisageait simplement de montrer la logique intellectuelle du choix du latin dans un enseignement littéraire et d’en critiquer l’abandon, non de l’interdire.

Dans ce domaine, des pratiques interdisciplinaires existent déjà entre l’étude des langues anciennes et d’autres disciplines : dans le domaine scientifique, on peut étudier l’astronomie dans l’Antiquité (mécanisme d’Anticythère, la réforme du calendrier), l’évolution des mesures anciennes jusqu’à aujourd’hui. Dans le domaine de l’histoire de l’écriture, des activités ont été faites sur la comparaison entre les modes d’écriture dans l’Antiquité et ceux nouveaux liés à l’utilisation de l’informatique. En ce qui concerne les productions cinématographiques ou la BD, le thème de l’Antiquité revient très fréquemment, etc. Il est cependant difficile aujourd’hui de savoir avec précision si la pratique de ces enseignements pratiques interdisciplinaires aura des conséquences positives ou négatives, ce qui explique l’inquiétude des enseignants.

Il faut noter cependant les propos de Florence Robine, actuelle Directrice générale de l’enseignement scolaire (Dgesco) dans l’Express où il est dit que l’Enseignement Pratique Interdisciplinaire Langues et civilisations de l’Antiquité pourra être suivi tout au long de l’année, et même jusqu’à la fin du collège, pour les élèves qui le souhaitent. Il en sera de même pour les Langues et cultures régionales.

Ces propos indiquent bien les choix faits qui sont cohérents avec ce que disait déjà en 2008 Florence Robine dans une conférence :

« Je suis douloureusement frappée par le divorce qui à l’heure actuelle est complétement consommé entre la science et la culture, entre la science et l’humain. Il y a une expression que je ne supporte plus, c’est celle de « culture scientifique » : mais qu’est-ce que c’est que la culture scientifique ? Ce périmètre complétement étrange avec des barbelés autour qui est un bout de la culture, certes, mais « scientifique », et puis l’autre culture avec un grand C ou un petit c (tout dépend quelles sont ses priorités) qui est ailleurs. Il n’y a pas de connexions, ce ne sont pas les mêmes gens, on n’est pas dans le même monde.

« Il ne faut pas oublier que la science dont nous parlons, la science moderne, est née à la Renaissance dans une exubérance de créativité et d’innovation en partie fondée sur la remise en cause des auteurs classiques et de tout le poids de l’héritage qu’on ne pouvait plus interroger, à la fois dans le domaine artistique et dans le domaine scientifique.

« Au moment de la Renaissance la science fait entièrement partie de la culture : les acteurs de l’un sont les acteurs de l’autre : Léonard de Vinci est un grand ingénieur et un grand scientifique. On sait que les hommes de science philosophent et on sait que les grands penseurs se passionnent pour cette nouvelle activité intellectuelle. Je vous rappelle que la physique à cette époque s’appelle la philosophie naturelle : c’est la philosophie de la nature.

« Peu à peu, il est clair que la distance s’est installée entre la science et la culture, toujours davantage et jusqu’à aboutir à l’heure actuelle à une rupture qui est consommée et qui s’est installée et revendiquée comme telle au 19e siècle.

« Au moment du grand essor technologique de l’Europe, la science a considéré qu’elle était investie d’une mission universelle et quasi morale qui était de démontrer le pouvoir de la raison humaine. Il y avait aussi le contexte de la destruction des obscurantismes religieux : le lien entre science et religion n’est pas du tout anecdotique dans la construction de la pensée scientifique moderne. Il y avait aussi cet idéalisme de progrès : les scientifiques allaient mener l’humanité vers le bonheur grâce au progrès scientifique.

« On en est bien là : on a d’une part le monde des arts, des sciences humaines, de la littérature ; le monde du beau, du sensible, de l’humain, et de l’autre côté le monde de la science qui est un univers relativement fermé sur lui-même, qui vit en autarcie à tous les échelons.

« Ceux qui pensent la politique éducative, ceux qui la mettent en œuvre dans les classes, ceux qui la reçoivent, [il faut] qu’on soit tous sur la même longueur d’onde que Victor Hugo quand il dit que la science constitue la certitude « mobile » de l’homme et qu’elle est tout sauf l’absolu : c’est le mouvement, c’est l’incertitude, c’est l’inquiétude. »

Science et humanisme, une éducation à la mesure des ambitions de l’Europe, Conférence-débat avec Florence ROBINE, Inspectrice Générale de l’Éducation Nationale, Diffusion en visioconférence le 25 septembre 2008 depuis le Lycée J-P Vernant de Sèvres. (Transcription des mn 21à 24)

Où en sommes-nous ?

Il faut replacer l’épisode actuel dans la longue durée comme nous y invite le Ministère lui-même par la voix de Florence Robine.

L’enseignement du latin est né chez les Humanistes au 15e siècle (Vérone 1420), il a été amplifié à la Renaissance dans le sillage d’Érasme, repris par les collèges Jésuites et jusqu’à la Révolution, il constituait l’essentiel de l’enseignement. Au 19e siècle, l’enseignement des sciences a commencé à prendre de l’importance et l’enseignement du latin s’est démotivé. Au début du 20e siècle (réforme de 1902), le débat entre enseignement classique et enseignement moderne a été tranché par un compromis avec l’apparition de sections différenciées. Au milieu du 20e siècle, l’enseignement des mathématiques est devenu l’outil de la sélection et les langues anciennes sont devenues après les années 1970 une option dont l’aspect de formation à la culture est apprécié par 20% des familles.

Cependant, le compromis du débat de 1902 (classique contre moderne) n’a pas été tranché simplement parce qu’il ne peut pas l’être : la culture historique véhiculée par l’étude des langues et civilisations de l’Antiquité est indispensable à toute personne qui sort de l’enseignement secondaire en ayant les bases d’une bonne culture. Inversement, ces mêmes personnes doivent disposer d’une formation scientifique de bon niveau. On ne peut pas trancher et il faut conserver les deux formations qui doivent pouvoir être données en même temps. C’est par exemple ce qui se passe au niveau des terminales scientifiques dont les élèves ont plus souvent fait du latin en 5e (même s’ils l’ont abandonné ensuite) que ceux de lettres.

Il n’y a de solution à long terme que si l’enseignement des langues anciennes est pleinement intégré à l’enseignement du français mais aussi à celui de l’histoire et celui des mathématiques. En français parce que le latin y est présent aujourd’hui et que les élèves sont quotidiennement en contact avec lui par les biais des expressions latines du français ; en français toujours parce que la littérature, l’art et le cinéma sont imprégnés d’antiquité ; en histoire parce que l’antiquité y est enseignée et que les faits d’alors y sont encore actuels (comme par exemple la division linguistique entre aire latine et aire grecque) ; en mathématiques parce que l’histoire des mathématiques est intimement liée à l’antiquité et que passer par les précurseurs est non seulement formateur, mais assez facile si on élargit à la science en général (astronomie par exemple).

Nous n’en sommes pas encore là parce que l’héritage de l’opposition moderne contre classique pèse toujours sur nous. Le classique est devenu distinctif et sortir du moderne est dévalorisant. L’excellence n’est que la relecture positive de la distinction alors que ce qu’il faut, c’est l’intégration dans un cursus unifié des éléments utiles de langues anciennes.

Durkheim à la fin de l’Évolution pédagogique en France [1] qui avait fait le bilan de ce conflit entre lettres et sciences concluait :

« En commençant cet ouvrage, mon principal objet était de poser le problème de l’enseignement secondaire dans son unité. Nous pouvons voir aujourd’hui ce qui fait cette unité : c’est l’homme. Tout enseignement est nécessairement anthropocentrique, et c’est ce qu’avaient bien compris les humanistes. Seulement, l’homme n’est qu’une partie de l’Univers et n’en peut être détaché. D’où il suit que l’enseignement humain suppose un enseignement de la nature. Et, comme entre la nature et l’homme il n’y a pas seulement rapports de voisinage, mais une étroite parenté, comme l’homme est dans la nature et en sort, non seulement ces deux enseignements se complètent, mais ils se pénètrent mutuellement, ils agissent et réagissent l’un sur l’autre, il y a entre eux échange réciproque de bons offices, l’étude de la nature trouvant dans l’étude du langage, qui est une chose humaine au premier chef, une propédeutique nécessaire, et l’étude de l’homme trouvant dans celle de la nature des idées directrices et des méthodes dont elle doit s’inspirer. Si donc ces deux sortes de disciplines peuvent être inégalement développées, s’il est possible d’insister suivant les cas tantôt sur l’une et tantôt sur l’autre, si, sous ce rapport, il y a lieu d’introduire dans le système scolaire une certaine diversité, cependant il n’est pas d’enseignement qui puisse se passer ni des unes ni des autres. »

C’est donc vers l’unité de l’enseignement qu’il faut aller, sans mise en avant de l’excellence qui entraine le refus de ceux qui n’y ont pas eu accès. Dans cet esprit une réforme du Capes doit conduire à terme à ce qu’il y ait un enseignement de latin de bon niveau pour tous les futurs professeurs de français  [2] afin que nul ne puisse se sentir exclu par son ignorance de la langue que, sous une forme qui a certes évolué, nous parlons encore comme les autres pays de langue romane .

Nous ne sommes qu’à une étape qui ne peut être que partielle, instable et difficile à admettre du fait de la nécessaire stabilité du corps enseignant. Chaque modification est vécue comme une remise en cause de l’identité professionnelle et est donc difficile à vivre d’autant plus qu’elle n’a pas été discutée, ce qui doit être la pratique démocratique à laquelle on prétend former les élèves. Ce qui fait la force des enseignants de lettres classiques c’est qu’ils ont dû depuis longtemps être innovants puisqu’il leur fallait recruter leur auditoire. Au côté des professeurs formés aux lettres modernes, et c’est là que la difficulté surgit pour des raisons profondes que nous avons vues, ils vont s’inscrire dans un enseignement obligatoire bien qu’à options où ils attireront les élèves intéressés par l’Antiquité : ceux-ci seront nombreux.


Ce texte s’appuie sur de nombreux billets déjà publiés dans le présent carnet de recherche :
Bourdieu critique du latin
La réforme de 1902
L’accent circonflexe
L’histoire de l’enseignement du latin de Pétrarque aux Jésuites
Le 18e siècle et le latin
Le 19e siècle et le latin
Les expressions latines du français
Textes scientifiques latins ou grecs
Histoire culturelle
Devenir scolaire des latinistes

  1. cours de Durkheim qui date de 1905 et qui constitue une référence chez les inspecteurs pédagogiques []
  2. c’est d’ailleurs ce que proposait un interlocuteur du Conseil Supérieur des Programmes, Roger-François Gauthier, à une délégation de la Cnarela, de l’Aplaes, de Sauver les lettres et de Sauvegarde des enseignements littéraires, cf. le compte-rendu []

Latin et étymologie

Une des raisons que l’on donne en faveur de l’apprentissage du latin est l’aide pour la connaissance de la langue française par le biais de l’étymologie : dans le présent billet je vais montrer les limites de cette aide, puis tenter de montrer sur un exemple tiré des expressions latines du français ce qu’il est possible cependant de proposer d’un point de vue pédagogique.

Le sens d’un mot : étymologie transparente ou active ?

Les mots de la langue ont un usage présent mais en même temps ils portent l’empreinte de leur passé qui est repéré par l’étymologie. Ce rapport au passé est bien généalogique, il trace les étapes suivies par le sens d’un mot, mais il ne donne pas le sens actuel du mot. Comme les linguistes l’ont bien montré, le sens d’un mot est donné par la manière dont il s’oppose à d’autres mots, non par son étymologie.

Prenons un exemple : le terme « maintenir » en français moderne évoque l’idée de stabilité d’un dispositif assuré par une intervention extérieure, ce que confirme l’usage actuel de la maintenance (en français ancien, le sens est plus large et comprend aussi l’idée de protection assurée, comme en témoigne la devise célèbre de Guillaume d’Orange « Je maintiendrai »). Continuer la lecture de Latin et étymologie

Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

Heinsz Wismann, philosophe et philologue, directeur d’étude à l’ehess avait été chargé en 2001 par Jack Lang, alors ministre de l’Éducation nationale, de l’organisation d’une Mission ministérielle sur l’avenir des études classiques en France. Un changement de majorité a fait qu’aucun rapport officiel n’en est sorti. Cependant, Heinz Wismann et un de ses collègues de l’ehess, Pierre Judet de La Combe ont tiré de leurs travaux un livre L’avenir des langues, qui tient lieu de rapport[1].

Le sous-titre de l’ouvrage, Repenser les Humanités, rappelle l’origine du livre qui devait permettre d’éclairer la politique du Ministère : son but est de définir un projet d’éducation. À cette fin, les auteurs se posent deux questions : que doit être la tâche éducative et quelle place les langues anciennes peuvent-elle y trouver ?

Sur le premier point la thèse centrale des auteurs est que 1) le but de toute formation scolaire est de rendre capable d’interpréter une situation, qui peut se décrypter comme un texte ; 2) que l’étude des langues permet cet apprentissage ; 3) que l’autonomie de pensée est le but de toute formation.

1) il est assez évident que la formation qu’envisagent les auteurs doit permettre de s’approprier l’héritage culturel qui a porté notre civilisation, ce qui va de soi quand on réfléchit sur l’avenir des études classiques. Mais leur thèse est plus forte : ceux qui sortent du système éducatif doivent y avoir acquis quelque chose de bien plus important que des savoirs professionnels : la possibilité d’interpréter les situations.

Continuer la lecture de Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

La question du latin

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 et, pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle[1].

Elle se pose cependant : un enseignement de latin est toujours donné et on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui puisque près d’un quart de la classe d’âge fait du latin la première année où cette option est proposée.

figure1-oct094Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 et la stabilisation actuelle (Source Ministère de l’Éducation nationale : ensemble public et privé).

Continuer la lecture de La question du latin

Le livre de Raoul Frary de 1885

Le livre de Raoul Frary, La question du latin, paru en 1885[1] a été l’occasion de discussion nombreuses : si Maupassant lui donne le titre d’une de ses nouvelles, ce même titre se retrouve dans de nombreuses autres contributions. Clément Falcucci, dans sa thèse de 1939 en donne de nombreux exemples[2] : sous le même titre il cite des articles de F.Brunetière dans la Revue des Deux Mondes, de F. Dreyfus-Brisac dans la Revue Internationale et il cite, concernant le débat, 13 articles ou livres espacés de 1886 à 1904.

Dans une nouvelle de 1886 ayant pour titre La question du latin, Guy de Maupassant raconte une histoire de sa jeunesse où il est question d’un répétiteur de latin qui est poussé par plaisanterie à épouser une ouvrière : ils achètent une épicerie plus rentable finalement que les cours de latin. Le titre est lié à l’actualité car la nouvelle commence ainsi : « Cette question du latin, dont on nous abrutit depuis quelques temps, me rappelle une histoire, une histoire de ma jeunesse ».[3].

Ce qui frappe dans le livre de Frary, et les contemporains y ont été sensibles, c’est sa radicalité : pour la première fois, un auteur prend en compte systématiquement tous les arguments en faveur du latin et montre leur inanité. Il s’attaque en effet aux quatre arguments qui étaient avancés pour le maintien du latin (et qui le sont toujours, ce qui montre bien qu’ils avaient acquis leur forme canonique dès cette époque). Ces quatre arguments sont résumés par lui de la façon suivante :
« Que l’étude d’une langue ancienne est une excellente gymnastique pour l’esprit des enfants ;
« Que la connaissance du latin est indispensable à qui veut bien savoir le français ;
« Que la fréquentation des grands hommes et des grands écrivains de l’Antiquité forme l’esprit et le cœur ;
« Que la civilisation moderne étant fille de la civilisation gréco-romaine, la meilleure culture qu’on puisse donner aux générations nouvelles est celle que nous empruntons à nos maitres. » (Frary, p. 112)

Continuer la lecture de Le livre de Raoul Frary de 1885