Archives par mot-clé : latin du français

Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Nous avions conclu dans le précédent billet que l’enseignement de la langue latine restait un objectif permanent, du 18e siècle à aujourd’hui. Le propos doit être nuancé car la comparaison des programmes de 1996 avec ceux de 2009 nous conduit à noter une évolution entre les perspectives des deux programmes et c’est ce que nous allons étudier ici.

De Rollin à aujourd’hui

Même quand la Révolution a rendu obsolète l’objectif de formation morale lié à la lecture des anciens, l’acquisition du latin est restée un objectif pédagogique du 19e siècle du fait de la nécessaire stabilité éducative de tout enseignement. Enseigner le latin était la fonction du système scolaire avant la Révolution, cet enseignement reste important après, les sciences faisant leur apparition. Ce qui change ce sont les motivations avec l’apparition des aspects utilitaires : étymologie et gymnastique de l’esprit.

Au début du 20e siècle, avec l’apparition de l’enseignement moderne un équilibre est trouvé : l’enseignement du latin est lié à un désir de haute culture qui semble nécessaire à un milieu social lui-même élevé. Cependant, l’unification du système scolaire dans les années 60 conduit à repousser l’apprentissage du latin en 4e.

Continuer la lecture de Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Latin et étymologie

Une des raisons que l’on donne en faveur de l’apprentissage du latin est l’aide pour la connaissance de la langue française par le biais de l’étymologie : dans le présent billet je vais montrer les limites de cette aide, puis tenter de montrer sur un exemple tiré des expressions latines du français ce qu’il est possible cependant de proposer d’un point de vue pédagogique.

Le sens d’un mot : étymologie transparente ou active ?

Les mots de la langue ont un usage présent mais en même temps ils portent l’empreinte de leur passé qui est repéré par l’étymologie. Ce rapport au passé est bien généalogique, il trace les étapes suivies par le sens d’un mot, mais il ne donne pas le sens actuel du mot. Comme les linguistes l’ont bien montré, le sens d’un mot est donné par la manière dont il s’oppose à d’autres mots, non par son étymologie.

Prenons un exemple : le terme « maintenir » en français moderne évoque l’idée de stabilité d’un dispositif assuré par une intervention extérieure, ce que confirme l’usage actuel de la maintenance (en français ancien, le sens est plus large et comprend aussi l’idée de protection assurée, comme en témoigne la devise célèbre de Guillaume d’Orange « Je maintiendrai »). Continuer la lecture de Latin et étymologie

Débat sur les finalités du latin au collège

Pour renouveler l’enseignement du latin, de petits groupes d’enseignants de langues anciennes se sont regroupés dans une association nationale, la Cnarela et se sont constitués en groupe de pression pour faire évoluer les objectifs de l’enseignement mais aussi pour en débattre comme on le verra plus loin à propos d’une rencontre déjà ancienne à Angers.

Cnarela : Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes. Les associations régionales regroupent près de la moitié des enseignants de langues anciennes, ce qui rend leur coordination très représentative et reconnue comme telle par le Ministère qui en fait un interlocuteur privilégié. Ces associations produisent des bulletins qui associent des réflexions et des conseils sur les problèmes réglementaires (actualité des circulaires, des normes administratives) et sur l’action à mener pour défendre les classes de langues anciennes ; des citations de textes parus ailleurs (prises de positions et témoignages) et une partie pédagogique : étude de textes, dossiers, etc., qui sont disponibles pour tous les enseignants.

Continuer la lecture de Débat sur les finalités du latin au collège

Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Continuer la lecture de Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !