Tous les articles par Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, a été professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne

L’exposition consacrée aux rites funéraires à Lugdunum qui est présentée par le Musée gallo-romain de Fourvière est prolongée jusqu’au 26 septembre 2010. A défaut d’une visite qui s’impose aux élèves de langues anciennes de la région, il est possible de trouver en ligne une galerie de photos, le livret de la visite et l’audio-guide. L’exposition, basée sur les découvertes récentes faites dans la région par le biais de l’archéologie préventive, tente de reconstituer (sous forme d’une scénographie) ce qu’aurait pu être une veillée funèbre puis est imaginée sous forme d’une grande fresque ce que pouvait être le cortège funéraire, puis l’incinération par le biais d’un film et de la reconstitution d’un espace funéraire.

L’exposition, outre l’argumentaire scientifique, tente de faire comprendre ce que signifiaient ces rites au plan humain. Elle présente aussi plusieurs inscriptions dont l’épitaphe et le masque mortuaire de Claudia Victoria, morte à 10 ans.

Continuer la lecture de Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne

La fascination de l’Antique de Rollin à Rousseau

Les vies parallèles de Plutarque

Quand à mes débuts de latiniste, je traduisais le De viris illustribus, je pensais qu’il s’agissait d’une livre unique, sans plus d’auteur défini que les tables de multiplications. Je ne pouvais savoir que ce livre avait un auteur, Charles Lhomond, pédagogue à la manière de Rollin, comme lui clerc, mais non pas principal d’un collège mais simple régent de collège, c’est à dire professeur de collège. Il le restera jusqu’à la Révolution qui l’emprisonnera car il refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé. Un de ses anciens élèves, Tallien le fera libérer, ce qui fait dire à Jacques Gaillard, préfacier d’une édition récente du de viris, « qu’on peut tuer son roi et vénérer son maitre d’école » [1]. La première édition de ce de viris est daté de 1779 : de ce de viris car il s’inscrit à la suite de nombreux autres : Cornélius Nepos, Suétone, Saint-Jérôme, Pétrarque ont rédigés des ouvrages qui portent un titre analogue, tous imitateurs les uns des autres mais, pour ceux qui lui sont postérieurs, influencés par Plutarque, auteur des Vies parallèles, qui associent un Grec et un Romain ayant eu des destinées comparables et illustres, César et Alexandre, Démosthène et Cicéron pour prendre les deux seuls couples qui soient encore connus aujourd’hui. Ces 50 vies ont été écrites entre 100 et 115 de notre ère par Plutarque, professeur réputé, notable de la partie grecque de l’Empire et auteur de nombreux traités philosophiques.

Plutarque est lu par tous car il récapitule l’histoire de la Grèce et de Rome. Citons François Hartog qui en préface une édition récente [2] : « les jeunes gens l’ont découverte et épelée chez lui, le trouvant dans les bibliothèques familiales, l’étudiant dans les collèges des Pères. (…) Chez lui, nos classiques se sont pénétrés des grands noms d’Athènes et, surtout, de Rome ; chez lui, les premiers humanistes ont redécouvert la sagesse des Anciens et ont été émerveillés par cette capacité à réfléchir à haute voix. Il a été une des pierres angulaires de l’homme des Humanités. » ( p. 11).

Continuer la lecture de La fascination de l’Antique de Rollin à Rousseau

Tolle, lege : compréhension et traduction

Dans la vallée de Chevreuse, près de St Lambert des Bois (Yvelines), une mauvaise route quitte la D91 pour s’enfoncer dans la forêt. Il faut continuer à pied et on débouche sur cela qui semble bien vide : il s’agit de ce qui reste de l’Église du monastère de Port Royal.

Dans ses Mémoires, Saint-Simon nous dit qu’après la dispersion des religieuses (1709), le monastère devenant lieu de pèlerinage,

on procéda à raser la maison, l’église et tous les batiments, comme on fait les maisons des assassins des rois : en sorte qu’enfin il n’y resta pierre sur pierre. Tous les matériaux furent vendus, et on laboura et sema la place. [1]

Il ne reste donc que ces fondations mais si elles sont toujours l’objet d’une attention particulière, c’est que le Jansénisme qui s’y développa fut en France une grande aventure intellectuelle et politique où Pascal eut un rôle actif. À quelques centaines de mètres, les Granges de Port Royal sont encore l’écho vivant du lieu où Racine fut formé.

Continuer la lecture de Tolle, lege : compréhension et traduction

Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Nous avions conclu dans le précédent billet que l’enseignement de la langue latine restait un objectif permanent, du 18e siècle à aujourd’hui. Le propos doit être nuancé car la comparaison des programmes de 1996 avec ceux de 2009 nous conduit à noter une évolution entre les perspectives des deux programmes et c’est ce que nous allons étudier ici.

De Rollin à aujourd’hui

Même quand la Révolution a rendu obsolète l’objectif de formation morale lié à la lecture des anciens, l’acquisition du latin est restée un objectif pédagogique du 19e siècle du fait de la nécessaire stabilité éducative de tout enseignement. Enseigner le latin était la fonction du système scolaire avant la Révolution, cet enseignement reste important après, les sciences faisant leur apparition. Ce qui change ce sont les motivations avec l’apparition des aspects utilitaires : étymologie et gymnastique de l’esprit.

Au début du 20e siècle, avec l’apparition de l’enseignement moderne un équilibre est trouvé : l’enseignement du latin est lié à un désir de haute culture qui semble nécessaire à un milieu social lui-même élevé. Cependant, l’unification du système scolaire dans les années 60 conduit à repousser l’apprentissage du latin en 4e.

Continuer la lecture de Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège