Archives par mot-clé : texte authentique

La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Cette communication a été faite dans le cadre des Assises des lettres à Toulouse, du 27 au 29 mai 2010. Les humanités pour quoi faire ? Enjeux et propositions. Cf. le programme complet. Elle reprend un grand nombre de thèmes déjà exposés dans le présent carnet de recherche et pour lesquels des liens ont été indiqués.

Table ronde Langues anciennes animée par Jean-Claude Carrière

Philippe Cibois
Université de Versailles – St-Quentin en Yvelines

Ce que je vais vous présenter est un travail de sociologue qui dispose de ses outils : statistiques, enquêtes, analyse de contenu, mais c’est aussi une réflexion de citoyen engagé.

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet, a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 : pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle.

Elle se pose cependant : à la rentrée 2008, 174.000 élèves faisaient du latin en 5e alors qu’en 1920 ils n’étaient que 10.000. On peut donc dire que depuis les gallo-romains, on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui. Alors que le sentiment d’une perte de vitesse du latin s’est instauré, d’où vient ce paradoxe ?

Continuer la lecture de La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

On trouve au 180 de la rue Saint-Martin (Paris 2e), cette inscription latine, omnia sunt communia, sur l’extérieur d’une galerie, slogan « partageux » puisqu’il affirme que tout est à tous. Ce slogan a été d’actualité le 10 octobre dernier à Poitiers lors d’une manifestation violente puisque la même expression a été taguée sur le Baptistère Saint-Jean de la ville (cliché 1, cliché 2).

DSCN1716Omnia

Continuer la lecture de Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

Débat sur les finalités du latin au collège

Pour renouveler l’enseignement du latin, de petits groupes d’enseignants de langues anciennes se sont regroupés dans une association nationale, la Cnarela et se sont constitués en groupe de pression pour faire évoluer les objectifs de l’enseignement mais aussi pour en débattre comme on le verra plus loin à propos d’une rencontre déjà ancienne à Angers.

Cnarela : Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes. Les associations régionales regroupent près de la moitié des enseignants de langues anciennes, ce qui rend leur coordination très représentative et reconnue comme telle par le Ministère qui en fait un interlocuteur privilégié. Ces associations produisent des bulletins qui associent des réflexions et des conseils sur les problèmes réglementaires (actualité des circulaires, des normes administratives) et sur l’action à mener pour défendre les classes de langues anciennes ; des citations de textes parus ailleurs (prises de positions et témoignages) et une partie pédagogique : étude de textes, dossiers, etc., qui sont disponibles pour tous les enseignants.

Continuer la lecture de Débat sur les finalités du latin au collège

Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Continuer la lecture de Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !