Archives par mot-clé : Schiavone

L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire

On a vu dans le précédent billet comment, selon Aldo Schiavone [1], le droit a d’abord été inscrit dans des formules qu’il fallait respecter, formules à la fois religieuses et à effet sociaux, par exemple comment prendre correctement possession d’une terre ou d’un bien. On peut certes penser que notre vie sociale actuelle est débarrassée de ces formules rituelles qu’il faut respecter à la lettre pour qu’un effet juridique et social s’en suive, mais qu’on se souvienne cependant le la prestation de serment recommencée par précaution lors de l’investiture de Barack Obama en 2009. Par ailleurs la lettre d’un contrat oblige toujours. Continuer la lecture de L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire

  1. Aldo Schiavone, IUS L’invention du droit en Occident, Belin, 2008 []

L’invention du droit en Occident (1/2)

schiavoneinventionComment peut-on dire comme le fait Aldo Schiavone dans le livre ci-contre [1], que le droit soit une « invention » comme le furent l’agriculture au néolithique ou l’écriture vers 3000 av. J.C. ? On a plutôt l’impression que le droit existe comme la religion ou les hiérarchies sociales dans toutes les sociétés anciennes. De plus, il ne s’agit pas simplement dans le titre du livre de l’invention du droit à Rome mais dans tout l’Occident ce qui nous conduit jusqu’à nos sociétés actuelles. Continuer la lecture de L’invention du droit en Occident (1/2)

  1. Aldo Schiavone, IUS L’invention du droit en Occident, Belin, 2008, édition originale italienne 2005 []

L’art de gouverner ses esclaves

ArtGouvEsclavesLa fiction est la suivante : un certain Marcus Sidonius Falx, consulaire de son état, est censé expliquer à des non-romains comment il faut gérer ses esclaves, les acheter, les faire travailler, surveiller leur vie sexuelle, les punir mais aussi les affranchir le cas échéant. Il montre enfin que les chrétiens traitaient leurs esclaves comme tout le monde. Après chaque exposé de Falx, Jerry Toner, (directeur d’études associé à la faculté d’études classiques de Cambridge), reprend la parole pour le commenter et indiquer les sources où l’on pourra trouver ce qui rend compte du point de vue romain.
Continuer la lecture de L’art de gouverner ses esclaves

Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui

En bon adepte des Lumières, Edward Gibbon (1737-1794) ne manque pas dans son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain [1] de conclure son tome premier sur Rome (le second étant consacré à Byzance) par ces mots :

« Comme le principal objet de la religion est le bonheur d’une vie future, on peut remarquer sans surprise et sans scandale que l’introduction, ou au moins l’abus, du christianisme eut quelque influence sur le déclin et sur la chute de l’empire des Romains. Le clergé prêchait avec succès la doctrine de la patience et de la pusillanimité. Les vertus actives qui soutiennent la société étaient découragées, et les derniers débris de l’esprit militaire s’ensevelissaient dans les cloitres. On consacrait sans scrupule aux usages de la charité ou de la dévotion une grande partie des richesses du public et des particuliers ; et la paye des soldats était prodiguée à une multitude oisive des deux sexes, qui n’avait d’autres vertus que celles de l’abstinence et de la chasteté. » (p.1157)

Cette charge antireligieuse n’est pas la pointe du raisonnement de Gibbon qui reprend l’explication de Montesquieu : la fin de l’expansionnisme ne peut que conduire au déclin. Cependant pour Gibbon, plus moraliste et moins « sociologue » que Montesquieu, les causes de l’abandon de l’énergie de puissance romaine sont à chercher dans les « légions victorieuses qui contractèrent dans des guerres éloignées les vices des étrangers et des mercenaires » et dans le fait que « les empereurs, occupés de leur sureté personnelle et de la tranquillité publique, eurent recours malgré eux au funeste expédient de corrompre la discipline, qui rendait les armées aussi redoutables à leur souverain qu’aux ennemis ; le gouvernement militaire perdit de sa vigueur, les institution partiales de Constantin l’anéantirent et le monde romain devint la proie d’une multitude de Barbares » (p.1156)

Continuer la lecture de Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui

  1. Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Robert Laffont, 1983, coll. Bouquins, 2 tomes []

Rome : histoire brisée ou décadence ? (1) Montesquieu

Décadence, déclin ou continuité ? Si la Chute de l’empire romain  reste un thème populaire dans le cinéma hollywoodien, les historiens récents en parlant d’antiquité tardive, mettent plutôt l’accent sur la continuité de la civilisation romaine et minimisent l’impact des grandes invasions. Avec son titre, l’Histoire brisée, Aldo Schiavone  [1] remet l’accent sur la rupture qui rend compte de la longue coupure entre Rome et les temps modernes. Je vais donc essayer sur plusieurs billets de donner la parole aux différents points de vue en commençant par Montesquieu.

Montesquieu produit en 1734 ses Considérations sur les causes de la grandeur des romains et de leur décadence [2]. Il y cherche les lois sous-jacentes à la description que l’on peut faire des phénomènes et c’est pourquoi Raymond Aron a pu voir en lui un précurseur de la sociologie [3].

Montesquieu, dans les Considérations, recherche donc des causes et il va proposer une analyse que nous pourrions qualifier aujourd’hui de systémique de la chute de Rome. Pour lui, « ce n’est pas la fortune [c’est-à-dire le hasard] qui domine le monde (…) Il y a des causes générales, soit morales, soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l’élèvent, la maintiennent ou la précipitent ; tous les accidents sont soumis à des causes ; et si le hasard d’une bataille, c’est-à-dire une cause particulière, a ruiné un état, il y avait une cause générale qui faisait que cet état devait périr par une seule bataille » (p.173).

Continuer la lecture de Rome : histoire brisée ou décadence ? (1) Montesquieu

  1. Aldo Schiavone, L’histoire brisée, Belin, 2003 []
  2. Citées dans l’Édition de la Pléiade, Tome 2 des Œuvres complètes de Montesquieu, Gallimard, 1951 []
  3. Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967 []