L’art de gouverner ses esclaves

ArtGouvEsclavesLa fiction est la suivante : un certain Marcus Sidonius Falx, consulaire de son état, est censé expliquer à des non-romains comment il faut gérer ses esclaves, les acheter, les faire travailler, surveiller leur vie sexuelle, les punir mais aussi les affranchir le cas échéant. Il montre enfin que les chrétiens traitaient leurs esclaves comme tout le monde. Après chaque exposé de Falx, Jerry Toner, (directeur d’études associé à la faculté d’études classiques de Cambridge), reprend la parole pour le commenter et indiquer les sources où l’on pourra trouver ce qui rend compte du point de vue romain.

Falx est supposé vivre au 1er ou au 2e siècle : il déclare que Trimalcion est son voisin ce qui lui permet de dire beaucoup de mal des affranchis. Ici la source est évidemment Pétrone mais les sources les plus citées par Jerry Toner sont quant à l’inspiration philosophique Sénèque et Pline le Jeune, c’est-à-dire des porteurs du stoïcisme de l’époque impériale.
Ce livre est exaspérant, mais c’est voulu par l’auteur qui veut nous décentrer et nous montrer de l’intérieur comment un noble romain pouvait à la fois avoir des postures d’humanité stoïcienne que nous pouvons partager et collaborer à cette violence qu’est l’esclavage dont les formes les plus rudes sont exposées.

Ce livre peut certainement donner une bonne idée de ce qu’était l’esclavage domestique à l’époque impériale, mais il est trompeur quant à la nature de l’esclavagisme romain dans son ensemble. Il s’inscrit dans une présentation édulcorée du monde romain qui vise à présenter l’Antiquité sous une forme admirable que l’on puisse enseigner aux enfants.

Latifundia perdidere italiam

Verumque confitentibus latifundia perdidere Italiam iam vero et provincias.
Il faut avouer que les grandes propriétés ont perdu l’Italie mais aussi désormais les provinces :
sex domini semissem Africae possidebant, cum interfecit eos Nero princeps.

six propriétaires possédaient la moitié de l’Afrique quand l’empereur Néron les mis à mort.
(…)
Coli rura ab ergastulis pessumum est, ut quidquid agitur a desperantibus

Pour les campagnes, être cultivées par des ateliers d’esclaves est la pire des choses comme tout ce qui est fait par des désespérés. [1]

Déjà Pline avait bien conscience que les grandes exploitations à base d’esclaves enchainés n’étaient pas un bon principe, mais la condamnation était un rappel des mœurs des ancêtres comme Caton qui exigeait un travail soigné, qui ne pouvait être fait que par des esclaves motivés.

Cependant, Diodore de Sicile [2] rapporte comment les esclaves étaient traités dans les mines d’Espagne qui étaient d’autant plus rentables qu’elles étaient exploités par des esclaves qui mourraient rapidement du fait des travaux faits sous les coups. Ceux mêmes qui résistaient souhaitaient mourir tant leur condition était dure.

Le système esclavagiste romain dans les latifundia et dans les mines était basé sur des « ergastules », des ateliers d’esclaves travaillant toute la journée enchainés, sans disposer de la moindre intimité et avec juste la nourriture nécessaire pour reconstituer leurs forces. Aldo Schiavone, dont j’ai déjà présenté le livre, L’histoire brisée (1996, traduction 2003 Belin, p.51) dans un précédent billet, ajoute que pour Caton et Columelle, cela était parfaitement normal.

La richesse de Rome était liée au système esclavagiste et les grandes quantités d’esclaves étaient liées aux conquêtes : quand l’expansion cessa, le système romain s’écroula : voir Schiavone pour les détails.


 ActualitéParlerLatinLinnéLes lecteurs de ce carnet de recherche connaissent déjà certains aspects de ce livre. En effet après la publication du billet consacré à L’usage du latin en zoologie, un éditeur m’a proposé d’écrire un ouvrage sur le latin de Linné. J’ai alors mis en ligne plusieurs billets sur la question : Le latin de Linné (1707-1778), Du latin de Linné à celui du Code de Melbourne (2011), La recherche sur les plantes de Théophraste à Pline l’Ancien. J’ai réécrit l’ensemble pour le livre en lui ajoutant plusieurs chapitres sur l’influence de Linné dans la notation chimique et en météorologie.  Ce livre m’a également permis de mieux comprendre l’histoire de la classification au sens technique du terme et j’y ai expliqué comment on est passé du latin à l’anglais comme langue de la science.

 

  1. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre 18, chap, 7 []
  2. La Bibliothèque historique, livre V Chapitre 38 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *