Archives par mot-clé : Pétrarque

Cinq années de La question du latin

Après cinq années de billets sur La question du latin, faire le point est nécessaire pour que les lecteurs actuels puissent voir l’interaction qui s’est établie entre ce carnet et des enseignants de latin.

En octobre 2009 la décision de faire un blog plutôt que de tenter une édition papier des recherches que j’avais faites antérieurement m’a permis de toucher le milieu des enseignants de latin et en particulier l’inspection générale des lettres qui préparait alors un rapport sur l’enseignement du latin et du grec qui devait être rendu public en 2012 [1]. Ce rapport a repris plusieurs points que j’avais proposés :
– commencer l’apprentissage du latin en utilisant « le latin du français », c’est-à-dire toutes ces expressions latines comme curriculum vitae, ex aequo ou et cetera qui sont connues des locuteurs français et qui peuvent servir à découvrir le système casuel du latin,
– élargir le corpus des textes étudiés : les textes latins produits à la Renaissance ou même postérieurs devant élargir l’éventail des possibilités d’études.

J’ai été amené à faire des interventions auprès d’enseignants de lettres classiques[2] ; d’en rencontrer lors d’une formation académique ou de travailler avec le collectif d’enseignants Arrête ton char ! qui à travers son site, apporte des instruments de travail, des informations et des réflexions [3] et fait ainsi un travail complémentaire de celui des associations professionnelles.

L’augmentation annuelle des visites sur le site a été régulière depuis sa création :

Stat20092014

Les billets qui ont été les plus suivis sont (en ordre décroissant) les suivants :
– Capes de lettres : signification d’une évolution (10 mai 2013)
– 1979-2014 : histoire d’un échec de l’apprentissage de la langue latine (2 mars 2014)
– Le salut de la filière L est-il dans les maths ? Deux réponses (9 septembre 2012)
– Refonder l’enseignement du latin et du grec (1) (5 février 2012)
– Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec (17 juin 2012).

Viennent ensuite les billets consacrés à des textes :
–  techniques (les notes tyroniennes, le comput digital, le mécanisme d’Anticythère, Vitruve et la pompe à incendie, Frontin et les aqueducs, la réforme du calendrier)
– d’évolution des langues (lingua franca, le latin macaronique, latin et anglais scientifique)
– d’histoire de l’art (L’homme de Vitruve, Rembrandt, Cranach)
– d’histoire de la pédagogie du latin (prononciation, critique du latin à différentes époques)
– de présentation de la situation dans différents pays (USA, Italie, Allemagne)

Sont moins suivis les billets consacrés à des textes néo-latins (Spinoza par exemple) ou ceux consacrés à l’enseignement laïque des religions (Textes sur Noël) [4].

Deux billets cependant ont été très lus mais représentent des cas particuliers :
– le billet sur l’origine du faux texte Lorem ipsum, qui sert à mettre en relief une mise en page en se voulant incompréhensible. Il a été le plus suivi de tout le carnet : ceci s’explique par le fait que beaucoup d’internautes sont passionnés par cette question qui a été bien documentée ici.
– le billet consacré au débat sur l’enseignement du latin lancé par la revue Okapi (destinée aux adolescents), bien que datant de décembre 2009, continue de recevoir des commentaires. En général il s’agit d’élèves qui déconseillent avec véhémence de faire du latin : ils se plaignent de devoir subir un enseignant qu’ils jugent insupportable, souvent après avoir été recrutés par un enseignant de 5e qui leur plaisait beaucoup. On y voit que la routine de l’apprentissage par cœur n’est pas morte.

Quel est le constat partagé ?

Avec les collègues que j’ai rencontrés, il y a le constat partagé que l’enseignement du latin est en crise pour diverses raisons :
– au collège, les parents « utilitaristes » qui cherchent des « bonnes classes » pour leurs enfants utilisent maintenant les classes bilangues ou les sections européennes. Cependant les parents cultivés croient toujours à l’importance d’une connaissance des langues anciennes et statistiquement la demande des familles reste constante en ce qui concerne les dernières années ;
– l’apprentissage des principes du système casuel est difficile, soit que l’apprentissage préalable de la grammaire ne soit pas acquis, soit que cet apprentissage soit très difficile avant l’adolescence comme le pensent des pédagogues et des psychologues. Il en résulte que même débuter par les expressions latines du français est difficile car les fonctions grammaticales ne sont pas connues en profondeur. Il faut donc passer par un apprentissage de la langue qui ne suppose pas ces fonctions déjà acquises : la méthode qui sert d’exemple en ce sens est la méthode Ørberg. La méthode d’apprentissage du Cambridge Latin Course est dans le même registre ;
– le corps des enseignants de lettres classiques ne se renouvelle pas comme il le faudrait : il y a déficit de candidats pour le Capes ce qui fait que tous les postes ne sont pas pourvus. De ce fait des enseignements sont assurés par des professeurs de lettres modernes qui ont des connaissances en latin.

Une conséquence positive de cet état de fait est la liberté dont jouissent les enseignants de latin par rapport aux programmes : s’ils sont dynamiques, ils arrivent à recruter un nombre suffisant d’élèves par leurs démarches de présentation du latin auprès des élèves et des parent. Ils n’hésitent pas alors à prendre des libertés par rapport aux programmes et à proposer les activités qui leurs semblent les plus adaptées à leur public.

Perspectives d’avenir pour ce carnet

J’envisage d’approfondir la réflexion sur les difficultés précédentes en travaillant deux questions :
– la question de l’apprentissage lui-même : la méthode Ørberg a le défaut de présenter une famille romaine dont les péripéties ne sont pas toujours de nature à passionner les adolescents. Il faudrait rapidement pouvoir proposer des textes à la fois très faciles pour permettre une familiarisation progressive des structures de la langue, et en même temps qui puissent susciter l’intérêt ;
– la question de l’organisation de l’enseignement et de la formation des enseignants : la crise actuelle de l’enseignement supérieur risque de limiter les formations à l’option de lettres classiques. Il faut donc prévoir le long terme et renforcer l’attrait de l’option latin de lettres modernes.

Ceci suppose, mais c’est évidemment une hypothèse à creuser, une intégration dans le long terme de l’enseignement du latin dans celui du français. Cet enseignement du latin ne viserait plus la culture antique, qui est du ressort de l’histoire, mais la langue latine dans ses rapports avec le français ainsi que la littérature  latine dans ses rapports avec la culture littéraire.

Avoir cette attitude est fondamentalement revenir à la perspective des Humanistes de la Renaissance qui redécouvraient la rhétorique de Cicéron non pas pour y découvrir des « fleurs de rhétorique » mais pour y retrouver un homme politique capable d’exposer une situation politique à ses concitoyens.  Comme le dit Pétrarque [5], il y a des gens qui discutent sur des choses sans intérêt comme de savoir

quot leo pilos in vertice
combien de crins a le lion sur sa tête
(…)
et
et
_____naturam hominum, ad quod nati sumus,
_____la nature humaine pour laquelle nous sommes nés,
_____unde et quo pergimus,
_____d’où [nous venons] et vers quoi nous allons
vel nescire vel spernere
soit ils ignorent soit ils méprisent

Comme je l’ai dit dans mon précédent billet sur les sujets du bac de français, j’ai vraiment l’impression que la finalité de l’enseignement du français s’apparente plus aux savoirs inutiles qu’à la découverte de la nature humaine.

Revenir à la formation humaniste de la Renaissance, cela veut dire très concrètement pour l’enseignement du français refuser de trancher entre littérature et société et ceci doit être envisagé dès à présent, quelle que soit la situation du latin. Que fait donc la littérature aujourd’hui si ce n’est nous conduire par le biais de la fiction littéraire à modifier la vision que nous avons de nous-même et de la société ? Pour que les élèves accèdent à cette littérature présente, il faut qu’ils aient acquis ce qui est implicite chez l’auteur actuel, c’est-à-dire tout le passé de la littérature dans sa relation avec la société où elle a été produite. Le latin a une double place dans ce processus : il a été à l’origine de la langue française ; il a forgé par sa littérature la culture française jusqu’au 18e siècle. Pour ces deux raisons il a sa place à terme dans l’enseignement donné par tous les enseignants de français.

Le prochain billet sera mis en ligne le 21 septembre

  1. « Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec », billet du 17 juin 2012. []
  2. « La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010 », billet du 30 mai 2010 ; « Refonder l’enseignement du latin : Plan National de Formation, 11 octobre 2013 », billet du 13 octobre 2013. []
  3. Ainsi que des informations statistiques dans mon cas : « Depuis quand le nombre de lauréats des concours du Capes et de l’agrégation de Lettres classiques ne compense plus le nombre de départs en retraite ? », publié le 29 décembre 2013 sur le site du collectif « Arrête ton char ! » []
  4. Je viens de créer un autre carnet de recherche consacré à une réflexion sur le christianisme dans une optique toujours « dans les limites de la raison » mais à l’intérieur de la tradition chrétienne. Il s’intitule « Catho de gauche » en référence à une situation historique qui a été la mienne à une époque : on pourra y retrouver sous une forme revue et complétée certains billets du présent carnet de recherche []
  5. Pétrarque, Mon ignorance et celle de tant d’autres, Jérôme Millon, 2000, p. 66-69 []

Le dernier tribun de Rome : Cola di Rienzo (1313-1354)

ColaDiRienzoAu pied du Capitole à Rome, on peut voir la statue de Cola di Rienzo : il est peu connu en France mais jouit encore en Italie d’une grande renommée pour des raisons historiques mais aussi pour des raisons littéraires. En effet son aventure a été racontée d’une manière tragique dans un texte nommé Cronica : cette chronique en dialecte romain du 14e siècle a été écrite par un auteur inconnu jusqu’à il y a peu [1] appelé de ce fait  l‘Anonimo romano. [2]

Son père est tavernier mais son éducation fut soignée :

Fu da soa ioventutine nutricato de latte de eloquenzia,
Il fut depuis son enfance nourri au lait de l’éloquence
buono gramatico, megliore rettorico, autorista buono.
bon en grammaire, meilleur en rhétorique, bon écrivain
Deh, como e quanto era veloce leitore !
Ah, comme il était un lecteur rapide !
Moito usava Tito Livio, Seneca e Tulio e Valerio Massimo.
Il utilisait souvent Tite-Live, Sénèque, Cicéron et Valère Maxime
Moito li delettava le magnificenzi de Iulio Cesari raccontare.
Souvent il aimait à raconter les hauts faits de Jules César.
(p.104)

Cette éducation classique lui fait remettre en cause la situation présente :

Deh, como spesso diceva :
Ah, comme il disait souvent :
« Dove soco questi buoni Romani ?
« Où sont ces bons Romains ?
Dove ène loro summa iustizia ?
Où se trouve leur haute justice ?
Poterame trovare in tiempo che questi fussiono ! »
Je voudrais me trouver à l’époque où ils étaient ! » (p.105) [3].

L'autreRome

Bien des historiens récents ont eu la même attitude que Cola et ont eu une image très dégradée de la Rome médiévale : c’est en tout cas ce que nous dit Jean-Claude Maire Vigueur qui lui, s’est lancé dans l’histoire des Romains à l’époque communale. Son livre, L’autre Rome nous aidera à éclairer l’histoire de Cola de Rienzo [4].

L’autre Rome

L’autre Rome, celle qui n’est pas antique mais celle que le Pape vient de quitter pour aller à Avignon (1309) est un pâle fantôme de la ville de l’antiquité. Dans l’enceinte des murs, la superficie est constituée aux trois quarts de jardins et de vergers : la seule partie dense en habitations se trouve dans la boucle du Tibre. À l’époque de Cola au 14e siècle, il ne reste plus que 20 000 ou 30 000 habitants alors que la cité classique en avait plus d’un million.

Si on y compte de deux à trois cents tours fortifiées qui sont au centre d’habitations propriétés de familles nobles, celles-ci sont maintenant dominées par un petit nombre de familles, les barons, qui seuls conservent le monopole de la force militaire et dont les noms des plus célèbres, Orsini et Colonna, résonnent encore à Rome aujourd’hui.

Le peuple romain, le popolo, est constitué d’un certain nombre d’artisans qui travaillent dans le cadre des corporations, mais aussi d’ouvriers agricoles qui sont utilisés dans les nombreuses entreprises agricoles qui entourent Rome. A ces catégories les plus basses du popolo, il convient d’ajouter les catégories intermédiaires des entrepreneurs agricoles et des grands marchands.

En 1143 les romains s’émancipent de la tutelle du Pape et, comme beaucoup d’autres villes d’Italie, créent leur commune en s’installant  au Capitole et en redonnant vie au sénat (accaparé immédiatement par la noblesse).

Pétrarque, qui est contemporain des évènements, dans une lettre à un des membres de la famille Colona à laquelle il est lié, décrit la violence qui règne dans la campagne romaine qu’il traverse avant d’arriver à Rome pour sa première visite.

Sa première vision est très virgilienne :

Undique
De tous côtés
_____submovendis solibus
_____protégeant des rayons du soleil
frondosum nemus erigitur,
la forêt touffue se dresse

 nisi quod ad aquilonem
sauf du côté de l’aquilon
collis humilior apricum aperit sinum,
une colline plus basse ouvre son côté ensoleillé
mellificis apibus floream stationem.
résidence fleurie pour les abeilles productrices de miel.

Mais si la nature est apaisée, les gens vivent dans la crainte :

Pax una, quonam gentis crimine, quibus celi legibus,
La paix seule, par quel crime de la population, par quelle loi du ciel
quo fato seu qua siderum vi ab his terris exulet, ignoro.
par quel destin, par quelle force sidérale, est exilé de ce lieu, je l’ignore.

Quid enim putas ? pastor armatus silvis invigilat,
Pourrais-tu le croire, le berger en arme veille dans les bois
non tam lupos metuens quam raptores (…)
craignant non tant les loups que le voleurs

Nichil incolis harum regionum inter se
Rien parmi les habitants de cette région
aut tutum videas,
tu ne verras en sécurité
aut pacatum audias,
tu n’entendras de pacifié
aut humanum sentias ;
tu ne sentiras rien d’humain
sed bellum et odia et operibus demonum cunta simillima.
mais tout ressemble à la guerre, à la haine, aux œuvres des démons  [5]

La mention des démons est codée : Pétrarque sait bien qu’il s’agit de la violence des nobles et des barons mais son lien à la famille Colona l’empêche d’être trop explicite : il ne reprendra sa liberté de parole que plus tard quand il aura rompu avec les Colona [6].

L’anonimo romano est beaucoup plus explicite :

La citate de Roma stava in grannissima travaglia. Rettori non avea.
La ville de Rome était en grande souffrance. Elle n’avait plus de gouvernement
Onne die se commatteva. Da onne parte se derobava.
Chaque jour on s’y livrait bataille. De toute part on s’adonnait au pillage.
Dove era luoco, le vergine se detoperavano. Non ce era reparo.
En tout lieu on violait les femmes non mariées. Plus aucun endroit n’était sûr.
Le piccole zitelle se furavano e menavanose a disonore.
Les très jeunes filles elles-mêmes étaient enlevées et déshonorées.
Le moglie era toita allo marito nelle proprie lietto.
Les femmes mariées étaient arrachées du lit de leur propre mari.
Li lavoratori, quanno ivano fora a lavorare, erano derobati, dove ?
Les travailleurs, quand ils sortaient de la ville pour travailler étaient détroussés, où ?
su nella porta de Roma.  (…) Non ce era aitra slvezza
sous les portes de Rome (…) Nul ne pouvait se sauver
se non che ciascheuno se defenneva con parienti e con amici.
si chacun ne se défendait avec l’aide des parents et amis.
Onne die se faceva dunanza de armati.
Chaque jour il y avait des rassemblements d’hommes armés  [7].

En 1342, Cola di Rienzo grâce à sa culture antique qui en fait un humaniste et malgré ses origines populaires, est devenu notaire et est envoyé à Avignon à la tête d’une délégation qui s’adresse à Clément VI pour lui demander de revenir à Rome pour y rétablir l’ordre et la prospérité. Clément VI, lié aux barons refuse de revenir mais veut assurer la prospérité de Rome en instaurant un jubilé pour l’année 1350, jubilé qui devrait attirer beaucoup de pèlerins. C’est à l’occasion de cette visite que Cola rencontre Pétrarque qui le soutient. Cola retourne à Rome avec la bénédiction du Pape.

Cola passe à l’action le 19 mai 1347 : avec ses partisans, il prend d’assaut le palais sénatorial, fait sonner la grande cloche du Capitole qui sert à la convocation des assemblées. Il fait approuver son programme de réforme en quinze point dont le premier, destiné à réprimer les violences est radical :

Che qualunche perzona occideva alcuno,
Que quiconque tue quelqu’un d’autre
esso sia occiso, nulla exceptuazione fatta
soit lui-même tué, sans aucune exception.

Pour que cela soit possible, le quatrième point précise que :

Che in ciasche rione de Roma siano auti ciento pedoni e vinticique cavalieri
Que dans chaque quartier de Rome il y ait cent homme à pied et vint-cinq cavaliers
per communo suollo, daienno ad essi uno pavese de valore
payés par la commune, qu’on donne à chacun un pavois valant
de cinque carlini de ariento e convenile stipennio.
cinq carlins d’argent ainsi qu’une solde convenable.

C’est seulement par une force armée communale que la violence des nobles peut être combattue ainsi que par la  destruction annoncée de leurs tours.

A cela s’ajoute un programme social :

Che della Cammora de Roma, dello Communo,
Que de la Chambre de Rome de la Commune
le orfane elle vedove aiano aiutorio
les orphelins et les veuves reçoivent de l’aide. [8]

Cola se fait nommer non pas consul mais tribun : il manifeste par là son hostilité à la noblesse dont le style de vie et de domination est incompatible avec les valeurs des classes nouvelles instruites. Il veut par exemple casser les liens de clientèle de l’ancienne féodalité [9]. Il met en avant un programme de restauration basée sur l’antique gloire romaine et envisage même que l’empereur puisse à nouveau être désigné par le peuple romain, ce qui revient à s’opposer au pouvoir du Pape sur Rome.

Malgré les imposantes fêtes qu’il organise avec un grand sens de la propagande mettant en avant la grandeur de Rome, Cola n’arrive plus à mobiliser aussi efficacement les foules et à l’automne une insurrection, soutenue par le Pape et les barons, le chasse de Rome. Après diverses pérégrinations, il se retrouve en prison à Avignon mais l’arrivée d’un nouveau Pape, Innocent VI le renvoie à Rome avec son soutien en 1354. Il reprend le pouvoir en aout mais est chassé à nouveau à l’automne : poursuivi, il ne parvient pas à s’échapper et meurt par l’épée.

La postérité de Cola di Rienzo

RienziWagner2La mort sordide et tragique de Cola a beaucoup inspiré le romantisme. Le 19e siècle redécouvre avec émotion ce héros populaire : l’auteur des derniers jours de Pompeï, Edward Bulwer-Lytton, écrit également en 1835 Rienzi ou le dernier des Tribuns qui inspirera sous ce titre un opéra de Wagner. Le livret fait cependant apparaitre Cola comme un naïf berné par les barons.

La statue de Bronze vue plus haut au pied du Capitole datte également de cette époque car au moment du risorgimento, son opposition à la politique du Pape détenteur du pouvoir à Rome, en faisait un précurseur.

 Cola di Rienzo et Pétrarque ont partagé les mêmes valeurs, retrouvant dans l’antiquité des modèles pour le temps présent. Comme le dit Guiseppe Billanovich, celui qui a découvert qui était l’auteur de la Cronica,  (voir note 1), « une poignée de clercs donna l’impulsion à un nouveau style de littérature, de civilisation même, qui finit par conquérir l’occident que nous autres, sa lointaine postérité, nommons humanisme » [10]. Cola di Rienzo, comme l’ensemble du mouvement communal italien est aux origines de l’Italie moderne et il est possible de voir empiriquement les traces actuelles de ce mouvement à travers des enquêtes comme celle d’un universitaire américain, Robert D. Putnam [11] que l’on peut traduire par Faire fonctionner la démocratie. Les traditions civiques dans l’Italie moderne.

PutnamMDW2L’auteur utilise le fait qu’en 1970 les régions italiennes ont été dotées d’autonomie du fait d’une décentralisation qui leurs donnaient des pouvoirs, du même ordre que les régions françaises et à la même époque, sur les questions des transports, des travaux publics, de l’organisation hospitalière, de la culture, du tourisme, de l’urbanisme et de la police locale. Elles partagent avec l’état les questions d’enseignement, de santé, de commerce extérieur. L’étude a été menée sur les vingt régions italiennes en ce qui concerne leur action législative et une étude plus poussée avec entretiens a été faite sur une sélection de six régions allant du nord où se trouvaient les communes au 14e siècle, Lombardie, Vénétie, Emilie-Romagne, au centre le Latium dans les états du Pape, et au Sud les Pouilles et la Basilicate régions entrées ensuite sous l’influence espagnole.

Pour chacune des régions l’auteur se donne des indicateurs : stabilité et efficacité des exécutifs locaux ; qualité des réformes législatives (en termes d’extension des réformes, de leur cohérence et de leur créativité) ; efficience de l’action dans le domaine de la prévention sanitaire, de l’habitat, de l’agriculture et du développement industriel ; qualité du système d’information des régions à des demandes précises. Un indicateur synthétique, (évidemment numérique comme savent en faire les sociologues américains), a permis de faire un classement de l’efficience institutionnelle des différentes régions dont l’efficacité oppose Italie du nord et Italie du sud [12]. Comme on s’en doute, cette efficience institutionnelle est corrélée au développement économique bien que la redistribution des richesses aux régions soit prévue pour aider les plus pauvres.

La question que se pose l’auteur est de savoir si la modernité des institutions (repérée par l’indicateur d’efficience institutionnelle) est la cause du développement,  si c’est l’inverse ou si les deux aspects ont une cause extérieure. Son hypothèse, dans le cadre du républicanisme civique tel que décrit par Tocqueville [13] étant que le civisme sert l’intérêt « bien compris », c’est-à-dire non un intérêt à courte vue, mais un intérêt éclairé et que donc l’esprit civique est une dimension de l’efficacité collective.

Putnam

_

Pour tester cette hypothèse, l’auteur construit des indicateurs liés à l’humanisme civique : l’intensité de participation à des associations (car le fait de cette participation induit des habitudes de coopération, de solidarité, d’esprit public) ; le taux de lecture des quotidiens ; la participation électorale aux référendums ; l’utilisation du vote préférentiel pour un candidat local qui par contre est un bon indicateur du clientélisme. L’indicateur de civisme ainsi obtenu est reporté sur le graphique [14].

La corrélation entre les indicateurs des deux graphiques est très forte et la valeur prédictive du degré de civisme est supérieure à celle du niveau économique pour rendre compte de l’efficience institutionnelle. Par ailleurs, le civisme, dans toutes les catégories sociales, quel que soit le niveau d’âge, de revenu, d’éducation, d’orientation politique, dépend davantage de la région où l’on réside que des caractéristiques individuelles.

Pour rendre compte du civisme régional, il faut remonter aux expériences politiques qui furent celles des régions italiennes. Au nord, l’expérience communale est développée dans de nombreuses villes où l’administration publique fut professionnalisée. Conventions et contrats jouent un rôle essentiel dans tous les aspects de la vie de ces républiques urbaines ce qui entraine le développement des notaires, juristes et juges. Bologne, à l’époque où le droit s’est développé, dispose de 2000 professionnels du droit pour 50.000 habitants. Ceci montre l’importance de la confiance dans les accords écrits, la négociation, dans le respect de la loi. A une époque où l’usage de la force ou des liens familiaux était la seule méthode pour résoudre les problèmes de l’action collective partout en Europe, les citoyens des cités-états de l’Italie ont mis au point une nouvelle façon d’organiser la vie collective

Le graphique des traditions politiques vers 1300 [15] est tout à fait parallèle avec celui du civisme actuel. Pour Putnam « une part de la glorieuse expérience des communes, et de l’intense activité économique que l’engagement civique avait engendré, a survécu dans la vallée du Pô et la Toscane de telle sorte que ces régions ont été plus réceptives au premier souffle d’un progrès retrouvé, d’abord culturel puis économique qui se répandit sur la péninsule dans la seconde moitié du 18e siècle. En dépit de l’assombrissement social et économique provoqué par plusieurs siècles de déprédations venues de l’extérieur, de la peste, de luttes internes, l’idéal de la vie civique a persisté dans les régions de tradition communale républicaine. » [16]. On peut repérer encore aujourd’hui l’effet de cette tradition civique avec une réserve cependant dans le cas de Rome : l’héritage communal, y compris l’épisode de Cola di Rienzo y a été recouvert par la domination de l’Église qui a dirigé politiquement les États pontificaux, sauf Rome, jusqu’en 1860, ce qui explique l’importance du thème de Cola quand Rome a été rattachée au royaume d’Italie en 1870. Dans l’Italie du Nord, l’héritage civique des communes médiévales fait de réseaux de réciprocité organisée, de guildes civiques, de fraternités religieuses, de sociétés d’autodéfense (basée sur la construction de tours) se retrouve aujourd’hui dans les coopératives, les sociétés d’aides mutuelles, les associations de voisinages et les chorales.

La tradition de l’humanisme civique est encore efficace. Elle l’est dans l’Italie contemporaine, elle l’est dans la vie associative et dans les rapports sociaux ordinaires, et pas seulement en Italie.


Le prochain billet sera mis en ligne le 4 mai

Annonce en page actualité d’une journée portes ouvertes de l’école belge Schola Nova

  1. G. Billanovich, Come nacque un capolavoro: la ‘Cronica’ del non più Anonimo Romano. Il vescovo Ildebrandino Conti, Francesco Petrarca e Bartolomeo di Iacovo di Valmontone, « Rendiconti dell’Accademia Nazionale dei Lincei – Classe di scienze morali, storiche e filologiche », s. IX, 6 (1995), pp. 195-211. []
  2. Anonimo romano, Cronica, a cura di Guiseppe Porta, Milano, Adelphi, 1979 []
  3. On trouvera une traduction (et non plus un sous-titrage comme ici) du début de la Cronica dans Jean-Pierre Delumeau et Isabelle Heullant-Donat, L’Italie au Moyen Age, Ve-XVe siècle, Hachette, 2002, p. 199-200 []
  4. Jean-Claude Maire Vigueur, L’autre Rome, Une histoire des Romains à l’époque des communes (XIIe-XIVe siècle), Tallandier, 2010, p. 22 []
  5. Pétrarque, Lettres familières, Tome I, Livres I-III, Les Belles Lettres, 2002, lettre 12 au cardinal Giovanni Colona []
  6. L’autre Rome, p. 331 []
  7. Cronica, p. 111-112, L’autre Rome p. 331 []
  8. Cronica, p. 113 []
  9. Jean-Claude Maire Vigueur, Cola di Rienzo, in Dizionario biografico degli Italiani, XXVI, Roma, 1982, p. 665 []
  10. cité par Francisco Rico, Le rêve de l’humanisme. De Pétrarque à Erasme, Les Belles Lettres, 2002, p. 30 []
  11. Robert D. Putnam with Robert Leonardi and Raffaella Y. Nanetti, Making Democracy Work. Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1993. []
  12. graphique « efficience institutionnelle » source Putnam figure 4.1 p.84 []
  13. La démocratie en Amérique, T 1, p.544 []
  14. Putnam figure 4.4, p.97 []
  15. Putnam, figure 5.1 p.134 []
  16. Putnam p.135 []

Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

On trouve au 180 de la rue Saint-Martin (Paris 2e), cette inscription latine, omnia sunt communia, sur l’extérieur d’une galerie, slogan « partageux » puisqu’il affirme que tout est à tous. Ce slogan a été d’actualité le 10 octobre dernier à Poitiers lors d’une manifestation violente puisque la même expression a été taguée sur le Baptistère Saint-Jean de la ville (cliché 1, cliché 2).

DSCN1716Omnia

Continuer la lecture de Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)