Archives par mot-clé : Panel 95

Simulations du latin comme « option obligatoire »

Nous avons vu dans le précédent billet consacré à la situation de l’enseignement du latin en Allemagne, que le latin faisait partie au gymnasium des options obligatoires, ce qui signifie que le latin est à égalité avec les langues vivantes dans l’ensemble des choix possibles, dont il faut en prendre un obligatoirement.

Je voudrais dans le présent billet tester cette hypothèse dans le cas français en utilisant les sources statistiques actuellement disponibles concernant le latin et les langues vivantes afin d’envisager la possibilité d’une telle manière de faire en France.

Pourquoi mettre le latin dans les options obligatoires ?

Les défauts de la situation actuelle de l’enseignement du latin en France sont les suivants :
– si le latin est encore assez largement choisi au collège, il devient très minoritaire au lycée, même en section littéraire, (cf. sur ce site les graphiques d’évolution),
– au collège, le choix initial du latin est souvent remis en cause (et un quart des entrants en 5e arrivent à abandonner l’option avant la fin du collège) du fait qu’il s’agit d’une option facultative (cf. le débat d’Okapi pour les remises en cause, et l’étude du panel 95 pour les abandons au collège).

Ces problèmes ne se poseraient plus si le latin était une « option obligatoire de deuxième langue » : après une initiation facultative ouverte à tous pour une durée d’un an en 5e, le latin pourrait être en connaissance de cause choisi comme deuxième langue et cette option aurait alors des chances, comme toutes les options de deuxième langue, d’être poursuivie au lycée.

Rappelons d’abord la situation actuelle en matière d’options obligatoires et facultatives, puis nous ferons un tableau détaillé des options de langues vivantes et enfin nous tenterons des simulations où l’on inscrirait le latin dans les options obligatoires à divers niveaux du cursus du second degré.

Continuer la lecture de Simulations du latin comme « option obligatoire »

Les Humanités aujourd’hui. Que faire ?

L’Association des Professeurs de Lettres (APL) vient de publier les actes d’une journée d’études récentes sous le titre Enseigner les Humanités [1].

Le but des organisateurs de la journée, qui comportait douze intervenants, était de savoir ce que veut dire aujourd’hui le mot Humanités, étant entendu que le thème est dans l’air du temps puisque même les documents officiels et le ministre de l’Éducation nationale l’emploient (p.17). Si les Humanités, c’est ce qui permet la formation de l’homme et du citoyen, faut-il élargir les contours de la notion et y inclure des connaissances de science humaines ou bien faut-il s’en tenir à des contenus, des méthodes d’appropriation du patrimoine culturel de l’humanité ? Pour répondre à ces questions, l’APL a voulu partager sa journée en une partie intitulée « panorama historique » qui a permis de voir en quoi l’enseignement des Humanités a consisté, des collèges de l’Ancien Régime jusqu’aux années 1970, puis d’examiner dans « actualité et perspectives » des témoignages de terrain et des prises de positions de responsables.

Continuer la lecture de Les Humanités aujourd’hui. Que faire ?

La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Cette communication a été faite dans le cadre des Assises des lettres à Toulouse, du 27 au 29 mai 2010. Les humanités pour quoi faire ? Enjeux et propositions. Cf. le programme complet. Elle reprend un grand nombre de thèmes déjà exposés dans le présent carnet de recherche et pour lesquels des liens ont été indiqués.

Table ronde Langues anciennes animée par Jean-Claude Carrière

Philippe Cibois
Université de Versailles – St-Quentin en Yvelines

Ce que je vais vous présenter est un travail de sociologue qui dispose de ses outils : statistiques, enquêtes, analyse de contenu, mais c’est aussi une réflexion de citoyen engagé.

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet, a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 : pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle.

Elle se pose cependant : à la rentrée 2008, 174.000 élèves faisaient du latin en 5e alors qu’en 1920 ils n’étaient que 10.000. On peut donc dire que depuis les gallo-romains, on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui. Alors que le sentiment d’une perte de vitesse du latin s’est instauré, d’où vient ce paradoxe ?

Continuer la lecture de La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Origine et devenir scolaire des latinistes

Les latinistes sont nombreux en 5e, environ un quart des effectifs mais on sait que beaucoup abandonnent en entrant au lycée. Pour savoir ce qu’ils deviennent (et aussi quelles sont les caractéristiques de ceux qui choisissent le latin) nous allons utiliser l’enquête par panel du ministère de l’Éducation nationale qui à partir de 1995 a permis de suivre un échantillon important d’élèves de la 6e à la terminale (Panel 95). Cette procédure du Panel 95 consiste à choisir tous les élèves nés un certain jour de l’année et à les suivre d’établissements en établissements, qu’ils soient dans le public ou dans le privé, qu’ils redoublent ou non, jusqu’à leur sortie du système scolaire secondaire. En plus de la « carrière » de l’élève, on dispose de renseignements le concernant ainsi que sa famille.

Si l’on considère que l’on a 1000 latinistes en 5e (ils sont 27,7% des effectifs du Panel), on voit qu’il n’en reste plus que 63 en terminale (dont 40 en terminale S, 18 en Lettres et 5 en ES). Si les trois quarts des latinistes de 5e sont encore présents en 3e, le passage au lycée entraine une chute importante des effectifs, chute croissante au fil des trois années.

Evolution des latinistes, base 1000 en 5e

5e

4e

3e

2de

1re

Term

1000

853

740

157

92

63

Continuer la lecture de Origine et devenir scolaire des latinistes