Petit manuel de campagne électorale

En 64 av. J.C. Cicéron se présente aux élections consulaires (c’est pendant ce consulat qu’il aura à lutter contre Catilina). Son frère Quintus lui envoie en vue de cet élection un ensemble de conseils connu sous le nom de commentariolum, (c’est-à-dire un diminutif de commentarium, mémoire, recueil de notes, comme les Commentaires de César),  un petit manuel ; petitionis, de candidature, ici de nature électorale devant les comices centuriates.

Au moment de la sortie d’une première édition de ce texte [1] nous sommes en 2017 peu avant la précédente campagne électorale présidentielle qui devait conduire à l’élection d’Emmanuel Macron. Un journaliste du Figaro de l’époque, Éric Zemmour, commente cette parution dans les termes suivants : « (…) en cette année 64 avant J.-C., Cicéron est en campagne électorale à Rome. Il guigne le poste de consul. Son frère lui concocte un petit manuel de campagne électorale, qui s’avère un bijou de cynisme et de lucidité. L’élève endosse un instant les habits du maître. Le cadet devient le mentor. Il écrit un modèle du genre qui n’a pas pris une ride en deux mille ans et qui, au fil des pages, nous rappelle étonnamment quelqu’un, et pas seulement en raison de la rime facile de leurs patronymes. À chaque phrase, à chaque conseil, à chaque recommandation, on ne peut s’empêcher de s’éloigner en pensée de Rome pour voguer vers Paris : le consul se fait président, et derrière Cicéron se glisse notre Macron » [2]. Et Zemmour d’enchainer sur le fait que Macron est un homme nouveau, comme Cicéron, qu’il doit s’appuyer sur le forum, aujourd’hui constitué par l’agora médiatique ; qu’il doit savoir flatter ; qui se réfère à Ricoeur comme Cicéron le faisait à Platon. Son texte finit par cette phrase : « Cachez-moi ce cynisme que je ne saurais voir. Les âmes ingénues pourraient y perdre leurs illusions. Et le système démocratique n’y survivrait pas ».

Aujourd’hui, une telle présentation pose deux questions : est-ce que Éric Zemmour donne une bonne vision du texte de Quintus Cicéron ? Répondons immédiatement que ce n’est pas le cas, mais posons-nous aussi la question de savoir qui fait courir un risque au système démocratique dans la présente élection ?

La question de l’authenticité

Le cynisme de certains passages est évident :
(…) comitas tibi non deest
tu ne manques aucunement de l’affabilité
ea quae bono ac suaui homine digna est,
qui convient à un homme bon et aimable
sed opus est magno opere blanditia,
mais il est très nécessaire de savoir flatter
quae, etiam si uitiosa est et turpis in cetera uita,
chose qui, si elle est vicieuse et honteuse dans les circonstances ordinaires de la vie,
tamen in petitione necessaria est;
est en revanche indispensable dans la campagne électorale (§42) [3].

Face à une telle promotion d’actes incohérents avec la dignité de Cicéron, certains auteurs ont refusé de croire à l’authenticité du texte. Cependant, d’autres au contraire demandent des preuves tangibles d’inauthenticité car un tel argument ne suffit pas. Cependant la suspicion joue, et par exemple le Commentariolum n’est pas publié comme authentique dans la grande collection Loeb. Il n’est pas publié non plus (tout en rouge) dans la Collection des Universités de France  des Belles lettres mais dans une collection annexe «Commentario».

On rappelle que le vote pour l’élection du consul se fait devant les comices centuriates dont les plus nombreuses sont celles qui sont composées par les citoyens les plus riches. Ce sont les classes supérieures qui élisent le consul et donc la campagne électorale doit se faire auprès d’eux qui n’ont pas beaucoup de différences idéologiques entre eux et où tout est affaire de liens sociaux, de clientèle, d’amitié, de services rendus. Quand on est un homme nouveau, comme Cicéron, il faut persuader ces classes supérieures qu’il est bien du parti des optimates, de l’élite sénatoriale et non du côté des populares et de ce fait, le cynisme repéré plus haut n’en est pas un, mais est simplement une description d’une pratique généralisée, d’un mode de fonctionnement normal du système.

A partir du moment où l’on est conscient de ces pratiques communes, il n’y a plus aucune raison de mettre en doute l’authenticité du texte :  au contraire ce texte manifeste, par le souci qu’il a de ne pas s’en tenir à la seule relation de patron à client, que l’adhésion de larges couches de citoyens était nécessaire pour se faire élire. Contrairement à ce que pensaient les plus nobles des romains, ils n’étaient pas automatiquement destinés à gagner les élections : ils devaient s’abaisser à convaincre. Ceci est d’autant plus vrai pour un homo novus comme Cicéron.

Le commentariolum peut paraitre cynique mais en fait c’est un très bon programme politique dans la mesure où il demande à Cicéron de faire connaitre ses qualités dans une première partie. Dans une deuxième partie, il décrit les processus que le candidat doit mettre en œuvre (raviver le lien avec les amis et les clients, gagner la faveur populaire) et dans une troisième partie il décrit des pratiques qu’il refuse et où l’on trouvait pièges, tromperies, arrogance, grossièreté, méchanceté, orgueil. Contre la violence qu’ont connue les contemporains de Cicéron (guerre civile entre Marius et Sylla), s’en tenir au jeu normal d’une campagne est déjà un programme politique cohérent avec les convictions propres de Cicéron comme nous le verrons.

1) Cicéron doit faire connaitre ses qualités

Nominis nouitatem
Ton statut d’homme nouveau
_____dicendi gloria maxime
_____surtout par ta gloire d’orateur
subleuabis.
tu en allégeras le fardeau [4].

Semper ea res plurimum dignitatis habuit;
C’est là une chose qui a toujours joui de la plus grande considération :
______non potest
 _____ne peut pas
qui dignus habetur patronus consularium
l’homme qui est jugé digne d’être l’avocat d’anciens consuls
_____indignus consulatu putari.
_____être estimé indigne du consulat (§2).

Etiam hoc multum uidetur
Également, ce qui semble
adiuuare posse nouum hominem,
pouvoir beaucoup aider un homme nouveau,
hominum nobilium uoluntas
c’est la sympathie des nobles
et maxime consularium
et surtout des anciens consuls(§4)

Ii rogandi omnes sunt diligenter
Tous il faut donc les solliciter
et ad eos adlegandum est
les démarcher par des intermédiaires
persuadendumque est iis nos semper
et les persuader que nous avons toujours
_____cum optimatibus de re publica
_____l’opinion politique des Optimates
sensisse,
partagé
_____minime popularis fuisse;
_____et n’avons jamais été du parti des Populaires(§5)

2) Mode d’emploi du consulat

Il faut le soutien de ses amis et la faveur populaire

– les amis : c’est la partie la plus longue du texte (§§ 16-40)

Sed hoc nomen amicorum
Mais ce terme d’« amis »
in petitione latius patet
a dans la campagne électorale une extension plus large
quam in cetera uita ;
que dans la vie en général
quisquis est enim qui ostendat aliquid in te uoluntatis,
en effet, toute personne qui vienne à faire preuve à ton endroit de tant soit peu de disposition favorable
qui colat, qui domum uentitet,
à cultiver ta compagne, à fréquenter régulièrement ta maison
is in amicorum numero est habendus
doit être comptée au nombre de tes amis (§16)

Mais il faut toucher aussi l’ensemble du corps électoral 

Et primum, id quod ante oculos est,
Et d’abord (c’est une évidence première)
_____senatores equitesque Romanos,
_____aux sénateurs et chevaliers romains
_____ceterorum ordinum omnium
_____et dans tous les autres ordres
_____nauos homines et gratiosos
_____aux hommes actifs et influents
complectere
consacre-toi (§29)

Et, quoniam adsectationis mentio facta est,
Et puisqu’il a été question du cortège
id quoque curandum est ut
Il faut également veiller
_____cottidiana cuiusque generis
_____d’un cortège quotidien, formé de de chaque genre d’homme,
_____ et ordinis et aetatis
_____de chaque ordre et de chaque tranche d’âge
utare;
à bénéficier

nam ex ea ipsa copia coniectura fieri poterit
car c’est d’après cette affluence qu’on pourra conjecturer
quantum sis in ipso campo uirium ac facultatis habiturus
l’ampleur des forces et des ressources dont tu disposeras sur le Champ de Mars (§34)

– la faveur populaire

C’est ici que prend place le paragraphe 42 donné plus haut sur la flatterie nécessaire, mais apparaissent aussi d’autres pratiques qui sont la marque d’un clientélisme (qui aujourd’hui peut conduire en prison un ancien maire).

Benignitas autem late patet:
D’autre part, la générosité a un vaste champ d’application :
(…)
est in conuiuiis, quae fac ut
elle apparait dans les banquets, qui,- veilles-y –
et abs te et ab amicis tuis concelebrentur
doivent être donnés par toi-même et par tes amis
et passim et tributim ;
à la fois au public sans discrimination et au tribus séparément
est etiam in opera,
elle apparait aussi dans ton activité,
quam peruulga et communica,
que tu dois faire connaitre à tous et faire bénéficier à tous 
curaque ut aditus ad te diurni nocturnique pateant,
et veille à ce que l’on ait accès à toi de jour comme de nuit
neque solum foribus aedium tuarum
et non pas seulement par les portes de ta maison
sed etiam uultu ac fronte,
mais également par ton visage et ta physionomie
quae est animi ianua ;
qui sont les portes de l’âme
quae si significat uoluntatem abditam esse ac retrusam,
car si ceux-ci dénoncent une volonté qui se cache et se replie sur elle-même
parui refert patere ostium.
peu importe que l’accès de la maison soit grand ouvert.

Homines enim non modo promitti sibi,
En effet les gens ne veulent pas seulement qu’on leur fasse des promesses,
praesertim quod a candidato petant,
surtout quand ils sollicient un candidat,
sed etiam large atque honorifice promitti uolunt
mais encore qu’on leur promette d’une manière généreuse et qui témoigne de la considération (§44).

L’objectif final de cette campagne est :

Sed haec tibi sunt retinenda :
mais il faut t’en tenir aux objectifs suivants :
ut senatus te existimet
que le sénat voie en toi
ex eo quod ita uixeris
d’après le fait que tu as toujours vécu ainsi
defensorem auctoritatis suae fore,
le futur défenseur de son autorité,
equites R. et uiri boni ac locupletes
les chevaliers romains et la bonne société riche
ex uita acta te studiosum oti ac rerum tranquillarum,
d’après ton passé, un soutien à la paix civile et à la tranquillité publique,
multitudo ex eo quod
et la foule, d’après le fait que
dumtaxat oratione
ne serait-ce qu’en parole  
in contionibus ac iudicio popularis fuisti
dans les assemblées et devant les tribunaux tu as été favorable au peuple,
te a suis commodis non alienum futurum.
un homme qui ne sera pas hostile à ses intérêts (§53)

3) les pratiques politiques

Haec mihi ueniebant in mentem
Voilà donc ce qui me venait à l’esprit
de duabus illis commentationibus matutinis,
au sujet des deux thèmes matinaux
quod tibi cottidie ad forum descendenti meditandum esse dixeram:
ce que, t’avais-je dit, tu dois méditer tous les jours en descendant au forum
“Nouus sum, consulatum peto”.
« Je suis un homme nouveau ; je suis candidat au consulat ».
Tertium restat: “Roma est”,
Reste les troisième « il s’agit de Rome »
ciuitas ex nationum conuentu constituta,
cité constitué de l’afflux des nations,
in qua

_____multae insidiae, multa fallacia,
_____beaucoup de pièges, beaucoup de tromperies,
_____multa in omni genere uitia
_____beaucoup de vices de tous ordres
uersantur,
se rencontrent

_____multorum adrogantia, multorum contumacia,
_____de tant de gens, l’arrogance, de tant, la grossièreté
_____multorum maleuolentia, multorum superbia,
_____de tant, la méchanceté, de tant, l’orgueil
_____multorum odium ac molestia
_____de tant, les procédés haineux et blessants
perferenda est.
où il faut supporter (§54).

Face à une telle situation, c’est déjà tout un programme politique de refuser de telles pratiques : une telle affirmation dessine par opposition ses rivaux,  Antoine l’oligarque et Catalina le démagogue. De plus, le fait de s’adresser à tous, optimates, chevaliers, mais aussi gens de toutes les tribus, de toutes les régions,souligne une des constantes de la politique menée par Cicéron, la concorde des ordres. Accord entre sénateurs et chevaliers mais plus largement accord avec tous ceux qui qui refusent la violence, qu’elle vienne des populares par l’intermédiaire des tribuns du peuple, ou des sénateurs qui ont, à l’occasion, confié la défense de leurs prérogatives à un général vainqueur.

***

Dans un précédent billet, j’avais étudié des textes de Cicéron issus Des devoirs ou de La République et qui précisaient cette notion de Concorde, programme que Cicéron, entrainé dans le tourbillon de la guerre civile n’a pas pu faire appliquer mais qui est resté inscrit dans la mémoire collective. On en trouve trace par exemple dans le fait que la concorde a eu sa place à Paris quand, après la Terreur, les hommes de la Révolution, voulant renoncer à la violence, ont voulu symboliquement que le lieu où les exécutions étaient faites, soit sous l’égide de la Concorde.



Citer ce billet
Philippe Cibois (2022, 1 mars). Petit manuel de campagne électorale. La question du latin. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofj4

  1. Quintus Cicéron, Petit manuel de campagne électorale.  Marcus Cicéron, Lettres à son frère Quintus, texte latin, révisé, traduit et commenté par François Prost, Les Belles lettres, 2017 []
  2. FigaroVox du 20/12/2017 []
  3. texte et traduction de François Prost 2017, ici et dans la suite []
  4. Je rappelle le principe de la lecture sous-titrée avec reports à droite : l’ordre des mots latins est respecté en lisant une ligne après l’autre. L’ordre des mots français suppose que l’on lise d’abord les lignes sans report, puis les lignes reportées à droite []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.