Archives par mot-clé : utilité

L’utilité du latin : un débat et une pétition

Dans mon billet récent sur l’évolution du Capes, j’avais exprimé l’opinion que les difficultés administratives du latin étaient le fait de ceux qui luttaient contre l’évitement des « mauvaises classes » par le biais du latin, des classes bilangues ou des sections européennes. Ceci est remis en cause sur un forum d’enseignants où quelqu’un dit :

De mon expérience de prof de latin qui bosse en réseau local, en réseau avec ses anciens camarades de promo qui ont essaimé dans la France entière, de mon expérience de syndicaliste et autre, je n’ai jamais vu un collègue, un principal adjoint ou un principal démolissant l’enseignement des LC dans son bahut, faire de même avec les bilangues et les classes euro. J’ai encore chopé sur twitter il y a peu des réflexions d’un « grand » pédagogue auteur de bouquins publiés balancer l’argument éculé de « l’inutilité ». La différence se fait là à mon sens. (Lun 13 Mai 2013 – 20:34)

La motivation principale, à l’intérieur de l’Éducation nationale, de la lutte contre le latin ne serait donc pas l’évitement social, mais l’inutilité. Venant de la part de quelqu’un qui est sur le terrain (et dont ce propos n’a pas été critiqué par des collègues du forum), j’ai été amené à réfléchir sur cette question et je me suis aperçu que jusqu’à présent, c’est moi qui me refusais à prendre en compte cette critique.

La raison fondamentale de ce refus est que dire que le latin est inutile quand on s’occupe de la question du latin, ne sera pas ressenti comme une opinion à examiner sereinement  mais comme une remise en cause personnelle par les  professeurs de lettres classiques et c’est très légitimement que je refuse cette possibilité. On peut dire alors que c’est soit de l’hypocrisie soit de l’inconséquence : essayons de réfléchir sur cette question.

Une discipline inutile ? L’exemple des maths

Je fais l’hypothèse qu’une discipline scolaire dominante risque de perdre le sens de son utilité sociale et de se complaire dans l’inutilité : l’exemple de l’enseignement des mathématiques est révélateur à ce sujet. Pour les mathématiciens en effet, faire des maths, ce n’est pas utiliser des procédures mathématiques, mais démontrer la validité de ces procédures comme je l’avais déjà noté dans le programme du collège pour les mathématiques :

« À l’école primaire, une proportion importante d’élèves s’intéresse à la pratique des mathématiques et y trouve du plaisir. Le maintien de cet intérêt pour les mathématiques doit être une préoccupation du collège. Il est en effet possible de se livrer, à partir d’un nombre limité de connaissances, à une activité mathématique véritable, avec son lot de questions ouvertes, de recherches pleines de surprises, de conclusions dont on parvient à se convaincre. Une telle activité, accessible aux élèves, a une valeur formatrice évidente et leur permet d’acquérir les savoirs et savoir-faire qui leur seront nécessaires. » [1]

Il est très frappant que « l’activité mathématique véritable », ce ne soit pas l’acquisition des objets mathématiques mais la recherche « de conclusions dont on parvient à se convaincre », c’est-à-dire des démonstrations qui sont réputées utiles pour leur « valeur formatrice évidente ». Qui a appris à calculer les racines d’une équation du second degré peut témoigner de l’inutilité de ce savoir sans pour autant regretter de s’être « pris au jeu » car la maitrise d’une technique se suffit souvent à elle-même. Comme j’ai enseigné la statistique (très utile socialement) à des jeunes qui l’année précédente étaient au lycée en séries technologiques parce qu’ils avaient été « orientés » du fait de leur faible niveau en math, j’ai touché du doigt les ravages qu’une discipline dominante peut faire dans des esprits.

En comparant le rôle historique du latin et les mathématiques, certains font l’hypothèse que l’imputation d’inutilité pour le latin vient du fait que, discipline dominante détrônée, le latin paye aujourd’hui une haine inavouée de la part de certains qui se sont sentis dévalorisés de n’avoir pas fait de latin, et de n’être pas autant « cultivés » que ceux qui en ont fait. Allant tout à fait dans ce sens, je me souviens qu’au moment de la réalisation d’une enquête portant sur les motivations des parents vis-à-vis de l’enseignement du latin, j’avais senti auprès des étudiants de deuxième année de sociologie, dont c’était le travail pratique à accomplir, une hostilité latente pour ce sujet d’enquête de la part de ceux qui précisément n’avaient pas fait de latin dans le secondaire.

D’une certaine façon, peut-être en voie de disparition, le latin « classe » toujours et ceux qui n’en ont pas fait ressentent cela comme un déclassement social : on retrouve la thèse de Bourdieu sur le latin comme signe de « distinction », que j’avais un peu spontanément refoulée mais qui revient par ce biais. Ce n’est certes pas le but des enseignants de latin mais ils sont victimes du poids de l’histoire.

Que faire ?

L’exemple précisément des mathématiciens peut nous éclairer : en effet, après avoir surfé sur la vague de son succès en aggravant son inutilité sociale par le biais des « mathématiques modernes » dans les années 1970, puis après avoir renforcé encore la difficulté de son programme de lycée en y introduisant l’algèbre linéaire, on assiste aujourd’hui à un retour à des programmes davantage tournés vers l’utilité sociale.

Par exemple on met l’accent au collège sur la statistique descriptive comme le fait de savoir lire un tableau de chiffres, de savoir ce que peut représenter une moyenne (et une médiane), de comprendre les représentations graphiques qu’on peut voir tous les jours dans les journaux. En classe de première (ES et L), on apprend à utiliser un écart-type, c’est-à-dire le fait de savoir si les chiffres d’une statistique s’écartent peu ou beaucoup de la moyenne. Ce genre d’apprentissage est indispensable si l’on veut démentir le dicton selon lesquelles les statistiques seraient la forme la plus perverse du mensonge.

Les enseignants de mathématiques ne se sont pas raidis sur « la gymnastique de l’esprit très formatrice que constituent les mathématiques », mais ont su mieux coller à l’utilité sociale de leur discipline (et évidemment, ils ont gardé tout ce qui sert pour la physique de l’ingénieur et pour l’économie).

En ce qui concerne les lettres classiques, la suppression du Capes nous signale que nous sommes arrivés à un tournant, ce qui est bien perçu par beaucoup comme le signale le succès de la pétition lancée par Robert Delord qui au 6 juin a réuni plus de 5000 signataires.

Ce qui fait son succès, c’est la conjonction d’une situation perçue comme grave et la prudence de la pétition : en effet, ce qui est demandé précisément à propos du nouveau Capes, est de faire cesser l’inégalité entre les deux options où les candidats de l’une, celle de lettres modernes, ont le choix entre quatre épreuves (latin, FLE, littérature, cinéma) tandis que ceux de lettres classiques se retrouvent « enfermés dans leur discipline ». Cependant dans son introduction, la pétition demande à la fois des mesures permettant la survie du corps (nombre de postes au Capes, présence d’au moins un enseignant de latin/grec dans chaque collège et lycée) et de l’enseignement lui-même (cumul d’option, circulaire assurant la légitimité de l’enseignement).

Analyse des réponses de la pétition

Comment cette pétition a été reçue, c’est ce qu’on peut essayer de voir en examinant les nombreuses raisons qui ont été données par les signataires. En effet, une option en ligne prévoit qu’il est possible de dire pourquoi on a signé et environ une personne sur cinq s’est saisie de cette opportunité. J’ai donc pris toutes les motivations données à la date du 6 juin soit plus de 1100 réponses plus ou moins longues. Les répondants sont plus féminins que masculins : non réponses ou prénoms mixtes (Claude ou Dominique) 9%, prénoms féminins 57%, masculins 35%.

Examinons une cinquantaine de textes, pris aléatoirement (en prenant toutes les occurrences d’un même prénom) mais d’une manière raisonnée en mélangeant masculin et féminin et les tranches d’âge [2]. On peut repérer les grands groupes de thèmes suivants :

Patrimoine  linguistique

Notre civilisation vient d’Athènes et de Rome. Notre langue aussi. (Jean)

Le latin est partout derrière le français, l’italien, l’espagnol, nos fameuses « langues régionales » d’oïl e d’oc etc.; et même l’anglais pour une grande part; le grec derrière des milliers de mots « savants ». Les ignorer nous prive de l’intelligence profonde des langues. (Jean)

Je suis attaché au Grec et au Latin. Très utile afin de parler correctement et comprendre bien des mots. (Jean)

C’est important de conserver notre patrimoine. La richesse de notre langue. (Jean)

Pour la défense de la langue française(Jean)

Le grec et le latin sont le fondement de la langue française, alors sauvegardons l’enseignement des langues anciennes en France! (Lou)

Les langues anciennes sont la base de la langue française de plus apprendre une langue ancienne développe considérablement la capacité à apprendre les choses. (Camille)

Tout simplement parce que le latin m’a aidé à comprendre ma propre langue et, par la même occasion, à l’aimer. (Camille)

Ces langues font partie de notre culture. (Stéphane)

Grand défenseur des langues, en particulier le latin mais aussi les langues régionales et parlant couramment esperanto, je ne comprends pas que l’on veuille supprimer le Latin et le Grec, bases des langues indo-européennes. (Stéphane)

Parce-que connaître l’origine des langues est une vraie richesse. (Camille)

Utilité à long terme

Je me souviens parfaitement de ma scolarité « classique » incluant l’étude du latin, du grec ancien et du vieux français : l’aide apportée dans ma vie courante, bien que discrète, est incommensurable et contribue à l’extension des connaissances de la vie. L’attitude du ministre (avec un tout petit « m ») est totalement irresponsable et contribue, elle, à promouvoir l’obscurantisme de tous bords. (Jean)

Langues anciennes utiles pour beaucoup de matières. (Jean)

L’enseignement du latin dès la 6ème et jusqu’à la terminale fut à l’origine du gout pour l’histoire puis, plus généralement pour la culture. Ceci, pour autant, ne m’a pas interdit d’entrer dans le monde des sciences, puis du commerce et de la finance. Bien au contraire. (Jean)

J’ai enseigné le grec et le latin pendant 40 ans. Combien d’élèves m’en sont reconnaissants ! (Jean)

Je signe cette pétition car je suis une lycéenne qui a étudié le grec ancien et qui pense qu’il serait dommage de priver les générations futures de cet enseignement (Maelys)

Défense du savoir. (Dominique)

J’ai fait du latin et cela m’a été très utile, laissons le choix, merci. (Dominique)

S’adapter à la mode du présent est se faire illusion. C’est de l’aveuglement que de négliger la valeur de l’ancien. (Dominique : Résumé)

Je crois en l’intérêt et la valeur de l’enseignement du latin et du grec ancien. (Dominique)

L’importance de sauvegarder nos racines pour mieux aller de l’avant. (Dominique)

Parce que je mesure ce que cet enseignement m’a apporté. (Dominique)

Je n’ai pas choisi le grec et le latin à l’école. Je regrette de ne pas avoir appris le latin. J’ai découvert (trop tard…) ce que je ne saurai jamais dans la compréhension des mots et des choses. (Dominique)

Importance des langues anciennes dans la compréhension du passé et du présent (Jean)

Il est vital que nos élèves connaissent leurs racines culturelles. (Jean)

Éducation et autonomie

Toutes les tyrannies coupent d’abord les racines, l’appauvrissement des vrais outils culturels est essentiel pour parvenir à l’asservissement des populations en limitant les consciences. (Jean)

Les peuples sans mémoire, sans culture, sans histoire sont des peuples sans avenir. (Dominique)

L’ouverture donnée par ces langues est irremplaçable. (Jean)

Enseignant en LCA, je lutterai pour la défense de ces disciplines que je juge fondamentales dans la formation et l’éducation de nos élèves. (Stéphane)

Je ne veux pas d’une « sous-culture pour tous »!(Dominique)

Pour un enseignement élitiste pour tous ! (Stéphane)

Je suis enseignante et je pense que chacun doit pouvoir avoir accès à la culture antique s’il le souhaite. (Dominique)

Je signe cette pétition parce que je suis persuadée que l’enseignement de ces langues peut permettre à tous les élèves de France, quelle que soit leur orientation scolaire et plus encore aujourd’hui, de se retrouver sur une terre commune. (Dominique)

Solidarité d’enseignants

J’enseigne le latin et le grec depuis 30 ans. (Dominique)

Enseignante en Latin. (Dominique)

Je suis professeur de lettres classiques. (Dominique)

Pour les mêmes raisons que tous les autres signataires ! (Jean)

Solidarité. (Stéphane)

Il me semble indispensable que l’enseignement des langues anciennes soit maintenu. (Jean)

Pour sauver l’enseignement du latin. (Jean)

Pour avoir des collègues bien formés et compétents à qui confier mes élèves… (Jean)

Pour défendre l’intime conviction que les lettres classiques ont pleinement leur place dans notre système scolaire. (Jean)

Je suis moi-même étudiante en langues anciennes (zoé)

Enseignante de Lettres Modernes, mais nourrie de latin et de grec pendant mes études, je souhaite avoir encore des collègues spécialisés dans ces disciplines, qui auront une approche différente et plus complète des œuvres de l’Antiquité. (Camille)

Ex-professeur, inquiète de la dévalorisation constante d’un métier qui perd toute attractivité. (Dominique)

Je suis triste de voir que L’Éducation nationale a choisi de supprimer, à plus ou moins longue échéance, l’enseignement du latin et du grec dans les écoles. Je sais, que quand je partirai en retraite, il n’y aura plus personne pour enseigner ces matières. (Dominique)

Alors que les pays anglo-saxons, ceux d’Europe de l’Est s’efforcent de faire revivre le latin, la France lui offre un enterrement de première classe. (Dominique)

Au collège ou au lycée

Veni, vidi, (signavi) (Mael)

Le latin et le grec c’est cool (mélia)

Je signe parce que mon professeur a mis cette pétition et il a l’air de tenir à ce projet donc je lui fait plaisir. (Maël)

Hormis le dernier groupe très typé par l’âge du collège ou du lycée, les plus âgés, les Jean et Dominique, sont bien mélangés aux plus jeunes, les Camille et Stéphane. De même masculin et féminin n’ont pas de positions spécifiques. Il y a cependant un thème qui est spécifique de la pétition, la solidarité enseignante, mais on retrouve aussi les trois thèmes classiques 1) de la langue, 2) de l’utilité à long terme et 3) de l’ouverture par le savoir.

Une autre manière d’aborder la pétition est d’examiner les textes qui ont été « aimés » par les lecteurs : voici ceux qui l’ont été le plus (5 ou 4 fois) :

Je signe cette pétition parce que j’enseigne les langues anciennes depuis presque 15 ans et que j’ai de plus en plus d’élèves. Non, l’enseignement du latin et du grec n’est pas mort ! Contrairement à l’idée reçue, les références antiques sont constantes dans la vie de tous de jours, même au XXIème siècle…, il faut donc sauvegarder l’enseignement des Langues Anciennes en France ! (Valérie)

L’enseignement des langues anciennes souffre d’être considéré comme un objet esthétique destiné aux élites littéraires.
La démocratisation des langues anciennes passe par son obligation à certains moments des cursus. Si le CAPES de lettres devient commun aux Modernes et aux Classiques, alors qu’une langue ancienne soit OBLIGATOIRE parmi les épreuves écrites. Que les étudiants de Lettres classiques puissent avoir enfin accès comme ceux de Lettres modernes aux cursus comprenant du FLE, des arts du spectacle ou des langues vivantes et surtout à la littérature comparée. Nous n’avons pas besoin d’une apparence de CAPES commun, mais d’une culture littéraire commune véritable !
Le latin devrait être obligatoire au collège comme outil de remédiation en Français ! Nous manquons de liens entre les LCA et toutes les disciplines universitaires dont l’histoire est liée à l’Antiquité. Quand on pense que des ouvrages de médecine de la Renaissance, rédigés en latin, attendent toujours d’être traduits… Voilà ce qu’on gagne à enfermer une discipline sur elle-même. (Sophie)

Pour un enseignement élitiste pour tous ! (Stéphane)

J’espère freiner, un peu, les métastases de la barbarie qui s’installent partout où les humanités reculent. (Patrick)

Le premier texte et les deux derniers reprennent les thèmes déjà vus plus haut, mais le deuxième critique la distinction, recherche des liens avec d’autres disciplines et tire logiquement du fait de l’unification qui se dessine, la nécessité d’une épreuve écrite de langue ancienne pour tous.

***

Si l’on revient à la question initiale de l’interprétation qui a été donnée à cette pétition par ses signataires, on constate qu’elle sert à exprimer la solidarité enseignante en réutilisant des thèmes permanents. On note cependant l’absence du thème de la gymnastique de l’esprit qui apparemment a été abandonné (laissons-le sans regrets inutiles aux mathématiciens).

Il reste à souhaiter que cette pétition, dont la sagesse a été de proposer un objectif acceptable, soit entendue et que le Capes soit réformé pour en tenir compte. Quant à l’importance du latin et du grec pour comprendre la langue et la culture, ce sont des motivations qui conservent toute leur valeur même si des adaptations doivent être faites : l’utilité est là, à court terme, même si elle peut être commune à l’enseignement des lettres en général comme j’ai essayé de le montrer précédemment.

 

  1. programme du collège []
  2. 60 ans & + : Jean (et prénoms composés de Jean) ; 50 ans : Dominique, 40 ans : Camille, Stéphane ;– de 25 ans,  Lou, Maël, Maëlys, Mélia, Zoé. Source : site sur les prénoms qui donne la distribution d’un prénom selon la date de naissance ainsi que l’âge moyen []