Archives de catégorie : Pédagogie

La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Cette communication a été faite dans le cadre des Assises des lettres à Toulouse, du 27 au 29 mai 2010. Les humanités pour quoi faire ? Enjeux et propositions. Cf. le programme complet. Elle reprend un grand nombre de thèmes déjà exposés dans le présent carnet de recherche et pour lesquels des liens ont été indiqués.

Table ronde Langues anciennes animée par Jean-Claude Carrière

Philippe Cibois
Université de Versailles – St-Quentin en Yvelines

Ce que je vais vous présenter est un travail de sociologue qui dispose de ses outils : statistiques, enquêtes, analyse de contenu, mais c’est aussi une réflexion de citoyen engagé.

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet, a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 : pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle.

Elle se pose cependant : à la rentrée 2008, 174.000 élèves faisaient du latin en 5e alors qu’en 1920 ils n’étaient que 10.000. On peut donc dire que depuis les gallo-romains, on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui. Alors que le sentiment d’une perte de vitesse du latin s’est instauré, d’où vient ce paradoxe ?

Continuer la lecture de La question du latin. Communication faite aux Assises des lettres, Toulouse, le 29 mai 2010

Les humanités pour quoi faire ? Deuxième partie : l’objectif de la lecture

L’objectif de lecture

Les programmes ont aussi l’ambition de faire lire les élèves : un des objectifs du collège est de « développer le gout de la lecture » (collège p. 18). Si cette ambition est ancienne, ce qui est nouveau est le fait de l’extension du corpus de lectures pouvant être faites en situation scolaire : les auteurs envisageables sont devenus très nombreux et Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard [10], pour rendre compte de cette évolution montrent bien la rupture qui s’est opérée dans l’association ancienne entre lecture et textes classiques (p. 487). Du fait de la massification de l’enseignement, ces textes classiques passent mal et, pour faire passer l’objectif d’acquisition d’une méthode d’étude des textes (et non de simple plaisir de lecture), les enseignants ont été amenés à proposer des textes plus attrayants avec d’ailleurs le risque de rendre odieuse telle bande dessinée si on l’étudie à l’aune d’une lecture savante.

Continuer la lecture de Les humanités pour quoi faire ? Deuxième partie : l’objectif de la lecture

Les Humanités pour quoi faire ? Première partie : les programmes de français

Les Assises des Lettres vont se tenir à Toulouse du 27 au 29 mai prochain (site du colloque) et il vaut la peine pour cette raison d’élargir l’horizon du latin et de réfléchir d’une manière plus générale à l’actualité des Humanités. A cette fin nous prendrons acte des évolutions récentes en comparant un témoin du « point de vue classique » (Jean Onimus), avec ce que nous proposent les programmes actuels, héritiers de la stabilité éducative.

Un point de vue classique des années 1960

Jean Onimus (1909-2007) publie en 1965 sous forme de conseils à un professeur, ses réactions face à ce qu’il considère comme la métamorphose de son métier de professeur de Lettres [1]. Au lycée, dans les années qui précèdent 1968, la discussion sociale avec des élèves marqués par le marxisme est très présente. Il est très critique sur l’enseignement du latin, qu’il fait par routine, qu’il considère hors du réel et inutile. Par contre, il croit à son enseignement de professeur de Lettres tout en considérant « qu’il est mal adapté aux nouvelles générations d’élèves qui fréquentent nos lycées » (p. 17). En effet, ces élèves ont les réactions de leurs contemporains et aussi leur inculture : comment peuvent-ils comprendre Polyeucte « s’ils ignorent tout des persécutions et des martyres, des vertus et des misères de l’Empire ? ». Comment rendre familier à la littérature classique « de jeunes barbares que leur ignorance rend orgueilleux ». Face à ces jeunes qui ont été formés à ne dire que des platitudes trouvées dans les manuels, l’enseignant risque de se décourager et de se replier sur ses loisirs ou sur une recherche universitaire qui lui permettra de rejoindre l’enseignement supérieur. Il connaitra d’ailleurs là la même désillusion, les étudiants réagissant avec autant de passivité que les élèves, sauf dans un séminaire de recherche.

Continuer la lecture de Les Humanités pour quoi faire ? Première partie : les programmes de français

Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne

L’exposition consacrée aux rites funéraires à Lugdunum qui est présentée par le Musée gallo-romain de Fourvière est prolongée jusqu’au 26 septembre 2010. A défaut d’une visite qui s’impose aux élèves de langues anciennes de la région, il est possible de trouver en ligne une galerie de photos, le livret de la visite et l’audio-guide. L’exposition, basée sur les découvertes récentes faites dans la région par le biais de l’archéologie préventive, tente de reconstituer (sous forme d’une scénographie) ce qu’aurait pu être une veillée funèbre puis est imaginée sous forme d’une grande fresque ce que pouvait être le cortège funéraire, puis l’incinération par le biais d’un film et de la reconstitution d’un espace funéraire.

L’exposition, outre l’argumentaire scientifique, tente de faire comprendre ce que signifiaient ces rites au plan humain. Elle présente aussi plusieurs inscriptions dont l’épitaphe et le masque mortuaire de Claudia Victoria, morte à 10 ans.

Continuer la lecture de Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne

Tolle, lege : compréhension et traduction

Dans la vallée de Chevreuse, près de St Lambert des Bois (Yvelines), une mauvaise route quitte la D91 pour s’enfoncer dans la forêt. Il faut continuer à pied et on débouche sur cela qui semble bien vide : il s’agit de ce qui reste de l’Église du monastère de Port Royal.

Dans ses Mémoires, Saint-Simon nous dit qu’après la dispersion des religieuses (1709), le monastère devenant lieu de pèlerinage,

on procéda à raser la maison, l’église et tous les batiments, comme on fait les maisons des assassins des rois : en sorte qu’enfin il n’y resta pierre sur pierre. Tous les matériaux furent vendus, et on laboura et sema la place. [1]

Il ne reste donc que ces fondations mais si elles sont toujours l’objet d’une attention particulière, c’est que le Jansénisme qui s’y développa fut en France une grande aventure intellectuelle et politique où Pascal eut un rôle actif. À quelques centaines de mètres, les Granges de Port Royal sont encore l’écho vivant du lieu où Racine fut formé.

Continuer la lecture de Tolle, lege : compréhension et traduction