Que dire de Noël dans l’enseignement ?

Dans les écoles, il est de tradition que la veille de Noël soit l’occasion de la lecture d’un conte, dans la presse, on recherche l’origine du sapin, du père Noël ou de la date du 25 décembre (et ses rapports avec fête romaine de sol invictus) où de l’origine des santons, mais personne ne parle du thème religieux initié par le récit évangélique de la naissance de Jésus.

On comprend bien pourquoi : cet épisode et si intimement lié au cœur de la religion chrétienne qu’un enseignant respectueux de la laïcité à l’impression qu’il ne peut en parler que dans une perspective chrétienne et c’est contraire à la laïcité de l’enseignement, ou dans une perspective agnostique pour en faire apparaitre l’aspect mythique et alors il ne respecte pas non plus la laïcité car il va probablement heurter des consciences croyantes.

Cependant la Bible étant au programme de 6e comme l’Iliade ou les Métamorphoses, il est possible de parler de textes religieux, y compris de ceux qui sont au cœur de la croyance, en expliquant ce que l’auteur a voulu dire, comment il l’a dit, comment cela a été compris, alors et depuis. En un mot, il faut appliquer à ce texte les questions que l’on se pose devant tout texte.

Je vais essayer de montrer que cela est possible en prenant comme texte d’étude un des récits évangéliques de la naissance de Jésus et précisément le début de celui qui est utilisé par la messe de minuit à Noël : Luc 2/1-7.

Continuer la lecture de Que dire de Noël dans l’enseignement ?