Le latin chrétien et le songe de Jérôme

Jürgen Leonhardt dans sa grande histoire du latin (présentée dans le précédent billet), précise bien comment et pourquoi le latin chrétien est différent du latin de l’époque classique. Je voudrais ici reprendre le contenu de ses pages 125 à 132 qui évoquent l’écartèlement entre latinité classique et chrétienne.

Pour situer l’état de la question, Jürgen Leonhardt part d’un texte de Sidoine Apollinaire, patricien, évêque, bon représentant de l’élite du 5e siècle qui, comme de nombreux lettrés, fit éditer sa correspondance. Ces lettres témoignent de sa capacité littéraire, mais sont aussi pour nous une source de renseignements sur l’attitude des élites face aux nouveaux pouvoirs barbares.

Sidoine raconte [1] un délicieux séjour fait chez des amis a-do-rables dans leur merveilleuse propriété où, à son arrivée, il est « contraint de prêter serment sur le champ que nous ne donnerions aucune pensée à la poursuite de notre voyage avant que sept jours ne fussent écoulés ». On n’y jouait pas au tennis, mais l’esprit y était et on y faisait des parties de balles [2] ; on y pratiquait des jeux de société, mais il y avait aussi une magnifique bibliothèque dont les ouvrages : sic tamen quod, qui inter matronarum cathedras codices erant, stilus his religiosus inveniebatur, qui vero per subsellia patrumfamilias, hi coturno Latiaris eloquii nobilitabantur. Soit, (au plus près du texte) : sont ainsi (disposés) cependant que, ceux qui étaient proches des sièges des dames, le style religieux était à leur disposition ; par contre ceux qui (étaient) près des sièges des pères de famille, ceux-ci, d’éloquence latine, étaient ennoblis par la cothurne.

Continuer la lecture de Le latin chrétien et le songe de Jérôme