Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA

L’association « Arrête ton char ! » a été reçue par le Ministre, Jean-Michel Blanquer, le 21 juillet dernier. Une des préconisations présentée alors [1] consiste à donner à tous les candidats au Capes une solide formation en latin et de créer une « Certification Langues Anciennes » pour les enseignants de lettres modernes volontaires pour assurer un enseignement de latin.

Certains s’interrogent sur les raisons de cette proposition et je vais montrer quelles en sont les raisons qui sont de plusieurs ordres dont la principale est la crise des vocations : il n’y a pas assez de candidats à l’option Lettres classiques du Capes de lettres comme le montre le graphique suivant :

Comment lire ce graphique : le nombre de postes mis au concours (en bleu) a coïncidé avec le nombre d’admis (en vert) de 2002 à 2010. Depuis cette date il y a moins d’admis que de postes mis au concours. Ce déficit (qui correspond en moyenne à 130 postes par an) doit être expliqué par l’évolution du nombre de « Présentés », c’est-à-dire des candidats qui se sont présentés à la première épreuve. On voit, et ce phénomène est commun à d’autres disciplines [2], que quand le nombre de postes augmente, les candidats sont plus nombreux (1992-1995) et que l’augmentation continue, même après une diminution des postes (1996-2001). Inversement la diminution dure après le moment où les postes repartent à la hausse (2009-2011). On aurait pu espérer que les candidats se remettent à augmenter comme cela se passe dans les autres disciplines mais il n’en est rien : depuis 2011, soit depuis sept sessions jusqu’à cette année 2017, il y a un déficit : 891 postes n’ont pas été pourvus depuis cette date.

Les raisons en sont à la fois internes et externes : les attaques régulières contre les LCA n’incitent pas des candidats à se lancer dans une carrière mise en cause. Mais il y a aussi des raisons internes : les candidats sont d’anciens élèves qui n’ont pas été captivés par leurs enseignants, ce qui manifeste une inadaptation entre l’enseignement des LCA et l’état de la société.

Que faire ? L’esprit des préconisations au Ministre vise à modifier le programme des LCA au collège : il ne s’agit pas d’évacuer la partie linguistique qui est fondamentale, mais d’en réduire les objectifs au collège. En effet ces objectifs n’étaient que la reproduction d’une époque (avant la généralisation du collège à toute une génération) où l’enseignement du latin était pensé sur six années, de la 6e à la première. Ce n’est plus le cas : le collège forme une unité et en fin de 3e, les élèves de latin et de grec doivent avoir atteint un premier objectif qui est spécifique.

Il faut donc viser des acquisitions grammaticales moins étendues mais mieux assurées : pour cela on redécouvrira l’intérêt de textes simplifiés ou reconstruits à des fins d’enseignement mais, si textes authentiques il y a, ce doivent être des textes simples comme ceux que l’élèves peut voir par lui-même inscrits sur des monuments ou dans des musées (comme la tapisserie de Bayeux). Les grands textes peuvent être lus en traduction.

Si l’on regarde ce qu’on appelle communément la « civilisation », il ne faut pas confondre ce qui est nécessaire pour lire un texte avec un exposé systématique qui relève d’un cours d’histoire. Par contre, notre civilisation actuelle est imprégnée de latin et il faut faire découvrir l’impact de la mythologie ancienne aujourd’hui dans l’audiovisuel, la publicité mais aussi dans la politique (Napoléon se définissant empereur par référence à Auguste ; Hitler voulant créer un 3e empire et Mussolini ressuscitant les faisceaux antiques).

Cette modification des programmes n’a de sens que si elle suscite des vocations pour un programme exigeant de lettres au lycée. Celui-ci doit conduire à un Capes de lettres rénové et unifié où tous les enseignants auront eu une formation au latin de la même façon que tous aujourd’hui reçoivent une formation à l’ancien français. En effet, comment pouvoir expliquer l’étymologie du français, son orthographe et sa grammaire sans posséder ce qui est à son origine, le latin ? Comment enseigner la littérature française sans connaitre la littérature antique à qui elle fait si souvent référence ?

Au terme du Capes, tout enseignant de lettres devrait être capable d’assurer un enseignement de latin au Collège. Au lycée, les agrégés de lettres classiques enseigneraient une langue ancienne obligatoire en série littéraire. Ceci remonterait le niveau de L et mettrait cette série en cohérence avec les prépas littéraires (comme la spécialisation mathématique joue ce rôle avec les prépas scientifiques).

Dans une période intermédiaire et pour pallier le déficit des Capes de lettres classiques, il faudra assurer une formation continue des professeurs de lettres modernes qui ont accepté d’enseigner les LCA au collège et leur reconnaitre le cas échéant une « Certification langues anciennes »

De la même façon qu’il faut favoriser le lien entre le lycée et le supérieur par une série L réformée, il faut de même favoriser le lien entre l’école et le collège au niveau du CM2 en favorisant des recherches comme celle-ci réalisée à l’École nouvelle La Source à Meudon [3] :

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

En conclusion, les préconisations proposées au Ministre visent à la fois le long terme et le court terme : le long terme parce qu’une réforme profonde de l’enseignement des LCA au collège est indispensable pour redonner le gout des langues anciennes et parce qu’une réforme de la série L l’est également au lycée[4] ; le court terme car il faut parer aux pénuries d’enseignants de latin au collège.

  1. texte complet []
  2. cf. sur ce site le billet : situation du Capes en 2013 []
  3. extrait de La Source d’Infos n°49, juin 2017 []
  4. sur l’évolution de cette série, cf. les billets suivants : son histoire, son évolution récente []

7 réflexions au sujet de « Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA »

  1. J’enseigne les Langues Anciennes depuis trente ans (lycée et collège) et j’ai pu constater que les élèves ont cessé d’aimer la traduction quand on a abandonné les textes simplifiés ou réécrits des anciens manuels pour des textes d’auteurs difficiles et souvent décourageants. Je pense que cette volonté de faire entrer les élèves débutants dans des textes d’auteurs était louable mais a été une catastrophe. Cette réforme était peut-être une bonne chose pour des élèves brillants mais c’était oublier la « masse » souvent très intéressée mais aussi parfois en difficulté. Ces enfants-là ont renoncé, ont baissé les bras et ont gardé une mauvaise image du latin et du grec. C’est pourquoi, je pense sincèrement qu’il faut revenir en arrière et refaire des choses simples jusqu’à ce que les élèves comprennent le fonctionnement de la langue et puissent de nouveau traduire seuls, sans s’affoler face aux textes.

    1. En réponse à Juliette Lesage

      J’enseigne moi aussi le latin au niveau collège depuis 15 ans environ après avoir été enseignante en lycée 8 ans durant. Auparavant, au cours de nombreux remplacements, lors d’un début de carrière assez chaotique, j’ai eu le plaisir d’enseigner en 4°/3° avec la méthode SCODEL comme support. Quel plaisir alors de faire progresser mes élèves en grammaire et en vocabulaire, sur des textes simples liés à une progression logique . Aujourd’hui, c’est un « salmigondis » et je ne m’y retrouve plus, hélas ! On mélange enseignement de langue et d’histoire, on part de textes d’auteurs illisibles sauf par des spécialistes, on ennuie nos élèves… Je suis fort dépitée d’avoir à suivre cette méthode qui part de compliqué pour arriver au simple. L’inverse me parait beaucoup plus productif. Question de bon sens ! Allez, je vais retrouver les aventures du jeune QUINTUS qui me paraissent convenir davantage à l’âge de nos élèves…

  2. A partir du moment où les « grands textes » peuvent être lus en traduction, les autres (comme la tapisserie de Bayeux) peuvent l’être aussi, et l’apprentissage de la langue elle-même n’est plus absolument indispensable. Jadis (il y a très longtemps…), l’objectif de l’enseignement du latin dans le secondaire incluait la production écrite (composition, discours, vers, thème). Il est limité depuis quelques décennies à la seule traduction vers le français (traduction qui, entre prenthèses, est largement bannie de l’enseignement actuel des langues vivantes, la compréhension écrite pouvant très bien s’en passer). Outre la réduction des horaires, cette réduction des types d’exercices aggrave certainement la difficulté de l’apprentissage. D’où une réduction des objectifs, y compris en fin de secondaire : on est censé apprendre à traduire, mais on n’y arrive pas vraiment (selon les rapports de l’inspection), et de toute façon, et heureusement, on a les traductions existantes pour les « grands textes ». Enfermé dans ces contradictions, comment l’enseignement de la langue latine dans le secondaire pourrait-il renaitre ?

    Quant à l’utilité du latin pour la maitrise du français, qu’en est-il des 80 % d’une classe d’âge qui ne touchent jamais au latin ? Sont-ils irrémédiablement condamnés à une maitrise insuffisante du français ? 80 % ! – Personnellement, j’ai pas mal travaillé en linguistique diachronique, mais une analyse strictement synchronique de la langue est tout aussi légitime et éclairante, y compris dans le domaine du lexique. Sur un site internet faisant la promotion du latin, je lis : « en classe de 5ème, en apprenant le mot latin « ambulare » (se promener), les élèves ont découvert le sens du vocable français « noctambule » et celui de l’expression « chirurgie ambulatoire ». Bravo ! Mais on peut arriver au même résultat dans le seul cadre du français : on part du verbe français déambuler ou du substantif ambulance, on les confronte à noctambule, ambulatoire, somnambule, marchand ambulant, déambulateur et on met en évidence le segment commun ambul- avec son sens. Si, après, on veut le relier au latin ambulare, pourquoi pas ? Mais apprendre la conjugaison d’ambulare apporterait-il quelque chose à la maitrise des termes français ?

    Un mot à propos de la civilisation. Vous dites que « notre civilisation actuelle est imprégnée de latin ». Est-ce qu’il ne serait pas plus précis de dire qu’elle est imprégnée de la civilisation de l’Antiquité occidentale, dont elle est issue et dont – comme vous dites – l' »exposé systématique […] « relève d’un cours d’histoire » ? Evidemment, ladite civilisation nous a été transmise surtout en latin…

    1. En réponse à Jacques Poitou

      La contradiction que vous mettez en avant dans votre première partie serait le fait que l’on ne cherche plus vraiment à traduire car on ne dispose plus du temps nécessaire pour avoir une diversité d’approches de la langue latine (traduction, mais aussi thème par ex.) et que l’on est plus motivé à le faire du fait des traductions qui existent.
      Vous évoquez le temps jadis, revenons-y donc. Je résume : avant la Renaissance, la langue latine était la langue de l’Église, par ailleurs langue de communication parfaitement efficace. Avec les humanistes, c’est le contenu scolastique complètement déconnecté des réalités politiques, sociales et scientifiques qui est remis en cause. Il faut lire Cicéron pour apprendre à se servir de la parole pour convaincre, pour avoir une action politique. Le but de la redécouverte des Anciens, c’est d’accéder à leurs savoirs mais pour pouvoir discuter et agir. L’école humaniste à base de latin va avoir un grand succès social et s’imposer pour la formation de la jeunesse : il n’y a pas eu de solution de continuité depuis cette date mais des évolutions.
      Mais l’ouverture de pensée ainsi obtenue va avoir des conséquences du point de vue religieux et la Réforme va introduire une cassure, entrainer des guerres que le pouvoir ne pourra surmonter qu’en s’imposant, en interdisant de fait la discussion politique. De ce fait l’enseignement humanisme (pris en charge par exemple par les collèges jésuites) change de nature et devient un enseignement destiné à apprécier les fleurs de rhétorique de Cicéron et non pu à imiter son action sociale par la parole. On veut apprendre à imiter les anciens pour leur « vertu », ladite « vertu » va permettre ultérieurement à Robespierre de commettre les crimes de la Terreur.
      Après la Révolution, alors que la science est affranchie de la langue latine, l’enseignement du latin qui avait perdu tout raison d’être se poursuit du fait que les enseignants sont là avec leur savoir et qu’il faut partir de ce qu’ils savent faire : on invente une nouvelle motivation pour le latin la « gymnastique de l’esprit ». A partir de la réforme de 1902, un enseignement « moderne » sans latin s’oppose à l’enseignement « classique » mais l’excellence va abandonner les langues anciennes pour passer aux mathématiques à partir des années 1950. Après mai 68, le latin relégué en option doit se trouver de nouvelles finalités mais paradoxalement le nombre des latinistes croit rapidement du simple fait que le collège unique fait que l’option langues anciennes est proposé à beaucoup plus d’élèves.
      Dans les années 1980, un nouvel esprit est proposé à l’enseignement des langues anciennes : des associations professionnelles se fédèrent et remettent en cause l’enseignement ancien qui ne visait que la gymnastique de l’esprit. On décide de prendre au sérieux les textes qui doivent apporter aux élèves un apport culturel : l’éducation nationale s’empare de ces thèses et les traduit d’une manière un peu simpliste en faisant du but une méthode et en imposant le seul recours aux « textes authentiques » en oubliant la progressivité indispensable à tout enseignement.
      De ce fait, les préconisations avancées aujourd’hui consistent à se donner un objectif pédagogique en deux temps : celui de l’apprentissage de textes simples (comme la tapisserie de Bayeux) ou même simplifiés pour qu’en fin de collège l’élève ait le sentiment justifié qu’il maitrise l’opération de compréhension (et de traduction éventuelle) d’un texte de langues anciennes. Il sait que s’il poursuit au lycée, les « grands textes » dont il peut se faire une idée par des traductions lui seront accessibles dans leur langue d’origine.

      Sur la question d’une utilité immédiate du latin, je partage votre sentiment : en fait bien souvent, c’est la proximité d’un mot latin avec la langue française qui permet de saisir son sens latin et non le contraire. Cependant, la comparaison entre langues romanes sert aujourd’hui à leur apprentissage simultané : l’élève qui disposerait d’une base de vocabulaire latin y serait avantagé.

      A propos de la civilisation, l’exposé systématique qui est fait en histoire de la civilisation antique se réduit à peu de choses mais la question n’est pas de compréhension historique mais d’imprégnation culturelle profonde. Mais ici le professeur de lettres classiques est d’abord un professeur de lettres, c’est-à-dire celui qui par l’étude de la littérature permet d’accéder à la compréhension du monde actuel, de ses passions, de ses échecs, de son mode de fonctionnement. Il permet aussi de prendre une distance par rapport à des apprentissages uniquement utilitaires. L’apport spécifique d’une section littéraire rénovée incluant les langues anciennes serait de pouvoir faire étudier de près des sources anciennes grecques et latines qui parlent encore à la conscience contemporaine.

  3. En réponse à Philippe Cibois

    Je serais curieux de savoir quelle proportion d’élèves ayant fait du latin au collège et au lycée sont effectivement capables de lire en fin de lycée un texte latin couramment (donc un texte qu’ils ne connaissent pas encore, sans dictionnaire). Et combien de non-spécialistes le pratiquent encore cinq ans après le bac ? Connaissez-vous des études à ce sujet ? Evidemment, le latin peut garder longtemps un aspect ludique. François Bayrou, reçu à l’agrégation de lettres classiques en 1974 et grand défenseur du latin, a dit en 2015 qu’il lui arrivait d’échanger avec Alain Juppé, lui aussi agrégé de lettres classiques (en 1967), des SMS en latin « en matière de plaisanterie », pour « rire », et avec Fred Vargas… en latin de cuisine. (précisions ici : http://j.poitou.free.fr/pro/html/ltn/latin-pseudo.html)

    Je suis bien d’accord avec vous que la connaissance du latin peut faciliter l’apprentissage de langues romanes. Mais si l’on veut apprendre par exemple l’espagnol, est-ce qu’il est plus profitable d’avoir au collège ou au lycée deux ou trois heures d’espagnol de plus, ou deux ou trois heures de latin ? Sans parler du travail correspondant à la maison…

    Quant à la suggestion d’une filière littéraire rénovée et renforcée avec latin ou avec latin et grec, ce seraient les filières B et A des années soixante du siècle passé. Mais on peut concevoir aussi un renforcement avec plus d’histoire littéraire qu’actuellement (comme dans les années soixante…) ou avec une ouverture comparatiste vers les littératures étrangères. Soit un renforcement type « lettres classiques », un renforcement « Lagarde & Michard » ou un renforcement type « lettres modernes ». Car une filière littéraire d’excellence n’inclut pas nécessairement le latin : voir les concours d’entrée à Normale Sup’ Ulm (filière A/L), avec latin, et Lyon (filière LM), sans latin.

    1. En réponse à Jacques Poitou

      Donc, tout ce qui importe pour vous, c’est surtout surtout surtout que le latin disparaisse?
      Absolument toutes les propositions émises par les enseignants de lettres classiques pour renouveler le cadre administratif qu’on leur impose depuis 1968 et qui est la cause principale de la situation actuelle ne doivent surtout surtout surtout pas être ne serait-ce qu’écoutées?
      Il faut surtout surtout surtout qu’ils se taisent et disparaissent en silence.
      Je serai curieux de savoir combien d’élèves de filière scientifique font encore de la SVT ou de la physique cinq ans après leur bac. Combien d’élèves de ES font de l’économie ou de la gestion. Si on part sur ces questions, autant supprimer tous les enseignements généraux hors expression orale et écrite et calcul mental. Fermons les lycées et les collèges et ouvrons des instituts de formation professionnelle en relation avec le bassin d’emploi. Ce sera plus «efficace».

    2. En réponse à Jacques Poitou

      Quelle proportion d’élèves ayant fait sept ans d’anglais sont capables de communiquer de manière fluide dans cette langue?
      Faut-il pour autant supprimer son enseignement au collège-lycée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *