Tous les articles par Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

Le livre de Raoul Frary de 1885

Le livre de Raoul Frary, La question du latin, paru en 1885[1] a été l’occasion de discussion nombreuses : si Maupassant lui donne le titre d’une de ses nouvelles, ce même titre se retrouve dans de nombreuses autres contributions. Clément Falcucci, dans sa thèse de 1939 en donne de nombreux exemples[2] : sous le même titre il cite des articles de F.Brunetière dans la Revue des Deux Mondes, de F. Dreyfus-Brisac dans la Revue Internationale et il cite, concernant le débat, 13 articles ou livres espacés de 1886 à 1904.

Dans une nouvelle de 1886 ayant pour titre La question du latin, Guy de Maupassant raconte une histoire de sa jeunesse où il est question d’un répétiteur de latin qui est poussé par plaisanterie à épouser une ouvrière : ils achètent une épicerie plus rentable finalement que les cours de latin. Le titre est lié à l’actualité car la nouvelle commence ainsi : « Cette question du latin, dont on nous abrutit depuis quelques temps, me rappelle une histoire, une histoire de ma jeunesse ».[3].

Ce qui frappe dans le livre de Frary, et les contemporains y ont été sensibles, c’est sa radicalité : pour la première fois, un auteur prend en compte systématiquement tous les arguments en faveur du latin et montre leur inanité. Il s’attaque en effet aux quatre arguments qui étaient avancés pour le maintien du latin (et qui le sont toujours, ce qui montre bien qu’ils avaient acquis leur forme canonique dès cette époque). Ces quatre arguments sont résumés par lui de la façon suivante :
« Que l’étude d’une langue ancienne est une excellente gymnastique pour l’esprit des enfants ;
« Que la connaissance du latin est indispensable à qui veut bien savoir le français ;
« Que la fréquentation des grands hommes et des grands écrivains de l’Antiquité forme l’esprit et le cœur ;
« Que la civilisation moderne étant fille de la civilisation gréco-romaine, la meilleure culture qu’on puisse donner aux générations nouvelles est celle que nous empruntons à nos maitres. » (Frary, p. 112)

Continuer la lecture de Le livre de Raoul Frary de 1885