Archives par mot-clé : indentation

Locke et la question du latin

Si Thomas Hobbes (1588-1679) a vu venir la guerre civile en Angleterre et s’est exilé parce que le camp républicain l’emportait, John Locke (1632-1704) l’a vue se déclencher quand il avait 10 ans alors que son père appartenait à l’armée républicaine. Ces deux penseurs de la vie politique ont eu à la suite de ces évènements une grande importance sur la réflexion théorique.

Locke a également écrit en latin et nous étudierons bientôt un de ses textes mais il a aussi réfléchi sur la question du latin dans un texte célèbre « Quelques pensées sur l’éducation » [1] où il rassemble et publie en 1693 des lettres écrites pour un correspondant qui lui demandait des conseils à ce sujet. En voici les principaux passages :

Continuer la lecture de Locke et la question du latin

Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue

 Voici en lecture interlinéaire indentée l’ensemble de la première églogue des Bucoliques (le texte latin étant celui de la Loeb Classical Library). Rappelons que le but de la présentation indentée n’est pas de donner une traduction d’un texte mais de permettre la compréhension de la structure de la phrase en respectant l’ordre des mots. Pour mettre en rapport la phrase latine et sa traduction, les mots latins doivent être lus de haut en bas puis de même pour chacun des reports à droite successifs, que l’on lit également de haut en bas. L’alternance des vers est rendue par la couleur, rouge pour les vers impairs, bleue pour les pairs.

Quand la traduction suit d’assez près la structure de phrase latine, il n’y a pas d’indentation comme dans l’ordre donné par « ce jeune homme » objet d’un culte de reconnaissance (évocation du patrimoine spolié et rendu à Virgile par Octave) :

« pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros ».
faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux

Souvent la phrase est à l’unisson du vers comme dans les deux derniers vers de la finale :

et iam
_____summa
procul
_____villarum culmina fumant
et déjà au loin les plus hauts des fermes fument

__________maioresque
_____cadunt
_______________altis
__________de
_______________montibus
umbrae
et les ombres tombent plus grandes des montagnes élevées

 Mais dans certains cas la phrase peut s’articuler sur trois vers comme ici, avec six niveaux d’indentation :

hinc
_______________tibi,
_____quae semper, vicino ab limite
saepes
__________Hyblaeis apibus
_____florem depasta salicti
_______________saepe
_________________________levi
____________________somnum
_______________suadebit inire
_________________________susurro ;
de ce côté la haie dont toujours, à la lisière proche, la fleur du saule est broutée par des abeilles de l’Hybla, te conseillera souvent d’entrer en sommeil par un léger murmure.

D’une manière pratique, cette façon de faire suppose l’utilisation d’un traitement de texte : il faut trouver un équilibre entre une fragmentation du texte qui en montre la structure et une bonne lisibilité qui exige de ne pas multiplier les niveaux de lecture (qui doivent être séparés par cinq blancs soulignés). Un problème de présentation sur lequel j’hésite est de savoir s’il faut mettre la traduction à l’aplomb de chaque indentation ou à la fin de la phrase. Pour les vers, j’ai pris la solution de mettre le texte français à la fin, pour la prose, il m’est arrivé de prendre l’option inverse.

Continuer la lecture de Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue

Du mot-à-mot à l’indentation

On trouvera sur le site des Lettres classiques de l’académie de Caen, un recensement dû à Sébastien Fonlupt, des différentes aides qui peuvent être fournies pour aider à lire un texte latin au collège [1] et il y évoque la possibilité de la traduction juxtalinéaire qui consiste à mettre en regard d’un texte latin sa traduction, y compris en modifiant l’ordre des mots et en traduisant mot-à-mot.

Le « mot-à-mot » est aujourd’hui invalidé au point de vue pédagogique mais il y a eu au 19e siècle de nombreuses éditions scolaires qui le pratiquait [2]

Continuer la lecture de Du mot-à-mot à l’indentation

La Vie de Charlemagne d’Eginhard

Comme nous l’avons vu dans le billet consacré à l’enseignement du latin en Allemagne, deux textes médiévaux sont cités comme étant étudiés au gymnasium, dont l’un a déjà été étudié sur ce carnet, la Légende dorée de Jacques de Voragine (à propos de Saint-Christophe) et dont l’autre, la Vie de Charlemagne d’Eginhard, est maintenant examiné[1].

Eginhard, comme il le dit dès le début de son texte, fait partie des « nourris » de Charlemagne dont « un usage immémorial voulait que le souverain accueillit auprès de lui et fit «  nourrir » à ses frais, comme on disait, des jeunes gens de bonne famille ou qui s’étaient distingués dans leurs études. Ces « nourris », qui arrivaient à la cour au sortir de l’école, c’est-à-dire en général vers douze ou treize ans, se formaient sous les yeux du roi à la carrière des armes et à la vie politique, constituant une pépinière où se recrutaient ensuite les hauts fonctionnaires de l’administration » (Halphen : 3)

Il fait partie des lettrés qui entourent l’empereur comme Alcuin mais il ne jouera un rôle important qu’avec le fils de Charlemagne, Louis le Pieux avec qui il avait été élevé (« nourri »). Il devient son secrétaire particulier et joue un rôle politique jusqu’au moment où, le conflit apparaissant entre l’empereur et ses fils, il se retire et écrit cette vie de Charlemagne. C’est donc un témoin direct qui parle mais le genre littéraire qu’il adopte, les Vies des douze Césars de Suétone fait que les conventions littéraires issues de cet ouvrage sont nombreuses. Il utilise ses propres souvenirs et les Annales royales officielles mais pour Halphen, « sa Vie de Charlemagne apparait souvent plus comme la treizième « vie des Césars » que comme une œuvre originale » (Halphen : XI).

Ce style inspiré de Suétone fait que l’ouvrage appartient à la prose d’apparat, avec ses phrases longues dotées de subordonnées à plusieurs niveaux. En voici le début du prologue :

Continuer la lecture de La Vie de Charlemagne d’Eginhard