Archives de catégorie : Finalités

Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

Nous avions conclu dans le précédent billet que l’enseignement de la langue latine restait un objectif permanent, du 18e siècle à aujourd’hui. Le propos doit être nuancé car la comparaison des programmes de 1996 avec ceux de 2009 nous conduit à noter une évolution entre les perspectives des deux programmes et c’est ce que nous allons étudier ici.

De Rollin à aujourd’hui

Même quand la Révolution a rendu obsolète l’objectif de formation morale lié à la lecture des anciens, l’acquisition du latin est restée un objectif pédagogique du 19e siècle du fait de la nécessaire stabilité éducative de tout enseignement. Enseigner le latin était la fonction du système scolaire avant la Révolution, cet enseignement reste important après, les sciences faisant leur apparition. Ce qui change ce sont les motivations avec l’apparition des aspects utilitaires : étymologie et gymnastique de l’esprit.

Au début du 20e siècle, avec l’apparition de l’enseignement moderne un équilibre est trouvé : l’enseignement du latin est lié à un désir de haute culture qui semble nécessaire à un milieu social lui-même élevé. Cependant, l’unification du système scolaire dans les années 60 conduit à repousser l’apprentissage du latin en 4e.

Continuer la lecture de Etude des nouveaux programmes de langues et cultures de l’Antiquité au collège

L’apport de Rome (3/3). L’impérialisme, le droit naturel et la concorde.

L’impérialisme occidental est hérité de Rome car tout n’est pas innocent dans l’héritage de Rome. Cependant de la réflexion cicéronienne sur l’impérialisme, sont issues deux réalités tout à fait positives : la découverte du droit naturel au plan du droit, et la prise de conscience de la nécessité de la pratique de la concorde pour tout groupe qui veut durer.

Les critiques antiques de l’impérialisme romain

L’impérialisme romain a été mis en cause par ses adversaires et une des meilleures critiques qui nous en soit resté est paradoxalement proposée par Cicéron, qui la réfute. Comme il veut que sa réfutation soit sérieuse, l’exposition de la critique a une grande cohérence : il s’agit d’un texte issu de La République où Cicéron met en scène une ambassade célèbre qui eut lieu en 155 av. JC. Athènes qui venait d’être condamnée à une forte amende pour une agression injustifiée va en appel à Rome en envoyant, pour plaider sa cause, trois philosophes responsables de la direction des plus prestigieuses écoles philosophiques. Certains pensent que, voulant attaquer les romains, Carnéade, un des envoyés, fit dans une première conférence un éloge classique de la justice et son discours fut fort apprécié. Le lendemain, il referme son piège en disant que si les romains voulaient la justice, ils renonceraient à leurs conquêtes pour être justes, ce qui lui aurait valu l’expulsion immédiate. Cette manière de raconter l’ambassade, séduisante, est en opposition avec les données dont on dispose et en particulier avec le texte de Cicéron [1], où alternent deux justifications de l’impérialisme, l’une qui n’est pas acceptable, l’autre qui l’est.

Continuer la lecture de L’apport de Rome (3/3). L’impérialisme, le droit naturel et la concorde.

L’apport de Rome (2/3). L’histoire de Rome est basée sur un pacte social, un contrat social

Dans une première partie, nous avons vu qu’à Rome est né le droit, cette abstraction sur les pratiques humaines qui en même temps peut aussi faire l’objet de négociation entre groupes sociaux. Invention intellectuelle capitale qui fait qu’aujourd’hui encore, les notions de personne et de contrat en sont issues. Dans ce billet, je voudrais montrer que nous sommes redevables encore aujourd’hui de la dynamique même de l’histoire de Rome par la mise en place d’un pacte social, d’un contrat social.

Un ramassis de voleurs ?

Rome, contrairement à Athènes, ne s’est jamais considérée comme une cité composée de gens vivant là de toute éternité. A la différence des Athéniens, les Romains ont assumé une interprétation malveillante de leurs origines pour en faire une doctrine politique sur laquelle ils ont fondé leur pratique sociale et politique [1]. Tite-live après avoir rapporté la légende troyenne des origines, puis celle des jumeaux, Romulus et Rémus, de leur conflit et de la mort de Rémus, en vient à montrer le mode de croissance de Rome : “Romulus ne voulait pas que la ville se développe inutilement : pour attirer du monde, suivant l’exemple des fondateurs de villes qui font venir une foule obscure et misérable, quitte à prétendre ensuite qu’il s’agit d’une population autochtone, il ouvrit un lieu d’asile (…). Un foule disparate, faite d’esclaves et d’hommes libres, et désireuse de changer d’existence, s’y réfugia : ce premier noyau est à l’origine de la puissance romaine.” (I, 8). Cet asile qui a recueilli selon Cicéron des gardiens de troupeaux et des aventuriers [2], fera souche dans le pays en raptant les Sabines.

Le thème de Rome cité composée à l’origine d’un ramassis de voleurs, d’esclaves en fuite, d’aventuriers en mal de refuge, est-il un thème lié à la propagande anti-romaine comme certains le pensent ? Il s’agit plutôt d’une interprétation intellectuelle qui, en relisant l’histoire de Rome, va servir de schéma politique donnant cohérence au double phénomène de l’expansion romaine et de l’intégration des populations conquise qui lui est liée. Nous examinerons d’abord le thème de la fondation, puis celui de l’extension avec l’intégration des conquêtes.

Continuer la lecture de L’apport de Rome (2/3). L’histoire de Rome est basée sur un pacte social, un contrat social

L’apport de Rome. Première partie : le droit comme pacte négocié.

Les latins n’ont rien inventé a dit Rémy Brague [1] : ils ont recopié ce qu’il y avait de meilleur chez les grecs, c’est en cela que consiste la manière romaine de faire, c’est “la voie romaine” pour reprendre le titre de son livre. Celui-ci concède cependant l’invention du droit mais, ajoute-t-il, “les quelques concepts juridiques dont on réservera la paternité aux Romains paraitront vite bien minces et bien primitifs par rapport, en amont, à la richesse du Grec, et, en aval, à la forme développée que ces éléments ont pris dans la suite de l’histoire européenne. Ainsi, quand on essaie de saisir le contenu de l’expérience romaine, on n’aboutit guère qu’à une transposition abâtardie de ce qui est grec ou à une ébauche encore rudimentaire de ce qui est médiéval ou moderne. Le Romain, de ce point de vue, ne peut apparaître que comme ayant réussi ce paradoxe d’être à la fois décadent et primitif” (p.32). D’une manière ironique, Beniamino Placido quand il rend compte du livre de Brague dans La Repubblica, ajoute qu’on leur doit quand même l’eau courante, ce qui n’est pas rien.

Continuer la lecture de L’apport de Rome. Première partie : le droit comme pacte négocié.