Abélard et Héloïse (1)

Abélard est toujours d’actualité : en 2003 un collectif se réunissait sous son nom pour faire paraitre sous le titre Universitas calamitatum, le livre noir des réformes universitaires[1]. Le renvoi est ainsi fait au texte d’Abélard connu sous le nom de Historia calamitatum, l’histoire de mes malheurs. Comme Abélard (1079-1142) fut l’universitaire brillant du 12e siècle, il est pertinent encore aujourd’hui de se mettre sous son patronage pour raconter l’université des malheurs au sens strict des mots latins et, par ce biais, les malheurs de l’Université.

Quant au prénom Héloïse (plutôt sous sa forme Eloïse) c’est un prénom bien attesté comme on le voit depuis une trentaine d’années[2]. Selon les spécialistes si ce prénom est « d’une grande discrétion depuis des siècles, malgré Jean-Jacques Rousseau. » et si «  la nouvelle Héloïse a été très lente à s’affirmer ; c’est chose faite aujourd’hui (plus d’une fille sur 200) » [3]

Abélard et Héloïse ont dans le paysage intellectuel un destin assez analogue à celui de Pascal en ce sens que leur propos est centré sur la religion mais que leur destin concerne la condition humaine dans son ensemble. Ils font partie de l’héritage religieux de la France mais sont célébrés par l’université laïque après l’avoir été auparavant par Rousseau dans sa « Nouvelle Héloïse ».

Continuer la lecture de Abélard et Héloïse (1)