Initiation au latin du français. Leçon 9

Comme annoncé, l’exercice de compréhension de cette leçon portera sur un texte de Césaire d’Arles dont les sermons datent du début des années 500. Le style en est simple (sermo humilis) afin d’être compris par tous, (y compris des débutants en latin d’aujourd’hui).

Il s’agit de l’homélie XIV, De die judicii, Du jour du jugement, qui commente le texte de l’évangile de Matthieu (chapitre 25) où les bons seront mis à la droite de Dieu et les méchants à sa gauche. Le critère du jugement, c’est l’attitude envers les pauvres avec une identification entre la divinité et le pauvre : « ce que vous avez fait au plus petit des miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25/40).

Cette identification de la divinité et du pauvre est antérieure au christianisme. Par exemple dans l’Odyssée (Chant XIV), Ulysse revient chez lui et se présente sous la forme d’un vieillard en haillons, portant “une sordide besace, qui n’étaient que lambeaux pendus à une corde”[1]. Il s’avance et les chiens de garde se jettent sur lui. A coup de pierres et en leur criant après, Eumée, le gardien, chasse les chiens et accueille Ulysse. Comme celui-ci l’en remercie, Eumée répond : “Etranger, ma coutume est d’honorer les hôtes, quand même il m’en viendrait de plus piteux que toi ; étrangers, mendiants, tous nous viennent de Zeus ; ne dit-on pas : petite aumône, grande joie ?”[2] Non seulement l’accueil charitable est sacré, mais de plus il trouve en lui-même sa satisfaction, cela « fait chaud au cœur ».

Cette l’identité entre la divinité et l’homme en difficulté est reprise par le stoïcisme. Nous en avons un exemple dans les entretiens d’Epictète qui vécut environ de 50 à 130 : « Souviens-toi de ce que dit le poète à propos de l’étranger » suivi par la reprise du texte d’Homère[3].

Continuer la lecture de Initiation au latin du français. Leçon 9