Archives par mot-clé : Molière

De brancha in brancham degringolat, et faciens pouf : le latin macaronique

Au 15e siècle existe un latin de cuisine, ou latinus grossus langue d’échange mêlant le latin de l’élite et la langue vulgaire (italien, provençal, français) qui permet les interactions entre des personnes plus ou moins instruites et d’autres de niveau culturel inférieur. Cette situation se rencontre dans la bureaucratie citadine, dans l’espace juridique, dans le travail universitaire. [1]

En 1534 Rabelais (Gargantua, chap. 19) nous propose un exemple de ce latin de cuisine sous la forme d’une argumentation destinée à récupérer les cloches de Paris volées par Gargantua :

De parte Dei, date nobis clochas nostras (…)
De part Dieu, donnez-nous nos cloches
Ergo sic argumentor :
Voilà ma thèse
Omnis clocha clochabilis, in clocherio clochando,
Toute cloche apte à clocher, clochant dans une clocher
clochans clochativo clochare facit
en clochant, fait clocher par sa vertu clochative
clochabiliter clochantes.
celles qui clochent clochablement
Parisius habet clochas.
A Paris, il y a des cloches
Ergo gluc.
Par conséquent, CQFD [2]

Si le latin macaronique est né dans le milieu humaniste confronté à l’usage de ce latin de cuisine, il a une toute autre portée : il s’agit pour des humanistes de jouer sur la transgression et l’humour en incorporant à une forme poétique latine régulière tant des expressions issues du langage vulgaire que des situations bouffonnes ou même triviales.

Le premier ouvrage reconnu de ce style s’appelle précisément Macaronea, (Tifi Odasi, Padoue, 1450-1492)

Est unus in Padua notus speciale cusinus
Il y a Padoue un épicier cuisinier renommé
in macaronea princeps bonus atque magister :
prince excellent et maitre en macaronis (45-46) [3]

Le macaroni est trivial, c’est la nourriture fruste des paysans : traiter quelqu’un de macarone est l’équivalent en français de le traiter de nouille mais cette Macaronea est en forme d’hexamètre. Le nom est resté pour désigner le genre.

En langue française, dans le courant du 16e siècle, un ami de Ronsard, Rémi Belleau, utilise le genre macaronique pour dénoncer les ravages des reitres huguenots de l’armée de Condé en 1562. L’utilisation du mélange des langues lui permet de décrire l’horreur, par la distance d’une langue artificielle sans âme qui met l’émotion à distance.

Numquam visa fuit canailla brigandior illa,
On ne vit jamais une canaille plus pillarde que celle-là :
Egorgant homines, spoliant, forçantque puellas
Ils égorgent les hommes, pillent, violent les jeunes filles.
Nil nisi forestas (domicilia tuta brigantum)
Que les forêts (domiciles sûrs pour les brigands)
Cherchant luce, tenant grandes sed nocte caminos.
Ils ne recherchent le jour, mais la nuit ils tiennent les grands chemins
Blasphemare deum primis didicere parollis,
Ils ont appris à blasphémer Dieu dès leurs premières paroles
Arrestant homines, massacrant, inque rivieras
Ils ligotent les hommes, les massacrent et dans les rivières
Nudos dejicient mortos, pascuntque grenouillas
Jette