Archives de catégorie : Finalités

Les humanités pour quoi faire ? Réponses relevées à Toulouse

Des Assises des lettres rassemblées à Toulouse (27-29 mai 2010), je ne prétends pas donner un compte-rendu synthétique des propositions faites mais en relever certaines parce que particulièrement intéressantes.

Dans cette catégorie, je citerai la perspective d’Yves Citton qui met l’accent sur la dimension de rupture que doit introduire l’étude de la littérature [1]. En effet l’étude d’un texte littéraire ne se réduit ni à son analyse formelle, ni à l’étude de ses conditions de production ou de réception qui restent cependant des perspectives légitimes et exigeantes de la linguistique ou de l’histoire littéraire. Le propre de l’étude de la littérature est aujourd’hui de faire entrer en résonance des textes littéraires avec le contexte social d’aujourd’hui et d’attendre de cette confrontation une rupture de l’ordre social et politique.

Continuer la lecture de Les humanités pour quoi faire ? Réponses relevées à Toulouse

L’usage du latin en zoologie : une étude de cas

Le présent billet voudrait, à partir de l’exemple d’une recherche menée en ornithologie, rendre compte de l’usage du latin en zoologie aujourd’hui.

La recherche en question porte sur un oiseau de Madagascar, un passereau analogue à notre fauvette et doté d’un long bec (cf. photo). Son nom scientifique est Bernieria madagascariensis, dont on voit bien qu’il est formé sous une forme latine à partir de noms non latins (un certain Mr Bernier et l’ile de Madagascar). C’est le seul usage du latin qui reste en zoologie car les descriptions sont faites soit en anglais soit dans d’autres langues. Elles le furent longtemps en latin et, pour la recherche citée, il a fallu retourner à une publication allemande de 1860, le Journal für Ornithologie.

En effet, le problème scientifique actuel est de définir une nouvelle famille d’oiseaux endémiques à Madagascar. Cette hypothèse est en cours de validation par le biais de l’analyse de l’ADN, mais pour pouvoir introduire une modification dans la nomenclature officielle, il faut retourner aux premières descriptions, ici faites en latin.

Continuer la lecture de L’usage du latin en zoologie : une étude de cas

La critique du latin au XVIIIe siècle

D’Alembert

« Avant que de traiter un sujet si important, je dois prévenir les lecteurs désintéressés, que cet article pourra choquer quelques personnes, quoique ce ne soit pas mon intention » : cet avertissement de d’Alembert à l’article « Collège » de l’Encyclopédie[1], montre bien que le sujet est déjà objet de controverse. Le sujet est déjà brulant car au XVIIIe comme aujourd’hui, la polémique sur le latin n’est pas anodine. Les opposants ont bien conscience que leur engagement, qui touche à l’essentiel de la culture et des valeurs qui doivent commander notre civilisation, concerne donc le politique au sens large puisqu’il faut savoir ce qu’il est juste de penser et de faire, mais aussi au sens étroit puisqu’il faut décider sur ce qu’il faut enseigner.

D’Alembert a bien le sentiment qu’il va choquer, car il va noircir le tableau afin d’aider à une réforme :

« La matière dont je vais parler intéresse le gouvernement et la religion, et mérite bien qu’on en parle avec liberté, sans que cela puisse offenser personne : après cette précaution, j’entre en matière.
« Humanités. On appelle ainsi le temps qu’on emploie dans les collèges à s’instruire des préceptes de la langue latine. Ce temps est d’environ six ans : on y joint vers la fin quelque connaissance très superficielle du Grec ; on y explique, tant bien que mal, les auteurs de l’Antiquité les plus faciles à entendre ; on y apprend aussi, tant bien que mal, à composer en Latin ; je ne sache pas qu’on y enseigne autre chose. Continuer la lecture de La critique du latin au XVIIIe siècle

La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Cette communication a été faite dans le cadre des Assises des lettres à Toulouse, du 27 au 29 mai 2010. Les humanités pour quoi faire ? Enjeux et propositions. Cf. le programme complet. Elle reprend un grand nombre de thèmes déjà exposés dans le présent carnet de recherche et pour lesquels des liens ont été indiqués.

Table ronde Langues anciennes animée par Jean-Claude Carrière

Philippe Cibois
Université de Versailles – St-Quentin en Yvelines

Ce que je vais vous présenter est un travail de sociologue qui dispose de ses outils : statistiques, enquêtes, analyse de contenu, mais c’est aussi une réflexion de citoyen engagé.

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet, a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 : pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle.

Elle se pose cependant : à la rentrée 2008, 174.000 élèves faisaient du latin en 5e alors qu’en 1920 ils n’étaient que 10.000. On peut donc dire que depuis les gallo-romains, on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui. Alors que le sentiment d’une perte de vitesse du latin s’est instauré, d’où vient ce paradoxe ?

Continuer la lecture de La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Tolle, lege : compréhension et traduction

Dans la vallée de Chevreuse, près de St Lambert des Bois (Yvelines), une mauvaise route quitte la D91 pour s’enfoncer dans la forêt. Il faut continuer à pied et on débouche sur cela qui semble bien vide : il s’agit de ce qui reste de l’Église du monastère de Port Royal.

Dans ses Mémoires, Saint-Simon nous dit qu’après la dispersion des religieuses (1709), le monastère devenant lieu de pèlerinage,

on procéda à raser la maison, l’église et tous les batiments, comme on fait les maisons des assassins des rois : en sorte qu’enfin il n’y resta pierre sur pierre. Tous les matériaux furent vendus, et on laboura et sema la place. [1]

Il ne reste donc que ces fondations mais si elles sont toujours l’objet d’une attention particulière, c’est que le Jansénisme qui s’y développa fut en France une grande aventure intellectuelle et politique où Pascal eut un rôle actif. À quelques centaines de mètres, les Granges de Port Royal sont encore l’écho vivant du lieu où Racine fut formé.

Continuer la lecture de Tolle, lege : compréhension et traduction