Archives par mot-clé : gymnastique de l’esprit

Aux origines de la « gymnastique de l’esprit »

Le latin comme gymnastique de l’esprit est né au 19e siècle et c’est à cette époque que s’est forgé non seulement le terme mais l’argumentaire qui est encore utilisé aujourd’hui : utilité du latin pour mieux comprendre le français, gymnastique de l’esprit liée à l’opération de traduction, découverte culturelle du monde antique. En effet l’argumentaire ancien insistant sur l’universalité du latin avait été remis en cause par la prise de conscience de l’universalité du français. Quant à la valeur morale de son enseignement elle avait été dévalorisée par les excès de la Révolution qui s’était faite précisément en utilisant la vertu antique. Cependant, du fait de la stabilité des institutions d’enseignement qui transmettent les programmes et les pratiques, il a fallu trouver de nouvelles motivations et Mgr Dupanloup [1] va en être le théoricien.

Mgr Dupanloup est dépendant de la pensée traditionaliste en ce qui concerne le latin. De Louis de Bonald il retiendra que :

Continuer la lecture de Aux origines de la « gymnastique de l’esprit »

L’enseignement du latin en Allemagne

Pour comprendre la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, il faut avoir une idée du système éducatif dans son ensemble[1]. Si les différents lander ont la responsabilité de l’enseignement, on peut cependant donner un tableau global qui corresponde bien à la réalité.

L’enseignement obligatoire va de 6 à 16 ans : l’enseignement primaire s’il commence à 6 ans comme en France ne dure que 4 ans. Le graphique ci-dessous essaie d’une manière simplifiée de montrer les différents flux dans les écoles secondaires qui ne sont pas unifiées, sauf quelques-unes qui ne concernent que 10% des effectifs : Gesamtschule, collèges intégrés, où il y a la possibilité de faire tous les cursus.

A la fin du primaire (les niveaux de classes sont numérotés en Allemagne à partir de l’équivalent du CP, noté niveau 1), l’orientation se fait en tenant compte à la fois des désirs des familles et des résultats scolaires. Trois voies sont possibles qui correspondent à peu près à ce que fut l’enseignement secondaire français avant l’unification du collège par la réforme Haby en 1975 où quelques années auparavant existaient deux types d’enseignement que l’on va retrouver dans le système allemand.

Continuer la lecture de L’enseignement du latin en Allemagne

Latin et politique. Troisième partie : l’impact de la Révolution

Dans les précédents billets, j’ai montré que l’enseignement du latin avait partie liée avec la question politique, d’abord à l’époque des humanistes car ce qui avait été redécouvert chez Cicéron, c’est l’homme politique qui influençait le cours des évènements politiques par l’efficacité de sa parole. C’est cette parole politique que Pétrarque et les humanistes avait restaurée : malheureusement, les guerres de religion ont cassé cette démarche d’appropriation de leur destin par les citoyens. Hobbes ne s’y est pas trompé qui dans le Léviathan (1651), cet ouvrage qui théorise l’absolutisme royal en politique pour éviter que les citoyens s’entretuent pour des motifs religieux, explique comment l’étude du latin a été la cause de nombreux morts.

« En lisant ces auteurs grecs et latins depuis l’enfance, on a pris l’habitude (ayant une vue faussée de ce qu’est la liberté) de favoriser les révoltes et les critiques licencieuses des actions des souverains, et à nouveau de critiquer ces critiques, provoquant ainsi une telle effusion de sang que, en vérité, je pense pouvoir dire que rien n’a jamais été si chèrement acquis dans le monde occidental que l’apprentissage du grec et du latin. »[1].

Continuer la lecture de Latin et politique. Troisième partie : l’impact de la Révolution

Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

Heinsz Wismann, philosophe et philologue, directeur d’étude à l’ehess avait été chargé en 2001 par Jack Lang, alors ministre de l’Éducation nationale, de l’organisation d’une Mission ministérielle sur l’avenir des études classiques en France. Un changement de majorité a fait qu’aucun rapport officiel n’en est sorti. Cependant, Heinz Wismann et un de ses collègues de l’ehess, Pierre Judet de La Combe ont tiré de leurs travaux un livre L’avenir des langues, qui tient lieu de rapport[1].

Le sous-titre de l’ouvrage, Repenser les Humanités, rappelle l’origine du livre qui devait permettre d’éclairer la politique du Ministère : son but est de définir un projet d’éducation. À cette fin, les auteurs se posent deux questions : que doit être la tâche éducative et quelle place les langues anciennes peuvent-elle y trouver ?

Sur le premier point la thèse centrale des auteurs est que 1) le but de toute formation scolaire est de rendre capable d’interpréter une situation, qui peut se décrypter comme un texte ; 2) que l’étude des langues permet cet apprentissage ; 3) que l’autonomie de pensée est le but de toute formation.

1) il est assez évident que la formation qu’envisagent les auteurs doit permettre de s’approprier l’héritage culturel qui a porté notre civilisation, ce qui va de soi quand on réfléchit sur l’avenir des études classiques. Mais leur thèse est plus forte : ceux qui sortent du système éducatif doivent y avoir acquis quelque chose de bien plus important que des savoirs professionnels : la possibilité d’interpréter les situations.

Continuer la lecture de Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

La question du latin

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 et, pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle[1].

Elle se pose cependant : un enseignement de latin est toujours donné et on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui puisque près d’un quart de la classe d’âge fait du latin la première année où cette option est proposée.

figure1-oct094Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 et la stabilisation actuelle (Source Ministère de l’Éducation nationale : ensemble public et privé).

Continuer la lecture de La question du latin