Les Humanités pour quoi faire ? Première partie : les programmes de français

Les Assises des Lettres vont se tenir à Toulouse du 27 au 29 mai prochain (site du colloque) et il vaut la peine pour cette raison d’élargir l’horizon du latin et de réfléchir d’une manière plus générale à l’actualité des Humanités. A cette fin nous prendrons acte des évolutions récentes en comparant un témoin du « point de vue classique » (Jean Onimus), avec ce que nous proposent les programmes actuels, héritiers de la stabilité éducative.

Un point de vue classique des années 1960

Jean Onimus (1909-2007) publie en 1965 sous forme de conseils à un professeur, ses réactions face à ce qu’il considère comme la métamorphose de son métier de professeur de Lettres [1]. Au lycée, dans les années qui précèdent 1968, la discussion sociale avec des élèves marqués par le marxisme est très présente. Il est très critique sur l’enseignement du latin, qu’il fait par routine, qu’il considère hors du réel et inutile. Par contre, il croit à son enseignement de professeur de Lettres tout en considérant « qu’il est mal adapté aux nouvelles générations d’élèves qui fréquentent nos lycées » (p. 17). En effet, ces élèves ont les réactions de leurs contemporains et aussi leur inculture : comment peuvent-ils comprendre Polyeucte « s’ils ignorent tout des persécutions et des martyres, des vertus et des misères de l’Empire ? ». Comment rendre familier à la littérature classique « de jeunes barbares que leur ignorance rend orgueilleux ». Face à ces jeunes qui ont été formés à ne dire que des platitudes trouvées dans les manuels, l’enseignant risque de se décourager et de se replier sur ses loisirs ou sur une recherche universitaire qui lui permettra de rejoindre l’enseignement supérieur. Il connaitra d’ailleurs là la même désillusion, les étudiants réagissant avec autant de passivité que les élèves, sauf dans un séminaire de recherche.

Continuer la lecture de Les Humanités pour quoi faire ? Première partie : les programmes de français