Archives par mot-clé : Virgile

Comparer les traductions (1)

Nous avons vu dans le précédent billet, que les traductions pouvaient se situer dans une opposition entre langue source et langue cible. Nous avions terminé en précisant que la traduction avait à rendre compte d’un milieu source pour l’adapter à un milieu cible. Je vais tenter ici, en m’appuyant sur le troisième chapitre « comment traduire ? » du livre de Georges Mounin, Les belles infidèles [1], de donner un cadre théorique à cette opposition. J’espère ainsi pouvoir aider les élèves à se livrer à cet exercice recommandé de comparaisons de traductions : je prendrai mes exemples pour ce premier billet dans des traductions des Bucoliques.

Cadre théorique général

Le principe général repose donc sur le fait qu’un texte à traduire a été écrit :
– dans une langue donnée (langue source) dont la structure est plus ou moins distante de la langue en laquelle on veut la traduire (langue cible) ;
– à une époque plus ou moins lointaine
– dans une civilisation, une culture (au sens anthropologique) plus ou moins distante de celle du traducteur.

Continuer la lecture de Comparer les traductions (1)

Virgile, Bucoliques, 4e églogue, du Moyen Âge au Dollar

Pour Augustin, comme nous l’avons vu précédemment, Virgile est le poeta nobilissimus, et cette admiration va être partagée au Moyen Âge où il va être considéré comme le représentant de la sagesse de l’antiquité.

Un premier exemple nous est donné par un hymne liturgique spécifique de la ville de Mantoue (ville de naissance de Virgile), qui est chanté le 25 janvier, jour de la solennité de la conversion de Saint-Paul. Celui-ci est supposé s’adresser à Virgile :

Ad Maronis mausoleum
au mausolée de Maro [Virgile = Publius Vergilius Maro]

Ductus, fudit super eum
conduit, il versa sur lui

Piae rorem lacrimae:
une rosée de pieuses larmes

Quem te inquit reddidissem
Que n’aurais-je fait de toi, dit-il

Si te vivum invenissem,
si je t’avais rencontré vivant,

Poetarum maxime
[toi], des poètes le plus grand

mais plus tard un autre  auteur dit :

Nel mezzo del cammin di nostra vita
Au milieu du chemin de notre vie

mi ritrovai per una selva oscura
je me retrouvai par une forêt obscure

ché la diritta via era smarrita
car la voie droite était perdue.

On a reconnu Dante et le début de l’Enfer car Virgile est très présent dans la divine comédie. Continuer la lecture de Virgile, Bucoliques, 4e églogue, du Moyen Âge au Dollar

Virgile, Bucoliques, 4e églogue, Augustin et Jérôme

Composée en l’honneur d’un fils de Pollion, protecteur influent de Virgile, la 4e églogue a été interprétée en milieu chrétien comme une prophétie analogue à celles de l’Ancien Testament ou des oracles sibyllins (d’ailleurs cités au vers 4), du fait du destin illustre, messianique aux yeux des chrétiens, promis à cet enfant. Nous verrons donc comme Saint-Augustin utilise ce texte et comment Saint-Jérôme lui répond.

En voici les 16 premiers vers  (pour texte et présentation cf. première églogue) :

Sicelides Musae,
_____paulo maiora
canamus.
Muses de Sicile, chantons [des choses] un peu plus élevées

non omnis
_____arbusta
iuvant
_____humilesque myricae;
tous n’aiment pas les arbres et les humbles bruyères

si canimus silvas, silvae sint consule dignae.
si nous chantons les forêts, que les forêts soient dignes d’un consul

Ultima
_____Cumaei
__________venit iam
_____carminis
aetas;
Le dernier âge du chant [de la sybille] de Cumes est déjà arrivé

magnus
_______________ab integro
_____saeclorum
__________nascitur
ordo.
Une grande série de siècles est née à nouveau Continuer la lecture de Virgile, Bucoliques, 4e églogue, Augustin et Jérôme

Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue

 Voici en lecture interlinéaire indentée l’ensemble de la première églogue des Bucoliques (le texte latin étant celui de la Loeb Classical Library). Rappelons que le but de la présentation indentée n’est pas de donner une traduction d’un texte mais de permettre la compréhension de la structure de la phrase en respectant l’ordre des mots. Pour mettre en rapport la phrase latine et sa traduction, les mots latins doivent être lus de haut en bas puis de même pour chacun des reports à droite successifs, que l’on lit également de haut en bas. L’alternance des vers est rendue par la couleur, rouge pour les vers impairs, bleue pour les pairs.

Quand la traduction suit d’assez près la structure de phrase latine, il n’y a pas d’indentation comme dans l’ordre donné par « ce jeune homme » objet d’un culte de reconnaissance (évocation du patrimoine spolié et rendu à Virgile par Octave) :

« pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros ».
faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux

Souvent la phrase est à l’unisson du vers comme dans les deux derniers vers de la finale :

et iam
_____summa
procul
_____villarum culmina fumant
et déjà au loin les plus hauts des fermes fument

__________maioresque
_____cadunt
_______________altis
__________de
_______________montibus
umbrae
et les ombres tombent plus grandes des montagnes élevées

 Mais dans certains cas la phrase peut s’articuler sur trois vers comme ici, avec six niveaux d’indentation :

hinc
_______________tibi,
_____quae semper, vicino ab limite
saepes
__________Hyblaeis apibus
_____florem depasta salicti
_______________saepe
_________________________levi
____________________somnum
_______________suadebit inire
_________________________susurro ;
de ce côté la haie dont toujours, à la lisière proche, la fleur du saule est broutée par des abeilles de l’Hybla, te conseillera souvent d’entrer en sommeil par un léger murmure.

D’une manière pratique, cette façon de faire suppose l’utilisation d’un traitement de texte : il faut trouver un équilibre entre une fragmentation du texte qui en montre la structure et une bonne lisibilité qui exige de ne pas multiplier les niveaux de lecture (qui doivent être séparés par cinq blancs soulignés). Un problème de présentation sur lequel j’hésite est de savoir s’il faut mettre la traduction à l’aplomb de chaque indentation ou à la fin de la phrase. Pour les vers, j’ai pris la solution de mettre le texte français à la fin, pour la prose, il m’est arrivé de prendre l’option inverse.

Continuer la lecture de Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue