Abélard et Héloïse (2)

Abélard croit en l’intelligence humaine et il applique la logique à la foi : Bernard de Clairvaux, le créateur de l’ordre de Citeaux (les cisterciens), tout en étant persuadé de l’importance de la raison, pense que celle-ci doit plier en quelque sorte devant l’amour de Dieu. Les deux hommes débattent, Abélard défie publiquement Bernard de Clairvaux à l’occasion d’une rencontre religieuse qui doit avoir lieu à Sens en 1140. Bernard accepte mais réunit des évêques pour mettre au point une liste des erreurs qu’il veut faire condamner. Abélard refuse de discuter dans ces conditions et en appelle au Pape Innocent II[1].

Il rédige pour Héloïse une profession de foi qui souligne bien que si, professionnellement, il cherche à lutter en allant chercher du soutien à Rome, il se pose personnellement des questions qu’il lui avoue sans ambages :

Continuer la lecture de Abélard et Héloïse (2)