Du latin parlé tardif au protofrançais

Dirigeons-nous, par une expérience de pensée ou grâce à la représentation par satellite (possible ci-dessus) vers Saint-Riquier, petite commune de 1300 habitants en Picardie à quelques km d’Abbeville. En effet, nous allons nous intéresser aujourd’hui à ce saint qui a laissé son nom à un monastère et dont le récit de la vie a été écrit vers 670. Comme Saint-Riquier était célèbre, sa vie était lue devant les fidèles le jour de sa fête et ce jusqu’à l’époque de Charlemagne. Certes, on n’a pas cessé de le fêter après 800 mais, dans le cadre de la réforme carolingienne, Alcuin est chargé de revoir ce latin peu classique. On dispose donc de la première vie de Saint-Riquier en latin parlé tardif mérovingien ; des commentaires qu’Alcuin fait sur son travail ; de la seconde version rédigée par Alcuin vers 800 en latin en latin correct qui a été lue ensuite devant la foule, mais qui n’était plus comprise par elle.

Continuer la lecture de Du latin parlé tardif au protofrançais