Archives de catégorie : Histoire

Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Repartons dans Rome avec l’inscription sur le fronton du Panthéon qui est une restauration du 19e siècle reproduisant l’inscription originale due à Hadrien.

M(arcus) AGRIPPA L(uci) F(ilius) CO(n)S(ul) TERTIVM FECIT

Aggripa, général d’Octave pendant le second triumvirat, fit construire durant son troisième consulat un premier temple en l’honneur de tous les dieux, bâtiment qui fut reconstruit dans sa forme actuelle par Hadrien.

(Cliquer sur les photos pour des vues agrandies)

Sautons quelques années : Octave est devenu Auguste et a instauré le principat. La paix augustéenne est célébrée par la construction d’un autel de la paix l’Ara Pacis qui a été restauré et installé dans un bâtiment dû à l’architecte Richard Meier.

Continuer la lecture de Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Latin et politique. Quatrième partie : la réforme de 1902

Après la Révolution, nous avons d’un côté le courant lié à l’Église pour qui la langue latine est le « signe européen » témoin de l’avancée providentielle de Rome puis de l’Église. En réaction contre les excès de la Révolution, les élites se sont retrouvées dans ce courant à la Restauration et l’enseignement du latin a retrouvé une force qu’il n’avait plus au XVIIIe.

De ce fait, l’enseignement des sciences, encouragé par les encyclopédistes, mis en acte à la Révolution, va subir le contrecoup de cette naissance contestée. Mais indépendamment de cet accident historique, la science s’impose comme valeur au XIXe et son enseignement va devoir être pris en compte d’une manière plus large.

Après 1870 les républicains ont bien le sentiment, qui deviendra explicite lors de la réforme de 1902, que la lutte politique et sociale contre l’Église passe aussi par la lutte contre l’enseignement du latin. Ne pouvant présenter cet argument directement sous peine d’affrontement direct, ils vont adopter la même attitude prudente qui est la leur pour la laïcité. La présentation officielle de la critique du latin exclut donc les attaques contre la religion qui risquent d’aliéner aux républicains une partie de la « classe moyenne » et c’est l’argument du dévoilement des intérêts qui va permettre une critique indirecte de l’enseignement du latin. Les républicains vont reprocher aux parents de faire faire du latin à leurs enfants pour des raisons utilitaires (vouloir être avec l’élite) et non pour l’intérêt pédagogique spécifique du latin.

La réforme de 1902

La réforme de 1902 qui touche l’enseignement secondaire lui donne une structure qui n’évoluera que très peu jusqu’à 1960. Dans un même lycée on trouve désormais en 6e et 5e deux sections : classique, avec latin et moderne, sans latin ; en 4e et 3e une autre langue s’ajoute qui peut être le grec ou une langue vivante, enfin en 2de et 1re la section latin-grec peut être aussi scientifique. Les lettres de l’alphabet employées pour les sections du bac jusqu’à ces dernières années A, B, C et D venaient directement de cette réforme et même si le statut de B et de D s’était modifié, les sections À comme littéraire (avec son A’ classique et scientifique) et C comme scientifique avaient là leur origine.

Continuer la lecture de Latin et politique. Quatrième partie : la réforme de 1902

Latin et politique. Troisième partie : l’impact de la Révolution

Dans les précédents billets, j’ai montré que l’enseignement du latin avait partie liée avec la question politique, d’abord à l’époque des humanistes car ce qui avait été redécouvert chez Cicéron, c’est l’homme politique qui influençait le cours des évènements politiques par l’efficacité de sa parole. C’est cette parole politique que Pétrarque et les humanistes avait restaurée : malheureusement, les guerres de religion ont cassé cette démarche d’appropriation de leur destin par les citoyens. Hobbes ne s’y est pas trompé qui dans le Léviathan (1651), cet ouvrage qui théorise l’absolutisme royal en politique pour éviter que les citoyens s’entretuent pour des motifs religieux, explique comment l’étude du latin a été la cause de nombreux morts.

« En lisant ces auteurs grecs et latins depuis l’enfance, on a pris l’habitude (ayant une vue faussée de ce qu’est la liberté) de favoriser les révoltes et les critiques licencieuses des actions des souverains, et à nouveau de critiquer ces critiques, provoquant ainsi une telle effusion de sang que, en vérité, je pense pouvoir dire que rien n’a jamais été si chèrement acquis dans le monde occidental que l’apprentissage du grec et du latin. »[1].

Continuer la lecture de Latin et politique. Troisième partie : l’impact de la Révolution

Latin et politique. Deuxième partie : droite et gauche aujourd’hui

Comme j’ai essayé de le montrer dans la première partie de ce billet, latin et politique ont partie liée, aujourd’hui comme hier. Avant de reprendre le cours de l’histoire, il vaut peut-être la peine de voir comment, aujourd’hui encore, l’opposition gauche/droite est concernée par cette question, non certes d’une façon monolithique avec la droite qui serait pour la perpétuation de l’enseignement du latin et la gauche qui serait contre. Les choses sont plus compliquées : essayons d’y voir clair.

Etudions deux groupes de pression : la principale association non professionnelle du domaine d’une part et l’Education nationale au sens large (administration et syndicats) d’autre part.

Continuer la lecture de Latin et politique. Deuxième partie : droite et gauche aujourd’hui

Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

On trouve au 180 de la rue Saint-Martin (Paris 2e), cette inscription latine, omnia sunt communia, sur l’extérieur d’une galerie, slogan « partageux » puisqu’il affirme que tout est à tous. Ce slogan a été d’actualité le 10 octobre dernier à Poitiers lors d’une manifestation violente puisque la même expression a été taguée sur le Baptistère Saint-Jean de la ville (cliché 1, cliché 2).

DSCN1716Omnia

Continuer la lecture de Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)