Latin et politique. Quatrième partie : la réforme de 1902

Après la Révolution, nous avons d’un côté le courant lié à l’Église pour qui la langue latine est le « signe européen » témoin de l’avancée providentielle de Rome puis de l’Église. En réaction contre les excès de la Révolution, les élites se sont retrouvées dans ce courant à la Restauration et l’enseignement du latin a retrouvé une force qu’il n’avait plus au XVIIIe.

De ce fait, l’enseignement des sciences, encouragé par les encyclopédistes, mis en acte à la Révolution, va subir le contrecoup de cette naissance contestée. Mais indépendamment de cet accident historique, la science s’impose comme valeur au XIXe et son enseignement va devoir être pris en compte d’une manière plus large.

Après 1870 les républicains ont bien le sentiment, qui deviendra explicite lors de la réforme de 1902, que la lutte politique et sociale contre l’Église passe aussi par la lutte contre l’enseignement du latin. Ne pouvant présenter cet argument directement sous peine d’affrontement direct, ils vont adopter la même attitude prudente qui est la leur pour la laïcité. La présentation officielle de la critique du latin exclut donc les attaques contre la religion qui risquent d’aliéner aux républicains une partie de la « classe moyenne » et c’est l’argument du dévoilement des intérêts qui va permettre une critique indirecte de l’enseignement du latin. Les républicains vont reprocher aux parents de faire faire du latin à leurs enfants pour des raisons utilitaires (vouloir être avec l’élite) et non pour l’intérêt pédagogique spécifique du latin.

La réforme de 1902

La réforme de 1902 qui touche l’enseignement secondaire lui donne une structure qui n’évoluera que très peu jusqu’à 1960. Dans un même lycée on trouve désormais en 6e et 5e deux sections : classique, avec latin et moderne, sans latin ; en 4e et 3e une autre langue s’ajoute qui peut être le grec ou une langue vivante, enfin en 2de et 1re la section latin-grec peut être aussi scientifique. Les lettres de l’alphabet employées pour les sections du bac jusqu’à ces dernières années A, B, C et D venaient directement de cette réforme et même si le statut de B et de D s’était modifié, les sections À comme littéraire (avec son A’ classique et scientifique) et C comme scientifique avaient là leur origine.

Continuer la lecture de Latin et politique. Quatrième partie : la réforme de 1902